Eduquer féministement… « les garçons aussi ? »

Billet n°3

On dirait, souvent, qu’éduquer féministement ne concerne que les filles. C’est le sens de la remarque du jeune homme rencontré dans l’avion (billet n°2) qui voit bien, spontanément, ce que peut être une éducation féministe pour les filles, mais pas du tout pour les garçons ; sans doute parce qu’éduquer « féministement », ce serait, avant tout, apprendre aux filles et aux femmes à défendre leurs intérêts, à revendiquer « plus de droits » – alors que pour les hommes, cela consisterait à attendre que le travail d’égalité, de rattrapage, se fasse ? Si le féminisme était davantage perçu comme un combat pour l’égalité et la réciprocité, on verrait mieux, spontanément, en quoi il concerne les filles et les garçons, les femmes et les hommes. On comprendrait qu’il ne s’agit pas seulement, pour les femmes, de rattraper le retard pour atteindre un horizon masculin mais aussi, pour les hommes, de comprendre que l’égalité et la réciprocité leur sont bénéfiques. Le problème c’est que, comme l’explique le sociologue allemand Ulrich Beck, le terme « égalité » a pour les hommes et les femmes un sens différent. Pour les hommes, « égalité » ne signifie pas « plus de formation, de meilleures perspectives professionnelles, moins de travail domestique », sens qu’il a pour les femmes, mais « fort logiquement : plus de concurrence, renoncement à la carrière, plus de travail domestique » (voir bibliographie ci-dessous). Pourtant, le féminisme ne consiste pas seulement à partager les bénéfices et les corvées – même si les inégalités de genre dans l’espace public et professionnel prennent principalement leur source dans cet inégal partage du travail parental et domestique. Il consiste aussi à prendre conscience que les normes de genre freinent et limitent les hommes autant que les femmes. C’est le sens de mon billet aujourd’hui : comment apprendre aux garçons que les normes de genre, en l’occurrence celle de la « masculinité hégémonique », les entravent autant qu’elles entravent les filles.

Je commence donc, comme pour les filles, par une approche de l’éducation féministe en termes d’émancipation. Il me semble en effet que la première chose à faire, quand on élève des enfants, est de leur faire paraître enviable l’horizon et les valeurs qu’on leur propose. Enviable l’horizon, enviables les moyens pour y parvenir. Il va de soi que l’horizon d’égalité est enviable et peut être défendu comme tel devant des enfants et des adolescents. Mais l’éducation ne peut pas se faire que d’injonctions, surtout s’il s’agit de faire admettre que cet horizon enviable « pour tous » passera par l’abandon de privilèges ou un surcroît de corvées pour certains. Il y a une vraie question pédagogique, ici. Bien sûr, l’abandon des privilèges peut être présenté comme quelque chose de juste, auquel n’importe quel enfant, comme n’importe quel adulte, va facilement souscrire. Si vous demandez aujourd’hui aux Français leur point de vue sur l’égalité hommes-femmes, ils seront une immense majorité à répondre qu’ils y sont favorables. Cela n’empêche pas cette immense majorité de reproduire, au jour le jour, les conditions concrètes de l’inégalité, en continuant à se répartir les rôles familiaux selon le genre de chacun, comme s’il ne s’agissait ici que d’arrangements individuels, « pratiques », « commodes » et non de conformité à des règles sociales et institutionnelles.

Le succès de Stromae contribue à normaliser la transgression des normes de genre

Le succès de Stromae contribue à normaliser la transgression des normes de genre

Il s’agit donc, pour les garçons, de leur faire apercevoir l’intérêt qu’il peut y avoir, pour soi, à réfléchir et à s’interroger sur ces normes de genre qui les concernent autant qu’elles concernent les filles et les femmes. Il ne faut parfois pas grand chose : le simple fait d’interpeller ce garçon, dans l’avion, sur les restrictions qu’il mettait à sa garde-robe en ne s’autorisant pas à porter autre chose que les vêtements de son genre (en l’occurrence, bien plus limités que ceux des femmes qui peuvent, sans craindre l’opprobre, porter à peu près n’importe quoi, aujourd’hui), a semblé ouvrir un espace d’immenses interrogations. Tout d’un coup, il prenait conscience que sa prétendue liberté (« je m’habille comme je veux ! ») n’en était une qu’à l’intérieur d’un espace très limité. Parfois, il ne faut pas grand chose de plus pour faire bouger les lignes : que quelqu’un de légitime, dont la parole est audible, quelqu’un qui ne paraisse pas à vos yeux comme l’inverse de ce à quoi socialement vous aspirez, propose l’impensable, et cet impensable devient soudain envisageable. Je l’ai testé maintes fois auprès de mes amies féministes : les savoirs, les propositions d’alternative passent beaucoup mieux quand elles sont portées par un.e proche qui d’une certaine manière les normalise. Cette idée, par exemple, que la véritable égalité sera atteinte quand les garçons pourront à leur tour porter des jupes, me vient de l’une d’entre elles. Elle n’a pas eu besoin de m’en parler pendant des heures. Il a suffi d’une phrase, à la machine à café, pour que je « reconnaisse » la force transgressive de ce que jusqu’alors j’aurais plutôt rangé dans le catégorie des propositions « originales certes mais secondaires, voire loufoques ». Il y a, ici, dans les mécanismes de la circulation d’alternatives à la pensée dominante, quelque chose d’essentiel pour qui veut éduquer un enfant – et semer, ici et là, les graines d’une normalisation de pratiques marginalisées.

Vous allez me dire : l’égalité des droits s’atteindra-t-elle en donnant envie aux garçons de porter des jupes ? Est-ce qu’il n’y a pas des enjeux plus importants à traiter, d’abord ? Oui, mais non. Je pense que, pour partie, un des « problèmes » du féminisme, ou de la question de l’égalité, est le statut du féminin dans la société : le masculin est enviable, porter un pantalon a été un facteur d’émancipation pour les femmes, parce que l’homme incarne la plus grande liberté, l’autonomie et tout un ensemble de valeurs positives. Tout ce qui incarne la féminité sert, au contraire, de repoussoir pour la plupart des garçons qui s’inscrivent dans la norme de la masculinité hégémonique. On dit souvent que la construction de la virilité passe par l’éloignement symbolique vis-à-vis de la mère et de la féminité qu’elle représente : devenir un homme, ce serait avant tout ne « pas être » une femme. Cette problématique ne se pose pas en ces termes pour les filles et les femmes qui, pour se construire, en passent à la fois par le féminin et par l’identification au masculin, à la fois parce que ce dernier porte des valeurs positives mais aussi parce que, on le sait bien, il se confond souvent avec le « neutre ». Ainsi, les filles très tôt apprennent à se retrouver dans des héros masculins ou féminins, tandis que les garçons semblent réclamer davantage des héros du même genre qu’eux. Porter un pantalon, pour elles, a pu, un temps, être une forme de masculinisation ; mais très vite, c’est devenu « neutre », notamment avec l’invention du jean, tout en restant porteur de valeurs de liberté. Je crois qu’il faut construire un monde où le féminin soit, enfin, enviable aussi pour les hommes. Que ce féminin, ce « pour l’instant féminin », soit porteur de valeurs dégenrées, en particulier. Autrement dit, qu’il soit, comme le sont les valeurs « viriles », neutralisé et universalisé : qu’un homme (et une femme), quand il (ou elle) prend(drait) soin d’un enfant, quand il (ou elle) porte(rait) du rose ou des escarpins à talons (ce qui, soit dit en passant, fut le cas des hommes de la cour au XVIIIème siècle), ou ferait n’importe quel métier, n’importe quelle tâche associé.e.s au féminin, se considère(nt) comme partie prenante des responsabilités et des libertés qui incombent à chacun en tant que membre de l’humanité. Grands mots, me direz vous. Mais il ne peut pas y avoir de féminisme ni d’éducation féministe sans une visée haute de ce que doit être une société égalitaire. Et éduquer féministement un garçon, c’est avant tout, je crois, l’amener à regarder le féminin autrement que comme un repoussoir. Il n’y aura pas d’avancée en matière de partage des tâches parentales tant que ces tâches ne seront pas positives et valorisées ; tant que les garçons se construiront dans le rejet de ce qui relève du féminin, ce qui à mon avis, avant de passer par la neutralisation du travail parental, horizon un peu lointain quand on est un enfant (je ne nie pas l’impact de l’exemplarité parentale en la matière, ce sera l’objet d’un autre billet), peut (et doit ?) passer par la valorisation de ce qui aujourd’hui relève du féminin. Le jour où porter un jupon rose reviendra, pour les garçons, à porter un jean et des santiags pour les filles, on aura fait bouger des lignes bien au-delà de la simple question de la « mode » et des apparences. Arriver à rendre enviable le fait de porter une jupe, pour un garçon dans l’espace public, quelle que soit son orientation sexuelle, n’est donc pas un petit enjeu pour le féminisme.

Stromae transgenre

Alors, me direz vous, est-ce qu’Elijah a dû porter des jupes pour que soient mises en pratiques les théories féministes de sa mère ? La réponse est non. Elijah, quand il était petit garçon, a parfois porté des déguisements et des bijoux, et je me souviens avoir éclaté de rire, l’avoir trouvé adorable et très beau, tout en le comparant … au pape ou aux rois mages, je ne sais plus. Je ne l’ai évidemment pas censuré, j’ai même pensé le valoriser en le comparant ainsi à une figure qui pouvait lui paraître valorisante. Après tout, ce port de la robe, quand on y pense, il peut bien être, ailleurs, en d’autres cultures, un fait masculin. Après, se pose la question du port de la robe pour un garçon dans notre culture française et occidentale. Eduquer un garçon de manière féministe ne consiste pas à le marginaliser, ni à exercer de coercition sur lui : je n’aurais jamais eu l’idée de le mettre en position telle, à la maison ou à l’école, qu’il se sente ridicule au milieu des autres (pas de meilleur moyen pour lui rendre le féminisme odieux). Les choses se sont donc faites de manière plus subtile, et à mesure qu’il grandissait et pouvait comprendre les enjeux du genre en matière vestimentaire. Il n’a, jusqu’à maintenant, manifesté aucun goût pour les « travestissements » puisque c’est ainsi qu’à tort, à mon avis, on parle du port de vêtements de femmes par des hommes (l’inverse étant beaucoup plus difficile à caractériser). Il n’a que quatorze ans. Il sait très bien qu’il me fait plaisir quand il porte d’autres couleurs que l’éternel foncé que proposent la plupart des marques de vêtement. Il y a, dans le regard que porte la mère sur son garçon, des enjeux de séduction qui font que, si elle le trouve beau en rose ou vert lagon, il ira probablement plus dans cette direction que vers le bleu marine. On achète les vêtements ensemble, c’est un plaisir pour lui comme pour moi. Je prends toujours soin de lui dire comme je le trouve beau, de lui signaler des vêtements un peu « hors norme », parmi la maigre panoplie proposée ; je n’insiste jamais dans aucun sens. Il connaît mon point de vue et ses choix consistent en un savant mélange entre se et me faire plaisir. Pour le moment, la « transgression » des normes de genre ne va pas plus loin que dans cette préférence pour des couleurs claires. C’est maigre, direz-vous. Mais la liberté ne consiste pas à orienter un enfant dans un sens, elle consiste à lui montrer que le marché le limite, qu’il pourrait être « beau » dans des couleurs qui ne sont pas proposées, et de le laisser ensuite faire selon son désir (ou pas) de se démarquer des garçons de son âge, ou de son identification à d’autres figures masculines de la famille. Après, il y a d’autres terrains sur lesquels lui faire prendre consciences qu’il est environné de normes qui, pour être « viriles », n’en sont pas moins lourdes et contraignantes. C’est le cas des images véhiculées par les images porno (taille du pénis, performance sexuelle…), de la conduite au volant, des « préférences » pour les voitures coûteuses, de l’injonction à « tenir l’alcool », et évidemment, l’éternelle interdiction de se montrer défaillant ou de verser des larmes. Cela fera l’objet d’un autre billet (ou pas) : on est dans le même ordre d’idées. Sans bannir absolument ces comportements de l’éventail des possibilités, il s’agit plutôt de valoriser les autres comportements, d’admirer une deux chevaux autant qu’une porsche (et de montrer par là, aussi, que les filles peuvent apprécier l’esthétique ou la puissance des voitures coûteuses…toujours en pensant « neutralisation des préférences »), ou de faire savoir, au détour d’une conversation, que le porno ne montre qu’un seul des visages de la sexualité, bien plus diverse, sensuelle et porteuse de bonheur qu’il n’y paraît. J’en ai fini pour aujourd’hui, merci.

 

Bibliographie des ouvrages cités ou qui pourraient permettre un premier prolongement du propos :

Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, Seuil, 2010.  On trouvera un compte-rendu de ce livre ici

Ulrich Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Traduction de Risikogesellschaft (1re ed. Suhrkamp Verlag, 1986), Paris, Aubier, 2001. On trouvera une présentation très complète de ce livre (qui existe par ailleurs en format poche), en une vingtaine de pages, en cliquant ici.

Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, 288 p., Édition établie par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux ; Traduit de l’anglais par Claire Richard, Clémence Garrot, Florian Voros, Marion Duval et Maxime Cervulle ; Postface d’Eric Fassin. On trouvera un compte-rendu de ce livre notamment sur Lectures.org.

Anne Kratz, Mode et philosophie, ou le néoplatonisme en silhouette, 1470-1500, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

Anne Kratz, Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

Anne Kratz était l’invitée des Nouveaux chemins de la Connaissance, ce mois-ci (14 octobre 2014). On peut l’y écouter parler des liens entre la mode et la pensée, et notamment du fait que la mode n’a pas toujours différencié les silhouettes des hommes et des femmes.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.