De la fragilité des reproches adressés à Emmanuel Todd (2/3)

 

Un déterminisme mécanique ?

C’est n’avoir pas compris la démarche d’Emmanuel Todd que de lui reprocher un déterminisme ne laissant aucune place au changement et aux transformations historiques. François Héran, par exemple, s’étonne qu’il fasse parler l’inconscient des manifestants « via des systèmes anthropologiques latents attachés au territoire de résidence, qui détermineraient leurs choix à travers les siècles [1] » : il y aurait, dans sa méthode, un déterminisme mécanique qui ne tiendrait compte ni de la liberté individuelle ni de la mobilité géographique. Jacques Lévy, quant à lui, considère qu’il nie toute historicité en décrivant « le monde contemporain comme si rien n’avait bougé depuis deux siècles [2] ». C’est un reproche étonnant non seulement quand il vient des sciences sociales, rompues à la question des déterminismes de l’action, mais également quand on voit le soin que met Emmanuel Todd à prendre en compte la mobilité et l’historicité, justement.

D’abord, quel est le problème avec le déterminisme sociologique ?

Le sociologue, on le sait, cherche des lois qui ne sont jamais des lois absolues d’une part, et qui ne nient pas la part de liberté individuelle d’autre part. Lorsque, pour reprendre le livre déjà cité d’Emile Durkheim, celui-ci établit que les femmes mariées sans enfants se suicident plus que les célibataires, il n’affirme pas que toutes les femmes mariées sans enfant vont se suicider. Il observe des tendances, des probabilités qui n’ont rien d’automatique ou de « mécanique » mais qui n’en jouent pas moins sur les trajectoires personnelles. D’autres facteurs entrent en compte, certainement, qui vont soit pousser une femme de cette catégorie à se suicider soit au contraire à la protéger : du côté du passage à l’acte, le fait de n’être pas entourée ou soutenue par des proches, ou de ne pas être engagée dans des projets autres que le soin du ménage et de monsieur, vont sans doute jouer un rôle ; du côté de la protection, le fait par exemple d’avoir rencontré et choisi – autant que ce soit possible -, un époux un peu plus attentif ou moins exigeant que la moyenne, lui rendra ses devoirs peut-être moins difficiles à vivre. La sociologie, quand elle découvre des lois, parle de tendances d’une part, et de tendances non exclusives d’autre part. Elle ne parle pas de déterminants automatiques et univoques [3]. Elle tente juste de donner un sens à des taux qui étonnent le sociologue attentif.

A aucun moment de ce livre, Emmanuel Todd n’établit une automaticité de ses déterminants sur l’action des individus.

Il note simplement qu’il existe des tendances permettant d’interpréter, via la continuité du vote sur un département ou dans une ville donnée, les valeurs politiques d’un groupe sur un territoire. Les politistes font assez de cas de ces « basculements » à droite ou à gauche d’une région ou d’une ville traditionnellement inscrites dans une tendance pour qu’on ne s’étonne pas, aujourd’hui, de l’existence de telles continuités. Continuités qui, faut-il le rappeler, n’induisent pas une homogénéité du vote sur un espace donné, ni même d’une constance de vote à l’intérieur d’une catégorie d’électeurs. C’est toujours et seulement à quelques points que se joue une élection : un « basculement » ne concerne pas le passage de tout un électorat d’un parti à l’autre. Les critères du vote sont difficiles à établir, la science politique s’évertue depuis des décennies à tenter de percer leur mystère, on sait qu’il varient d’un individu à l’autre comme d’une élection à l’autre en fonction des candidats, du contexte ou de considérations extérieures aux enjeux directs de l’élection ; on a redécouvert récemment, avec les travaux de Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen, que le vote restait un acte collectif et local, et ne pouvait pas être étudié comme s’il était un geste individuel isolé [4]. Emmanuel Todd n’ignore pas ces critères, pas plus qu’il n’ignore les fondamentaux de la sociologie électorale, d’ailleurs, lui qui cite l’ancêtre des études électorales, André Siegfried, le premier à avoir tenté d’établir les déterminants géographiques et religieux du vote [5].

36754-1

Bien sûr, les forces politiques ne sont pas restées telles qu’elles étaient à l’époque d’André Siegfried, et le travail du démographe n’ignore pas leurs évolutions récentes. C’est d’ailleurs pour qualifier ces évolutions qu’il reprend la notion, forgée en 2013 dans Le Mystère français, de « catholicisme zombie [6] » : serait à l’œuvre, sous forme « résiduelle », une « force anthropologique et sociale » née de la deuxième désagrégation de l’Eglise dans ses bastions traditionnels. Entraînant la France dans la montée en puissance d’un socialisme islamophobe (ainsi qu’européiste, décentralisateur…), cette subculture constituerait selon les deux démographes, « le phénomène social le plus important des années 1965-2015 ». Les régions concernées par ce catholicisme fantôme [7] sont la Bretagne, l’Alsace, la Savoie et le Pays Basque : anciennes terres caractérisées, avant la Révolution, par des systèmes d’héritage inégalitaires, elles auraient transmis, de génération en génération, des valeurs et des institutions incitant à voter pour la démocratie chrétienne ; ce, jusqu’au dernier quart du XXème siècle qui les voit rejoindre la gauche, sans doute par rejet du sarkozysme. A l’opposé, les anciennes terres aux valeurs héritées de systèmes successifs égalitaires, comme la Provence, la Bourgogne, mais aussi le Nord, la Picardie ou le bassin parisien, ont moins bien résisté à la crise économique ; sans doute, explique Emmanuel Todd résumant les conclusions du Mystère français, parce que leur individualisme, leur détachement ancien et durable des structures et des valeurs portées par l’Eglise catholique, puis la « volatilisation » du communisme [8], laissent les individus « sans filet de sécurité ».

En tant qu’historienne, je ne peux que regretter qu’à ma connaissance, on ait tant négligé, dans nos travaux, ce type de questionnement : lorsqu’on travaille sur les familles, c’est généralement d’un point de vue tellement haut, ou au contraire si monographique et localisé, que la dimension comparative, inhérente à l’approche toddienne, manque au moment où l’on voudrait pouvoir en vérifier la validité à partir d’autres terrains. J’ai négligé cet aspect, quand j’ai mobilisé la catégorie « famille » dans l’étude du système électoral de la France révolutionnaire et du Code civil de 1804 : forcément, il s’agissait de lois qui s’appliquaient indifféremment à tous, désormais – contrairement aux lois d’ancien régime. Pourtant, il ne m’avait pas échappé, au détour de recherches complémentaires, que les familles du Sud-Ouest par exemple s’étaient souvent débrouillées pour contourner le Code afin de maintenir des traditions successorales favorisant l’aîné.e au détriment des cadet.te.s [9]. Par ailleurs, le « fils de famille » qui, pendant les premières années révolutionnaires, se trouve privé de droit de vote parce que, bien qu’adulte, il n’est pas émancipé par des lois qui maintiennent la puissance paternelle sur les majeurs, est une catégorie du droit dont on sait bien qu’elle n’est pas appliquée dans toute la France mais seulement dans les pays de droit écrit, c’est-à-dire dans la partie méridionale du pays. Ce billet n’est évidemment pas le lieu d’un examen approfondi de ces particularités du droit restées plus ou moins vives après la Révolution. Mais un simple et rapide tour d’horizon des terrains sur (et par) lesquels pourrait être vérifiée la validité et la pérennité des catégories anthropologiques d’Emmanuel Todd montre bien l’horizon qui pourrait s’ouvrir, si nous, historien.ne.s, les prenions davantage en compte dans nos travaux. Que connaît-on de la persistance ou pas de ces formes de transmission du patrimoine sur ces espaces caractérisés par leur structure familiale ? Qui peut dire qu’elles n’existent pas, faute d’études précises sur ce sujet [10] ?

Faute de pouvoir contredire empiriquement l’hypothèse d’une persistance des structures familiales informant les valeurs politiques sur un territoire, on a choisi d’opposer l’argument de la mobilité géographique : admettons, disent les contempteurs d’Emmanuel Todd, qu’aient existé, il y a longtemps, des territoires ainsi caractérisés. Comment peut-on imaginer qu’ils aient pu résister aux phénomènes de l’exode rural et de la mobilité géographique des individus particulièrement importants depuis le milieu du XXème siècle ? C’est n’avoir pas lu Qui est Charlie ? que de poser cette question car c’est un des éléments les plus développés de son argumentation [11]. Il existe une « mémoire des lieux [12] » qui permet de comprendre comment un ensemble de valeurs peut survivre au renouvellement des familles sur un territoire donné. Les familles, qu’elles soient là depuis des générations, ou qu’elles viennent d’arriver, subissent l’influence du lieu d’accueil et de vie. L’école, la rue, le quartier et l’entreprises contribuent à transmettre des valeurs, et ce, autant que le système familial (lequel ne peut déjà pas se concevoir sans son territoire puisqu’un système familial, « c’est en réalité des familles échangeant des conjoints sur un territoire »). Si les systèmes anthropologiques résistent « en dépit des conditions de mobilité extrême des populations, explique Emmanuel Todd, c’est parce que des processus mimétiques diffus assurent la victoire indéfiniment répétée de la culture du pays ou de la région d’accueil. L’immigré s’adapte, ses enfants changent de valeurs familiales. Les valeurs dominantes d’un territoire ne sont ni modifiées, ni menacées. » C’est exactement ce concept qui, de l’avis de l’auteur, permet d’articuler les déterminismes sociologiques et la liberté individuelle : personne ne se retrouve enfermé.e dans une détermination ancestrale de ses valeurs. Ce sont les territoires, en tant qu’ils sont constitués de couches de populations anciennes (donc suffisamment installées pour former une élite économique, politique, sociale influente), d’institutions encadrantes (comme les écoles privées et publiques plus ou moins actives, et par là plus ou moins capables d’influencer les choix scolaires des familles), qui contribuent à imposer leur culture aux nouveaux arrivants. « Si les valeurs familiales étaient les plus fortes, on arriverait à une désintégration des territoires » ; d’ailleurs, « la lutte éducative de certaines familles contre l’école ou le quartier est le plus souvent un combat perdu d’avance. » C’est une autre piste qui me semble particulièrement prometteuse : au-delà de l’influence des médias, dont on ne cesse d’examiner les tenants et aboutissants, il y a place pour des recherches qui interrogent et surtout comparent, territoire par territoire, les influences de proximité telles que les collègues de travail, le voisinage, mais aussi les espaces urbains à travers lesquels se cristallisent plus ou moins les hiérarchies sociales de genre, de classe et de race. Existe-t-il des recherches qui suivent l’éventuelle évolution des valeurs d’une famille ou d’une lignée (dans toutes ses dimensions, patri et matrilinéaires), à mesure qu’elle se déplace géographiquement ? Quelle focale faudrait-il prendre ? A partir de combien de temps une famille s’imprègne-t-elle des valeurs de la région qui l’accueille ? A cet égard, François Héran reproche à Emmanuel Todd d’accorder un traitement particulier aux musulmans, qui seraient les seuls détenteurs du « privilège de diluer leur fond anthropologique dans le creuset de l’assimilation, pour peu qu’on ait la patience d’attendre [13] » : c’est n’avoir pas compris son propos que de lui prêter un tel simplisme de raisonnement. Emmanuel Todd n’inscrit nul déterminisme à l’intérieur des familles en tant que telles : nul immigré n’est capable d’imposer son héritage à une culture dominante d’accueil, qu’il soit immigré marocain en terre lyonnaise aujourd’hui, immigré italien en terre new yorkaise il y a 90 ans. C’est pourquoi il invoque la force des territoires qui, plus que les familles qu’ils imprègnent, transmettent des valeurs, des institutions, un tissu social dans lequel le nouvel arrivant se fondrait à plus ou moins brève échéance.

Emmanuel Todd ne refuse nullement l’historicité. Il ne décrit pas le monde contemporain « comme si rien n’avait bougé depuis deux siècles [14] », bien au contraire. Car que fait-il quand il étudie l’évolution, c’est à dire le passage à gauche des « catho zombies » ou à droite des anciennes familles égalitaires ? Il est vrai qu’il cherche des continuités historiques, mais je ne peux qu’adhérer, en tant qu’historienne du politique, à cette démarche. Lorsque je travaille sur les catégories qui organisent, depuis les deux derniers siècles, les droits des hommes et des femmes, je n’en vois guère que deux (la famille et la classe de sexe). Les représentations ne changent pas radicalement à chaque génération. Emmanuel Todd a raison de chercher dans le passé proche, celui des deux derniers siècles qu’on appelle encore (et ce n’est pas pour rien) le monde contemporain, les catégories qui informent aujourd’hui nos représentations.

 

————————————————

[1] François Héran,  “Un esprit de système caricatural”, dans Libération, le 3 mai 2015.

[2]  «Jacques Lévy : “Un Todd stimulant, mais brouillé avec la réalité”», dans Libération, le 3 mai 2015.

[3] A ce propos, une récente discussion sur Facebook entre un sociologue et un physicien de mes amis a donné le dialogue suivant, que je trouve non seulement savoureux mais particulièrement éclairant :

Le sociologue : En sciences sociales il n’y a pas vraiment de causalité qui agirait comme un ressort du genre A entraîne B. (…) Pour autant, la corrélation (ou les modèles de régression) donne un indice, une piste, qui n’a pas de valeur sans l’interprétation sociologique puis un retour aux données pour vérifier cette interprétation. Durkheim est très « naturaliste », il aimerait mettre au jour les « lois » qui régissent la « physique » du monde social, mais c’est lui qui insiste en même temps sur le rôle de l’interprétation puis du retour aux données. Grosso modo, on n’explique par le comportement humain comme la chute d’une balle de tennis ou, en tout cas, quand on essaye ça ne marche pas.

Le physicien : Je comprends bien. Je trouve juste toujours un peu dangereux, car logiquement erroné, de passer de la corrélation + hypothèse à la démonstration d’une causalité. Il est bon de donner une telle analyse de « tendance » avec les précautions assorties, sinon on se retrouve avec des critiques du genre « avec deux cartes qui n’ont rien à voir, il veut me faire croire que je suis islamophobe, MOI qui ai une amie qui porte le voile ». Critiques difficiles à contrer en dix secondes dans un débat sans donner l’air de se défendre de manière confuse.

Sinon, pour filer la métaphore, il me semble que l’Homme n’est pas fondamentalement différent d’une balle de tennis. Dans le sens où si on devait prévoir la chute d’une balle de tennis à partir de l’accélération de la pesanteur et de sa vitesse initiale, sans connaitre son accélération, la force du vent et la qualité de sa surface, tout en se basant sur l’étude des chutes d’un millier de balles ayant vaguement la même vitesse initiale que la notre, et bien ce serait aussi mission impossible. » Merci à Q. Z. et J. B.

[4] Voir Cécile Braconnier et Jean-Yves Dormagen, La démocratie de l’abstention, Paris, Folio Gallimard, 2007. Ainsi que la synthèse des travaux de sociologie du vote, Une autre sociologie du vote : Les électeurs dans leurs contextes : bilan critique et perspectives, Paris, LGDJ, 2010. Pour une première approche de cette littérature spécialisée et forcément complexe, on peut renvoyer à Céline Braconnier, « Ce que le terrain peut faire à l’analyse des votes », Politix, 2012, vol. 4, n° 100, p. 99-112. On « redécouvre » car les historiens du suffrage tels qu’Alain Garrigou et Michel Offerlé avaient depuis longtemps attiré l’attention sur la nécessité d’établir une histoire sociale du vote prenant en compte l’environnement social proche, donc géographique, dans l’acte de vote. Voir Alain Garrigou, Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses De Sciences Po, 1992 ; ainsi que, du même, Histoire sociale du suffrage universel en France, 1848-2000, Paris, Points-Seuil, 2002 ; Michel Offerlé, Un homme, une voix ? Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard/découvertes, 1993.

[5] André Siegfried, Tableau Politique de la France de l’Ouest sous la IIIème République, Paris, Armand Colin, 1913. Le livre est aujourd’hui encore présenté, sur le site de SciencePo, comme l’ « acte de naissance de la science politique française, bréviaire des apprentis politistes, le Tableau est aujourd’hui encore unanimement célébré » même si « dépassé » par « la psychologie sociale avec ses questionnaires et ses sondages ». On laissera l’entière responsabilité de cette affirmation à son auteure, Marie Scot. Il n’est pas du tout certain que les politistes travaillant actuellement sur les comportements politiques soient tous d’accord avec cette affirmation.

[6] Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, Le Mystère français, Paris, La République des Idées/La Découverte, 2013.

[7] J’emploie sciemment un terme un peu moins connoté que « zombie », afin de désarmorcer, dans le cadre de ces billets, la charge péjorative associée au terme de « zombie » depuis que les séries américaines comme The Walking Dead en ont fait un synonyme de violence, d’imbécillité et de nocivité.

On notera que la définition du Grand Robert ne comporte pas cette valeur négative (« …revenant qui est au service d’un sorcier »), ce qui explique peut-être le choix de ce terme, même si à l’époque du Mystère français, on ne sache pas qu’une telle polémique ait émergé à son propos.

[8] On oublie trop, rappelle Emmanuel Todd, ce qui a été perdu avec le PCF : « une immense machine culturelle qui faisait vivre, dans les deux tiers laïques de la France, en milieu populaire, la foi dans le progrès, dans l’éducation, c’est-à-dire au fond le meilleur de la culture bourgeoise, sans oublier la confiance en l’universel et le refus de la xénophobie. Stalinien dans sa pratique administrative, le PCF était libéral dans ses mœurs et élevé dans sa moralité. (…) Le déclin de la France centrale et son actuel pessimisme résultent, pour une part, de l’effondrement du Parti communiste. » Emmanuel Todd, Qui est Charlie ?…, op. cit., p. 122.

[9] Eugène Cordier, Le droit de famille aux Pyrénées. Barège – Lavedan – Béarn et pays basque, Extrait de la Revue historique de droit français et étranger, numéros de juillet-août, septembre-octobre, novembre-décembre 1859, Paris, Auguste Durand, 1859. On retrouvait, un demi-siècle plus tard, les mêmes pratiques, d’après un juriste qui les avait étudiées de près. Julien Bonnecase dans son ouvrage Le féminisme et le régime dotal (thèse de droit, Toulouse, 1905), montre que dans cette partie sud-ouest de la France, les familles continuent de fonctionner sur le modèle de la famille-souche. On pourrait continuer longtemps à remonter le temps, puisqu’à la même époque, Frédéric Le Play travaille également à caractériser les familles selon leur organisation, montrant ainsi qu’en un siècle, même avec un Code civil égalitaire, les structures familiales résistent fortement à l’institutionnalisation de l’égalité successorale.

[10] On pourrait aisément répondre que ce n’est pas au lecteur d’Emmanuel Todd de prouver ou d’infirmer ses conclusions. Il faut, ici, considérer qu’à l’impossible, nul n’est tenu : faute de moyens, un chercheur seul ne peut pas mener les dizaines d’enquêtes qui permettraient de vérifier les hypothèses qu’il établit à partir de son cadre théorique. A ma connaissance, nul.le étudiant.e n’a engagé de recherches doctorales, nul.le chercheur.e n’a jugé bon de travailler, sur le terrain, pour vérifier si l’hypothèse tenait la route.

[11] Voir la partie du chapitre III, intitulée La mémoire des lieux, pp. 141-147.

[12] Le concept de « mémoire des lieux » est, comme celui de « catholique zombie », forgé avec Hervé Le Bras.

[13] François Héran,  “Un esprit de système caricatural”…, op. cit.

[14] « Jacques Lévy : « Un Todd stimulant… », op. cit.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l'époque de la Révolution et de l'Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la Révolution et de l'Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011. Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010. Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *