#Fiction – « Tu m’excuses si j’oublie de te parler »

Des flot de paroles ininterrompues qui envahissent l’espace

Qui n’en laissent plus de la place, à soi

A soi non pas en-dedans mais vers les autres

Une parole qui s’immisce dans tous les silences

Qui parle comme elle pense sans voir que l’autre est là

Pas toujours disponible

Présent lui aussi et qu’il a besoin de place

Au moins un peu

Un peu de respiration et d’oxygène « ah je te l’ai déjà dis, je ne sais plus à qui je dis quoi » bien sûr, puisque la parole s’écoule peu importe vers où tant qu’elle sort et puis grandit dans le silence

Un silence intenable par la solitude à laquelle il renvoie, s’il s’installe parler pour s’assurer que l’on existe bien ici, maintenant, et malgré les autres

La parole pour soi

Où pour l’autre que l’on prend pour un bout de soi

Chut

Donnez-moi une seconde de silence

*

« Tu m’excuses d’avance si j’oublie de te parler de certaines choses, c’est que j’ai trop pris l’habitude de travailler seule ».

Perrine est prévenue par Estelle. Estelle se dédouane à l’avance de ce qu’elle ne dira pas, des informations qu’elle gardera, de l’autonomie qu’elle protégera. Estelle mène déjà son projet finalement, et puis elle était là avant, donc le projet elle le connaît bien, peut-être mieux que Perrine finalement. Donc Estelle laisse le temps à Perrine d’arriver, mais pendant ce temps, elle continue à travailler un peu comme avant, finalement.

A l’arrivée d’Angèle, les premières réunions d’équipe sont mises en place par Perrine. Du temps réservé pour partager les informations, les difficultés, trouver ensemble des solutions et répartir les charges. Estelle n’a jamais bien le temps pour ces réunions. Elle souffle, elle se plaint, mais elle finit par accepter d’y assister.

Des difficultés il y en a. Le rythme est intense, et les dossiers nombreux. Et puis les mails s’accumulent dans les boîtes de réception de chacune. Des salves de mails comme autant de liste de choses à faire qui s’entassent sur l’écran et dans la tête. Et Estelle explose :

« Tu pourrais nous parler autrement qu’avec des mails ! Je suis un être humain ! ».

Estelle parle au nom de l’équipe, c’est à dire d’Angèle et elle, comme souvent. « Nous ne voulons pas », « nous voulons te dire ».

Perrine est déstabilisée, elle n’avait pas envisagé que ses envois puissent être reçus et vécus aussi violemment. Elle se dit qu’elle a mésestimé les mois passés et la souffrance de la solitude d’Estelle sur le projet. Attentive à la qualité humaine des relations dans le travail, elle s’excuse, et demande à Estelle et Angèle comment elles souhaitent que la communication puisse se faire. Elle indique aussi qu’elle fonctionne comme elle l’a toujours fait dans d’autres milieux professionnels, mais que si elles le vivent mal, elle pourra s’adapter. On cherche alors des solutions. Perrine, Estelle et Angèle partagent le même bureau, il est donc possible de se parler directement mais cela suppose d’interrompre le travail de l’autre. Angèle n’y voit pas d’inconvénient, elle en a l’habitude. Estelle non plus, elle le pratique déjà avec Angèle. Perrine est plus réservée. Elle craint des difficultés pour avancer sur les dossiers si les interruptions et irruptions de chacun dans le travail de l’autre sont libres. Mais elle est prête à essayer.

Piège se referme

*

Parler entre les mots est une habitude trop bien partagée

Dire sans le dire ce que l’on voudrait dire sans l’oser

A en faire tomber les mots par terre

La grande mascarade des non-dits du quotidien

L’absence transparente des intentions vraies

Les inavouables et les refoulés

qui nourrissent nos malentendus et nos quiproquos.

Il paraît qu’il ne faudrait pas trop penser

lâcher prise au risque de permettre à l’emprise d’exister

Et si on s’y risquait au contraire

à penser au sens des mots

qui se mettraient alors vraiment à parler

Risquer le vrai, le franc, la franchise, même brutale et violente

Moins violente pourtant que l’illusion de la liberté des mots que l’on use par évidence.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/07/2015

    […] L’hyper-contrôle, la surveillance exercée, la malveillance continue génère le manque d’oxygène. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *