Tentative de pensée queer de la traduction

Les traductologues, parfois, pensent la traduction avec les mots du sexe. Dans les deux sens du terme : le sexe qui sépare les vivants en mâles et femelles ; le sexe comme activité sexuelle. Singulièrement (ou pas), la traduction est fréquemment considérée (métaphoriquement du moins) activité femelle. La prolifération des métaphores autour de la question de la « fidélité » des traductions tend à assimiler la traduction au mariage (hétérosexuel) ; et dans ce couple de la traduction à l’original, la traduction est la femme. D’où des aphorismes du genre :

Les traductions sont comme les femmes : lorsqu’elles sont belles, elles ne sont pas fidèles et lorsqu’elles sont fidèles, elles ne sont pas belles. (Edmond Jaloux)

Il est rare que les traductions (comme les femmes) soient parfaitement fidèles si elles sont le moindrement jolies. (Roy Campbell)

(je trouve ces mots dans l’excellent ouvrage de Jean Delisle, La traduction en citations, préface par Henri Meschonnic, Presses de l’Université d’Ottawa, 2007)

Cette dichotomie des activités intellectuelles et artistiques, divisées en activités féminines (la peinture, la traduction) et masculines (le dessin, l’écriture), est vieille comme le monde, ou du moins pour Aristote (si mes souvenirs sont bons, pour Aristote, lors de la génération d’un être vivant, le mâle fournit la forme et la femelle la matière. Il en va ainsi de l’écriture et de la traduction qui garde le dessein intelligent mais fournit la nouvelle matière linguistique.

Dans les métaphores évoquées ci-dessus, l’objet du désir est féminin. Il est d’autant plus désirable qu’il est beau. Etant désirable, il est susceptible d’infidélité (le libre arbitre de l’objet du désir étant absent du tableau). Le sujet désirant, on se sait pas trop bien qui c’est (traducteur ? lecteur ?) mais en tout cas c’est un homme. Pour dire les choses de façon anachronico-péremptoire, voici un discours hétérocentré, et sexiste – qui du reste est à l’aune du discours sur la moralité sexuelle contemporain des théoriciens en question, ce genre d’aphorisme abondant particulièrement au xixe siècle.

Je parlais de xixe siècle. Ce discours n’a pas pour autant disparu du tableau. Jean-René Ladmiral, théoricien important de la traduction, inventeur des termes de « sourcier » et de « cibliste » pour qualifier les positions des traducteurs tournés respectivement vers les spécificités formelles du texte source, et vers la compréhension immédiate et fluide du lecteur en langue cible, Jean-René Ladmiral continue à penser le travail du traducteur à l’aide de la métaphore de la relation sinon amoureuse, du moins sexuelle :

Alors que les ciblistes se veulent éminemment respectueux du plaisir des langues, du plaisir propre à la langue dans laquelle on parle (ou écrit), c’est-à-dire en l’occurrence qu’ils entendent respecter la langue-cible, je suis tenté de dire que la logique des sourciers, c’est la logique du viol ![1]

À mon sens Ladmiral fait un contresens sur le travail des traducteurs sourciers, mais passons, là n’est pas le propos, concentrons-nous sur l’image du viol. Elle assimile, une fois encore, la traduction à une forme de rapport sexuel, toujours hérétocentré, dans lequel l’homme (= le traducteur) doit faire jouir la femme (la traduction ? la langue ?), et ne pas la contraindre – la violer. En fond, cette autre métaphore : celle du viol de la langue. Métaphore dangereuse parce qu’elle projette une relation intersubjective (celle de deux personnes dont l’une force l’autre à des rapports non consentis) sur une relation du traducteur humain à la langue, qui n’est pas une personne, et dont la consentance n’existe pas en soi. Seuls existent des usages et des règles.

L’autre problème de ce genre de discours, c’est qu’il adopte une perspective masculine hétérosexuelle. Tout traducteur ne se projette pas nécessairement, fût-ce en métaphore, dans la perspective d’un homme désirant une femme – et souhaitant la faire jouir, grand bien lui en fasse – lorsqu’il traduit un texte écrit par un auteur, vers lequel on peut pourtant souhaiter qu’une forme de désir le porte.

C’est pourquoi nous avons besoin d’une théorie queer de la traduction.

Ou, autrement dit, d’une pensée de la traduction comme manifestation du désir, dans laquel chacun quelles que soient son genre, son absence de genre, et ses mœurs pourrait se reconnaître.

Cette pensée queer – évidemment pas sous ce terme – on la trouve chez Antoine Berman, qui est de ces sourciers que vilipende Ladmiral. Antoine Berman évoque la « pulsion de traduire », comme ce moteur qui pousse un traducteur (quand ses conditions économiques le lui permettent, ce qui est une toute autre question) à traduire tel ou tel auteur.

Berman écrit, dans L’Epreuve de l’étranger :

Je voudrais à présent examiner brièvement comment la pure visée éthique de la traduction s’articule avec une autre visée – la visée métaphysique de la traduction et, corrélativement, avec ce que l’on peut appeler la pulsion du traduire. J’entends par là ce désir de traduire qui constitue le traducteur comme traducteur, et que l’on peut désigner du terme freudien de pulsion puisqu’il a, comme le soulignait Valéry Larbaud, quelque chose de « sexuel » au sens large du terme. (…) La pulsion traductrice part toujours du refus de ce que Schleiermacher appelle das heimische Wohlbefinden der Sprache – l’intime bien-être de la langue. La pulsion traduisante pose toujours une autre langue comme ontologiquement supérieure à la langue propre. De fait, l’un des expériences premières de tout traducteur n’est-elle pas que sa langue est comme démunie, pauvre face à la richesse langagière de l’œuvre étrangère ? (p. 21-22)

Je veux traduire Heine, je n’ai aucune envie de traduire Schiller. C’est une forme de désir. Et la volonté de récrire Heine, de faire que ses mots, par la traduction, deviennent aussi mes mots, c’est une forme de désir, cet élan – asymptotique, la fusion totale avec l’autre reste impossible, en traduction comme en amour – vers l’objet du désir.

Ce que j’apprécie dans la pensée de Berman, c’est l’absence totale de pensée sexuée ou plutôt de pensée genrée. Le rapport entre texte source et texte cible, entre auteur et traducteur, se pense dans un rapport intersubjectif, éminemment lié au désir, dans ce qu’il a d’irrationnel, d’impulsif, mais sans que ce désir soit genré. La question du genre, réel ou symbolique, du traducteur et de l’auteur, de la traduction et de l’original, est absente. La question de « postures » traductives masculines ou féminines est absente. La traduction est alors perçue comme une relation de sujet à sujet, chacun venant avec son histoire, ses appétence – encore que les auteurs, surtout morts, sont dans mon expérience bien moins réactifs qu’un.e partenaire sexuel, du moins en principe.

J’extrapole en affirmant cela, mais je ne pense pas trahir Berman en affirmant que cette façon de penser la traduction est queer – en ce qu’elle s’abstrait des stéréotypes de genres, voire, au moment de la traduction (le traducteur ensuite aura quant à lui les identités qu’il voudra), en ce qu’elle abolit les genres.

Addendum – la théorie de la traduction, cette permanente réflexion sur le même et l’autre, conduit fréquemment – je ne dirais pas inévitablement – à une réflexion sur l’identité. Les identités de genres, mais aussi, de religion, de culture, de langue sont partie prenante de l’acte de traduire.


[1] Jean-René Ladmiral, « La question du littéralisme. Les ambivalences de la connaissance littéraire confrontées à la rationalité des sciences humaines à la lumière du dispositif analytique de la traduction », dans Fiction et connaissance. Essais sur le savoir à l’oeuvre et l’oeuvre de fiction, textes réunis par Catherine Coquio et Régis Salado, Paris – Montréal, l’Harmattan, 1998, p. 187-200, ici p. 197.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/10/2016

    […] When dealing with literature, what matters far more than the precision of numbers over any given timespan is their symbolic value. Women in Translation Month a Success: 6 Next Steps. Tentative de pensée queer de la traduction – Espaces réflexifs. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *