Savoir se taire

Les cornets acoustiques de Maelzel

Les cornets acoustiques de Maelzel (source: Gallica)

L’imagerie d’Épinal de l’enseignant-chercheur se plait à l’imaginer la plupart de son temps silencieux et solitaire, plongé dans ses lectures ou absorbé dans ses travaux d’écriture. Mais en réalité, un enseignant-chercheur, ça n’est pas silencieux, au contraire, ça parle tout le temps. Quand on est enseignant-chercheur (ou qu’on espère le devenir), on parle en effet à tout va. On ne parle pas (forcément) pour ne rien dire, mais on parle beaucoup. On parle en cours, dans les séminaires, dans les colloques, autours du pot qui clôture les colloques (dans la recherche, on a pas d’argent, mais chaque laboratoire a toujours une ligne budgétaire « petits fours »), dans des conférences, en réunion, dans les médias, dans les meetings, dans les « cafés » (philo, histoire, géopolitique etc.). Et cette parole bénéficie d’une légitimité, celle conférée à « l’expert », qui en fait une véritable arme de pouvoir (voir le fameux concept foucaldien de savoir-pouvoir), voir de domination par son hégémonie. Quand on est enseignant-chercheur on prend la parole.  Non seulement, on prend la parole, dans le sens ou l’on s’accapare l’attention alentours, mais on prend également la parole des autres, en se l’appropriant comme une simple matière à travailler.

Prenons l’exemple du travail du sexe. On ne compte plus le nombre de  débats sur la prostitution où sont convoqués toutes sortes « d’experts » plus ou moins autoproclamés, mais où aucune travailleuse du sexe n’est présente. L’exemple de la prostitution est particulièrement parlant, car elle est l’archétype du sujet dont les principaux acteurs sont systématiquement évincés du débat. Pour autant, la parole des travailleuses du sexe n’est pas invisibilisée, bien au contraire, elle est sans cesse reprise, amplifiée, déformée, instrumentalisée par une cohorte d’experts et de spécialistes. Ces fameux experts qui prétendent donner la parole à celles et ceux qui en sont privés ne font finalement que leur prendre. Dans ce cas, les seules travailleuses du sexe autorisées à s’exprimer ou dont on reprendra les affirmations sont celles qui se conforment aux analyses de ces experts (qui défendent des positions abolitionnistes la plupart du temps) et affichent leur horreur du travail du sexe. Saluons au passage le travail du Syndicat du Travail Sexuel (STRASS) dont une des vocations première est justement de se réapproprier cette parole trop souvent confisquée. Je ne pense pas qu’il faille nécessairement être travailleur du sexe pour étudier et parler de prostitution, mais qu’au minimum on écoute ce que toutes les travailleuses du sexe ont à dire sur leur vécu, sur leur ressenti et sur ce qu’elles veulent. Non seulement cela évite de perpétuer les discriminations qu’on prétend combattre, d’ajouter de la violence à la violence, mais cela permet de produire des réflexions infiniment plus pertinentes et efficientes car s’appuyant sur une réalité complexe qui ne saurait se comprendre à travers des raisonnements dichotomiques abscons.

Il est vrai que c’est tentant de se retrancher derrière sa prétendue neutralité scientifique et surtout derrière sa sensibilité militante au sujet concerné pour se penser nécessairement du  « bon coté ». Je suis un homme et  je travaille sur les relations de genre dans une perspective féministe. Ma position d’homme doit me pousser à m’interroger, non pour savoir si, mais pour savoir comment moi aussi je participe directement ou indirectement à perpétuer une société sexiste, pour savoir comment dans mes pratiques de chercheur je contribue à la discrimination des femmes. Ainsi, comme beaucoup d’hommes, j’ai d’abord été perturbé et décontenancé devant la découverte de lieux de débats militants non-mixtes. J’avais peine à comprendre que l’on m’exclue, moi, « je suis anti-sexiste ! ». Comme si c’était si simple, comme s’il suffisait en une simple formule de mettre de coté ses privilèges de genre et s’en affranchir. Par ce rejet salvateur, je me suis finalement rendu compte que l’idée même de discuter l’opportunité de la non-mixité, d’un espace de parole non-masculin, en tant qu’homme est en soi déjà problématique.

 Prendre conscience de ses privilèges dans un système de domination ne les fait pas disparaître, comme par magie. Par contre,  cette prise de conscience doit obliger à faire un travail sans cesse renouvelé sur sa propre position et les conséquences de ses paroles et de ses actes. La connaissance des mécanismes de la discrimination ne nous affranchit pas de ces processus, au contraire, cette connaissance nous oblige à encore plus de vigilance sur ses propres agissements en tant que personne lambda et en tant que chercheur. Et cela commence, de temps en temps au moins, par savoir se taire et écouter, vraiment.

Petit décalogue à l’usage des « chercheurs-engagés »*

Quand tu es un homme et qu’une femme te parle de sa condition et du sexisme vécu, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu est blanc et qu’une personne racisée te parle de sa condition et du racisme vécu, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu es straight et qu’un-e queer te parle de sa condition et d’homophobie vécue, tu te tais et tu écoutes.

 Quand tu es valide et qu’une personne handicapée te parle de sa condition et d’handiphobie vécue, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu es cis-genre et qu’une personne trans te parle de sa condition et de transphobie vécue, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu n’es pas un-e travailleur-se du sexe et qu’un-e travailleur-se  te parle de sa condition et de putophobie vécue, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu es jeune et qu’un vieux te parle de sa condition et d’âgisme vécu, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu es légal et qu’une personne sans-papier te parle de sa condition et de l’illégalité vécue, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu es séronégatif et qu’une personne séropositive te parle de sa condition et de la sérophobie vécue, tu te tais et tu écoutes.

Quand tu es bourgeois et qu’une personne pauvre te parle de sa condition et de l’indigence vécue, tu te tais et tu écoutes.

* Se reconnaitront tous les scientifiques-spécialistes-experts/sensibilisés-impliqués-engagés qui, parfois, oublient que leur savoir n’est pas le seul légitime. Je m’y inclus, bien évidemment.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Thiloup dit :

    « Et cette parole bénéficie d’une légitimité, celle conférée à « l’expert », qui en fait une véritable arme de pouvoir (voir le fameux concept foucaldien de savoir-pouvoir), voir de domination par son hégémonie. Quand on est enseignant-chercheur on prend la parole. Non seulement, on prend la parole, dans le sens ou l’on s’accapare l’attention alentours, mais on prend également la parole des autres, en se l’appropriant comme une simple matière à travailler. » Vous ne généralisez pas à tous les travaux de sciences où vous ne parlez que des sciences sociales? Ou alors vous décrivez des chercheurs vraiment mauvais parce que les sciences sociales sont un peu plus rigoureuses que ça! Si leur travail d’investigation s’arrêter là, ils ne doivent pas publier grand chose. Un témoignage fait partie du travail donc normalement le/la chercheur.euse qui étudie ces questions va les interroger, sinon je ne pense pas qu’ils soient vraiment les experts du domaine! D’ailleurs vous ajouter où sont convoqués toutes sortes « d’experts » plus ou moins autoproclamés, mais où aucune travailleuse du sexe n’est présente », j’ai l’impression que vous ne définissez donc pas le mot « expert », et ceci est peut être du au fait qu’en France il n’y a pas de définition légale contrairement à d’autres pays. Dans mon domaine (sciences naturelles), on définit un.e expert.e comme quelqu’un ayant une expertise (scientifique) sur un sujet donné, mais c’est valable en sciences sociales aussi (avec l’aspect contextualisation en plus) normalement. Il faut qu’il/elle ai publié dans des revues (moyennes voire très bonnes), soit reconnu.e par ses pairs (donc une méthode validée au niveau mondial, c’est valable aussi en sciences de l’éducation par exemple) et qu’il/elle représente un certain consensus sur la question; Evidemment il/elle a un diplome et un doctorat dans son domaine de prédilection. Je n’ai pas regardé les sources scientifiques sur les personnes qui ont travaillé sur ces sujets, mais il faudrait déjà peut être le dire avant de dire son opinion, ce n’est pas difficile sur google scholar. Sont-ils donc vraiment des experts? Les médias n’ayant pas les critères évoqués au dessus (en fait la norme Daubert) font souvent appel à des pseudoexperts ou des gens qui ont écrits des livres (sans expertise en peer reviewed, voire une confrontation à la recherche internationale par l’anglais). C’est notamment criant en sciences de l’éducation en France et cela a fait beaucoup de dégâts, des chercheurs en sciences cognitives me disait qu’ils ne lisaient même pas l’anglais, qu’ils ne publiaient pas dans cette langue et qu’ils n’avaient jamais lu les méta analyses sur leur domaine. Or dans le cas de certaines méthodes d’apprentissage (la syllabique), on a été dans le déni pendant 20 ans à cause de ce manque de scientificité (les méta analyses au niveau mondial recommandent toutes cette méthode). J’ai ainsi l’impression que beaucoup de sociologie française tombe dans ce biais, mais j’espère me tromper (je note notamment l’excellente étude solide et fiable de l’INED sur les enfants d’immigr.e.s). Par ailleurs le verbiage postmoderniste (savoir pouvoir) est un peu surfait justement sans le test empirique ;). Pour moi le partage de savoir est horizontal donc ça me dérange pas de le partager, ce n’est pas un pouvoir ou bien c’est une forme de démagogie et d’anti-intellectualisme qui nourrit les pires populismes. C’est assez dangereux à mon avis. Ainsi, une fois exposé ces normes d’expertise, je dois vous dire qu’en soi un témoignage n’est pas une preuve et qu’un travail scientifique rigoureux doit justement les collecter, ce n’est pas s’approprier leur parole, c’est en faire un échantillon répresentatif (important) pour l’analyse, s’ils ne le font pas leurs publications ne seront pas bonnes et ils seront réfutés. L’émotion n’est pas raison. Ensuite, ce « vécu » et ce « témoignage » érigé en sacro-sainte parole contre la logique scientifique est un peu réactionnaire et obscurantiste, depuis 2 siècles on sait qu’on a pleins de biais cognitifs (plus de 25 au total) et que nos sens peuvent nous tromper, ainsi le vécu est totalement biaisé. C’est en fait un argument d’autorité et ce n’est pas acceptable car seules les preuves validées comptent (c’est super élitiste en plus comme vision). Le rationalisme essaye d’éliminer les biais et la reproductibilité est essentielle pour les atténuer au fur et à mesure. Surtout qu’en plus en subissant un traumatisme on va évacuer des souvenirs, en créer d’autres (les neurosciences et la psychologie cognitive le montrent de plus en plus), voir les surestimer (biais rétrospectif). Le ressenti n’est donc absolument pas fiable pour en tout cas définir une position politique (l’INED en l’occurrence a plutot fait un travail de long terme en scrutant les vies et a éliminé les biais). Il faut aller plus loin. Le STRASS étant concerné par le travail du sexe, il peut être vu donc comme un lobby et il n’est pas objectif (j’appelle ça un conflit d’intérêt), parce que la neutralité (et non l’objectivité, c’est pas pareil, c’est l’élimination des biais) ne peut se faire qu’en collectant un gros échantillon, celui-ci sera répété par la suite, voir des dizaines de fois par d’autres opérateurs, relu, critiqué et validé plusieurs fois. Je crois d’ailleurs que des études ont montré que ces syndicats n’avaient aucune représentativité réelle. Ainsi, des experts (dont je ne sais pas s’ils le sont vraiment), peut etre contredit votre position (votre croyance) mais c’est parce que c’est vrai après examen d’un échantillon représentatif et élimination des biais? Il faut faire attention à ce relativisme cognitif et moral, il est d’ailleurs absurde quand on y réfléchit (la gravitation est elle politique et subjective?). « Prendre conscience de ses privilèges dans un système de domination ne les fait pas disparaître, comme par magie.  » Cette phrase est irréfutable par nature vu qu’on affirme être dans un système de domination, si on le nie c’est parce qu’on est aliéné et dominé, donc dans les deux cas on ne peut pas prouver le contraire… C’est donc anti scientifiqué par nature (on ne mesure que des choses testables). En plus, vous confondez dans votre article vos recherches avec le militantisme et ça n’a rien à voir, j’ai lu la littérature de l’intersectionnalité et ils ne disent pas du tout ça, pleins de choses sont en débat sur la nature et les mecanismes de ces oppressions (asymétrique, pas d’équivalence, quelle prépondérance, cela varie t-il suivant le contexte historique et culturel, la situation?). Ils mettent en valeur le vécu, mais ça reste après un travail scientifique en allant plus loin, et d’ailleurs il n’y a franchement pas de preuves empiriques à pleins d’affirmations (comme dire qu’on additionnerait forcément les oppressions à chaque fois). C’est donc pas du tout validé pour beaucoup de points et il faut éviter d’en faire des vérités. http://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2010-2-page-43.htm. Un savoir est donc quelquechose construit par tout ce travail, ce n’est pas une opinion ou une croyance et j’ai l’impression que vous confondez les deux, un témoignage n’est jamais une preuve. Alors se taire oui et écouter longuement car il y a une curiosité scientifique, mais ensuite la critique reste valide et essentielle pour ne pas avoir un règne de l’émotion et du vécu érigé en vérité, une pensée presque totalitaire.

  2. DM dit :

    Permettez une petite remarque non liée au sujet principal du billet, à propos d’une de vos phrases qui m’a fait un peu bondir :

    « dans la recherche, on a pas d’argent, mais chaque laboratoire a toujours une ligne budgétaire « petits fours » »

    Pardonnez-moi, mais cette remarque, dans un autre contexte, pourrait être qualifiée d’anti-intellectuelle : elle conforte l’image, abondamment décrite par ceux qui n’aiment pas l’université et la recherche, du chercheur pleurant perpétuellement l’absence de budget, mais se gobergeant aux frais du contribuable.

    Rappelons que ce qui coûte cher, ce ne sont pas les « petits fours », ce sont les salaires. Un doctorant, c’est 32000€ par an, un post-doc, environ 45000€/an. Autrement dit, même si les labos que vous fréquentez organisent moult pots de fin de colloque, ils auront du mal à atteindre quelques mois de salaire.

    Ou alors, on peut avoir du budget pour certains types d’achats, mais pas pour d’autres; d’où la possibilité d’avoir du matériel rutilant et sous-utilisé dans des bâtiments prenant l’eau.

    • Jean-Raphaël Bourge dit :

      Vous précisez, à raison, « dans un autre contexte », et précisément nous ne sommes pas dans un autre contexte. Mais pour vous répondre, je connais les budgets de la recherche et leur gestion pour y avoir participé directement comme élu au conseil de laboratoire, je sais aussi combien de ramettes de papiers on achète avec le prix d’une bouteille de champagne, car on en est à compter les ramettes de papier dans les SHS.

  3. Pongo dit :

    La plupart des chercheurs/experts sur la pros seraient abolos? Ou alors tu parles de ceux qui sont médiatisés? (Parce-que perso,pour le moment, niveau sources scientifiques que j’ai trouvé, même si de part mon milieu et mes idées je risque moins de tomber sur des trucs abolitionnistes, j’ai plutôt trouvé des gens qui iraient dans le sens anti-abolo.)

    • Jean-Raphaël Bourge dit :

      Il faudrait sans doute faire un travail sur l’histoire intellectuelle autours de cette question pour mieux appréhender les forces en présence. Même et surtout si l’on est en désaccord avec cette position, il faut savoir se faire violence et aller lire les très (trop?) nombreux travaux de chercheurs/chercheuses abolitionnistes, ils ne manquent pas. Toujours est-il que les chercheurs/chercheuses qui ont l’oreille des pouvoirs publics en France sont essentiellement abolitionnistes. Il faut rapeller que la France est un des rares pays à avoir pris officiellement une position abolitionniste, droite et gauche faisant consensus pour l’occasion (résolution votée à l’Assemblée nationale le 6 décembre 2011). En outre, le travail du sexe, qui ne se limite pas à la prostitution, est ici une illustration, mon propos se veut plus large. Pour finir, je pense que « savoir se taire » est une réflexion que tout chercheur/chercheuse doit mener, quelque soit sa posture.

  4. Laurence dit :

    Et plus globalement,
    « Quand tu es humain et qu’un autre humain te parle, tu te tais et tu écoutes. »
    ça paraît basique, mais ce n’est pas si courant 😉
    ça implique de s’oublier un peu, soi et ce qui nous « constitue », pour laisser la place à l’autre, et avoir une chance de parvenir à « se mettre à sa place » et avoir une perception moins monolithique d’un sujet.
    ça me fait penser à « l’écoute bienveillante » de Carl Rogers

  5. Simon dit :

    Et moi, qui ne suis ni chercheur, ni engagé dans une cause labellisée, puis-je parler librement? Ou bien ?

    • jeanraphaelbourge dit :

      Il ne s’agit pas réellement de liberté de parole dont il est question dans ce billet, mais plutôt de son usage. En parlant ici de mon point de vu de « jeune » chercheur réfléchissant à mes pratiques et si je veux rester cohérent, je me vois difficilement me poser en prescripteur de bon comportement. Ce que je peux dire, c’est que nous sommes tous des êtres parlants et des êtres sociaux nécessairement impliqués dans des systèmes de pouvoir multiples. Reste à savoir comment se situer, peut-être que le « décalogue » ci-dessus (qui n’est pas exhaustif) peut aider à y réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.