« Fais pas genre ! » : des collégien.ne.s face au genre

De septembre 2013 à juin 2014, j’ai travaillé en tant qu’assistante d’éducation dans un collège des « beaux quartiers » parisiens. Cela m’a permis, à la fois en tant qu’apprentie anthropologue mais aussi en tant que militante féministe passionnée, de me confronter à un public tout à fait nouveau. Les adolescent.e.s en face de qui je me positionnais, dans leur grande majorité, étaient absolument pétri.e.s des impératifs de performances de genre très normées. À travers cet emploi, j’ai revisité ma propre expérience de collégienne, il y a plus de dix ans, et j’ai mieux compris et identifié certains malaises d’alors. Le collège, ou l’usine à fabriquer des garçons garçons et des filles filles. Les jeux normatifs, dans l’établissement où j’ai exercé, étaient omniprésents, peu importait qui en fixait les règles : les professeur.e.s envers les élèves, mes collègues assistant.e.s d’éducation entre eux et envers les élèves et, bien sûr, les collégien.ne.s entre elleux.

Pour préserver l’anonymat des protagonistes des histoires que je vous conterai ce mois-ci, je ne citerai pas l’établissement en question. Cela étant, afin de comprendre certains des enjeux en place, il m’est nécessaire de donner quelques données matérielles sur le public concerné : situé dans des quartiers plutôt aisé, collège public, les élèves étaient dans leur très grande majorité issus de famille de CSP+. Beaucoup des parents, l’année passée, avaient participé aux fameuses « Manif pour tous », opposées au mariage pour tous.tes. Dans ce contexte, pointer du doigt des problématiques dans des propos sexistes, racistes, LGBTIQ-phobes… était un peu sport. Un challenge de taille pour qui sait l’apprécier, et, tenant un carnet de terrain (déformation professionnelle oblige), plus ou moins rigoureusement, j’ai fini par prendre suffisamment de distance avec les situations pour, parfois, m’en amuser.

Ce mois-ci ne sera ainsi pas très théorique mais plutôt le partage d’expériences et d’observations prises sur le vif. Au cours des dix mois de travail, j’ai été amenée, et plus d’une fois, à questionner ma propre posture : d’où est-ce que je parle ? Comment rendre accessibles des propos conceptuels ? Comment adapter mon discours, habituellement tenu entre militant.e.s ou entre universitaires, à des jeunes personnes maintenues éloignées de ces problématiques ? Comment rendre acceptable ce même discours auprès de certain.e.s qui, loin d’être ignorant.e.s sur ces questions, grandissent dans des milieux qui leur sont résolument hostiles ? Faut-il apprendre à lâcher prise ? Davantage d’interrogations que de certitudes découlent de mon expérience – sans doute une autre déformation d’anthropologue, ma formation initiale.

C’est tout autant la négociation permanente de ma posture auprès des élèves que le besoin viscéral que je ressentais de me faire comprendre et surtout entendre par elleux, quand bien même ielles tenaient férocement à s’en éloigner, dont je vais vous faire part. Cela a pris mille formes : des conseils dans les vies sentimentales que des collégien.ne.s (souvent des filles) cherchaient auprès de moi, des propos saisis au vol que je m’évertuais à corriger – et expliquer le pourquoi, le comment… –, les performances-mises à l’épreuve de leur virilité de certains garçons auprès des figures d’autorité féminines… J’ai passé dix mois à être assistante d’éducation dans un collège parisien, sans cesser d’être anthropologue et militante féministe : voilà le mois d’août que je vous propose. Un retour à l’école avec quelques armes afin de défaire, un peu, l’enfer que peut constituer le collège pour beaucoup.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Katsandrya dit :

    Bonjour,

    J’ai beaucoup de mal avec les « nouveaux » pronoms comme « elleux », « ielles », « celleux »… et je suis sûre qu’il en existe d’autres.

    Je comprends que la langue française soit une langue vivante et que l’on puisse / veuille, la faire vivre.

    Après tout n’avons-nous pas le fameux verbe « positiver » qui vient de la marque Carrefour grâce à une campagne de pub des années 90 ?

    Toutefois, je n’arrive vraiment pas à me faire à ces nouveaux pronoms… pourquoi ne pas simplement utiliser la vieille règle de proximité qui veut que l’on accorde, en genre et en nombre, le dernier des noms que ceux-ci qualifient ?
    Un coup sur deux on utiliserait le féminin ou le masculin… et le tour est joué.

    Pour le reste, j’ai hâte de lire les problèmes de genre au collège… quand j’ai vu qu’un de mes ex abhorrait le fait que son fils aime le rose, les paillettes et les poney je sais plus quoi dont il existe un dessin animé (je le connais en plus le DA, et je l’aime bien ! Mais pas moyen de me souvenir du nom, là, tout de suite ^^ »)

    Bref, je chipote, je sais… mais je suis une amoureuse de LA langue française 😉

  2. Emi dit :

    Stagiaire CPE à la rentrée et féministe, j’ai très hâte de vous lire 🙂
    En effet, je me pose pas mal de questions par rapport à ma posture pro en tant que féministe et je pense que vos textes vont bien m’aider à la réfléchir.
    J’ai tenté d’en discuter avec quelques collègues en ligne mais on m’a renvoyée à la sacro-sainte neutralité du fonctionnaire, comme si le féminisme n’était pas une des luttes menées au sein de l’EN, au moins de façon formelle…

  1. 06/08/2014

    […] Au cours du mois d’août, elle publiera quelques-unes des notes qu’elle a prises pendant son passage dans cet établissement. Le tout pourra être lu sur Espaces réflexifs. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.