De quoi le genre est-il le nom? Nommer, définir, contrôler (1)

Ce titre n’est pas seulement un clin d’oeil à un cliché de la titraille journalistique: il s’agit, il me semble, d’une vraie question épistémologique qui fait particulièrement sens dans le contexte de la controverse actuelle. Elle m’évoque au moins trois réflexions, que j’aborderai dans trois billets différents pour plus de clarté:

– (1) sur le discours anti-genre, d’abord, et les définitions concurrentes du genre qui traversent la controverse;
– (2) sur d’autres définitions concurrentes, mais cette fois entre recherche universitaire et militantisme trans;
– (3) sur le passage, en diachronie, dans le discours universitaire, des « femmes » au « genre », et parfois l’alternance entre les deux.

Nommer, définir, contrôler: définir le genre en contexte polémique

On assiste, dans le cadre de la controverse sur le genre, à la fois à une bataille de désignations et à une bataille sémantique autour du concept de « genre » (Rennes 2007).

Bataille de désignations, d’abord: chaque camp cherche en effet à imposer ses propres désignations. L’exemple de la « théorie du genre » est particulièrement éclairant: l’emploi du syntagme de manière non distanciée caractérise largement le positionnement discursif anti-genre, tandis qu’il est de mise, dans le camp opposé, de répéter que « la théorie du genre n’existe pas », en adoptant un argumentaire qui n’a pas vraiment évolué depuis cet entretien avec la sociologue Laure Bereni datant d’octobre 2011. Je souscris totalement à cet argumentaire, mais je n’en constate pas moins son peu d’efficacité, la moindre mention du genre, du féminisme ou de la lutte contre les stéréotypes filles/garçons dans les textes officiels, ou l’existence même de Conchita Wurst étant suffisantes, selon les militant·es anti-genre, pour prouver l’existence de cette « théorie ».

On trouvera un exemple particulièrement éclairant de cette bataille de désignations dans le « lexique » de Vigi-Gender, qui met en parallèle « langage du Gender et « langage de la réalité ».

Bataille sémantique, ensuite, car l’affrontement ne porte pas seulement sur la façon de nommer les choses, mais aussi sur des dénominations communes aux deux camps: c’est alors la définition du mot qui fait l’objet de débats. Aux définitions données par les études de genre, les militant·es anti-genre répondent:

1) par des définitions censées être puisées dans les travaux de chercheurs et chercheuses sur le genre (je souligne):

LA THEORIE DU GENRE a été créée par John Money (1921-2006) psychologue et sexologue néo-zélandais. Dans son acceptation actuelle, nous la devons à la philosophe féministe états-unienne Judith Butler (1956-/) et en particulier son ouvrage Trouble dans le genre écrit en 1990, même si depuis l’auteur récuse les thèses radicales qu’elle formulait dans son premier livre.
Voici tout d’abord quelques définitions relevées chez les théoriciens des gender studies :
– La perpétuation de la domination masculine et du pouvoir hétérosexuel n’est possible qu’à travers le tabou de l’inceste, qui présume lui-même le tabou de l’homosexualité (Butler).
– On naît mâle ou femelle, mais l’on peut indépendamment de cette évidence être homme ou femme, ce qui revient à nier les différences sexuées biologiques.
– Pour éviter que les filles et les garçons ne constatent qu’ils sont différents, au nom de l’égalité, la société (écoles et crèches) doit les conditionner pour qu’ils se croient indifférenciés et leur permettre de choisir le genre auquel ils appartiennent, la biologie se contentant de leur donner un sexe.
– L’identité naturelle sexuée doit être remodelée pour s’affranchir de la part non choisie de l’existence.
– L’homme et la femme n’ont pas de dynamisme naturel qui les pousserait l’un vers l’autre ; seuls les conditionnements sociaux rendraient compte de cette soi-disant inclination à la complémentarité naturelle.
(Varnier 2014)

On notera bien sûr l’absence de guillemets et de références, en-dehors du « (Butler) ».

2) par des définitions censées résumer ces recherches:

Dans les citations suivantes, le concept de « genre » tel qu’il est utilisé dans les études de genre est opposé à « la théorie queer du gender (ou théorie transsexuelle du genre) » [sic]; la définition du concept est censée varier de l’un à l’autre. Notons que le document d’où sont tirées ces citations est présenté comme étant rédigé par le « Conseil scientifique du Cler Amour et Famille » et est en fait l’oeuvre de deux théologiens, conseillers conjugaux et sexologues, consultants auprès de l’association. C’est moi qui souligne.

En anglais le mot « sex » est réservé aux organes sexuels et à la génitalité. Il ne convient pas pour évoquer les autres dimensions du concept de sexualité, comme par exemple le comportement social des êtres sexués. Il est réducteur par rapport au mot français « sexualité » qui, lui, englobe tout ce qui concerne la sexualité. Les américains utilisent le terme « gender » pour désigner ces domaines de la sexualité qui débordent les limites du «sex» : identités sexuelles et rôle social des sexes, orientations sexuelles, corrélations avec le sexe biologique, … et non simplement la « dimension purement culturelle » de la sexualité ainsi que cela est souvent écrit.

Le genre s’avère donc partiellement comme une construction sociale, plutôt que dépendant uniquement du sexe génétique.

On peut résumer cette théorie du gender, qu’il convient de nommer « théorie queer du gender » (ou théorie transsexuelle du genre) pour ne pas l’amalgamer avec le reste des thèses émises autour du concept de genre, bâtie autour des droits des femmes et des minorités sexuelles, de la façon suivante :
C’est parce que la société accepte la différence biologique des sexes en tant que principal moteur de la construction du genre (identité et orientation sexuelle) que cette société s’est construite comme inégalitaire et discriminatoire pour les femmes et les minorités sexuelles. En effet, cette différence biologique est intrinsèquement inégalitaire au profit de l’homme et donc source de domination de l’homme sur la femme. Les stéréotypes féminins et masculins véhiculés par la société traduisent bien cela et entretiennent cette acceptation de l’inégalité des sexes, considérée comme naturelle et normale.
Sous l’influence des homosexuels cette inégalité des sexes va s’articuler avec l’inégalité des sexualités. C’est dans l’hétérosexualité que s’exprime au mieux la domination masculine. En conséquence cette hétérosexualité impose sa norme à toute la société et ceci d’autant plus facilement qu’elle est majoritaire. Elle détient le monopole de la sexualité légitime et créé [sic] l’illégitimité des autres sexualités (homo, bi et trans). […] La réalité biologique des sexes jouant pour la théorie queer un rôle accessoire, le moteur principal de l’acquisition d’une identité et d’une orientation sexuelle est le contexte social et culturel dans lequel est
élevé l’enfant.
(Des Roseaux et Florent 2011)

La dernière citation est difficile à comprendre: à partir de « c’est parce que », on est censé lire un résumé de la « théorie queer du gender », donc une prise de distance énonciative. C’est cette prise de distance et le réaffleurement du discours anti-genre (jamais explicité comme tel) qui complique la lecture, comme dans « C’est parce que la société accepte la différence biologique des sexes en tant que principal moteur de la construction du genre » (c’est moi qui souligne).

3) par des définitions qui leur sont propres:

Il existe toute une littérature catholique de réflexion sur le genre. Comme on peut le deviner, cette réflexion est plus ou moins intéressante d’un point de vue épistémologique (Della Sudda 2013), mais on y trouve aussi un effort de conceptualisation du genre d’un point de vue catholique et critique; Jacques Arènes évoque par exemple la nécessaire refondation de la différence des sexes « sans visée hiérarchique » (Arènes 2006), ce qui témoigne sans doute d’une tentative d’appropriation catholique du concept.

De quoi parle-t-on?

Toutes ces définitions ont au moins un avantage par rapport, par exemple, à celle proposée par le manuel d’Introduction aux études de genre: celui de l’évidence et de l’accessibilité, ce qui renforce leur efficacité polémique.

Le genre est] un système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin). (Bereni et al. 2012)

Difficile en effet, quand on tente de corriger le tir et de discuter avec les militant·es anti-genre, de proposer une définition commune qui soit à la fois compréhensible et scientifiquement satisfaisante, c’est-à-dire qui ne fasse pas l’économie de la complexité et de la nuance. Difficile, notamment, de dépasser la distinction sexe/genre, efficace d’un point de vue pédagogique mais largement battue en brèche sur le plan scientifique. Et quand on s’aperçoit, comme je l’évoquerai dans le prochain billet, que la définition majoritaire en sciences sociales n’est pas celle qui circule dans le champ militant, le casse-tête ne fait que s’accentuer.

Bibliographie
Arènes Jacques, 2006, « La problématique du ‘genre’ », Documents Episcopat, n°12.
Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, Revillard Anne, 2012, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck Supérieur.
Della Sudda Magali, « Anatrella Tony, Conseil pontifical pour la famille, Gender. La Controverse, Pierre Téqui, Paris, 2011, 190 pages », Travail, genre et sociétés 1/ 2013 (n° 29), p. 208-210. Consulté le 30 juillet 2014.
Des Roseaux Michel et Florant Olivier, novembre 2011, « La controverse du gender. Note du Conseil Scientifique relative à la théorie du gender », cler.net. Consulté le 30 juillet 2014.
Rennes Juliette, 2007, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, Paris, Fayard.
Trachman Mathieu, 2011, « Genre : état des lieux. Entretien avec Laure Bereni », laviedesidees.fr. Consulté le 30 juillet 2014.
Varnier Christophe, 2014, « Comment la théorie du genre s’introduit dans l’école », libertepolitique.com. Consulté le 30 juillet 2014.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.