La violence psychologique : insaisissable

« (…) on peut articuler cette volonté de savoir, qui a pris forme d’une volonté de vérité, non point sur un sujet ou une force anonyme mais sur les systèmes réels de domination.

(…) on aura replacé le jeu de la vérité dans le réseau des contraintes et des dominations. La vérité – je devrais dire, plutôt, le système du vrai et du faux aura révélé le visage qu’il a depuis si longtemps détourné de nous et qui est celui de sa violence. »

M. Foucault, « La volonté de savoir » cours au collège de France, p.6

La vérité est ce qui dit en voix double et superposée : je veux tellement la vérité que je ne veux pas connaître et je veux connaître jusqu’à ce point et jusqu’à une limite telle, que je veux qu’il n’y ait plus de vérité. »

M. Foucault, « La volonté de savoir » cours au collège de France, p.209

Comment saisir pour commencer ce que l’on entend par violence psychologique ?

Les mots peuvent-ils être blessants, ponctuellement, régulièrement ou définitivement ? Oui, et parfois même, les mots tuent.

« Un mot qui vient bien,

ça peut tuer ou humilier,

sans qu’on se salisse les mains.

Une des grandes joies de la vie,

C’est d’humilier ses semblables. »

Deproges cité par M.-F. Hirigoyen

« Être blessé par un discours, c’est souffrir d’une absence de contexte, c’est ne pas savoir où l’on est. (…) nous pouvons être « remis à notre place » par un tel discours, mais cette place peut être une absence de place. »

Judith Butler, Le Pouvoir des mots, p.23 et 24.

Quel rapport avec le dire-vrai ? Aucun a priori, la vérité n’a pas toujours beaucoup d’importance dans l’usage des mots qui blessent. Marie-Anne Paveau a souligné l’ambiguïté du mensonge et de la vérité, entre énonciation et intention. Ainsi le mensonge ne fait pas toujours mal à celui qui l’entend, selon le rapport inter-individuel dans lequel il s’inscrit.

Dire ses quatre vérités (à quelqu’un)

Au XVIe siècle, lorsque cette expression apparaît, d’abord sous la forme « dire ses vérités », les vérités sont des « choses vraies ».
Ainsi lorsqu’une personne disait « ses vérités » à quelqu’un, elle lui disait des choses vraies ou justifiées sur lui, principalement négatives, sans hypocrisie, qu’il ait envie ou pas de les entendre.
Et cela n’a pas vraiment changé depuis. (…)

Exemple

« Cette conversation la vexait, elle brûlait de dire ses quatre vérités à cette femme honnête. » Émile Zola – Nana

« La question éthique se pose au langage, depuis longtemps, et sous de nombreuses formes qui constituent autant d’indicateurs appelant à une réflexion plus poussée Il existe par exemple des catégories langagières profanes construites précisément sur la dimension éthique : les bonnes et les mauvaises paroles, les gros et les vilains mots, les bonnes et les mauvaises manières de dire, l’outrage, la diffamation, l’insulte, l’injure, etc.

(…) Aux catégories précédentes, peu d’équivalents linguistiques « savants », mais une foule d’éléments de linguistique profane, d’expression et proverbes variés et parfois contradictoires qui viennent immédiatement à l’esprit : « Toute vérité n’est pas bonne à dire », « Il n’y a que la vérité qui blesse », c’est un « pieux mensonge », «  A beau mentir qui vient de loin », « il y a des limites à ce que l’on peut entendre ». A cela s’ajoutent les commentaires, analyses et jugements de valeur que tout un chacun produit constamment dans les échanges verbaux, qu’ils soient formels ou informels, et qui constituent un corpus métadiscursif important : propos « inqualifiables » ou discours « dignes », paroles « injurieuses » ou mots « forts », mensonges « éhontés » ou vérités « bénéfiques », autant de qualificatifs qui décrivent régulièrement les paroles des hommes en société. »

Marie-Anne Paveau, Langage et morale, p.26-27 

Piège se referme

Qu’ils disent vrai ou faux, les mots déplaisants ou violents, le sont dans un rapport à l’autre, dans un contexte de la parole utilisée pour établir un mode relationnel de domination.

« (…) si « le pouvoir qu’a un nom de blesser » (p. 69) repose bien sur une interpellation qui a pour but de désigner un sujet assujetti, les effets de cette interpellation ne sont pas mécaniques et « l’efficacité avec laquelle ce pouvoir est exercé » repose quant à elle sur une historicité, sur la sédimentation des usages du nom qui en fige la répétition. »

Claire OGER, « Judith Butler, Le pouvoir des mots. Politique du performatif », Mots. Les langages du politique [En ligne], 81 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 30 juin 2015. URL : http://mots.revues.org/736

« Le terme anglais « injury » signifie à la fois tort, préjudice, dommage, notamment corporel ou physique, ou encore, le plus souvent, blessure. Judith Butler l’utilise à propos du discours, des discours injurieux en particulier, pour désigner les effets matériels de l’insulte. Cet emploi, spécifique à Butler, fait se chevaucher les termes insult et injury afin de signifier l’identité, dans un même évènement, de l’insulte prononcée et de ses effets corporels. » Avertissement des traducteurs, C. Nordmann et J. Vidal, dans Le Pouvoir des mots de J. Butler, p.16

« Voici d’abord, en vagues déferlantes, les paroles qui dénigrent, rabaissent, humilient. (…) Mon détecteur affiche aussi la cohorte des paroles qui font pression sur autrui, comme pour prendre le contrôle de sa vie, ces paroles en forme d’ordres, d’injonctions, de recommandations, de conseils insistants : « fais ceci, ne fais pas cela », « tu dois, tu devrais », « à ta place, je ferais… », « tu as tort de… », « il faudrait que tu… ».

L’aiguille s’agite également en présence des assertions péremptoires, des jugements guillotines que mon appareil a rangés plus haut dans la catégorie du « désagréable », mais qui resurgissent ici avec une résonance psychologique plus profonde, car il y a un seuil où, par leur répétition, ces paroles cessent d’être simplement « impolies » ou « contrariantes » : elles deviennent tout simplement pathogènes. Elles trahissent une volonté de puissance qui asservit l’interlocuteur, le nie comme sujet. « Tu ne comptes pas, tu n’existes pas », semblent-elles dire. » Michel Lacroix, « Paroles toxiques, paroles bienveillantes »  p.18-19

La violence psychologique est sous-tendue par l’idée de malveillance, consciente ou inconsciente, de celui qui l’exerce, de manière plus ou moins perverse.

Dans cette forme de violence il s’agit de faire prédominer une représentation subjective du réelle sur une autre, si proche ou lointaine qu’elle soit effectivement du « réel » ou du « vrai », de telle sorte qu’elle vienne s’imposer à l’autre / aux autres individus, et aux représentations dont ils sont porteurs, comme la plus vraie possible. Celui qui manipule les mots pour exercer une violence sur autrui le fait sous une « couverture sociale » de détenteur de vérité.

J’identifie dès lors un continuum complexe et entremêlé de ce que j’appelle « violence psychologique » dans les relations inter-personnelles.

VP1

VP2

Ainsi, la manipulation malveillante du langage joue avec le faux et le vrai1, de manière habile et parfois perverse, pour que le faux passe pour vrai, progressivement. La posture de celui qui manipule le langage à son avantage passe ainsi par la construction d’une posture plus générale : la manipulateur se positionne en détenteur de vérité, travaille son autorité comme locuteur pour asseoir mieux sa manipulation.

     Modèle PILA, 1992, M. Roy et Al. aux presses de l’UQAM, / Source : Pouvoir, Influence, Autorité et Leadership

Modèle PILA, 1992, M. Roy et Al. aux presses de l’UQAM, / Source : Pouvoir, Influence, Autorité et Leadership

La déstabilisation de l’autre, dans la manipulation, passe justement par un usage de sous-entendus, de mensonges, de silences et de retournements du réel à la faveur de celui qui manipule. Pour la victime de telles manœuvres du langage et du réel, il y a parfois de quoi « devenir fou« , de ne plus savoir démêler le faux du vrai, le juste de l’injuste. Et l’intention malveillante de celui ou celle qui exerce une parole toxique, ne se dit pas, se camoufle.

La violence psychologique se joue alors à au moins trois niveaux (catégories toutes personnelles) :

1. pour la victime, la domination de son être dans sa subjectivité ;

2. pour la victime, la non-reconnaissance par le regard extérieur de la violence psychologique exercée par celui/celle qui assoie sa position dominante par le langage. Le caractère insaisissable de la violence psychologique exercée est en soi source de violence psychologique et tout comme l’impossible « dire-vrai » sur ce qui se joue dans la relation (absence de reconnaissance de la position de victime) ;

Billet La victime face au tiers, le risque de la double peine

« Il lui est alors indispensable d’être entourée par ceux qui peuvent l’entendre.

3. dans le cas de situation perverses, la victime se retrouve dans une déconnexion assumée, par celui/celle qui exerce la violence, entre le langage et la vérité, avec le réel – ce qui peut provoquer le sentiment de « devenir fou ».

Elle ressemble à une marguerite (…), là elle est fanée,

Elle ressemble à une marguerite (…), là elle est fanée,

Une violence psychologique extrême s’installe quand la relation de domination devient une relation perverse : l’autre est nié, au-delà donc d’une « simple » domination, la victime de violence psychologique n’existe plus en tant que sujet, mais seulement en tant qu’objet. Il n’y a plus d’éthique (vertu, confiance), ni de morale dans ce type de situation.

« Je t’explique. Les faits n’existent pas. Tout est révisable. Il n’existe ni références ni vérités évidentes ». M-F Hirigoyen

« Le mot « perversion » est apparu en 1444 dans la langue française (du latin per-vertere : retourner, renverser), défini par le changement du bien en mal. Actuellement, dans le sens commun, le mot pervers sous-entend un jugement moral. » M-F Hirigoyen p.150

« La force des pervers est leur insensibilité. Ils ne connaissance aucun scrupule d’ordre moral. » M-F Hirigoyen p.156

Cette distorsion du réel dans un rapport de domination pervers et l’attaque de l’intégrité de l’autre par le langage, pouvant aller jusqu’à la négation de l’existence de la victime comme individu, est ce qui me paraît constituer l’extrême violence psychologique pour celui qui la subit ou plus précisément qui en est l’objet. Cette violence, immatérielle, est non reconnue ou identifiable, par des personnes extérieures à la relation, ce qui en renforce l’intensité.

Je distingue l’idée de violence psychologique de violence verbale ((même si la distinction entre les deux n’est pas encore suffisamment explicite pour moi)). Dans les cas les plus poussés de violence psychologique pour celle ou celui qui en est victime, le langage est perverti : il ne vise pas la justesse mais l’empiètement de l’autre dans son intégrité, et jusqu’à sa négation. Il y a une déconnexion totale entre dire et dire-vrai : le langage se réduit à un moyen de domination.

« (…) chaque mot, chaque intonation, chaque alllusion ont de l’importance. » Tous les détails, pris séparément, paraissent anodins, mais leur ensemble crée un processus destructeur. », M.-F. Hirigoyen, Le Harcèlement moral

« Même non verbale, même cachée, étouffée, la violence transpire à travers les non-dits, les sous-entendus, les réticences, et, par là même, elle est vecteur d’angoisse. » M.-F. Hirigoyen, Le Harcèlement moral

Pour citer cet article

Faury, Mélodie (4 juillet 2015) “La violence psychologique : insaisissable”Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/7430

  1. M-F Hirigoyen, Le harcèlement moral. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *