Eduquer féministement… à une conscience de genre (bis)

(suite du précédent billet)

Facebook, et la culture en général

C’est Manon, mais ce pourrait être Alice : « Ce que tu postes sur fb, même si on le lit pas, on voit le titre de l’article, le tout début, et si on lit on apprend des trucs même si c’est un peu ardu parfois, et lire les commentaires c’est une sorte de débat d’idées entre hommes et filles qui discutent du sujet sans se foutre sur la gueule c’est vachement intéressant, on voit quels arguments on peut opposer à tels arguments, et Laure et Anaïs – amies proches de Manon –  tu les as en amies, ça leur donne accès à des questions féministes comme ça…ça les sensibilise même si elles ont pas envie d’aller voir plus loin ça leur met quand même le nez dessus. »

Au-delà de ma page facebook, que j’alimente de quantité d’extraits ou de références d’œuvres ou d’événements féministes, au-delà de facebook en général, avec ses groupes privés, auxquels Alice est abonnée comme moi, ou les pages d’autres amies féministes, militantes engagées ou scientifiques, internet offre des espaces de lecture, de partage qui permettent un accès facilité à cette culture. Le site qui est le plus souvent cité par les filles est Madmoizelle : « Madmoizelle, il est à destination autant des jeunes adultes que des ados et vu que c’est drôle, ça fait passer les messages en douceur en fait, explique Manon. Et ce site je l’ai découvert grâce à toi ou à Alice, ça m’avait fait vraiment plaisir de découvrir ce site on voit que les féministes elles sont pas toutes, comment dire, ya aussi des jeunes femmes, belles, drôles, t’as de tout, pas une seule catégorie de la population qui est féministe parce que ça ça et ça parce que souvent elles sont un peu stigmatisées, chiennes de garde (rire..). »

Voici donc très rapidement esquissées deux conditions pour que se façonne la conscience de genre : un espace non mixte à la maison, permettant aux discussions de se déployer sans craindre d’être coupées, contredites ou freinées par quelqu’un qui n’adhérerait pas à cette vision des choses ; et des espaces de partage et de circulation des savoirs, sur internet, permettant d’alimenter, sans faire pression, au rythme de chacun.e, le réservoir d’exemples, de concepts permettant de contribuer à l’édification de cette conscience. Maintenant, comment les premières concernées définissent-elles « leur » féminisme et la manière dont cela affecte leur vie ?

Quel impact ?

Etre féministe, pour Manon (17 ans, lycéenne, Terminale ES), c’est « être sensible aux différences que tu peux voir entre les hommes et les femmes en général. Dans les films, je le remarque beaucoup, dans les séries, les musiques, j’essaye d’inverser et de regarder si ce que dit l’homme ça pourrait être dit par une femme, je me rends compte qu’il y a plein de trucs qui sont pas du tout égaux, tu nous as rendu.e.s sensibles à ça, on le remarque maintenant, alors qu’avant j’y faisais moins attention. »

Pour Alice (20 ans, étudiante en psychologie), être féministe a apporté « de la vérité, de la franchise dans les rapports qu’on a avec les autres », « comme si on se voilait plus la face des rapports de domination qui peuvent exister en deça des rapports de séduction qu’il y a entre les garçons et les filles et je trouve que c’est important de le voir, tout ça c’est pour nous apprendre à vivre de manière plus juste avec les autres », c’est « une espèce de clairvoyance, c’est ça que je cherchais, les enjeux dans les destins de chacun, une vision un peu plus précise du monde. Plus juste. Et moins hypocrite. » Et à la question « qu’est-ce qu’une éducation féministe t’a apporté », Alice répond : « Une manière beaucoup plus libre parce que si il y a quelque chose que je retiens à part égalité c’est liberté, il faut que les femmes se sentent libres et arrêtent de se maintenir sous le verrou, sous le joug du patriarcat de cette société, donc ouais quelque chose de beaucoup plus libre, « assume ce que t’es », « assume les conduites qui sont déviantes par rapport à cette norme de féminité », « assume parce que la féminité ça se recrée de façon personnelle, tous les jours, dans le respect de toi-même, des autres »… heu… voilà. »

I wish for equality

J’avais demandé à Manon si au quotidien elle avait l’impression d’agir en féministe, d’agir différemment d’ami.e.s qui ne le seraient pas, et elle m’a répondu : « Oui, et pour le coup j’ai un exemple, c’était au camping, on était avec le couple qu’on avait rencontré, on en avait parlé vite fait, ils savaient l’opinion que j’avais, à un moment de la soirée y’avait une énorme araignée qui se baladait sur le mur, en demandant à Léo de l’écraser, qui avait super peur, j’avais pris une chaussure en disant que c’est bon c’est pas parce que c’est lui qui est le mec qu’il doit le faire, il était là, il disait c’est facile de dire qu’on veut l’égalité si on garde le truc « c’est toi le plus fort, vas-y, je suis une fille je peux pas le faire », et j’avais écrasé l’araignée. Donc oui j’essaye de pas être que dans « on est plus faibles que les mecs et c’est pas juste, j’essaye de faire des efforts pour aller vers l’égalité mais dans tous les domaines. » Plus loin, elle reprenait sur ce thème : « j’ai pas l’impression que ça m’apporte vraiment quelque chose dans la vie de mieux que les autres qui sont contents dans leur situation, mais je suis plus au courant, j’ai plus de matériau pour comprendre, faire en sorte que ça change, pour remarquer les inégalités au quotidien et les faire remarquer, oui dans un sens je suis contente parce que j’ai cette capacité maintenant à faire remarquer aux autres ce qu’ils auraient pas remarqué à la base. » Alice va dans ce sens : « ça me rend la vie plus facile parce que du coup je me sens… plus consciente de ce qui se passe autour de moi, je peux prévoir, prédire des attitudes, des comportements parfois, je peux arriver à les comprendre, savoir ce qui les a motivés…, je vois la vie plus clairement… ». En fait, elles sont l’une et l’autre (je n’ai pas encore mené d’entretien avec Lilia, 16 ans) plutôt prolixes pour décrire tout ce que la conscience de genre leur apporte : « Je comprends plus de choses, j’en sais plus qu’eux, du coup je vois des choses qu’ils voient pas, j’ai accès à un univers qu’ils connaissent pas, pour eux le féminisme je sais même pas ce que c’est, ils ont les images que les gens ont dans la tête, « elles sont super énervées », ou des trucs comme ça, « tu nous saoules avec ton égalité », (…) c’est parfois un peu dur car j’aimerais leur faire voir tout ce qui va pas, et j’ai souvent l’impression de manquer d’arguments, et je dis « tu devrais en parler avec ma mère elle arriverait à te convaincre », ce que tu nous dis et que je ressors après, ils vont me poser des questions, etc, et je vais être là, « si, non mais j’ai raison mais je sais pas comment te faire voir parce que je connais pas encore assez bien, » c’est un truc que j’ai intégré, mais la dernière fois avec Anaïs j’avais trop du mal à lui trouver des exemples d’inégalités concrètes, sauf les salaires. Anaïs, elle fait la chambre de son frère et ça lui paraît normal, et la différence c’est ça, c’est que moi ça me révolte. Elle est élevée dans un univers où l’inégalité est assumée. »

S’il y a, selon Alice et Manon, un réel bénéfice attaché à cette conscience de genre, il y a aussi un coût évident à se sentir, à se dire et à être identifiée comme « féministe » au sein du groupe des pairs.

Pour Alice, être féministe « rend peut-être la vie un peu plus difficile, parfois, parce que c’est pas facile, ça implique des sentiments qui sont violents parfois (frustration, dégoût…), liés à des injustices qu’on voit, une espèce de désespoir », l’impression d’avoir « toujours à se justifier ». Les gens ont une opinion du féminisme qui est « violente », ajout-t-elle, « c’est pas simple à assumer », « ça rend pas la vie plus simple pour autant ». Alice raconte que dans ses rapports avec les garçons, elle se montre très exigeante, qu’elle tient « énormément » à sa liberté, « ça entraîne que j’ai du mal à laisser un garçon entrer dans ma sphère privée, à lui faire confiance, qu’un garçon puisse m’aimer parce que je suis moi, je me dis que si j’avais pas su j’aurais pas eu de problème à me mettre en couple comme en ce moment, en même temps je préfère ne pas me rendre compte à 40 ans que je me suis gourée sur toute la ligne… ». Oui, être féministe marginalise, mais c’est surtout Alice qui l’a ressenti à l’époque du lycée : « forcément que ça me marginalise parce que c’est un mouvement marginal, et… enfin c’est obligé, et pour mes amies je suis la féministe du groupe, moins maintenant, en tout cas quand j’étais au lycée, j’ai entendu « ‘tention à ce que tu vas dire Alice est féministe », ça me fout une étiquette, je dirais que ça me marginalise j’ai l’impression qu’on est les seules à avoir la version exacte des choses ils sont tous piégés dedans, je me sens à l’écart, j’arrive pas à leur faire comprendre ce que j’ai compris avec des années, juste par une conversation autour d’un café, dans ce sens là je me sens marginale, j’arrive pas parfois à montrer ma vision que je trouve juste, j’arrive pas à convaincre, on se laisse rarement convaincre par des théories féministes. » Je terminerai ce billet déjà trop long par ces mots d’Alice, qui concluent son analyse, et qui résument bien la complexité des effets, positifs et négatifs, de l’acquisition d’une conscience de genre : « Je me sens un peu seule avec mes théories à moi mais je le vis pas mal parce qu’on me rejette pas pour ça. Je suis plutôt en accord avec moi-même je dirais. »

A bientôt, pour aborder ce que j’ai pris soin de ne pas leur apprendre, les savoirs « ménagers » notamment, ou de ne pas laisser entrer dans la maison, comme les magazines féminins ou, tout simplement, la télévision.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.