L’alternant codique et la traductrice

Et voilà, et c’est déjà le moment de remballer mes clous de la villa et de rentrer dans ma propre maison—qui est en fait, actuellement, en travaux, d’où le manque de messages, je m’en veux mais je ne sais pas battre tous les fers et les garder aussi chauds que je le voudrais… Du coup, avec ces travaux, entre les instruments de pouvoir et les alternances codiques, j’ai de quoi faire avec la linguistique, et voici un petit portrait des pratiques que j’observe depuis les premières prises de rendez-vous…

La gestion de la langue et de ce qu’on peut en faire est identique dans tous les corps de métier, mais j’adore pouvoir comparer mes notes de terrain avec celles des messieurs qui vont me péter les murs et déposer du matériel (joli euphémisme pour « déberlinguer les murs et les sanitaires à la masse », activité que j’aurais adoré faire !). Or donc, tandis que je range la villa, petit bilan du rangement hors-ligne, dans l’antre—et des arrangements linguistiques de part et d’autre. Parce qu’après la graphie alternative, on a aussi droit aux alternances codiques.

Qui porte la serviette de cuir ?

Le skeptron ultime, c’est la serviette de cuir qu’on a tous. Enfin, quand je dis tous, je pense à moi et aux messieurs très sérieux avec qui on choisit du carrelage, jusqu’à ceux du métro qui maîtrisent une adaptation toute personnelle du parapluie bulgare avec les coins pointus de la flapette avant. Celui qui porte la serviette en cuir (ou en synthétique, on est des jeunes, on est des foufous sans argent), c’est celui qui a le droit de parler aux gens. Quand je vais en cours, je ne suit-up pas, je serviette-up, ça fait sérieux, j’ai le droit de parler aux gens. Et quand je fais des travaux…

Celui qui a le droit de parler aux gens, c’est monsieur Pompidou, le chef. Monsieur Pompidou a sensiblement mon âge, mais quand il parle de ses machins techniques, c’est lui, Da Bawss. En revanche, il a une particularité exceptionnelle : l’alternance codique et la traduction automatique français-technique-vernaculaire, dans la même phrase.

Citations et alternances

À mesure que je recueille mes petits tags et mes bannières, pour faire place neuve à la villa et son nouvel invité octobréen, je recueille également des conseils et des citations savoureuses.

« Ah ça, mame Goudet, c’est un receveur de 80, mais ça va nous faire chier, les pentes à creuser, c’est certain, va falloir déposer le matériel préexistant et vous poser une paroi hydro seconde peau »

Bon, déjà je suis rassurée de ne pas devoir déposer et reposer des pentes de receveurs de douche dans la Villa. Et à « déposer », je comprends enfin le préfixe privatif, alors que je n’utilisais que le sens courant du mot1

Ce qui est plaisant dans ce mélange jurons-techniques, c’est le fait que la démarche linguistique de monsieur Pompidou et la mienne sont similaires—mais qu’elles ne sont pas forcément dues aux mêmes choses. Si je vous parle familier ici (ce petit côté insoumis), c’est la faute au décorum. Si monsieur Pompidou parle comme ça, c’est, comme je l’ai vu, parce qu’il adopte le code des artisans qu’il emploie, ou plutôt, qu’il arrête de vouloir faire sérieux. Nous sommes bien loin du cliché de l’artisan au sourire pantalonesque avec le crew Pompidou, mais il s’échappe petit à petit dans le gros mot jouissif. Ou alors c’est parce que je suis sympa, et que du coup, il déboucle sa ceinture mentale linguistique et il laisse son bidou de gros mots ballotter au vent.

Ça me rappelle un collègue qui, avant la rentrée, demandait sans cesse « on dit bien « ouïr », hein, ça se dit bien ? » uniquement parce qu’il avait passé l’été à ne pas faire attention à sa façon de parler, avait serré les boulons vener, et parlait au 8 septembre une sorte de français ampoulé du XVIIe siècle. Et de la même façon, je ne parlerais pas comme ça à mes étudiants (ou au moins, pas passé la 5è heure de cours de la journée, et seulement si la dynamique est sympa).

En revanche, avec monsieur Pompidou, je n’ai pas le swag habituel. Je fais une sorte de numéro de nigaude qui ne comprend pas plus comment changer la citation dans la barre à droite que ce qu’il se passe au niveau des finitions, et du coup, on rentre dans une espèce d’imbroglio linguistique flou :

“Mais là, monsieur Pompidou, vous allez me mettre des trucs, là…

– Quoi ?

– Des euh…, mais si, vous savez, ça fait fut-fut,  euh des lumières, hein ?

– Oh, oui, on va poser un faux plafond avec une barre de 12 et un transfo traité parafoudre, oui, comme ça ça sera nickel, avec la finition chrome ++ Taargüs, vous verrez, vous vous emmerderez jamais plus à changer les ampoules !”

Celui qui a le pouvoir inguistique (hah !), c’est celui qui peut se permettre de passer dans le vernaculaire. Du coup, je laisse le champ libre–mais ma parole floue.

Et l’anglais ?

Monsieur Maillot, l’associé de monsieur Pompidou, masterise une autre spécialité linguistique chère à mon cœur : monsieur Maillot parle anglais parfaitement, et pratique l’utilisation de noms de gens connus pour faire genre son entreprise elle est encore plus bonne que la meilleure des agences du coin.

Monsieur Maillot fait donc des phrases tournées à la « Non, mais là, on vous met de la peinture, c’est comme dans la poule à housse de monsieur Dubausque »2. Bon. Je me suis déjà fadé des centaines de référence à la cuisine de mame Cliquelot, de monsieur Poirier, donc je ne tique pas, surtout que “poule à housse”, ça me fait penser à peu près à autant de choses que les 402 références aux lambris différents et autres technicités évoquées. Souvent, pour passer le temps mentalement avec monsieur Maillot, en l’écoutant, je me demande “tiens, je sais épeler le dernier mot qu’il a dit, là ?”. Autant vous dire que je suis une bonne élève, je fais oui oui, je prends des notes (j’ai quand même gardé UNE déformation professionnelle), mais à l’intérieur, c’est une toute autre histoire.

Du coup, monsieur Maillot voit bien que je patine (fini doux, mais faudra en passer deux couches) et en rajoute une (justement) :

« Non mais FRANQUE DUBAUSQUE nous a demandé de faire la peinture de la cuisine, hein, FRANQUE DUBAUSQUE, mame Goudet [sans attendre de réponse de ma part] Oui, Franque Dubausque c’est notre client [sourire satisfait], il nous a demandé de refaire sa cuisine aussi, ah c’était un beau chantier, hein ».

Linguistiquement parlant, on est au niveau zéro de la rhétorique qui coulerait comme un petit Gregory qui aurait pas minuté ses effets assez bien pour provoquer admiration, confiance, ou tout autre sentiment en moi. Et là, de sortir son portable, sur l’injonction sarcastique de complices venus m’épauler dans le Rendez-Vous–et de nous asséner le coup de grâce : “Là, c’est le hammam à Dubausque, là, c’est la poule à housse”.

Ah. Le pool house. Bon, bah celui-là, au moins, je sais l’écrire !

  1. À ce moment, je me sens comme P. Legitimus et son « INconscient et subconscient et DEUX conscients et subconscient… » []
  2. Pour des raisons évidentes, les noms sont changés. []

Laura Goudet

Maître de conférences en linguistique à l'Université de Rouen. Je fais de l'analyse de discours de dialectes de l'anglais sur des réseaux sociaux et de la dialectologie, et mon Graal, c'est de comprendre comment les gens ajoutent dialecte + idiolecte + lecte internet + lecte de la communauté à laquelle ils appartiennent. Je travaille aussi sur des trucs badass, les séries télé, les jeux vidéo, et les artefacts numériques. L'article de mon premier blog de linguistique que les gens ont visité le plus souvent concernait l'introduction aux contours intonatifs, déguisée en intonation des chats. Les non-linguistes m'ont prise pour une timbrée des chats, des gens m'ont demandé comment parler chat. Ca m'a motivée très moyennement, mais j'ai continué à écrire--parfois même sur les chats.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search