Eduquer féministement, oui… mais quoi et comment ?

Voilà une question difficile, à laquelle il semble bien qu’on se soit peu attelé.e.s. En tout cas ici, dans cet espace réflexif, et même cette année placée sous le signe du « genre ». Mais au-delà qui, parmi nos auteur.e.s féministes a donné des clés, a témoigné de son expérience de mère et d’éducatrice ? Je n’aime pas beaucoup ce mot, « éducatrice », qui pour moi évoque la rigidité et la norme. Mais je ne peux pas ne pas me définir comme cette mère féministe qui a élevé ses enfants selon ses valeurs. Donc, éduquer féministement, c’est ce que j’ai sans doute fait, même si je n’ai pas toujours eu ces mots à la bouche.

Je me souviens d’une de « mes » étudiantes de M2, Vanina Mozziconacci, qui s’était emparée du sujet, en le considérant du point de vue de la production littéraire, scientifique, militante sur l’éducation féministe. Quel était l’équivalent, en études féministes, de l’Emile de Rousseau, se demandait-elle ? Qui avait écrit sur ce qu’aurait dû être une éducation féministe ? Elle avait cherché en vain, à l’exception je crois d’un texte de Madeleine Pelletier paru au début du siècle dernier, autant dire il y a une éternité. Elle en avait conclu, au sortir d’un mémoire solidement argumenté, qu’il y avait presque une contradiction à parler d’éducation et de féminisme : le féminisme n’est-il pas, avant tout, une déconstruction et une émancipation ? Peut-on éduquer et émanciper d’un même mouvement ? Apprend-on la liberté à un enfant ?

Si je m’empare de ce sujet, en ce mois d’octobre 2014, c’est à la fois parce que Marie-Anne Paveau m’a fait confiance – ce qu’elle regrettera peut-être -, et de cela je la remercie. Et parce qu’une autre de « mes » anciennes étudiantes, Caroline Muller, m’en a donné l’idée et m’en a convaincue presque immédiatement en mettant en avant, entre autres, sa propre attente. Entre les questionnements de Vanina et l’intérêt manifesté par Caroline, toutes deux dans la vingtaine, étudiantes largement imprégnées de culture féministe, lectrices de Beauvoir, Delphy, Butler…, qui furent ou sont des théoriciennes et militantes aussi prolixes sur les classes de sexe et l’identité de genre que discrètes sur le(ur)s pratiques de transmission et/ou d’éducation, je me suis dit qu’il y avait comme une attente. Peut-être quelqu’un.e pourra démentir cette impression : qui, depuis vingt ou trente ans (voire au-delà), a écrit sur son expérience de mère féministe ?

La question est difficile, parce qu’elle soulève quantité de questions. Elle est difficile à traiter pour moi parce que je pars à l’aveugle, j’ai quatre enfants, tous ados, que j’ai élevés en étant féministe, mais sans avoir une conscience déterminée, répétée, de les éduquer de manière féministe. C’est donc une gageure de revenir sur ce qu’ont été ces années au cours desquelles s’est tissée, petit à petit, cette transmission. Sur ce qu’elle a donné, sur la manière dont eux, trois filles et un garçon, l’ont vécue et se l’approprient, ou pas, aujourd’hui qu’elles et il ont respectivement 20, 17, 16 et 14 ans. Difficile aussi parce que cela fait faire un pas de côté, au-delà des domaines « publics » de la parole scientifique, certifiée par un terrain, des références, des exemples anonymes ou lointains. D’avance, je me sens exposée, même si je contrôle ce qui va être dit : car comment dire sans parler de soi, sans se confronter à ce que j’ai fait, manqué, sans exposer mes pratiques au regard et au jugement ?

Difficile aussi parce que j’implique mes enfants, à travers ce « témoignage », et même si j’ai leur accord, même si certaines des paroles que je rapporterai seront extraites de discussions que nous aurons eues en ayant chacun.e en tête qu’elles allaient servir de matériau, ce ne sera pas toujours le cas : je mobiliserai aussi ma mémoire, des discussions et des incidents, des réflexions dont je me souviens, des réactions qu’ils ou elles auront eues… Il y va aussi de leur intimité. Comment préserver cette intimité qui est la leur et la distinguer de ce qui peut être déposé ici ? est-ce que le moindre des entretiens sociologiques n’est pas anonymisé ? Ici personne n’est à l’abri.

Difficile aussi parce que cela pose la question des frontières et des définitions. C’est quoi, être féministe ? C’est quoi, éduquer ? Quelle est la part, dans cette transmission, de ce qui appartient au féminisme et de ce qui appartient à une éducation « libérale » ? Quelles sont les conditions pour que ce féminisme soit transmis ? Et puis enfin, comment faire cette histoire sans oublier les doutes, les tensions, les impairs ? Je ne sais pas encore.

Je ne fais pas une enquête sociologique, et rien de ce qui sera écrit ici n’a vocation à ressembler à un propos généralisable. Les « entretiens » – pour l’instant je n’en ai réalisé qu’un… – s(er)ont biaisés puisque c’est la mère qui les mène auprès de ses ados : comment ceux-ci pourrai.en.t-elles/il être aussi détachés, ou neutres, ou sincères qu’avec un.e sociologue inconnu.e ? La mémoire que je mobiliserai est, elle aussi, on le sait bien, sujette à caution. Je fais le récit de ce que je crois avoir été une éducation féministe, des questions que je me suis posées, des limites et des flottements que la pratique a faits naître, et en même temps je ferai le récit, dans la mesure du possible, de ce que ces enfants devenus grands m’en disent aujourd’hui. Se mêleront mes souvenirs, les leurs, et advienne que pourra… pour dire avec mes mots et les leurs ce qu’a été une éducation féministe parmi d’autres, depuis les années 1990 jusqu’à aujourd’hui, et comment elle s’est fabriquée, compliquée et ajustée au fil des jours.

 

Bibliographie (en cours de construction…)

Vanina Mozziconacci, Les théories féministes et l’éducation, Mémoire de Master 2 d’Histoire de la philosophie, sous la direction d’Emmanuel Renault et d’Anne Verjus, Ens de Lyon, juin 2011.

Madeleine Pelletier, L’éducation féministes des filles, Paris, Syros, 1978 (première édition, 1914). Sur ce texte, on pourra se référer à l’article de Bérengère Kolly, « Du féminisme dans et par l’éducation. Regards sur L’éducation féministe des filles de Madeleine Pelletier (1914) », Le Télémaque 1/ 2013 (n° 43), p. 127-138.

Vanina, qui n’est jamais à court de ressources, m’a signalé, peu de temps après la première publication de ce billet, l’existence de cet ouvrage : Andrea O’Reilly, Feminist Mothering, Suny Press, 2008.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l’époque de la Révolution et de l’Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/12/2014

    […] – Eduquer féministement, oui… mais quoi et comment ? – publié le 06/10/14, sur Espaces Réflexifs – Eduquer féministement … à une […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *