Liminaire – Les (mauvais) genres de la traduction

Retour aux espaces réflexifs pour la troisième année consécutive –déjà, avant même de commencer la série 2014, un bilan réflexif. Pourquoi j’aime écrire ici ? Parce que dans cette auberge espagnole qu’est le carnet collectif, la compagnie est bonne. La compagnie est bonne parce qu’elle est stimulante. J’ai beaucoup appris, lu, cogité, grâce aux échanges sur Hypothèses et sur twitter avec Marie-Anne Paveau, avec Mélodie Faury, avec AC Husson, avec Stéphanie Khoury à qui je succède. Tenter de croiser la réflexion sur le genre et celle sur la traduction, pour répondre au fil conducteur de l’année 2014, sera pour moi une exploration de territoires dont je subodore qu’ils sont très féconds, et qu’ils s’insèrent de façon sans doute assez organique dans la pensée politique de la traduction que je me trouve construire depuis que j’ai ouvert mon carnet – de ce point de vue, l’ouverture du carnet aura vraiment été le tremplin vers de nouveaux espaces de réflexion, qui étaient sans doute latents.

Genre et traduction donc. Il y a tant à dire, je serai en terrain mal connu, et les billets de ce mois-ci partiront sans doute dans tous les sens. Il y aura des bouts de stylistique comparée, des bouts de sociologie de la traduction, beaucoup de méta, et substantiellement un manque caractérisé de discipline.

Inventaire programmatique. Il y aura au programme – ordre non contractuel :

– le sexe des baleines

– et celui des astres

– des allégories et des métaphores

– des pronoms neutres et des pronoms sans genre

– une huppe et autres oiseaux

– Aristote

– une réflexion sur les mœurs sexuelles de la traduction

– toujours cette foutue question du désir

Pour finir, peut-être, une tentative de pensée queer de la traduction.

Photo de bannière : Les oiseaux picorent dans le bec du Pélican, illustration du Cantique des oiseaux, Paris, BnF


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.