Infusions de réflexivité

Ce billet reprend trois billets sur la réflexivité initialement publiés sur le carnet de recherche L’Infusoir, qui trouveront leurs prolongements dans de prochains billets publiés sur les Espaces réflexifs.

  • D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines
  • Pourquoi une UE « Sciences et société : éthique et communication scientifique ? »
  • Éthique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

 

D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Initialement publié le 22/09/2011

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Initialement publié le 17/10/2011

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ;

– la compréhension profonde du pourquoi et du comment de techniques expérimentales ;

– l’appropriation par les étudiants des modes de raisonnements scientifiques ;

– mais aussi de certaines normes de la pratique de recherche : normes de communication par exemple (« il faut que je sache faire un powerpoint » ; « il faut que je sache écrire une publication ») ainsi que normes d’évaluation (« il faudra que je publie régulièrement et de préférence dans telle ou telle revue »), qui permettront aux étudiants d’être rapidement compris et reconnus par leurs directeurs de stage et leurs futurs collègues.

Dans cette formation, un espace de réflexion et de prise de distance sur les enjeux de leur futur métier me paraît indispensable, au moins pour donner l’occasion aux étudiants de prendre le temps de s’interroger à quatre niveaux (ce qu’ils n’ont souvent pas vraiment eu l’occasion de faire jusque-là au cours de leurs études, exigeantes en temps, et que le rythme effréné d’une thèse en biologie expérimentale ne permettra pas toujours de faire non plus ensuite…) :

  • Pour quelles raisons (fondées sur quelles idées préalables à l’expérience du métier ?) ai-je choisi et envie de faire de la recherche ? Quel sens est-ce que je donne à cette pratique professionnelle ?
  • Comment sont construites et validées (individuellement et collectivement) les connaissances que l’on m’apprend ? Qu’est-ce qui leur donne leur statut de fait scientifique ?
  • Comment s’intègre l’activité de recherche et d’enseignement dans la société qui la rend possible (enjeux sociaux, économiques, politiques, etc.) ?

Et de manière plus transversale :

  • D’où viennent ces normes que l’on intègre en tant qu’étudiant ? Qu’est-ce qui les justifient et que disent-elles de la pratique de recherche (normes d’évaluation et de publication par exemple) ? Que rendent-elles possibles et qu’empêchent-elles ?

Références bibliographiques : quelques fondamentaux pour le cours

  • BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « La science contre l’opinion, histoire d’un divorce, » Les empêcheurs de penser en rond, 2003 (1999 pour l’édition originale sous le titre L’opinion publique et la science. A chacun son ignorance).
  • BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité, Editions Raisons d’agir, 2001
  • BOURDIEU Pierre, « Les usages sociaux de la science – Pour une sociologie clinique du champ scientifique », Inra éditions, 2001
  • CHALMERS Alan, « Qu’est-ce que la science ? », Paris, La Découverte, 1987 (1976 pour l’édition originale en langue anglaise).
  • JURDANT Baudouin, « Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique » (thèse de 3ème cycle soutenue en 1973), éditions des Archives Contemporaines, 2009.
  • LABASSE Bertrand, «La communication scientifique – Logiques et méthodes», Chassieu, 2001
  • LATOUR Bruno, WOOLGAR Steve, « La vie de Laboratoire. La production des faits scientifiques », La découverte, 1996
  • LATOUR Bruno, « Le métier de chercheur », Inra éditions, 2001.
  • MORANGE Michel, « Histoire de la biologie moléculaire » La Découverte, 1994
  • MORANGE Michel, « A quoi sert l’histoire des sciences ? », éditions Quae, 2008
  • PESTRE Dominique, «Sciences, argent et politique », Inra éditions, 2003.
  • STENGERS Isabelle, BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « 100 mots pour commencer à penser les sciences », Les empêcheurs de penser en rond, 2003.
  • VINCK, Dominique, « Sciences et société. Sociologie du travail scientifique, Armand Colin, 2007.

 

Éthique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Initialement publié le 26/10/2011

Lors de la journée « Sciences et Dégustation » du Labri (Bordeaux), organisée par l’association de doctorants AFODIB, à Arcachon, j’étais invitée par Thomas (alias @valerossi) pour aborder la question de la morale, de l’éthique et de la déontologie dans la recherche.

Source : www.vacanceo.com/albums_photos/voir-photo_60030.php

J’intervenais avec un doctorant en Droit, Lucas Bento, qui avait choisi d’aborder cette question sur le plan sémantique et donc de poser avant tout des définitions dont nous pourrions ensuite discuter. Les doctorants auraient par ailleurs accès à un texte questionnant le rôle des comités d’éthique, écrit par Antoine Blanchard (alias Enro ou @Enroweb).

De retour de cette journée, et grâce notamment aux discussions très intéressantes qui y sont nées, je voudrais ici partager de nouvelles réflexions sur la question des responsabilités des chercheurs.

Lucas Bento proposait finalement, à partir de la manière dont le droit apprécie ces notions, de considérer la déontologie comme « les règles et devoirs qui régissent une profession », et l’éthique comme « l’appréciation sur les actes bons ou mauvais ».

Dans le cadre de la pratique de recherche, ces définitions entraînent un certain nombre de questions : qui et comment sont définis les règles et les devoirs des chercheurs ? Comment sont-ils institutionnalisés ? Qui apprécie les actes ?

De quelle éthique parle-t-on ?

Le point de départ que je proposais, influencée par l’approche STS (Science and Technological Studies) qui est la mienne, était celui de considérer les différents regards que l’on peut poser sur l’activité de recherche, afin de se donner des « outils » pour chercher où pourrait intervenir l’éthique dans la pratique de recherche [1] :

S’agit-il de considérer les résultats de la recherche ?

S’agit-il de considérer le processus qui permet d’aboutir à ces résultats, c’est-à-dire la méthode rationnelle ?

S’agit-il de considérer la recherche comme une institution, une communauté, et donc comme une activité humaine, empreinte de valeurs, éventuellement spécifiques aux groupes qui la composent ?

S’agit-il de considérer les applications de l’activité de recherche ?

Comment se pose dans chacun de ces cas la question de l’éthique ? Quand s’agit-il plutôt d’intégrité scientifique ou de déontologie ?

Si le domaine de recherche considéré n’aboutit pas de manière immédiate à la question des applications de ses résultats (recherche fondamentale par exemple), ne peut-il pas se poser la question de l’éthique quant aux résultats eux-mêmes, à la démarche et à l’activité institutionnalisée.

Le cas de la fraude scientifique, qu’elle soit petite, et donc souvent invisible, ou plus grande et finalement démasquée, est un exemple démontrant comment les manquements à l’éthique de la recherche influencent à la fois les résultats (leur qualité), la méthode scientifique déployée (sa rigueur et son objectivité) et les relations entre les chercheurs d’une même spécialité (confiance versus méfiance envers des résultats et des pratiques). Il montre aussi combien il est difficile d’identifier en pratique devant qui les chercheurs en cause, pour non respect de la déontologie d’une pratique professionnelle, doivent en rendre compte [2].

L’éthique comme responsabilité collective ?

« […] qu’en est-il de la responsabilité du groupe envers les personnes qui en font partie, envers les autres, envers la planète ?

La responsabilité collective a toujours été assumée dans les communautés où il était nécessaire de s’organiser pour satisfaire certains besoins et affronter certains défis. » (Sizoo, 2008)

L’éthique de la recherche, pourrait donc être considéré comme une responsabilité collective, alors que l’intégrité scientifique et la déontologie sont des responsabilités d’abord individuelles, et donc sur lesquelles chacun est à même de pouvoir agir immédiatement, dans son quotidien de chercheur.

Afin de motiver un fonctionnement éthique de la recherche, on pourrait alors proposer de considérer collectivement la responsabilité comme une valeur pour la recherche, et de questionner nos pratiques par le filtre de ce parti pris.

La responsabilité, peut être considérée comme le fait d' »assumer une charge » et de « devoir rendre des comptes, à propos de la manière dont cette mission est accomplie. » (Sizoo, 2008). Dans l’analyse comparée, interculturelle, qu’elle présente, E. Sizoo rajoute que « ces notions sont généralement vues dans un contexte, dans le cadre d’une relation entre un individu et son environnement » : ainsi, « la responsabilité est relationnelle ». Bien plus, la notion de responsabilité est étroitement liée avec « l’esprit de démocratie [qui] suggère un lien entre ces deux sens : le pouvoir (être en charge) impose que l’on rende compte de ce qu’on fait de ce pouvoir devant ceux qui nous l’ont confié. » (Sizoo, 2008).

Les responsabilités des chercheurs seraient donc à décliner dans les relations qu’ils entretiennent entre eux, par des rapports directs de collègues à collègues (collaboration, signatures de papiers, travail en équipe) mais aussi dans les rapports dans lesquels ils sont pris, collectivement, avec la société, en tant que pratique professionnelle visant à produire des connaissances scientifiques nouvelles. Les chercheurs revendiquent souvent l’importance de l’indépendance de leur travail (pour des raisons justifiées quant à la méthode objective qu’ils s’efforcent de déployer), mais qu’elles seraient leurs responsabilités dans le cadre d’un projet de société collectif ?

Quelles seraient ces « charges » qu’il s’agirait d’assumer et devant qui ? Et encore une fois, qui les définit ?

La discussion est ouverte.

Ce que cela suscite : extrait des discussions avec les doctorants

  • Quelles sont les responsabilités que les chercheurs peuvent prendre en charge ? S’ils ne peuvent pas assumer, ni choisir d’assumer les utilisations qui seront faites de leurs recherches, peut-être se doivent-ils au moins de se poser la question et d’alerter au besoin des enjeux éthiques qu’ils identifient au fil de leurs recherches ?
  • Un peu facile de dire que de toute façon l’on n’est pas concerné…
  • La réflexion en collectif ne suffit pas : il faut d’abord se poser des questions à l’échelle individuelle : pourquoi est-ce que je fais cela ? Qui me finance, dans quel cadre je m’insère ?
  • Est-ce que sachant tout cela, je choisis ou non les « règles du jeu » ? Si je ne les respecte pas, suis-je nécessairement « hors-la-loi » ou alors vais-je en ressentir les conséquences autrement (reconnaissance des paires, perte d’un capital confiance ou d’autres types de capitaux symboliques, évaluation et évolution de la carrière) ? Y-a-t-il de meilleurs moments que d’autres pour faire attention à l’éthique ou peut-on se permettre (vis à vis de ce que l’on risque de perdre) de s’opposer à des comportements non éthiques dès lors que l’on est doctorant, c’est-à-dire en position de « faiblesse » dans un laboratoire ?
  • Est-ce que je peux être critique vis à vis de ce que l’on attend de moi (« missions du chercheur ») ? Mais comment pourrais-je déjà savoir ce que l’on attend de moi ?
  • Si elle n’est pas suffisante, la réflexion collective paraît nécessaire : comment un chercheur pourrait-il à lui seul envisager les différentes perceptions possibles de son objet de recherche et les conséquences sur les esprits de ses résultats. Les espaces interdisciplinaires paraissent important, mais aussi de rencontres avec des « non-chercheurs », dont les perspectives sont encore différentes.

[…]

Finir une idée : et si l’on créait nos propres espaces de réflexivité ?

L’idée que je souhaitais finalement défendre était la nécessité de mettre en place, d’entretenir, voire de protéger des espaces de réflexivité individuels aussi bien que collectifs dans nos pratiques de recherche, et notamment en sciences expérimentales et exactes.

Si nous sommes en quête d’efficacité et de rentabilité, face à des critères d’évaluation qui nous y poussent, nous n’avons plus le temps de prendre du recul et nous retrouvons, parfois sans nous en rendre compte, pris dans des cas limites sur le plan de l’éthique de nos recherches. Pour ne donner qu’un exemple, la course à la publication entraîne parfois des situations qui posent questions en termes de pertinence des co-signataires d’un papier, de lissage de données pour être plus convaincant, etc. (voir par exemple le point de vue de Margaux Perrin, doctorante en neurobiologie).

Le bon fonctionnement d’un collectif comme celui des chercheurs, s’appuyant essentiellement sur la crédibilité et l’honnêteté des travaux publiés, que l’on ne peut bien sûr pas reproduire systématiquement, paraît être au prix de certains ralentissements dans nos rythmes effrénés, et de la création d’espaces critiques et réflexifs sur nos pratiques. Ce n’est pas du tout la tendance actuelle, à tel point par exemple que des appels pour un mouvement « Slow Science » émergent en réaction, mais une journée comme celle organisée par le Labri constitue déjà l’un de ces espaces indispensables.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

[1] Je reprends ici les catégories utilisées par Guillaume Lecointre lors de son intervention dans le cours « Sciences et Société ». J’aurais également pu repartir des perspectives que j’avais citées dans mon cours, à partir du livre de D. Vinck (2001), pouvant être adoptées par les chercheurs en sociologie des sciences : la science comme institution sociale de la production de connaissances rationnelles ; la science comme système d’échange ; la science comme reflet de cultures et sociétés locales ; la science comme ensemble de pratiques sociotechniques contingentes ; la science comme construction de réseaux sociotechniques et de collectifs de recherche.

[2] Ces questions ont été abordées dans le cours « Sciences et Société » par Olivier Gandrillon et Sandrine Giraud.

  • Références

Sizoo, E. (dir.) Responsabilités et cultures du monde – Dialogue autour d’un défi collectif. Paris : Editions Charles Leopold Mayer, 2008.

Le Marec, J. (dir.). Les études de sciences. Pour une réflexivité institutionnelle. Paris : Éditions des Archives Contemporaines, 2010.

Vinck, D. Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin, 2007.

Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, 2005, N° 44, p. 64-86

Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, 2005, N° 46, p. 86, 58-71 [15 p.]

Plus généralement : articles du MURS

  • Autres billets sur le sujet de l’éthique dans la recherche :

Deep ethical inspection, par David Monniaux

Chacun à sa place, par Antoine Blanchard

L’éthique, affaire de tous les chercheurs, par Antoine Blanchard

Pour une éthique tout au long du processus de recherche, par Gérald Boutin

Vidéos en ligne sur le plagiat (Université Jean Moulin, Lyon 3) / Plus d’informations sur la question du plagiat / Autres informations

Livre blanc : respecter le droit d’auteur, prévenir le plagiat

Témoignage d’une doctorante de l’Université Lyon 1

  • Références à des interventions :

« Communication scientifique et réflexivité » par Baudouin Jurdant, dans le cadre du cycle de conférence organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2008-2009 ;

– Éthique, intégrité scientifique et bonnes pratiques de recherche par O. Gandrillon et S. Giraud (voir aussi leur formation pour les doctorants), dans le cadre du cours « Sciences et Société : éthiques et communication scientifiques », du Master Biosciences de l’ENS de Lyon ;

– Le périmètre de la science, par G. Lecointre, dans le cadre du cours « Sciences et Société : éthiques et communication scientifiques », du Master Biosciences de l’ENS de Lyon ;


Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie (9 février 2012) “Infusions de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/589


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *