Narcissisme contre narcissisme : le whistleblower et la répression d’État

9412623902_d225ee2d86_z Geoffroy de Lagasnerie a publié il y a quelques mois un ouvrage sur ce qui lui semble une nouveauté remarquable dans l’espace politique international : les formes de résistance inventées par Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden contre la toute-puissance informationnelle et les pouvoirs de surveillance des États. J’étais donc très curieuse de lire L’art de la révolte, sous-titré Snowden, Assange, Manning, et de voir comment y étaient décrits et analysés « mes » diseur.se.s de vérité, pris par ce désir de parrêsia reformulé dans la modernité par Foucault dans Le courage de la vérité (Foucault 2009)

Les trois figures, deux Étatsuniens et un Australien, relèvent en effet du whistleblowing tel qu’il est thématisé dans les mondes anglophones et tout particulièrement aux États-Unis et en Australie. En fait le terme de whistleblower n’est curieusement pas mentionné par Lagasnerie, ni cette riche et désormais ancienne tradition politico-énonciative étatsunienne et, plus largement anglophone, qui consiste, pour un.e insider, à révéler les dysfonctionnements dangereux d’une entreprise ou d’un organisme ; tradition qui implique également les suites de cette révélation, correspondant généralement au dispositif : menaces + sanctions et représailles, et, dans le meilleur des cas, protection associative, médiatique ou légale. On trouve dans l’ouvrage quelques mentions de lanceur d’alerte, qui semble avoir été définitivement lexicalisé comme traduction de whistleblower (assimilation un peu malheureuse car elle efface la singularité culturelle des deux types d’énonciation, aux formes culturelles et fonctions sociales différentes). Mais l’angle de Geoffroy de Lagasnerie, essentiellement politique, est différent : ce qui l’intéresse, et j’y reviendra dans un prochain billet, c’est la nouveauté du type de parole publique résistante qu’emblématise selon lui Assange, Manning et Snowden. Il se penche en particulier sur ce changement important que constitue selon lui la possibilité de l’énonciation anonyme, donc collective, qui se substitue à la voix individuelle promue jusqu’à présent par les formes reconnues de révolte et d’insoumission.

Il consacre au début de l’ouvrage un bref passage aux raisons pour lesquelles les sanctions prises envers les auteurs de la diffusion de documents confidentiels sont aussi violentes, et parfois, on le sait pour les whistleblowers, fatales. Il y propose une explication qui insiste sur le narcissisme des hommes et femmes de pouvoir et la jouissance que leur procure la détention d’informations non partagées :

Avant de poursuivre, on pourrait souligner, que, à bien des égards, l’hostilité véhémente des États et la réaction quasi hystérique des gouvernants à Wikileaks s’expliquent par la blessure narcissique que l’activité de cette organisation inflige aux hommes et aux femmes d’État. On ne mesure sans doute pas à quel point découle, pour ces derniers, une sorte de jouissance du fait d’avoir accès à des informations dont le public, ainsi constitué en masse ignorante, est privé : c’est toute une image de soi comme être privilégié, lucide, qui a accès à ce qui est rare, à ce dont les citoyens ordinaires sont exclus, qui structure le rapport à eux-mêmes de celles et ceux qui sont intégrés dans l’appareil d’État. C’est l’une des rémunérations symboliques les plus fortes que l’État procure à celles et ceux qui le servent. Or l’action de Wikileaks a pour conséquence de ruiner ce privilège de classe. Toute la doctrine de ce site vise à déposséder les membres de l’État de ce qui est peut-être le plus précieux pour eux socialement : la capacité de regarder les autres comme ignorants. Aussi est-ce à leurs yeux une agression insupportable qui est ici accomplie, d’où la violence de leurs réactions. Au fond, cela n’est pas si différent de la réaction de la bourgeoisie aux politiques qui encouragent l’accès des classes populaires aux musées, aux concerts de musique classique, c’est-à-dire à des espaces qui lui étaient auparavant symboliquement réservés. Être dépossédé du monopole de l’accès à des biens rares constitue l’un des phénomènes de la vie sociale qui suscitent les affects les plus violents (p. 43-44).

Cette analyse entre tout à fait en écho avec ma réflexion sur le « narcissisme moralisé » des whistleblowers, notion que j’emprunte à C.F. Alford (2007), se manifestant en particulièrement à travers cet apparent paradoxe du « choiceless choice » (Paveau 2013). On pourrait dire que le.a diseur.se de vérité oppose son narcissisme éthique à celui, de pure jouissance, du pouvoir. Et le narcissisme, considéré comme mode de construction, d’acceptation et d’amitié avec soi, et non, dans son sens commun, comme simple autocontemplation, est un de nos ressorts les plus puissants car il s’agit profondément d’un ressort d’existence.

Dans le face-à-face entre le.a parrèsiaste et le pouvoir, c’est narcissisme contre narcissisme, si l’on peut dire, le.a premier.e entamant profondément le second, justement du fait de son extraordinaire pugnacité. Au bout de cette lutte, gagnée par le pouvoir qui, a, lui, des policiers et des prisons, le.a diseur.se de vérité reste la bouche amère.

Références

  • ALFORD C.F., 2007, « Whistleblower Narratives : The Experience of Choiceless Choice », Social Research 74-1, http://findarticles.com/p/articles/mi_m2267/is_1_74/ai_n19094732/
  • FOUCAULT M., 2009, Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Cours au collège de France 1984, Paris, Gallimard Seuil.
  • LAGASNERIE G. (de), L’art de la révolte. Assange, Manning, Snowden, Paris, Fayard.
  • PAVEAU M.-A., 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.

Crédits : Steve Rhodes, 2013, « A society is only as good as it treats its dissidents #freebrad #bradleymanning #wikileaks », compte de l’auteur sur Flickr, CC

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 25/10/2015, "Narcissisme contre narcissisme : le whistleblower et la répression d’État," in Espaces réflexifs [carnet de recherche], https://reflexivites.hypotheses.org/7796, consulté le….


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *