Manipulation et parole perverse – L’autre, cet objet

Bande Originale de ce billet “Les mots” : “(…) y’a des mots c’est des couteaux (…)”

Dans la violence psychologique, l’emprise, le harcèlement moral et la perversion narcissique on trouve l’inversion du vrai et du faux, l’omniprésence des arguments d’autorité basés sur la “vérit锑, la difficulté à croire que “c’est vrai”, l’omniprésence du mensonge qui se fait passer pour vrai.

“Le langage est perverti. Chaque mot cache un malentendu qui se retourne contre la victime désignée.” M.-F. Hirigoyen.

La violence psychologique

Elle consiste en une série d’attitude et de propos qui visent à dénigrer et à nier la façon d’être, ou l’être, d’une autre personne, avec pour intention et/ou pour effet de déstabiliser, de blesser cet autre. La particularité de la violence psychologique perverse, comme façon d’être en relation, est que cette attitude et ces actions ne sont pas suivies de regrets ou d’excuses. Pour celle ou celui qui l’exerce, la violence psychologique est déniée, invisible voire inavouable. La négation de l’autre passe par la considération de celui-ci comme objet.

La fatigue émotionnelle qui découle de la violence psychologique, du climat général de ‘négation de l’autre’, notamment dans ses émotions et ressentis, est renforcée par le caractère insidieux et durable dans lequel ce mode relationnel peut s’installer.

“Ces agressions relèvent d’un processus inconscient de destruction psychologique, constitué d’agissements hostiles évidents ou cachés, d’un ou de plusieurs individus, sur un individu désigné, souffre-douleur au sens propre du terme. Par des paroles apparemment anodines, par des allusion, des suggestions ou des non-dits, il est effectivement possible de déstabiliser quelqu’un, ou m^me de le détruire, sans que l’entourage intervienne. Le ou les agresseurs peuvent ainsi se grandir en rabaissant les autre, et aussi s’éviter tout conflir intérieur ou tout état d’âme en faisant porter à l’autre la responsabilité de ce qui ne va pas. (…) Pas de culpabilité, pas de souffrance. Il s’agit là de perversion au sens de la perversion morale. (…) Cela ne devient destructeur que par la fréquence et la répétition dans le temps. Ces individus ne peuvent exister qu’en “cassant” quelqu’un : il leur fait rabaisser les autres pour acquérir une bonne estime de soi, et par là même acquérir le pouvoir, car ils sont avides d’admiration et d’approbation. Ils n’ont ni compassion ni respect pour les autres puisqu’ils ne sont pas concernés par la relation. Respecter l’autre, c’est le considérer en tant qu’être humain et reconnaître la souffrance qu’on lui inflige. “, M.-F. Hirigoyen.

L’emprise

Elle consiste en la préparation psychologique destinée à soumettre l’autre, à le contrôler, à établir un pouvoir sur lui/elle, et s’apparente à un abus psychologique, à un viol psychologique.

Il ne s’agit pas moins qu’assujettir autrui, par des moyens subtils, répétitifs, voilés et ambigus et c’est en cela qu’ils sont efficaces. Sous couvert de confidence, d’aveu, à travers des mots qui paraissent sincères et corrects, “de l’extérieur” il s’agit de disqualifier l’autre (humiliations, malveillance), d’instaurer un contrôle, voire de détruire l’autre. Pernicieux et amoraux, “à petites touches déstabilisantes”, ces moyens s’apparentent à un conditionnement, voire à un “lavage de cerveau”.

Chez la victime de l’emprise, les points d’entrée possibles, les accroches possibles peuvent être multiples : la confiance, l’empathie, la bienveillance, la naïveté, la faiblesse (on parle souvent d’abus de faiblesse en situation d’emprise et de harcèlement moral),…

Pour aller plus loin :

Les ouvrages de Marie-France Hirigoyen, notamment “Le Harcèlement moral – La violence perverse au quotidien”

Le site Contre la violence psychologique et ses multiples témoignages – La manipulation et le harcèlement moral sont des violences psychologiques pouvant mener à la destruction d’une personne.’

‘L’Emprise – Tuer pour ne pas mourir’

lemprise

Extraits

“comprendre pourquoi ces femmes ne partent pas”

“on a rien à cacher, la vérité est notre meilleur allié”

“tu n’a rien à craindre tout le monde me connaît ici”

“on de la peine à le croire – c’est la vérité”

“je te jure”

“qu’est-ce que tu cherches ? – Des certitudes, dans ce qu’elle nous dit, rien n’est clair”

“mais si ça se trouve, c’est vrai”

Harcèlement moral

Il consiste en des violences récurrentes, et c’est la récurrence elle-même qui est une violence : paroles humiliantes, flux de parole recouvrant l’autre, regards méprisants, tonalité menaçante, chantage, victimisation, attaque à l’estime de soi de la victime.

“Par harcèlement sur le lieu de travail, il faut entendre toute conduite abusive se manifestant notamment par des comportements, des paroles, des actes, des gestes, des écrits, pouvant porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychique d’une personne, mettre en péril l’emploi de celle-ci ou dégrader le climat de travail.

(…) De toutes ces agressions, on ne meurt pas directement, mais on perd une partie de soi-même. on revient chaque soir, usé, humilié, abîmé. Il est difficile de s’en remettre.” M.-F. Hirigoyen.

Chaque remarque, geste, regard, en soi, peut être considéré comme anodin, mais c’est le quotidien de leur accumulation qui épuise et qui fait douter la victime d’elle-même1. Et la victime du harcèlement devient le présumé coupable : quoi qu’elle fasse ou dise, cela sera retenu contre elle par son agresseur.

Les leviers du harcèlement sont en particulier2 :

1. Le contrôle de la victime

“surveiller quelqu’un de manière malveillante avec l’idée de le dominer et de le commander. On veut tout contrôler pour imposer la façon dont les choses doivent être faites”

J’irai même jusqu’à dire qu’il s’agit de contrôler la manière dont la réalité doit être perçue par la “victime”, sans lien avec l’idée de vérité des faits. D’où cette idée de “lavage de cerveau”. Il y a manipulation du réel de l’autre, et aucun intérêt pour la vérité, tant que la construction imposée est plausible et non décelable dans son mensonge.

Mensonge – faire du réel ce que l’on veut, croire à ses propres mensonges

Rumeurs – faire de l’autre, du réel l’objet de ses fantasmes

L’hyper-contrôle, la surveillance exercée, la malveillance continue génère le manque d’oxygène.

2. L’isolement de la victime

Le harcèlement moral passe par un isolement de la victime afin d’assurer l’absence de contact direct avec ce dont / le monde dont il est question de construire une représentation. Le/la harceleur.se doit s’assurer de rester en position de filtre par rapport à l’extérieur, par rapport au réel.

Une énergie considérable peut être dépensée par le/la harceleur.se pour conserver cette place d’intermédiaire, pour garder le contrôle, pour éviter que la manipulation ne s’effondre.

3. Acculer la victime par l’attribution d’intentions non fondées (suspicion, comportement jaloux,…)

La succession des procédés suivants contribue au harcèlement moral : procès d’intentions, crises de jalousie, demandes permanentes de justification, etc.

4. Répétition, usure, trop plein

 La victime finit par ressentir un manque d’oxygène, l’impression d’être prise au piège, entravée dans ses mouvements.

L’usure, la répétition consiste justement à ne pas laisser l’autre respirer, par “la répétition à satiété” d’un message (le harceleur le répète autant à lui-même qu’à sa victime jusqu’à que ce message devienne la réalité par l’abaissement de la garde, par l’usure, par la résignation)

Le flot de parole génère par exemple l’occupation de la disponibilité de l’autre, la médisance répétée remodèle le réel par les mot, “met en tête”, “fait croire” à un réel qui n’est que celui de celui qui aimerait que ce réel soit la réalité, et qui réalise dans la tête des autres, qui immisce dans la tête des autres sont fantasme, par la manipulation.

5. Demande d’hyper-disponibilité versus absence de disponibilité

Le harceleur demande une disponibilité totale à sa victime, et oppose en retour une indisponibilité à l’autre  : “je suis surbooké”, “je n’ai pas le temps de t’écouter, de faire ce que tu me demandes”, mais je te noie dans mon flot de parole, de demandes, d’informations, d’exigences,…

La perversion narcissique : réduire l’autre à néant

Les mots pervers ne s’ancrent pas dans le réel et amènent la victime à oublier même qui elle est

 Ce qui compte pour le harceleur, c’est ce qu’il veut dire, faire croire, faire circuler, indépendamment de la véracité.

L’autre est un fantasme au service de cette construction du réel qui vient nourrir l’égo du harceleur. Celui-ci est déconnecté du réel, il vit dans un sentiment d’impunité, qui rend possible l’absence de nécessité pour son discours d’être vrai : ce discours se fait passer pour vrai et cela est suffisant, en tout impunité –  “c’est sa parole contre celle de la victime”3, et le harceleur se positionne souvent en place dominante, et socialement protégée pour le faire. La victime est en position de faiblesse et sa parole, même si elle dit le vrai, vaut moins.

“l’enjeu de la violence est toujours la domination”

“Le point commun de ces situations est que c’est indicible : la victime, tout en reconnaissant sa souffrance, n’ose pas vraiment imaginer qu’il y a eu violence et agression. un doute persiste parfois : “Est-ce que ce ne serait pas moi qui inventerais tout cela, comme certains me le suggèrent ?” Quand elle ose se plaindre de ce qui se passe, elle a le sentiment de mal le décrire, et donc de ne pas être entendue.” M.-F. Hirigoyen.

Il s’agit de détruire l’autre, symboliquement ou non, en tant que personne. Chez le pervers narcissique, il y a même une jouissance à dominer l’autre, à observer l’autre dans sa soumission.

“La perversité ne provient pas d’un trouble psychiatrique mais d’une froide rationalité combinée à une incapacité à considérer les autres comme des êtres humains. (…) il s’agit de “prédation” c’est-à-dire d’un acte consistant à s’approprier la vie.” M.-F. Hirigoyen.

A l’inverse d’un conflit entre deux personne, la violence psychologique perverse écrase la victime de celle-ci dans une asymétrie. Lors d’un conflit, l’identité de celui auquel on s’oppose reste à l’inverse préservé : il reste respecté en tant qu’individu, malgré le désaccord. La violence perverse est également distincte de l’agression : la première est insidieuse et répétitive, la seconde, ponctuelle et plus ouverte.

“J’ai choisi délibérément d’utiliser les termes agresseur et agressé, car il s’agit d’une violence avérée, même si elle est occulte et tend à s’attaquer à l’identité de l’autre, et  à lui retirer toute individualité. C’est un processus réel de destruction morale, qui peut conduire à la maladie mentale ou au suicide.” M.-F. Hirigoyen.

Ces distorsions du réel se font au détriment de l’autre, en tant qu’être : il n’est qu’objet et en cela est nié en tant que sujet. Cette négation de l’autre dans son être est d’autant plus violente que la victime présente une faille narcissique,, une faiblesse, qui est la brèche de l’emprise perverse : le contextuel rejoint dangereusement le constitutif, d’où l’enjeu vital de la conquête d’une parole juste sur ce qui est en train de se passer dans la relation toxique, pour en sortir.

“Dans la violence (…), l’autre est empêché de s’exprimer. Il n’y a pas de dialogue”

“Cela débute par un abus de pouvoir, se poursuit par un abus narcissique au sens où l’autre perd toute estime de soi (…)” M.-F. Hirigoyen.

Le refus de dialogue provient de l’incapacité du harceleur pervers à rentrer en discussion avec l’autre sur un mode horizontal, l’interlocuteur n’étant pas légitime, valable, voir n’existant pas en tant qu’interlocuteur, puisque seulement objet de ses désirs et fantasmes de toute-puissance.

Dès lors toute résistance, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas soumission au pouvoir exercé, est insupportable car incontrôlable et peut provoquer une “rage narcissique“.

La parole vraie et entendue de la victime est dès lors vitale pour reconquérir son statut d’être, de sujet et pour ne pas être tuée comme sujet, pour ne pas devenir qu’objet de la manipulation de celui qui exerce cette violence, cette négation insupportable.

Références

Le Harcèlement Moral : la violence perverse au quotidien Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement Moral : la violence perverse au quotidien, 1998, Éditions La Découverte & Syros
Malaise dans le travail, harcèlement moral : déméler le vrai du faux Marie-France Hirigoyen, Malaise dans le travail, harcèlement moral : déméler le vrai du faux, 2001, Éditions La Découverte & Syros
Femmes sous emprise, les ressorts de la violence dans le coupleMarie-France Hirigoyen, Femmes sous emprise, les ressorts de la violence dans le couple, 2005, Oh ! éditions
Les nouvelles solitudesMarie-France Hirigoyen, Les nouvelles solitudes, 2007, Éditions La Découverte & Syros
Abus de faiblesse et autres manipulationsMarie-France Hirigoyen, Abus de faiblesse et autres manipulations, 2012, Éditions JC Lattès
Que sais-je : Le harcèlement moral au travailMarie-France Hirigoyen, Que sais-je : Le harcèlement moral au travail, 2014, Presse Universitaires de France
La perversion narcissique, Revue française de psychanalyse 2003/3 (Vol. 67). 336 pages. ISSN : 0035-2942.
ISSN en ligne : 2105-2964. ISBN : 9782130535645.
Lien : <https://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2003-3.htm>.

Pour citer cet article

Faury, Mélodie (22 juillet 2015) “Manipulation et parole perverse – L’autre, cet objet”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  https://reflexivites.hypotheses.org/7550

  1. “avoir à l’usure” []
  2. perspectives choisies de manière subjective []
  3. Double peine des victimes – Violence psychologique / Harcèlement moral – “La victime face aux tiers – Le risque de la double peine” http://cvpcontrelaviolencepsychologique.com/2015/04/15/la-victime-face-aux-tiers-le-risque-de-la-double-peine/ … []

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Kris dit :

    Le PN se nourrit du cerveau de sa victime, il s’en délecte et rentre dans une jouissance extrême dès qu’il sent cette dernière dépérir, déprimée, anéanti,
    Il usera de tous les stratagèmes pour atteindre encore et toujours sa proie … même lorsque cette dernière aura pris la fuite
    Un mot si vous en croisez un/une : PARTEZ!!!!
    Le chemin de reconstruction et de désaliénation est long très long… ces gens là ne changent pas, JAMAIS !

  2. Laura dit :

    La manipulation destructrice rend confuse triste en colère fais perdre temps énergie confiance en soi aux autres en la vie.
    . Quand on a démasqué un pn que le masque est tombait on doit partir le plus vite possible le pn ne va pas cesser de mentir dénigrer dévaloriser sa proie c’est une torture mental ainsi que de la violence physique des gestes de plus en plus déplacés brusque ainsi que sexuellement.
    J’ai pas attendu de voir plus mais je suis certains que les pn tappent ils arrivent pas à se dominer et se contrôler.
    Le début était faux il avait l’air sympa ouvert à l’écoute vous faisiez l’amour très vite je me suis rendu compte avec tous ces malades qu’il est méchant vicieux sadique sans empathie sans compassion sans affect psychorigide autoritaire le ton de voix qui change en 1 éclair vous parle comme à une enfant ou vous traite comme un objet une pute une boniche vous pouvez vous défendre vous mettre en colère il s’en fiche s’excuse pas ne se remet pas en question vous ridiculise vous méprise reporte la faute sur vous !
    Il faut très vite partir après juste 4 mois de relation une dépression et 1 an pour remonter la pente je ne savais même pas ce qu’était un pn la manipulation destructrice.
    Ils sont incurable vicieux jusqu’à la moelle ils mettent toutes leurs intelligences pour détruire et pourrir la vie des autres et ils adorent ils jouissent de vous voir pleurer crier douter souffrir être mal la le pn se sent bien fort puissant.
    Et le pn ne fait que tout critiquer y compris lui même la haine est sa nature ainsi que toujours se plaindre jamais satisfait de rien vous pouvez être la meilleure il sera jamais satisfait ne dit jamais merci excuse ne vous appelle jamais par votre prénom on est des objets pour eux jamais à la hauteur.
    À l’extérieur il se pavane joue les séducteurs ouverts agréables altruistes ou les fragiles blessés incompris pas de chance tout ceci est faux.
    Juge une personne dans l’intimité la le pn n’arrive pas à faire semblant dans la durée vous verrez très vite le masque glissera et ensuite il tombera la vous verrez une personne froide cruel dure exigeante calculatrice ça c’est sa vrai nature et ça sera de pire en pire il vous demandera toujours plus et vous donnera de moins en moins et si vous êtes fatiguée triste… Il s’acharnera encore plus et tous les pn vous torture mentalement rentrent quand vous êtes aux WC dans la salle de bain vous cuisinez vous dormez en pleine nuit au réveil à distance il n’arrête jamais font régner un climat malsain hostile désagréable toxique voir de terreur le pn abuse y compris sexuellement plusieurs fois j’ai du arrêter un pn soit sur ce qu’il raconte qui était crade vulgaire déplacés sois sexuellement un qui voulait m’ imposer une fellation au WC après avoir préparé un bon repas j’étais en colere dégouté lui il m’a dit que c’était moi un fou parfois j’avais l’impression qu’il était skyso je suis un être supérieur… Alors que c’est faux obsédé par la sodomie que j’ai toujours refusé il arrêtait pas de me harceller l’urine aussi un dégueulasse je suis vite partie. Bon travail apparence normal…. C’est à huit clos que le pn tombe son masque se sont des dinguos un m’envoyait des vidéos pornos je me suis mise en colère et sans une des vidéos il était avec une prostituée … Voulait m’issiter à avoir des rapports sexuels dans son garage sur l’autoroute en regardant des vidéos pornos… Etc bon travail beau mec père de famille toujours en contact avec son ex des maîtresses des prostituées biebsur au début il sait pas présenter ainsi je l’ai vite fais fuir j’avais peur j’étais mal à l’aise imposé de l’abstinence ou trop en demande… Tous les pn sont pareils detraques mentaux et sexuels pour les hommes jne femme est inférieur elle est traité comme un chien une boniche une pute un objet car elle peut être mépriser sans raison des jours des semaines sans qu’elle sache pourquoi le pn ne communique pas ni sur ce qu’il est qu’il veut qu’il veut pas et puis change d’avis sans arrêt il ment comme il respire et vous pouvez lui dire ce que vous voulez ou pas il fera ce que vous ne voulez pas l’important pour un pn c’est frustrer sa proie et la faire souffrir humiliation dégoût honte déception colère tristesse sera son pain quotidien.
    Quand j’ai quitté au bout de 2 mois l’un d’entre eux l’air est revenu dans mes poumons je sortais d’une prison emotionel.
    Le pn rend fou rend malade et ya qu’un scénario possible faire du mal est sa passion et il n’a que du plaisir en humiliant et faisant souffrir son partenaire il n’a aucun plaisir à partagé un repas des vacances un ciné de dialoguer avec vous cela l’ennui profondément sauf au début pour ferrer sa proie et essayer de la mettre sous emprise.
    Son but unique que vous deveniez son chien et que vous lui obeisdez au doigt et à l’œil et aussi que vous lui offrez tout votre âme votre personnalité votre argent vos biens votre réseau tout quoi c’est lui le maître et buensut le pn est infidele ou il offre sa chienne à ses potes oui ya pas à dire avec un pn la vie c’est l’enfer.
    Si vous aimez la vie et vous voulez être heureuse un conseil partez et vite !
    les pn sont malades mais pour eux ils sont parfaits se sont les autres les malades d’ailleurs certains pn m’ont traité de vampire calculatrice folle exigeante sorcière casse c…. Feignasse bête… Je suis pas restée plus mais un pn les mots doux il connaît pas ni l ‘amour ni l’ entraide…
    Le déteste les humains hommes et femmes les enfants oui ça fais du bruit lol la société l’univers dieu…. Il se déteste aussi lui alors c’est vrai dans ses conditions ça va être impossible d’être heureux 🤣

    • Mazzelly dit :

      Bonjour

      Mon vécu pendant 27 ans, c’est exactement tout ce que vous avez décrit.
      J’ai fuie il y a 1an et demi en laissant tout derrière moi (instinct de survie). Aujourd’hui, j’ai du mal a retrouver une vie normal, pas de travail, isolée etc..

      • Toto dit :

        Bsr mazelly
        J’ai vécu sa aussi c’est horrible. Des monstre j’ai du mal à croire que sa existe
        Jusqu’à aujourdui. Bon courage il faut du temp

  3. chantal ryckebusch dit :

    fuir , fuir, ou sinon, choisir une emprise de substitution, un psychanalyste par ex, qui soit assez compétent et formé au contexte d’emprise!

    • Angie dit :

      Bonjour Laura !!! Merci beaucoup pour votre partage javais l’impression de lire une experte une psychanalyste qui analysait a la perfection la personnalité PN ! vous l’aviez si bien decrit que je n’ai plus rien à ajouter malgré les cinq dernières années que j’ai passé à ses côtés je me demande si je ne suis pas devenue folle 😳mais grâce au fait qu’on habitait pas ensemble je me suis continuellement reprogrammer les week-ends lorsque nous n’étions pas ensemble pour être capable d’affronter sa personnalité destructrice tout en espérant toujours d’avoir quelques moments de normalité et de tendresse car c’était un homme très affectueux je crois que c’est sa seule qualité… 👏🤨👏

  4. candy dit :

    Bon post 😃
    Pour se protéger des pervers narcissiques c est d être informé que cela existe et ne pas tomber dans le pièges des débats stériles que le pervers ne cesse de provoquer .
    Quand on a identifier un pervers narcissique personne qui emploie la manipulation destructrice pour dominer et contrôler un autre individu .
    Il faut devenir manipulateur à notre tour superficiel ne pas être dans l émotionnel la confidence la confiance car ils se servent de nos émotions pour nous culpabiliser nous faire douter nous mettre en colère .
    Être distant lisse indifférent ne jamais se justifier .
    Personnellement je les fuient les évitent il est impossible d être soi même impossible de dialoguer de manière saine et constructive .
    Le pervers traité 90 pour cents de son entourage comme des ustensiles des faites valoirs des objets .
    Le pervers utilise les autres profite des autres rend confus triste en colère mal à l aise avec le temps c est dépression suicide folie .
    Le pervers n à rien à offrir il vous offre son mal être son chao….et essaie de nous voler nos valeurs nos qualités nos compétences
    Des profiteurs des trous noirs
    Vous avez bien décris le début sensation d étouffement de non liberté
    Avec un pervers on est en prison on est rien pour lui .
    Il ment comme il respire et reporté toujours la faute sur les autres ne sont excusent pas culpabilisent pas .
    Au contraire ils sont fières de soumettre de détruire la vie l espoir le bonheur les rêves chez l autre .
    Ils sont sadiques ne jamais l oublier votre tristesse lui fais plaisir de vous humilier le fais le jouir
    Vraiment des pourris ..
    Ne pas se fiez au paraître à sa fausse belle image l intérieur c noir c vide affect vide de compassion vide humanité pour autrui .
    Le pervers vous vend du rêve et vous fais vivre un cauchemar
    Ce décalage peut durer longtemps si vous croyez à cette illusion
    Paroles paroles mais les actes les promesses vous verrez rien enfin presque rien juste pour vous maintenir sous emprise .
    Vous bercez d espoirs qui n arrivent jamais par votre faute oui c est toujours votre faute ou la fautes des autres .
    Jamais du pervers ni responsable ni coupable lui c est une victime
    Oui il est victime de son propre fonctionnement il a jamais accepté de renoncer à son délire besoin de toute puissance .
    Il a tué son père et dieu et c est lui dieu a présent plutôt un disciple du diable et il voudrait que vous soyez comme lui un disciple du diable .
    Partez ça demande du courage mais la vie est invivable avec eux des malades

    • mayoute dit :

      Ton analyse est très enrichissant, effectivement tu explique bien que “le pervers narcissique se prend pour Dieu, ou plutôt un disciple du Diable, il voudrait que vous soyez comme lui un disciple du Diable”. Toutes les personnes victimes de pervers narcissique ont plus ou moins utilisé les mots : diable, Satan, démons, fils du diable etc..
      Ce n’est pas par hasard qu’ils sont associé au Diable, Je crois qu’ils sont habités par quelque chose de spirituellement noire. Pour être vide de sentiments, il faut appartenir à une “race” particulière et je pense que ces individus ne sont humains que d’apparence….Il ont les caractéristiques humaines mais ne le sont pas.
      Ils le savent en vérité et c’est pour cela qu’ils nient leur nature déviante donc perverse, ils se persuadent d’être des êtres parfaits alors qu’ils sont pourries et ne produisent que pourritures, noirceur, peur, angoisse, tristesse, dépression….

      • Candy dit :

        Oui Mayoute ils ont juste l’apparence humaine mais sans humanité sans sentiments se sont des machines des photocopieuses qui miment les vrais humains seulement les paroles sont opposés aux actes ainsi que les comportements puis c’est joué sans être compris et ressentis par un pn lui ne sait pas ce que c’est l’ex sentiments il peut pas mettre en pratique ce qu’il ni il ressent ni il comprend dire je t’aime ou j’ai besoin d’affection tu es belle c’est une chose que des pn m’ont dit dans la réalité ces on draguait d’autres femmes sur internet réseau à l’extérieur me comparer pour me démolir me mepriser voir me parler mal me critiquer dans mon dos n’arrêter pas de me demander des services de l’aide pleurnicher voir de l’argent et quand je refuser petage de câble culpabilisation chantage menace mépris vengeance etc… Se sknt des fous
        Et jamais merci excuse moi ou de remise en questions jamais de cadeaux de tendresse de soutien de compassion.
        Couoez et partez j’ai pas donné l’argent et les services j’ai viré arrêté jamais merci et je suis pas une assistante sociale ni une banque ni une esclave.
        Les pn croient au diable ya rien de vivant de pire de sain de beau de vrai chez un pn un trou noir rempli de merde voilà ce que c’est un pn une merde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.