Manipulation et parole perverse – L’autre, cet objet

Bande Originale de ce billet « Les mots » : « (…) y’a des mots c’est des couteaux (…) »

Dans la violence psychologique, l’emprise, le harcèlement moral et la perversion narcissique on trouve l’inversion du vrai et du faux, l’omniprésence des arguments d’autorité basés sur la « vérité »‘, la difficulté à croire que « c’est vrai », l’omniprésence du mensonge qui se fait passer pour vrai.

« Le langage est perverti. Chaque mot cache un malentendu qui se retourne contre la victime désignée. » M.-F. Hirigoyen.

La violence psychologique

Elle consiste en une série d’attitude et de propos qui visent à dénigrer et à nier la façon d’être, ou l’être, d’une autre personne, avec pour intention et/ou pour effet de déstabiliser, de blesser cet autre. La particularité de la violence psychologique perverse, comme façon d’être en relation, est que cette attitude et ces actions ne sont pas suivies de regrets ou d’excuses. Pour celle ou celui qui l’exerce, la violence psychologique est déniée, invisible voire inavouable. La négation de l’autre passe par la considération de celui-ci comme objet.

La fatigue émotionnelle qui découle de la violence psychologique, du climat général de ‘négation de l’autre’, notamment dans ses émotions et ressentis, est renforcée par le caractère insidieux et durable dans lequel ce mode relationnel peut s’installer.

« Ces agressions relèvent d’un processus inconscient de destruction psychologique, constitué d’agissements hostiles évidents ou cachés, d’un ou de plusieurs individus, sur un individu désigné, souffre-douleur au sens propre du terme. Par des paroles apparemment anodines, par des allusion, des suggestions ou des non-dits, il est effectivement possible de déstabiliser quelqu’un, ou m^me de le détruire, sans que l’entourage intervienne. Le ou les agresseurs peuvent ainsi se grandir en rabaissant les autre, et aussi s’éviter tout conflir intérieur ou tout état d’âme en faisant porter à l’autre la responsabilité de ce qui ne va pas. (…) Pas de culpabilité, pas de souffrance. Il s’agit là de perversion au sens de la perversion morale. (…) Cela ne devient destructeur que par la fréquence et la répétition dans le temps. Ces individus ne peuvent exister qu’en « cassant » quelqu’un : il leur fait rabaisser les autres pour acquérir une bonne estime de soi, et par là même acquérir le pouvoir, car ils sont avides d’admiration et d’approbation. Ils n’ont ni compassion ni respect pour les autres puisqu’ils ne sont pas concernés par la relation. Respecter l’autre, c’est le considérer en tant qu’être humain et reconnaître la souffrance qu’on lui inflige. « , M.-F. Hirigoyen.

L’emprise

Elle consiste en la préparation psychologique destinée à soumettre l’autre, à le contrôler, à établir un pouvoir sur lui/elle, et s’apparente à un abus psychologique, à un viol psychologique.

Il ne s’agit pas moins qu’assujettir autrui, par des moyens subtils, répétitifs, voilés et ambigus et c’est en cela qu’ils sont efficaces. Sous couvert de confidence, d’aveu, à travers des mots qui paraissent sincères et corrects, « de l’extérieur » il s’agit de disqualifier l’autre (humiliations, malveillance), d’instaurer un contrôle, voire de détruire l’autre. Pernicieux et amoraux, « à petites touches déstabilisantes », ces moyens s’apparentent à un conditionnement, voire à un « lavage de cerveau ».

Chez la victime de l’emprise, les points d’entrée possibles, les accroches possibles peuvent être multiples : la confiance, l’empathie, la bienveillance, la naïveté, la faiblesse (on parle souvent d’abus de faiblesse en situation d’emprise et de harcèlement moral),…

Pour aller plus loin :

Les ouvrages de Marie-France Hirigoyen, notamment « Le Harcèlement moral – La violence perverse au quotidien »

Le site Contre la violence psychologique et ses multiples témoignages – La manipulation et le harcèlement moral sont des violences psychologiques pouvant mener à la destruction d’une personne.’

‘L’Emprise – Tuer pour ne pas mourir’

lemprise

Extraits

« comprendre pourquoi ces femmes ne partent pas »

« on a rien à cacher, la vérité est notre meilleur allié »

« tu n’a rien à craindre tout le monde me connaît ici »

« on de la peine à le croire – c’est la vérité »

« je te jure »

« qu’est-ce que tu cherches ? – Des certitudes, dans ce qu’elle nous dit, rien n’est clair »

« mais si ça se trouve, c’est vrai »

Harcèlement moral

Il consiste en des violences récurrentes, et c’est la récurrence elle-même qui est une violence : paroles humiliantes, flux de parole recouvrant l’autre, regards méprisants, tonalité menaçante, chantage, victimisation, attaque à l’estime de soi de la victime.

« Par harcèlement sur le lieu de travail, il faut entendre toute conduite abusive se manifestant notamment par des comportements, des paroles, des actes, des gestes, des écrits, pouvant porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychique d’une personne, mettre en péril l’emploi de celle-ci ou dégrader le climat de travail.

(…) De toutes ces agressions, on ne meurt pas directement, mais on perd une partie de soi-même. on revient chaque soir, usé, humilié, abîmé. Il est difficile de s’en remettre. » M.-F. Hirigoyen.

Chaque remarque, geste, regard, en soi, peut être considéré comme anodin, mais c’est le quotidien de leur accumulation qui épuise et qui fait douter la victime d’elle-même1. Et la victime du harcèlement devient le présumé coupable : quoi qu’elle fasse ou dise, cela sera retenu contre elle par son agresseur.

Les leviers du harcèlement sont en particulier2 :

1. Le contrôle de la victime

« surveiller quelqu’un de manière malveillante avec l’idée de le dominer et de le commander. On veut tout contrôler pour imposer la façon dont les choses doivent être faites »

J’irai même jusqu’à dire qu’il s’agit de contrôler la manière dont la réalité doit être perçue par la « victime », sans lien avec l’idée de vérité des faits. D’où cette idée de « lavage de cerveau ». Il y a manipulation du réel de l’autre, et aucun intérêt pour la vérité, tant que la construction imposée est plausible et non décelable dans son mensonge.

Mensonge – faire du réel ce que l’on veut, croire à ses propres mensonges

Rumeurs – faire de l’autre, du réel l’objet de ses fantasmes

L’hyper-contrôle, la surveillance exercée, la malveillance continue génère le manque d’oxygène.

2. L’isolement de la victime

Le harcèlement moral passe par un isolement de la victime afin d’assurer l’absence de contact direct avec ce dont / le monde dont il est question de construire une représentation. Le/la harceleur.se doit s’assurer de rester en position de filtre par rapport à l’extérieur, par rapport au réel.

Une énergie considérable peut être dépensée par le/la harceleur.se pour conserver cette place d’intermédiaire, pour garder le contrôle, pour éviter que la manipulation ne s’effondre.

3. Acculer la victime par l’attribution d’intentions non fondées (suspicion, comportement jaloux,…)

La succession des procédés suivants contribue au harcèlement moral : procès d’intentions, crises de jalousie, demandes permanentes de justification, etc.

4. Répétition, usure, trop plein

 La victime finit par ressentir un manque d’oxygène, l’impression d’être prise au piège, entravée dans ses mouvements.

L’usure, la répétition consiste justement à ne pas laisser l’autre respirer, par « la répétition à satiété » d’un message (le harceleur le répète autant à lui-même qu’à sa victime jusqu’à que ce message devienne la réalité par l’abaissement de la garde, par l’usure, par la résignation)

Le flot de parole génère par exemple l’occupation de la disponibilité de l’autre, la médisance répétée remodèle le réel par les mot, « met en tête », « fait croire » à un réel qui n’est que celui de celui qui aimerait que ce réel soit la réalité, et qui réalise dans la tête des autres, qui immisce dans la tête des autres sont fantasme, par la manipulation.

5. Demande d’hyper-disponibilité versus absence de disponibilité

Le harceleur demande une disponibilité totale à sa victime, et oppose en retour une indisponibilité à l’autre  : « je suis surbooké », « je n’ai pas le temps de t’écouter, de faire ce que tu me demandes », mais je te noie dans mon flot de parole, de demandes, d’informations, d’exigences,…

La perversion narcissique : réduire l’autre à néant

Les mots pervers ne s’ancrent pas dans le réel et amènent la victime à oublier même qui elle est

 Ce qui compte pour le harceleur, c’est ce qu’il veut dire, faire croire, faire circuler, indépendamment de la véracité.

L’autre est un fantasme au service de cette construction du réel qui vient nourrir l’égo du harceleur. Celui-ci est déconnecté du réel, il vit dans un sentiment d’impunité, qui rend possible l’absence de nécessité pour son discours d’être vrai : ce discours se fait passer pour vrai et cela est suffisant, en tout impunité –  « c’est sa parole contre celle de la victime »3, et le harceleur se positionne souvent en place dominante, et socialement protégée pour le faire. La victime est en position de faiblesse et sa parole, même si elle dit le vrai, vaut moins.

« l’enjeu de la violence est toujours la domination »

« Le point commun de ces situations est que c’est indicible : la victime, tout en reconnaissant sa souffrance, n’ose pas vraiment imaginer qu’il y a eu violence et agression. un doute persiste parfois : « Est-ce que ce ne serait pas moi qui inventerais tout cela, comme certains me le suggèrent ? » Quand elle ose se plaindre de ce qui se passe, elle a le sentiment de mal le décrire, et donc de ne pas être entendue. » M.-F. Hirigoyen.

Il s’agit de détruire l’autre, symboliquement ou non, en tant que personne. Chez le pervers narcissique, il y a même une jouissance à dominer l’autre, à observer l’autre dans sa soumission.

« La perversité ne provient pas d’un trouble psychiatrique mais d’une froide rationalité combinée à une incapacité à considérer les autres comme des êtres humains. (…) il s’agit de « prédation » c’est-à-dire d’un acte consistant à s’approprier la vie. » M.-F. Hirigoyen.

A l’inverse d’un conflit entre deux personne, la violence psychologique perverse écrase la victime de celle-ci dans une asymétrie. Lors d’un conflit, l’identité de celui auquel on s’oppose reste à l’inverse préservé : il reste respecté en tant qu’individu, malgré le désaccord. La violence perverse est également distincte de l’agression : la première est insidieuse et répétitive, la seconde, ponctuelle et plus ouverte.

« J’ai choisi délibérément d’utiliser les termes agresseur et agressé, car il s’agit d’une violence avérée, même si elle est occulte et tend à s’attaquer à l’identité de l’autre, et  à lui retirer toute individualité. C’est un processus réel de destruction morale, qui peut conduire à la maladie mentale ou au suicide. » M.-F. Hirigoyen.

Ces distorsions du réel se font au détriment de l’autre, en tant qu’être : il n’est qu’objet et en cela est nié en tant que sujet. Cette négation de l’autre dans son être est d’autant plus violente que la victime présente une faille narcissique,, une faiblesse, qui est la brèche de l’emprise perverse : le contextuel rejoint dangereusement le constitutif, d’où l’enjeu vital de la conquête d’une parole juste sur ce qui est en train de se passer dans la relation toxique, pour en sortir.

« Dans la violence (…), l’autre est empêché de s’exprimer. Il n’y a pas de dialogue »

« Cela débute par un abus de pouvoir, se poursuit par un abus narcissique au sens où l’autre perd toute estime de soi (…) » M.-F. Hirigoyen.

Le refus de dialogue provient de l’incapacité du harceleur pervers à rentrer en discussion avec l’autre sur un mode horizontal, l’interlocuteur n’étant pas légitime, valable, voir n’existant pas en tant qu’interlocuteur, puisque seulement objet de ses désirs et fantasmes de toute-puissance.

Dès lors toute résistance, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas soumission au pouvoir exercé, est insupportable car incontrôlable et peut provoquer une « rage narcissique« .

La parole vraie et entendue de la victime est dès lors vitale pour reconquérir son statut d’être, de sujet et pour ne pas être tuée comme sujet, pour ne pas devenir qu’objet de la manipulation de celui qui exerce cette violence, cette négation insupportable.

Références

Le Harcèlement Moral : la violence perverse au quotidien Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement Moral : la violence perverse au quotidien, 1998, Éditions La Découverte & Syros
Malaise dans le travail, harcèlement moral : déméler le vrai du faux Marie-France Hirigoyen, Malaise dans le travail, harcèlement moral : déméler le vrai du faux, 2001, Éditions La Découverte & Syros
Femmes sous emprise, les ressorts de la violence dans le coupleMarie-France Hirigoyen, Femmes sous emprise, les ressorts de la violence dans le couple, 2005, Oh ! éditions
Les nouvelles solitudesMarie-France Hirigoyen, Les nouvelles solitudes, 2007, Éditions La Découverte & Syros
Abus de faiblesse et autres manipulationsMarie-France Hirigoyen, Abus de faiblesse et autres manipulations, 2012, Éditions JC Lattès
Que sais-je : Le harcèlement moral au travailMarie-France Hirigoyen, Que sais-je : Le harcèlement moral au travail, 2014, Presse Universitaires de France
La perversion narcissique, Revue française de psychanalyse 2003/3 (Vol. 67). 336 pages. ISSN : 0035-2942.
ISSN en ligne : 2105-2964. ISBN : 9782130535645.
Lien : <https://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2003-3.htm>.

Pour citer cet article

Faury, Mélodie (22 juillet 2015) “Manipulation et parole perverse – L’autre, cet objet”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  https://reflexivites.hypotheses.org/7550

  1. « avoir à l’usure » []
  2. perspectives choisies de manière subjective []
  3. Double peine des victimes – Violence psychologique / Harcèlement moral – « La victime face aux tiers – Le risque de la double peine » http://cvpcontrelaviolencepsychologique.com/2015/04/15/la-victime-face-aux-tiers-le-risque-de-la-double-peine/ … []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *