Mais alors, à quoi ça sert la science ?

Il y a quelques gros problèmes avec tout ce que j’ai raconté jusqu’à maintenant. Le premier problème, c’est que les histoires que j’ai racontées sont vécues de mon point de vue. Quand je les confronte à des gens qui les ont vécues, ils ne se rappellent pas de la même chose que moi. Ils n’en tirent pas non plus la même chose que moi. Deuxième problème, je soupçonne que certains ayant vécu la même chose pourraient les faire rentrer dans une structure de pensée différente voire opposée. Par exemple, je blâme facilement le patriarcat pour les aspects négatifs de ma vie lié à mon genre. Un masculiniste blâmerait sans doute plutôt les femmes et les féministes. Les bases de mon raisonnement, de mes convictions ne sont pas fiables. Mes preuves anecdotiques ne me permettent que de former des intuitions. Ces intuitions peuvent être à la base d’un travail pour chercher à les prouver, pour obtenir une preuve scientifique. Pour moi, c’est à ça que servent les sciences humaines et sociales : prouver ses intuitions, ses idées, avec une méthode, un terrain qui permet à des gens avec des intuitions et des idées différentes de se mettre d’accord. C’est un moment assez étonnant, assez beau, de voir des gens opposés politiquement, philosophiquement se mettre d’accord.

Je l’ai vu à deux ou trois reprises en Histoire. Par exemple, les historien.ne.s ont l’air d’accord pour dire que l’on n’a aucune preuve de l’implication de Robespierre dans les guerres de Vendée. Rien. Nada. Que tu sois un.e historien.ne.s Robespierriste avec un couteau entre les dents ou un.e historien.ne.s royaliste avec le sabre au clair, tu n’as pas de preuve historique que Robespierre s’est impliqué dans la guerre de Vendée. Et tu le reconnais. Parce que c’est ton métier. Parce que tu sais prendre du recul avec toi-même. Parce que tu es honnête. Parce que c’est ça la science. Que tu aimes ou que tu détestes Robespierre, le fait est là : « on n’a pas de preuve que Robespierre s’est impliqué dans la guerre de Vendée ». C’est pas trop beau ? C’est pas trop cool ? Maintenant faites une étude sociologique : prenez un échantillon de la population et demandez leur si Robespierre est impliqué dans la guerre de Vendée. Je vous parie douze délicieux cookies végétaliens que la majorité de votre échantillon sera persuadé que Robespierre est personnellement responsable des massacres commis durant la guerre de Vendée. Ha, ha. Il y a comme un fossé entre un consensus de scientifiques, prouvé scientifiquement et l’ensemble des citoyen.ne.s. Ce n’est pas un problème que pour les SHS, John Oliver souligne ce genre de problème à propos du réchauffement climatique.

J’ai longtemps cru que les sciences humaines et sociales étaient la solution pour faire se parler ceulles qui ne sont pas d’accords. Comme une grande table autour de laquelle nous allions pouvoir nous asseoir. Les campagnes de désinformations qu’il y a autour des études sur le genre, les livres de Deutsch, les reportages historiques mal faits… tous ces éléments sont particulièrement déprimants. Je pense que l’on peut prouver scientifiquement que l’on peut être plus convaincant avec une fiction qu’avec une série de faits analysés scientifiquement. En fait, si je devais me lancer dans un nouveau travail scientifique, je me demande si je ne me pencherais pas sur la capacité de la science à convaincre les foules. Mon intuition est que la scientificité d’une preuve ne vaut pas grand chose face aux convictions de la plupart d’entre nous1.

Revenir sur ce qui m’a convaincu dans les discours des militant.e.s anti-oppression est une étape pour moi, afin de pouvoir aussi devenir empathique avec les gens contre qui je m’oppose. J’essaye de comprendre pourquoi ils rejettent les études sur le genre sans les avoir lues. Sexistes, racistes, homophobes, transphobes, spécistes, capitalistes, pourquoi n’êtes vous pas convaincus par ce qui me convainc ? Comment cesser de rejeter les études ou réflexions de chacun ? Comment trouver un terrain d’entente pour prouver nos intuitions, nos idées ? Comment confronter nos ressentis à une même réalité ?

Je n’ai pas de solution. J’oscille entre la dépression et la colère à ce sujet.

  1. L’intérêt économique de cette étude serait certain : on pourrait déterminer le nombre de ressources minimum dont on a besoin pour convaincre avec le meilleur rendement possible. Quelle belle économie pour le contribuable ! []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression. Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J'ai trois diplômes universitaires qui n'existent plus. Un jour, j'ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l'air d'être trop de travail. Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gloups dit :

    Je trouve votre questionnement extrêmement rafraîchissant, et en même temps un peu flippant.

    D’abord, votre dernier paragraphe semble suggérer que pour vous, sérieusement, quelqu’un qui porte un oeil critique sur les études de genre appartient presque nécessairement aux catégories que vous énumérez: sexistes, racistes, etc. Est-ce parce que ce sont les seuls qui vous font part de leurs doutes? Sans doute. Le ton général de votre contribution tendrait à me faire exclure que ce soit là un artifice rhétorique de type “homme de paille”.

    Ensuite, j’aime bien votre définition de la démarche scientifique en sciences sociales: “prouver ses intuitions, ses idées, avec une méthode, un terrain qui permet à des gens avec des intuitions et des idées différentes de se mettre d’accord.”

    Le problème, dans les études de genre, c’est que certes, on y trouve des gens avec des intuitions différentes, mais ces intuitions émanent toutes plus ou moins d’un tronc militant commun. Il y a une diversité suffisante pour donner le sentiment d’un pluralisme; mais certainement pas, à mon sens, pour prendre toute la mesure du sujet. Le résultat, ce sont des chercheurs qui, depuis au moins deux générations au moins, confrontent leurs “intuitions” et leurs recherches dans un champ conceptuel artificiellement réduit. Ce n’est pas un complot: c’est l’histoire et la sociologie du mouvement qui veulent ça. Il y a un mécanisme de reproduction endogène qui lie inexorablement les militants et les créateurs des concepts qui les servent.

    En définitive, auprès de qui, dans les études de genre, allez-vous connaître un de ces beaux moments de science au cours desquels des chercheurs que tout oppose se mettent d’accord sur un fait? Au près de féministes différentialistes si vous êtes plutôt butlérien (je n’en sais rien, je dis au pif)? Auprès de masculinistes, qui sont un peu aux féministes ce que les ultra-libéraux sont aux marxistes, des miroirs, des alliés objectifs?

    Votre exemple historique est bien choisi. Vu de l’extérieur, le secteur des études de genre me fait un peu penser aux études révolutionnaires au début des années 1970. Des gens intelligents, qui produisent des recherches souvent de qualité, mais qui se sont tellement enfermés dans un secteur militant qu’ils finissent par prendre pour acquises des choses qui ne le sont pas forcément, ou qui à tout le moins mériteraient critique. Je pense notamment à la notion de patriarcat, dans l’acception platonicienne et englobante qu’elle semble prendre parfois. A la notion de domination, aussi, dans toute sa binarité.

    En l’état, nécessairement, les critiques sont maladroites et peu savantes: il n’y a guère de chercheurs dans ce domaine qui se positionnent en dehors de mouvements militants. Mais le discours peine à convaincre, même des personnes acquises à tout ou partie des revendications sous-tendues. Le problème n’est-il pas un peu structurel? Les études de genre n’auraient-elles pas besoin d’une sepèce de François Furet? Non pas pour mettre fin aux études de genre, ni clouer le bec à qui que ce soit, ni apporter le fin mot, ou ce genre de bêtises; Furet est critiquable, et critiqué, heureusement (trop pour ses partisans et pas assez pour ses détracteurs, comme toujours). Mais pour ouvrir un peu le champ d’investigation, renouveler les concepts, et “déghettoïser”, en quelque sorte, les études de genre.

    Cela se serait-il déjà un peu produit ailleurs, aux Etats-Unis par exemple?

    (Mon usage du neutre n’est pas militant, c’est juste de la flemme, j’espère que vous ne m’en voudrez pas, ni n’en tirerez argument…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.