Le carnet de thèse

Ce billet est le deuxième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet Le « carnet » de recherche.

L’idée de la série thématique est empruntée à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série a été initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

Ce billet a été co-écrit par Frédérique Giraud et Mélodie Faury en utilisant un outil d’écriture collaborative en ligne.

Quelle(s) place(s) donnons-nous au carnet de recherche dans nos pratiques de thèse ? Quelle(s) place(s) prend-il au fil du temps ?

Ces questions, abordées récemment par l’une et l’autre, nous amènent à envisager et essayer de parcourir ici les rôles divers que peuvent endosser les carnets de recherche selon les doctorants qui les investissent.

Le carnet est-il parallèle à la thèse ou complémentaire ? Est-il le reflet de la thèse en train de s’écrire ou la thèse elle-même ? Participe-t-il à la construction d’un regard, d’une démarche, de la posture de chercheur que l’on se construire en tant que doctorant ?

Il nous semble que l’esprit de la plateforme « Hypotheses.org » invite à développer un outil discursif et réflexif de mise en cohérence de nos idées, par l’écriture donnée à lire et à commenter. Comment s’en saisit-on ? Comment se pose-t-on la question des formes d’écriture que l’on y développe ?

Nous tentons ici un retour réflexif sur nos pratiques respectives, et à partir de carnets dont nous sommes des lectrices régulières. En pensant notre expérience, nous souhaitons éviter l’enchantement pour le numérique ou sa critique théorique, nous inscrivant ainsi dans des réflexions actuelles sur les humanités numériques.

« Humanités et technologies numériques ; voilà le centre de gravité autour duquel s’organise mon parcours. La perpétuation d’une tradition intellectuelle et culturelle par delà les ruptures qu’engendre la révolution numérique est à mon sens un des défis les plus importants de notre époque. » Pierre Mounier, sur son site personnel.

« C’est déjà une réalité que le texte est polymorphe. […]  S’il faut se battre pour des supports, à chacun de voir lesquels, ce n’est pas pour eux-mêmes mais pour ce qu’ils permettent, c’est à dire pour une forme de communication, une forme de culture, une forme de réflexion. », Aurélien Berra, intervention sur les humanités numériques.

Quand et pourquoi ouvrir un carnet de thèse ?

Le projet de départ

Si la question pourquoi ouvrir un blog se pose à tous, le choix de la plateforme « Hypothèses » donne une forme au projet. Elle l’informe, le précise, le dessine… en bien ! Faire le choix d’Hypothèses, c’est pour certains faire le choix assumé d’une plateforme de publication dédiée à la « communication scientifique », mais aussi le choix d’une communauté virtuelle présente et vivante. Plateforme exigeante ? Oui mais dans le bon sens !

L’ouverture d’un carnet sur Hypothèses peut recouvrir deux réalités différentes : entreprise mûrement réfléchie, la plateforme ayant été découverte par ailleurs ou volonté de stabiliser le contenu.
Dans le cas de Mélodie Faury, le projet de l’Infusoir est de mettre en question sa discipline d’origine, la biologie moléculaire et cellulaire, et d’amorcer une approche réflexive de la science via les questions de communication de, et sur, la science.
Dans le cas de Frédérique Giraud, Socio-Voce prend la suite d’un projet plus ancien, formé déjà un an auparavant, de donner à lire de la sociologie à un public élargi. Il est aussi un outil d’expérimentation d’écriture collaborative, puisque Socio-Voce est un carnet à quatre mains,  co-pensé et co-écrit avec Benoit Ladouceur.

Frédérique : « Ouvert alors que je n’étais pas encore doctorante, le projet était lié à une envie de faire autre chose que de bachoter l’agrégation de sciences économiques et sociales. Espace de liberté virtuelle pour lire autre chose, tout en gardant en tête l’idée de conserver les notes prises en cours des lectures. Il était lié aussi au désir de faire partager la sociologie, cette nouvelle discipline à laquelle je me formais par ailleurs. Mais le projet n’était pas plus défini que cela : rendre accessible des notes de lectures, les archiver tout en les partageant. Le partage est généralement une attente vertigineuse, un espoir : aura-t-on des commentaires et si oui seront-ils nombreux ? Pourra-t-on faire partager sa discipline au-delà de ses frontières académiques ? Avec le temps, le carnet s’est dédoublé, invitant un nouveau rédacteur.  « 

Dans nos deux cas, il s’est agi d’ouvrir un carnet sans trop savoir ce que nous y cherchions… le besoin d’échanger, de se « décomplexer » dans l’écriture pour Mélodie, l’envie de faire découvrir et partager sa discipline au plus grand nombre pour Frédérique. Le projet était au départ d’occuper un espace disciplinaire, sur la toile, sans cependant que celui-ci soit tout à fait identifié.

Les appréhensions

Qu’est-ce qu’un carnet de recherche ? En quoi est-il différent d’un blog ? En quoi les productions pour un blog sont-elles différentes d’articles ? Sont-ce des billets d’humeur ? Doit-on accorder le ton de son écriture au public virtuel ? Doit-on apprendre à écrire autrement ?

Autant d’interrogations qui émergent lors de l’ouverture d’un carnet (mais aussi au moment de sa candidature sur Hypothèses). L’apprentissage que l’on en fait petit à petit, ne résout pas totalement ces questions. Mais doit-il y avoir une réponse franche et nette ? S’il est difficile de concevoir et d’anticiper ce que l’on peut y trouver, le succès de la plateforme d’Hypothèses n’est-il pas lié aux multiples manières d’appréhender cet objet qu’est le carnet de recherche ? Le carnet est un objet malléable aux frontières poreuses, qui peut s’adapter à des usages différents.
Cette interrogation est certainement liée à l’aspect encore in-conventionnel pour un doctorant, un chercheur… de « bloguer », de tenir un journal de bord à découvert. Le carnet de recherche est un espace d’écriture encore pensé comme illégitime. « Carnet » de recherche : un objet non identifié ? En tous les cas, il est bien absent des évaluations. Pensé comme une perte de temps, une diversion, une dispersion… Le carnet resterait dans le monde du ludique, car il ne serait pas « rentable » en un sens bassement comptable de ce qu’est la recherche.

Au début donc de l’expérience, le carnetier ressent des doutes : comment parler ? avec qui ? pour qui ? pourquoi ? Mais il ressent l’envie, (parfois le besoin) de se servir de cet espace virtuel, pour écrire. Et c’est peut-être aussi cet inconnu qui suscite l’envie de se saisir du carnet et de s’approprier des usages, comme nous le verrons dans quelques lignes.

Au-delà de l’appréhension quant au domaine des possibles du carnet, surgissent des interrogations sur les mauvais usages qui pourraient en être faits par la communauté : quid du piratage, du risque de se faire voler ses hypothèses ? Alors qu’au contraire publier dans un carnet ses hypothèses les acte (datation du billet, archivage, etc).

Les appréhensions relatives au numérique en général sont également souvent mentionnées : les billets sont-ils pérennes ?  L’archivage apparaît comme une préoccupation majeure d’internet mais plus spécialement des blogs1.

Photographie : sbug, certains droits réservés (Creative Commons)

Des manques ou des envies ?

Des moments de liberté et de créativité

En tant que moments dédiés à « autre chose » dans le cadre d’un travail de thèse orienté vers l’écriture d’un manuscrit, vers une soutenance, le carnet offre un espace de liberté. Parce les enjeux n’y sont pas les mêmes, parce que l’on y « expérimente » peut-être plus librement, parce que peut-être justement l’on écrit pour soi (avant tout), et non dans l’idée de ce qu’il faudrait rendre, de ce qui sera évalué (même de manière implicite) dans le cadre d’une relation directeur de thèse-étudiant, le carnet est un facteur d’émulation. Il permet aussi de s’accorder du temps pour des recherches hors de sa thèse, d’exercer son esprit réflexif sur d’autres « pépites ».

Le carnet représente une forme moins formatée d’écriture ou de pensée : une forme de publication « a minima », de soumission à la communauté à moindres frais, il constitue un espace réflexif et discursif, sous une autre forme que sous la relecture contrainte de la relecture des pairs dans un comité de lecture ou d’évaluation.

Le carnet de thèse à proprement parler permet d’engager une réflexion sur des conceptions différentes de ce que signifie « faire une thèse » : ce pourrait être non pas seulement d’incorporer des normes mais donner un sens à cette pratique de recherche, de l’investir totalement.  Le carnet en la mettant en scène peut permettre de l’incarner, de lui donner forme et visibilité.

Un espace de liberté : les a-côtés de la thèse

Le carnet peut également être le lieu où s’autoriser des excursions en-dehors de l’espace de sa thèse.  Il peut être le moyen d’exercer son regard sur d’autres terrains, d’affuter son jugement, son regard réflexif sur sa pratique. Il peut ainsi être pensé comme un espace d’entraînement à la construction d’un raisonnement, d’une pensée.

Ainsi, Socio-Voce vise à se saisir d’objets, puisés dans le quotidien, afin de les tourner en objets sociologiques ou de faire autant d’arrêts sur des « pépites » sociologiques, constituées en exercices pour la réflexion.

Et l’Infusoir affine ses questionnements A travers champ : « à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire »

Le carnet permet encore de mettre en scène d’autres compétences ou d’axer son raisonnement sur les aspects méthodologiques du travail de recherche, ainsi que le fait Jonathan Chibois.

Le carnet de recherche offre aussi la liberté d’envisager les choses autrement : sous la forme de réflexions en cours, comme un continuum dans l’écriture.

Mélodie : « C’est le cas de l’Infusoir qui, d’une certaine manière, vise à légitimer tout ce qui construit une réflexion, sans être à proprement parler « la thèse ». Le carnet permet de donner du sens et de la légitimité à ce qui n’entre pas directement dans la thèse, mais qui lui donne de la matière, de la densité. L’expérience de la thèse ne se réduit pas à l’écriture d’un manuscrit… »

Les frontières de la thèse deviennent poreuses,  franchissables.

 La réflexivité

Le carnet de thèse est aussi un outil de réflexivité tant sur sa pratique de recherche, que sur sa discipline en général. Il permet par exemple de prendre du recul par rapport à son objet en l’abordant à partir d’un autre espace argumentatif : celui du format court du billet de blog.  Cela modifie le rapport à l’objet dans la mesure où l’espace réflexif se contracte : on ne dispose pas de la même latence pour décrire un objet, et le billet de carnet concentre des pépites. On comprend aussi autrement ce que l’on est en train de faire : faire une thèse, ce n’est pas seulement écrire des centaines de pages pour une soutenance.

Le carnet permet une prise de recul sur sa pratique de recherche de manière générale, en offrant un espace où démêler ses idées, les formuler, les aboutir par /dans l’écriture. Il permet de prendre le temps de la distance et de comprendre ce que signifie une inscription dans un champ disciplinaire, de gagner en conceptualisation. Il permet de créer ou de suppléer à des échanges physiques inexistants et souvent de sortir de l’entre-soi disciplinaire.

Écrire sur un carnet c’est donc bien interroger ses pratiques grâce à celles des autres !

Photographie : marceline, certains droits réservés (Creative Commons)

Donner à l’écriture sa portée communicationnelle ?

L’écriture d’un carnet de recherche permet de redonner au regard critique porté sur l’écriture un enjeu constructif  : le lecteur extérieur est convoqué dans la matérialité de la recherche, pour valider a mimima au fur et à mesure. Le carnet peut devenir un espace collaboratif de réflexion grâce aux commentaires.
Il peut alors s’agir de voir le carnet de recherche comme un espace dédié à la proposition d’hypothèses (et le nom de la plateforme devient alors un symbole et un objectif), hypothèses non abouties, que la mise en commun aurait pour principal objectif de porter à maturation, d’incuber…

Le carnet comme espace de rencontre

Rencontrer, communiquer peuvent dans certains cas être les moteurs de la participation à un carnet de recherche.  Celui où s’écrit ce billet, les Espaces Réflexifs en est un aboutissement récent.
Il s’agit plus généralement d’aller à la rencontre d’un public, de lecteurs, de ses pairs mais aussi des autres disciplines, auxquelles on se frotte par carnets interposés.

Comment vivre / écrire un carnet de recherche ?

Des carnets aux formes différenciées

Que recherche-t-on quand on écrit ? Selon les jours et les billets, et les auteurs des carnets, les objectifs sont divers : billets de veille documentaire, billets pour garder en mémoire, peut-être aussi d’abord pour soi, les réflexions suscitées par une lecture, une rencontre, une discussion, billets reprenant une communication orale, billets de point de vue, notes de lectures, etc. Le carnet de thèse incite à varier voire à expérimenter des formes d’écriture, notamment lorsque les billets sont écrits à plusieurs mains.

Que cherche-t-on à présenter ou à raconter ? Ce peut être un travail de recherche, une réflexion en cours, mais souvent incarnés : c’est soi-même que l’on raconte parfois, en tant que doctorant(e) dans une pratique de recherche qui se construit.

Les intentions qui président à l’ouverture d’un carnet de thèse varient (et évoluent au cours de l’écriture dans le carnet).

Carnet collectif de doctorants

Les aspects concrets de la thèse – A propos : « Né dans le sillage du séminaire qui porte le même nom, ce carnet vise à devenir aussi bien un lieu d’information et de documentation qu’ un espace d’échange sur « les aspects concrets de la thèse ».  La formation à la recherche, l’écriture des sciences sociales, la mise en valeur de ses résultats, l’insertion professionnelle des « jeunes chercheurs»…autant de questions pratiques de notre travail quotidien qui, trop souvent, “vont sans dire” dans le monde de la recherche…et qui, dans la plupart des cas, vont mieux en les disant. Guidé par l’ambition de réhabiliter ces questions comme des préoccupations “légitimes”, ce carnet a l’intention double de servir de “boîte à outils” et de nourrir l’échange et la réflexion sur les différents aspects de notre “métier” de jeunes chercheurs – masterants, doctorants ou post-docs. Dans un esprit rigoureusement transdisciplinaire, il aborde des problématiques communes à toutes les sciences sociales. »

Dans le carnets individuels, les premiers billets semblent refléter ces intentions, parfois plus que les pages de présentation qui peuvent être réactualisées au fil de la vie du carnet.

Archives de carnets de thèse –  Exemples d’intentions des premiers billets de doctorants

Présentation « Doctorante en Anthropologie, rattachée au laboratoire de l’IDEMEC implanté à la MMSH. » (Stéphanie Messal, une doctorante qui se raconte dans sa vie de doctorante)

Enklask, qu’est-ce que c’est ? « Enklask, cela signifie “enquête” en breton. Ce carnet de recherches rendra compte d’une enquête sur l’histoire du socialisme en Bretagne dans la première partie du XX ème siècle, entre 1905 et 1940. » (Benoît Kermoal, qui a présenté sa pratique de doctorant 2.0 chez Marie-Anne Paveau en janvier)

Préambule : « Ouvrons ce carnet sans tambours ni trompettes, cette inauguration n’est pas une naissance mais une continuité. Partageant jusqu’ici mes réflexions et pensées sur une plateforme plus personnelle, j’ai eu envie de participer à l’aventure des carnetiers parce qu’on ne fait pas de sciences sociales quand on reste isolé. Lassé d’observer en spectateur l’épatante émulsion scientifique gravitant autour de la plateforme Hypothèses, je n’ai pas résister à y plonger à mon tour. […] Au plaisir de vous lire dans les commentaires, Jonathan » (Jonathan Chibois, à la recherche d’un collectif)

Les carnets de recherche Hypothèses inventent le carnet de moleskine 2.0, qui donne à voir la recherche « en train de se faire », en train de maturer lentement.

Le carnet comme « séminaire virtuel »

Se donner à lire

Même si l’intention de départ est principalement l’écriture (ce qui n’est vraisemblablement pas le cas de tous les carnets de thèse), il n’est pas anodin que celle-ci se développe dans un espace ouvert, et c’est ce qui est d’ailleurs recherché par certains doctorants : l’écriture est immédiatement liée à la lecture.

Les billets sont à l’origine de conversations silencieuses, les carnetiers deviennent parfois lecteurs les uns des autres, entrent en relation par l’intermédiaire des commentaires, par l’écriture de billets communs, ou encore par l’ouverture de carnets collectifs. La plateforme Hypothèses semble construire petit à petit une sorte de communauté de pensée, par la découverte, sur la toile, de proximités de sujets et de modes de questionnements, mais aussi quant aux usages possibles (et réflexifs) des outils numériques dans nos pratiques de recherche.

Il peut même arriver que les carnets réinventent des liens avec nos équipes de recherche, lorsqu’il arrive (rarement) que nos collègues nous lisent et reprennent le fil d’une conversation initiée en ligne.  Cette réflexion qui se donne à lire induit aussi des situations étranges : certains lecteurs nous connaissent sans que nous ne les connaissions, puisqu’ils restent invisibles…

Le carnet peut jouer le rôle de séminaire virtuel permanent (atemporel et agéographique) : les commentaires ouverts le restent, la discussion reste matériellement visible et en mouvement. Il arrive qu’un billet soit même commenté longtemps après avoir été écrit.  Il permet de rencontrer d’autres chercheurs, d’autres façons de penser, de partager une réflexion, au sens fort : la lecture d’un billet se fait dans un contexte, une démarche située, celle du carnet, auxquels le lecteur a accès directement.

Cette conscience du lecteur, dans quelle mesure est-elle une préoccupation ? Vise-t-on un public en écrivant, et si oui, lequel ? S’agit-il de nos pairs ou d’un public plus large ?
Les commentaires induisent-ils des changements dans l’écriture ? Finit-on par s’adresser à ceux qui nous visitent (et qui se font connaître) ?

Les commentaires ne sont pas toujours si nombreux qu’ils influencent l’écriture, et restent la plupart du temps ponctuels sur nos carnets de thèse respectifs. Ce n’est pas le cas des Espaces réflexifs qui ont été immédiatement conversationnels, du fait même du projet initial : il se prête aux commentaires, y invite, les induit.

Tester des hypothèses, les voir évoluer, s’insérer dans une réflexion en cours

Au-delà de la définition précise d’un public, quelle influence cela peut-il avoir que de se savoir lu(e)s ?
On prend dès lors la mesure des marques que l’on laisse par l’écriture : nos billets sont non seulement publiés, mais restent dans le web, sous formes de traces, comme le faisait remarquer Pierre Mercklé. Si le carnet de recherche peut être utilisé pour lancer des « hypothèses », reste que ces hypothèses perdurent par le fait même de leur publication sous forme de billets. Il faut alors assumer dans le temps des hypothèses, qui auront peut-être varié et se seront avérées fausses.  On en vient peut-être à tendre vers plus de formalisme, parfois à moins de légèreté, dans la mesure où notre écriture s’insère dans un cadre dont on cherche à faire reconnaître la valeur scientifique (en tant que participant à la construction d’un savoir scientifique, en tant que processus).

L’écriture pourrait dès lors être perçue comme un « risque » : ai-je envie de laisser ces traces ? Comment vais-je demain assumer ce que j’ai écrit hier ?

Il nous apparaît que ce « risque » n’en est pas un si l’on considère la pensée en mouvement et sa nécessaire « imperfection », en cela qu’elle n’est jamais définitivement figée : on rend ainsi une recherche vivante, qui ne se cache pas mais se donne à voir, à réagir, à échanger.
Les billets proposent une écriture non finalisée, mais mise en forme. Le cadre dans lequel ils s’inscrivent permet de mettre en mots, et nous oblige parfois à choisir des mots pour la première fois, à tester la compréhension de lecteurs extérieurs. Mais ne serait-ce pas finalement le rôle que toutes les écritures de la recherche joueraient (continuum d’écritures de recherche), à différents niveaux, selon différents formats ? Le format « billet », un peu différent des articles « légitimes », peut jouer un rôle fondamental dans la construction de nos savoirs.

Il nous permet, en tant que doctorant(e)s de nous donner des « échéances », de petits objectifs, intermédiaires, au sein du processus plus large de l’écriture d’un manuscrit de thèse.

Par la mise en mots, par la relecture, lorsque l’on devient son propre lecteur, quelques jours, quelques mois ou années plus tard, le carnet nous aide à aiguiser et tester des hypothèses, mais amène aussi, par les traces qu’il laisse à garder la matérialité, visible, du raisonnement en germe : il « retrace » l’évolution d’une réflexion.

En y revenant, nous pouvons parfois reprendre une réflexion initiée, suspendue pour un temps, pour la prolonger, l’articuler avec de nouvelles actualisations de nos idées, l’éditorialiser, la mettre en lien avec de nouvelles discussions, de nouveaux interlocuteurs.

Mélodie : « Il m’est arrivé de renvoyer des collègues à des billets (de mon carnet mais aussi d’autres carnets !) pour engager une discussion scientifique (de visu ou par mail): sur des questions d’épistémologie, pour l’organisation d’un séance de type séminaire autour d’une question, pour lancer des hypothèses, etc. »

Rentrer dans une communauté de lecteurs

Lorsqu’on lit un carnet de recherche, individuel ou collectif, de doctorant(e)s ou de chercheur(e)s, il est passionnant de découvrir les questions, les modes de questionnements, les lectures, qui y sont présentées : on acquiert la capacité de se décentrer par rapport à sa discipline et on arrive à échanger scientifiquement, entre carnetiers ou entre lecteurs-auteurs, de manière très forte à partir de la lecture régulière des écrits de carnet d’un (jeune) chercheur.
Dans cette communauté 2.0 de pairs, ouverte à des publics plus larges, il semble que le regard critique porté sur l’écriture redevienne un enjeu constructif.

Le carnet devient tout à la fois un espace de visibilité, de mise en relation, mais également de légitimation du doctorant en tant que futur chercheur, lu par d’autres chercheurs, acquérant  parfois une forme de reconnaissance lorsque ses billets sont mis en avant sur la plateforme.

L’imprévu

Se redonner des envies. Se permettre, s’autoriser à écrire. Donner la place à des idées non associées de manière explicites, ou de manière encore floue, avec notre réflexion de thèse.
S’autoriser à dire des choses, à essayer des choses, à se tromper, à recommencer.
S’obliger à écrire aussi, se donner une temporalité, un cadre instituant une sorte de rituel.

Saisir des idées éphémères, leur donner une inscription…

Prendre des risques.

Trouver une liberté d’évolution vers d’autres sujets, de jeu, les sens en éveil, avec d’autres thématiques.
Faire des liens avec d’autres travaux, d’autres chercheurs, d’autres modes de questionnement.
Découvrir d’autres disciplines.
Se laisser surprendre.

Donner une place à tout ce qui compose la pratique de recherche d’un doctorant et qui ne se voit pas dans la thèse : les rencontres, les communication orales, les lectures, les chemins rebroussés, les aspects méthodologiques (Les aspects concrets de la thèse / Devenir historien-ne).

Transformer les moments d’errance et de solitude en des moments d’émergence de réflexions.

Autant d’investissements possibles du carnet de recherche, reflet des conceptions de la recherche et du sens donné à sa pratique de son (ses) auteur(s).

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

 

Exemples de carnets de thèse

Liste des carnets de thèse Hypotheses.org

Carnets collectifs

Devenir historien-ne

Les aspects concrets de la thèse

Ressources pour la thèse

Carnets individuels

Stéphanie Messal : Misanthropologue

Jonathan Chibois : Laspic – Carnet

Benoît Kermoal : Enklask / Enquête

Frédérique Giraud, en co-écriture avec Benoît Ladouceur : Socio-Voce

Mélodie Faury : L’InfusoirPremier billet

Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “ Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

  1. Et c’est une attention particulière aux questions d’archivages que porte l’équipe d’Hypotheses []

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Une remarque concernant l’outil collaboratif utilisé, étant donné que je m’intéresse à la question et que j’ai récemment publié un billet sur le travail collaboratif (http://enthese.hypotheses.org/15). Le logiciel Etherpad est effectivement une référence dans ce domaine. Mais pour ceux qui ne voudraient pas dépendre du Parti Pirate dont vous avez utilisé la variante, il existe de nombreuses solutions.

    Le problème n’est pas que social (certaines personnes reculent quand on leur dit que l’on va utiliser un service proposé par un parti politique), il est également technique : ces organisations en sont encore à leurs débuts, et surtout elles sont particulièrement exposées. Il est déjà arrivé que le Parti Pirate allemand, qui propose également ce service, se fasse confisquer ses serveurs à la suite d’une enquête plutôt creuse (https://twitter.com/#!/Piratenpartei/status/71505049070743553).

    On peut trouver des liens vers le travail collaboratif en général et une liste de serveurs Etherpad en particulier ici : http://pear.ly/_2_T Il y a le choix… Pour ma part je trouve l’offre de framapad.org convaincante.

  2. Christophe TUFFERY dit :

    Bonjour Mélody et Frédérique et un grand merci à vous pour cet exercice de réflexion partagée. Merci aussi aux commentateurs d’être rentrés dans cette danse à laquelle vous nous invitez avec ce billet.
    Puisque ce carnet de recherche se veut à l' »image des miroirs » et cherche à « faire réfléchir un peu avant de renvoyer les images », j’ai le sentiment que votre tour de « magie » est en train de fonctionner.
    Votre carnet se transforme en un miroir sans tain, semi-réfléchissant, qui renvoie une partie de vos échanges, celle qui semble « réfléchie », et en laisse passer l’autre partie, celle qu’on aime à croire « réfractée »… à laquelle, peut-être, les commentaires permettent d’accéder.

  3. Stéphanie Messal dit :

    Bonjour vous deux !
    Tout de suite tant que j’y pense (parce que là j’ai plein d’idées qui fusent et j’ai déjà peur qu’elles ne s’envolent, mes doigts ne s’agitant pas assez vite sur le clavier), je vous remercie pour avoir cité mon carnet de thèse. :^)

    Je vais écrire comme il ne faut pas écrire en thèse, c’est-à-dire avec des 1., 2. et 3.

    1. Le carnet de thèse – Premier billet
    Le premier billet est toujours un exercice délicat. Pour l’avoir vécu par deux fois (ici et sur mon carnet), on a toujours tendance à considérer que le premier billet va être le révélateur des billets à venir : de leur ton, de leur couleur, de leur décor, etc.
    Pour les Espaces Réflexifs, j’ai choisi le thème du miroir, en accord avec des précédentes discussions avec quelques rédacteurs de ces lieux comme Mélodie, Marie-Anne ou encore Yann. C’était un thème dans lequel tout le monde (du moins je l’espère) pouvait se retrouver, se regarder. Je souhaitais un billet que chacun pourrait s’approprier.
    Pour mon carnet, c’était complètement différent. Une présentation me semblait inévitable ! Comment ouvrir un carnet sans se présenter ? C’est un peu comme vous recevoir chez moi. Je me présente et je vous fais visiter. Mais c’est un billet qui mériterait d’être remanié. Ce hall d’entrée a changé : il est plus grand, plus confortable. Sûrement parce que je suis désormais plus à l’aise avec ma maison « carnetière ».

    2. Carnet individuel – Carnet collectif
    C’est une belle expérience que de pouvoir vivre les deux. Dans le carnet collectif, on doit apporter son identité bien sûr mais en laissant toujours une belle place pour l’autre. On n’est pas chez soi mais chez nous. On vit en collocation : c’est une Villa pour reprendre la métaphore de Marie-Anne. Un lieu de vie, un lieu d’échange où circulent différentes personnes. Celles qui y résident mais aussi celles qui passent nous faire un petit coucou ou prendre le thé par le biais des commentaires ou des billets invités. C’est comme si on se retrouvait autour d’une grande table. Mais avec la possibilité de pouvoir se retirer et prendre des temps de pauses. C’est vivant ! Il y a beaucoup d’effervescence ici.
    Mon carnet parle de ma thèse, de mon vécu sur le terrain, de ma rencontre avec les objets mais aussi avec les gens. Oui, c’est ma maison. Celle où je décide à qui j’ouvre la porte ou la ferme. Cela peut paraître sectaire mais pas du tout ! Il ne me viendrait pas à l’idée de laisser entrer chez moi un parfait inconnu qui n’aurait pas de bonnes manières ou un minimum de savoir vivre. C’est un peu pareil sur mon carnet. C’est pour cela que j’ai pris la décision de filtrer les commentaires et de ne faire apparaître que ceux qui soient constructifs ou à caractère positif !

    3. Le carnet vs la thèse
    Il est clair que mon carnet n’est pas ma thèse. Mais il nourrit ma thèse. Il la complète. Dans mon carnet, j’aime écrire de façon plus… poétique ! Je parle des objets avec émotion. Ce que je n’ai pas vraiment le droit de faire dans ma thèse sauf si bien sûr j’arrive à le justifier. Mais devoir justifier des émotions, c’est gâcher leur spontanéité. Pendant qu’on s’escrime à les justifier, elles se sont déjà envolées. Mon carnet me sert de balancier. Je travaille souvent comme ça, sur les deux versants. Un coté sage, un côté « fou ». Un côté rationnel, un côté émotionnel. Ainsi quand j’écris ma thèse, je peux y injecter de l’émotion sans qu’elle me déborde car déjà canalisée dans mon carnet de recherche (et ailleurs).

    4. Ecriture, lecture
    Alors, même si effectivement nous sommes toujours les premiers lecteurs de nos oeuvres, je n’écris pas pour moi. En ouvrant ce carnet de recherche (avant j’écrivais sur un tumblr qui est devenu aujourd’hui un lieu de compilations de liens en rapport avec ma thèse : ma veille), je savais qu’il serait lu par d’autres. Donc mon écriture est une écriture pour l’autre. Si je souhaite n’écrire que pour moi, alors je crée mon journal intime. Il y a des choses que je n’écris que pour moi effectivement et vous ne les lirez jamais sur internet. Mais, j’écris malgré tout pour moi dans le sens où ce carnet me sert aussi de trace bien sûr. Contenu et contenant se mêlent. Mon écriture qui se fixe dans le temps et l’espace numérique est mienne mais la lecture est aux autres.

    5. Les rencontres, les découvertes
    Je dois dire que je ne remercierai jamais assez Marie-Anne pour m’avoir invitée à rejoindre hypotheses. Par le biais de cette plateforme et de twitter, j’ai fait de jolies rencontres qui m’ont réconciliée avec la science. C’est en quelque sorte un véritable réseau social qui se crée au sein de cette plateforme.
    D’ailleurs, je me suis faite toute une veille de carnets hypotheses sur Google Reader concernant des sujets divers et variés, que ce soit dans le cadre de ma thèse ou plus simplement des thèmes qui me touchent particulièrement comme l’architecture, l’urbanisme ou l’enfance. C’est un outil formidable ! J’ai le loisir de découvrir par leur biais des livres, des sites, des personnes, etc. Mais c’est aussi du coup très chronophage (quand on aime on ne compte pas !) et je dois m’adapter pour concilier tout cela.
    Dernièrement la MMSH a ouvert son carnet. J’ai l’espoir un peu fou que tous les carnetiers rattachés à la MMSH pourraient organiser une journée de rencontres pour présenter leur projet et la plateforme. Pourquoi pas ?

    6. Et pour finir parce que ce commentaire commence à être long
    Oui, l’imprévu et puis l’expérimentation. Notre carnet, c’est un peu une maison magique, une sorte de laboratoire. Je me souviens qu’enfant, je jouais avec des maisons de petits bonhommes qui pouvaient entièrement se transformer par déploiement ou retournement. C’était super : avec une maison j’en avais 10 ! Le carnet de recherche, c’est un peu ça. Je peux changer sa déco (je crois que je vais me lancer après ce commentaire vu comme je me répète à ce sujet), je peux revenir dans les billets précédents comme dans des pièces et rajouter quelques éléments ou en retirer. Je peux aussi éteindre ou allumer la lumière (supprimer, masques, mettre à la une). Je peux montrer une pièce en travaux si j’en ai envie pour que vous puissiez ainsi voir la construction d’un billet au fil des jours. Je peux inviter des gens. Je peux agrandir ou rétrécir l’espace à volonté. On peut y rajouter quelques bavardages audio en guise de mélodie. Je peux même laisser les clés à quelqu’un si je m’absente !

    Merci encore pour cet excellent billet. C’était un régal de vous lire. Est-ce que vous voulez que je vous aide à débarrasser la table avant de partir ? La prochaine fois, je vous apporterai des fleurs ou des bonbons… ;^)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      juste de petits mots épars et un peu d’émotion : je suis très très contente de vous lire et de vous rencontrer de cette manière, carnetières et « commentières », aussi régulièrement, dans ces rendez-vous non fixés mais pourtant tenus de ce carnet et d’autres, cela enchante la recherche et ses environnements – j’aime beaucoup la remarque de stéphanie « C’était super : avec une maison j’en avais 10 ! Le carnet de recherche, c’est un peu ça », parce que je trouve que cela formule exactement l’idée d’augmentation dans les univers numériques : il y a une sorte de pouvoir de modification magique qui nous rend capables de prendre plusieurs formes (moi, je pense aux barbapapas que j’adorais gamine, leurs fantastiques métamorphoses me fascinaient)
      si stéphanie aide à débarrasser la table, je veux bien m’occuper de la blanchisserie pour les nappes et les serviettes…

  4. Tout essoufflé à la fin de cette lecture, un seul « mot » me vient : « woaw ! ».

    Chapeau pour ce billet-fleuve, où pas une seule fois longueur ne rime avec redondance, mais au contraire le signe d’une belle exhaustivité. Non pas que tout soit dit sur la question des carnets de thèse, mais tout me semble néanmoins abordé. C’est à mon sens une belle synthèse des différentes réflexions entamées ici et là sur les différents carnets, un « état des connaissances » en somme.

    Mille pensées me viennent, ce que j’ai lu ici fait remonter à la surface de ma pensée consciente énormément de choses que je n’avais jamais ni pris le temps ni trouvé l’occasion d’exprimer. En fait c’est un « tremplin de réflexivité » que vous nous offrez là, merci. Promis, en échange, dès qu’un moment se libère pour moi, je profite emprunter ce tremplin et faire un grand saut pour rédiger ce qu’est pour moi un carnet de thèse. 🙂

    • Mélodie Faury dit :

      Merci Jonathan pour ton commentaire élogieux.
      Je lirais avec plaisir ton propre retour d’expérience !
      Un « tremplin de réflexivité », j’aime bien l’image de l’élan réflexif que cette expression propose.

      • Frédérique Giraud dit :

        Merci pour cette lecture si prompte et elle aussi réflexive ! A très bientôt donc pour cette poursuite de la réflexion

  1. 06/04/2012

    […] Le carnet de thèse – Avec Frédérique Giraud […]

  2. 01/10/2012

    […] 2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud […]

  3. 05/11/2012

    […] pendant les nombreux mois passés derrière mon ordinateur, a joué dans le cadre de ma thèse. Nous en avions parlé il y a quelques temps avec F. Giraud, et j’ai déjà (co-)écrit ailleurs (ici ou là) au […]

  4. 21/02/2013

    […] écrite de la même manière sans ce lieu d’écriture, de lecture et de discussion, qui a rempli des fonctions précieuses pour l’ancrage et l’élaboration de ma réflexion de recherche […]

  5. 29/03/2013

    […] Pourquoi ouvrir un carnet de thèse ? disposer d’un espace réflexif. […]

  6. 14/07/2014

    […] Giraud, Frédérique et Mélodie Faury, «Le carnet de thèse», blogue Espaces réflexifs, 13 février 2012 : http://reflexivites.hypotheses.org/641. […]

  7. 27/01/2015

    […] Frédérique et Faury, Mélodie (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  […]

  8. 23/04/2015

    […] Frédérique Giraud et Mélodie Faury, Le carnet de thèse, Réflexivités, 13 février […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *