Des vérités contestées : quelle utilité ?

Je n’oublie pas que le thème de cette année, dans la villa aux mille couloirs, est « dire le vrai ». Je me suis saisie du livre d’Emmanuel Todd parce qu’il me permettait d’entrer par une fenêtre ignorée jusqu’ici, ou à peine entrouverte je crois par les locataires précédent.e.s, celle de la vérité quand elle est contestée. Au moment de repartir, et de laisser la place à l’une des deux gardiennes de ces lieux à nul autre pareils, Mélodie Faury, un doute et quelques regrets me saisissent.

792174_10201634992826352_1390746564_o-001

Pierre Boncompain Exposition de Montélimar, été 2011

Le principal regret, c’est celui de ne pouvoir rester pour continuer à discuter ce livre sur lequel j’aurais encore tant de choses à dire, au-delà de sa méthode et de sa réception. Le doute, c’est celui de l’intérêt d’avoir tant écrit. Non que je regrette d’avoir pris la défense de Qui est Charlie ? De cette nécessité à la fois politique et épistémologique, je reste convaincue. Mais, au fur et à mesure des quelques rares commentaires qui me sont parvenus, j’ai pris la mesure de la portée du projet : on ne convainc que celzéceux qui sont déjà convaincu.e.s. Je crois bien que le défi consistant à supposer qu’en inscrivant la démarche scientifique d’Emmanuel Todd au sein des sciences sociales j’allais faire changer d’avis quelques personnes, était au mieux de la naïveté, au pire de la vanité.

Mais au-delà de ces considérations toutes personnelles, je ressens un autre regret, assez inquiétant et sur lequel je voudrais conclure. Ce regret, c’est celui de faire partie d’une communauté scientifique qui ostracise aussi violemment un travail qui aurait mérité plus de respect et plus d’attention.

Je ne dis pas que tout m’a convaincue, dans ce livre. Certains passages m’ont laissé des interrogations, ou m’ont paru moins intéressants, et je les ai passés rapidement parce qu’ils n’étaient pas au coeur de sa démonstration. Car pour ce qui est de celle-ci, je pense qu’elle tient la route. Ne serait-ce que parce que les trois grandes catégories de reproches qui lui ont été opposées ne m’ont pas convaincue du contraire (voir les billets précédents). Une vérité est un discours qui, à un moment donné et jusqu’à preuve du contraire, arrive à convaincre de sa force de réalité. Vérité ici n’est pas forcément vérité ailleurs, j’en conviens bien et le fait est qu’Emmanuel Todd n’a pas réussi à atteindre une communauté suffisamment large et puissante pour imposer la sienne. Il faut dire qu’il y a des vérités qui sont difficiles à démontrer. Parfois on sait qu’on « tient » une vérité, mais on peine à la rendre acceptable pour les autres. A fortiori quand cette vérité bouscule, ou quand elle est ambitieuse. C’est souvent le cas des problématiques que forge Emmanuel Todd, qui n’est pas dénué d’une aspiration à faire l’histoire du monde depuis la nuit des temps.

Pour ce faire, l’auteur de L’invention de l’Europe, de Après l’Empire, ou du Mystère français aurait besoin à ses côtés d’une armée de collègues prêt.e.s à vérifier, tester, interroger, discuter, valider ou nuancer, les pistes qu’il lance. C’est souvent le rôle que se donnent ou que se voient donner les grandes figures du monde scientifique, qui parviennent à enrôler ces armadas de fil.le.s spirituel.le.s pour faire office de légitimation et de porte-voix scientifiques. Pour une raison qui m’échappe en partie, l’auteur de Qui est Charlie ? n’a pas eu cette chance – même s’il a, faut-il le rappeler, gagné depuis longtemps la confiance d’un démographe tel qu’Hervé Le Bras, dont la scientificité n’est pas en doute, à ma connaissance. Etait-ce parce qu’il y faut des qualités d’accommodement, voire une forme de docilité à l’institution, dont il serait dénué ?

Je veux bien entendre qu’Emmanuel Todd a les défauts de ses qualités : il bouscule, il pointe vers des valeurs négatives que personne ne souhaite se voir attribuer, surtout si elles vont à l’encontre de ses idéaux, il polémique et il provoque, il ne déteste pas le bon mot qui plaît (ou pas…) mais qui raccourcit la pensée en la simplifiant, il va vite (à la fois dans l’exposé de sa pensée et dans le rythme de ses publications) et parfois, au détriment d’une précision horlogère. Enfin, on a pu lui reprocher d’être trop sûr, voire imbu de lui-même… Mais ce sont là des défauts qu’on peut avoir soi-même, en tant que chercheur.e.s, et que pour autant je n’ai jamais vus accueillis avec une telle acrimonie : nos compte-rendus d’ouvrages sont parfois sévères, les discussions sur les forum dédiés aux travaux des pair.e.s ne sont pas toujours de bonne foi, et il arrive même que, par bienveillance ou par indifférence, on évite de rendre compte d’un ouvrage dont la qualité scientifique nous échappe. C’est d’ailleurs souvent l’absence de compte-rendu, plus que les critiques même dures, qui invitent à penser, au sein de la communauté scientifique, qu’un travail scientifique n’est pas d’un grand intérêt : c’est sans doute une erreur, d’ailleurs, mais c’est ainsi que c’est vécu. Il nous arrive donc d’être justes ou excessif.ve.s. En revanche, il est rare qu’on prenne la plume dans une tribune de quotidien national pour invalider le travail d’un collègue. Le faire, c’est se situer bien au-delà de ces règlements de compte par revue scientifique interposée.

chute finale

La chute finale, 1976

Todd a les défauts de ses qualités, et certain.e.s vont aussitôt demander : quelles qualités ? Celles qu’on lui reconnaît volontiers, déjà : stimulant, doué d’intuitions fulgurantes dont certaines, et pas des moindres, se sont vues vérifiées par les faits (on a parlé même, mi ironique mi sérieux, de « penseur prophétique », à propos de ce livre annonçant, au milieu des années 1970, la chute de l’URSS [1]), et surtout, last but not least, des cartes, des statistiques et des calculs de corrélation vérifiables et globalement justes [2]. Celles qu’on lui reconnaît, mais presqu’à regret : la capacité à écrire vite (ce n’est pas forcément un défaut), à atteindre un public qui va bien au-delà des lecteurs et lectrices de sciences sociales, à être aussi à l’aise sur un plateau de télévision qu’un.e chercheur.e dans sa bibliothèque… Faut-il invalider scientifiquement une thèse parce qu’elle se vend et que, pour être lisible par le plus grand nombre, elle cède à des facilités de langage ? Ne conviendrait-il pas plutôt de prendre de la distance et, au-delà de l’agacement (légitime ou non) suscité par ces facilités, examiner le travail pour réfléchir, avancer, compléter, discuter ? Pourquoi se laisse-t-on impressionner par le battage médiatique ? Pourquoi tant de mépris pour ce travail de fourmi qui, depuis 40 ans, se déploie avec une telle constance ?

Pourquoi tant de mépris quand d’autres, plus discrètement et plus modestement, disent peu ou prou la même chose sans pour autant se faire vouer aux gémonies ? Est-ce qu’il n’y a pas, dans la forme employée, un crime de lèse-majesté qui nous a collectivement, au sein de la communauté scientifique, empêché.e.s de prendre au sérieux les pistes ouvertes, les hypothèses soulevées, les démonstrations déployées ?

salieri

Le personnage de Salieri Amadeus, de Milos Forman, 1984

Jules Renard, qui admirait le talent de Victor Hugo, a eu ce mot : « Une seule fois, Victor Hugo ne m’a fait aucun effet : c’est quand je l’ai vu »*. Il me rappelle le film de Milos Forman mettant en scène le décalage entre le génie du musicien Mozart et les incongruités (pour ne pas dire la vulgarité) de l’homme Amadeus, du moins à travers les yeux de celui qui enviait tant son talent : Salieri.

Emmanuel Todd agace, il a cette assurance de celui qui croit détenir la vérité, et qui la défend avec d’autant plus de panache (ou de morgue, diront certain.e.s), qu’il est vilipendé, excommunié. Par ce contraste déstabilisant entre l’homme au verbe facile et le cartographe obstiné, polygraphe, il me fait penser à ces artistes. Mais là où l’on oppose, habituellement, l’art et la science, je les vois, chez lui, réunis. A mes yeux, l’auteur de Qui est Charlie ? est un scientifique par ce que sa démarche contient de quête obstinée de vérité, de rencontres avec le doute (et il en a, son livre est parsemé de ces limites qu’il reconnaît lorsqu’il les aperçoit), de remords (il est le premier à reconnaître qu’il s’est trompé, là encore il faut lire son livre pour le savoir), de construction des hypothèses et d’administration de la preuve ; mais aussi un artiste pour ce que cela nécessite et fabrique de créativité et de capacité à modifier les paradigmes existants.

La question reste celle de notre difficulté, collectivement, au moins au sein de la communauté scientifique, à entendre l’énoncé de ce nouveau paradigme-là. Nous sommes formés à la réflexivité : en tant que sociologues, globalement nous savons que l’individu, l’homme social, est pétri de valeurs latentes. La thèse d’Emmanuel Todd ne devrait donc pas nous émouvoir ; même si elle s’adresse directement au groupe que, socialement, nous formons, en tant que chercheur.e.s en sciences sociales ou journalistes… : celui des classes moyennes éduquées ayant défilé le 7 et/ou le 11 janvier 2015. Nous devrions pouvoir, raisonnablement, retourner le miroir vers nous, nous qui le posons si souvent devant les autres groupes étudiés pour parfois leur demander de s’y examiner. C’est le cas des chercheur.e.s qui, comme moi, se revendiquent du féminisme. Nous demandons aux hommes collectivement (et pas seulement à des institutions, un gouvernement, une association…) de bien vouloir modifier leur comportement et, pour cela, d’entendre ce que les études de genre mettent au jour : des préjugés, des stéréotypes qui contribuent à reproduire les inégalités. Nous expliquons souvent à ces hommes que l' »ennemi principal » [3] du féminisme n’est pas le groupe des hommes mais le patriarcat, c’est-à-dire un système de pensées, des valeurs qui hiérarchisent les qualités et les fonctions des hommes et des femmes dans la société. Nous leur montrons combien nous sommes tou.te.s, hommes et femmes, héritièr.e.s de ces valeurs que, faute de réflexivité, nous reproduisons – parfois sans même nous en rendre compte.

C’est bien en tant que féministe consciente d’être moi aussi porteuse de ces préjugés [4], que j’ai lu et compris le livre Qui est Charlie ? C’est parce que depuis longtemps je suis habituée à cette réflexivité que je n’ai pas été choquée par cette accusation d’islamophobie, ni plus ni moins avouable et acceptable que celle de sexisme. C’est parce que je sais trop bien combien nous portons de phobies (de peurs et de haines, de sentiments négatifs ou dépréciatifs inscrits dans une hiérarchie plus ou moins naturalisée/invisibilisée) que je ne suis pas plus surprise que cela d’apprendre que les classes moyennes éduquées auxquelles j’appartiens de plain pied sont pétries, qu’elles se l’avouent ou pas, de ces valeurs. Alors, comme pour le féminisme, il y a des degrés dans la dépréciation (de l’autre et de soi). Parmi les gens qui ont marché en janvier derrière Charlie, certain.e.s venaient sans la moindre intention de manifester une hostilité à l’islam, bien conscient.e.s des amalgames possibles, exprimant même leur crainte haut et fort à ce sujet. Mais, au-delà de ces cas dont le nombre reste à jamais inatteignable, demeure l’énigme que soulève Emmanuel Todd, à savoir : que les taux de manifestations laissent voir des écarts massifs, du simple au double, d’une part ; et que ces écarts massifs se trouvent généralement corrélés à la religiosité, fût-elle « zombie », des territoires sur (et par) lesquels ils s’expriment, d’autre part [5].

le roi est nu bis Angela Rizza

Les habits neufs de l’Empereur, ou ces fausses vérités dont on a de bonnes raisons de se convaincre. Auteure : Angela Rizza

C’est cela que nous ne voulons pas entendre. Que nous invalidons pour ne pas avoir à le prendre en considération. La colère et les émotions qui ont entouré la sortie de ce livre disent mieux que le silence dédaigneux combien nous avons été touchés par ce que révélait ce livre. Il ne disait pas forcément toute la vérité, mais il en disait suffisamment pour justifier l’énergie qu’on a mise à le contester. Sans doute sa prétention à la scientificité est-elle venue heurter plus fort qu’un récit à la première personne comme celui que publie, dix ans auparavant, Virginie Despentes. La vérité subjective peut toujours être ramenée à l’accident biographique, à la souffrance isolée : elle n’inquiète pas. King Kong Théorie a beau être l’un des réquisitoires les plus rageurs et les plus efficaces qu’on ait publiés contre le patriarcat, l’un des textes féministes les mieux diffusés aussi, il n’a suscité rien de comparable à ce qu’a provoqué Qui est Charlie ? Pourtant lui aussi révélait des valeurs latentes, des préjugés inavouables, des rapports de pouvoir qu’habituellement on préfère voiler. On ne me fera pas croire que le silence qui a entouré sa parution était celui du respect, celui que suscite l’évidence d’une vérité attendue. Mais il est vrai que le livre ne prétendait pas à la vérité scientifique.

Il y a bien à s’interroger, in fine, sur l’accueil qu’on réserve à qui prétend appuyer une description de la réalité sur des hypothèses justifiées et des données vérifiables tout en remettant en question les paradigmes existants. Certes il y a eu la forme provocatrice, énervée voire brutale de la bousculade opérée. Mais au-delà de cette série d’incongruités sans lesquelles le livre serait sans doute allé rejoindre sans mot dire les centaines d’ouvrages scientifiques dont on ne parle que dans les revues scientifiques, il y a lieu d’écouter celui qui, comme l’enfant de la fable, s’écrie : mais le roi est nu !

 

—————-

[1] C’est le cas du sociologue Réda Benkirane, Démographie et géopolitique. Etude critique des travaux d’Emmanuel Todd, Paris, éditions Hermann, 2015. Le livre dans lequel il analyse les données démographiques permettant de penser qu’à terme, l’URSS allait s’effondre est La Chute finaleEssai sur la décomposition de la sphère soviétique, Paris, Robert Laffont, 1976.

[2] Voir le billet De la fragilité des reproches adressés à Emmanuel Todd, dans lequel sont cités les géographes ayant reconnu la validité des corrélations établies par le chercheur dans Qui est Charlie ?

* Merci à Stéphane G., grand connaisseur de Jules Renard, de m’avoir fait connaître cette réflexion.

[3] « L’Ennemi principal » est le titre d’un article fondateur du féminisme matérialiste, rédigé en 1970 par Christine Delphy et qui a, depuis, donné son titre au recueil d’article que la chercheure a publiés depuis. Voir Christine Delphy, L’Ennemi principal. 1. Economie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 1998 et de la même, L’Ennemi principal. 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.

[4] Préjugés que je m’efforce de combattre quand je parviens à les identifier, ce qui n’est pas toujours le cas…

[5] Il est un ultime exemple dont Qui est Charlie ? ne parle pas, mais qu’Emmanuel Todd a évoqué récemment, lors d’un entretien, comme étant peut-être l’idéal-type de cette étrange corrélation entre catholicisme zombie et taux de manifestation. C’est le cas du Canada. Montréal est la ville qui, à l’étranger, a de loin le plus manifesté le 11 janvier (les chiffres sont disponibles sur wikipedia). Or, non seulement Montréal est de forte tradition catholique, mais la ville a récemment inscrit la laïcité parmi ses priorités politiques. Or, la laïcité est bien devenue l’un des terrains de cette confessionnalisation des affrontements que Charlie n’a pas inaugurée, mais exemplairement illustrée, et dont parle Alain Bertho. Alain Bertho, lui aussi anthropologue, quoique plus discret qu’Emmanuel Todd. Plus discret, plus modeste aussi mais du coup, moins combattu et aussi, hélas, moins entendu. Voir Alain Bertho, « Une islamisation de la révolte radicale », entretien avec Catherine Tricot, le 11 mai 2015.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l'époque de la Révolution et de l'Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la Révolution et de l'Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011. Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010. Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/07/2015

    […] peut-être l’effeure-t-on, au croisement des regards de locataires successifs. Parfois aussi la refuse-t-on pour l’inconfort immédiat qu’elle procure, les schémas rassurants qu’elle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *