Comparaison n’est pas raison – ou peut-être bien que si

Comparaison n’est pas raison, dit le proverbe. Les analogies fonctionnent parce qu’elles sont des images, mais leur valeur n’est pas une valeur de vérité, et ne procède pas d’une valeur rationnelle.

Et pourtant la comparaison, l’appariement des dissemblables, des semblables mais non identiques, des proches et des lointains, est un moteur de réflexion puissant, et une matrice réflexive féconde.

C’est aux raisons de la comparaison que je consacre mes billets dans la villa réflexive. Parce qu’épistémologiquement je me suis toujours sentie dans plusieurs lieux à la fois : historienne et théoricienne des traductions, praticienne et théoricienne de la traduction, non complètement littéraire, mais pas vraiment historienne ni linguiste. Comparatiste, en cela, à cause de cela, à cause de la multiplicité des approches méthodologiques qui s’éclairent mutuellement, et éclairent sous des angles différents l’objet que l’on cherche à cerner. (En cela je crois réellement qu’un intérêt majeur de la littérature comparée réside dans l’approche critique qu’elle permet sur les textes et les objets culturels, et que c’est se priver d’une grande richesse herméneutique et interdisciplinaire que de l’imaginer comme comparaison de textes littéraires similaires par leur genre ou leur époque).

L’an dernier je m’étais interrogée sur la figure du double, du miroir, de l’écho : je partais de l’expérience de la traduction, par principe réflexive en ce que le traducteur ré-écrit, re-double le texte qu’il traduit. Cette année, j’ai sans doute malencontreusement brisé le grand miroir qui trônait dans le vestibule de la villa. Ou, pour sortir de la métaphore, et en venir à une minute d’égo-histoire, je souhaite faire de ce séjour dans la villa réflexive le support d’une interrogation sur l’utilisation des méthodes comparatives, au delà de la seule question des études de traductions. Ce dans une double perspective réflexive : celle d’une interrogation – sans aucune prétention à faire système – sur les principes et les méthodes de la littérature comparée et du comparatisme ; celle du postulat selon lequel, comme le dit une voix féminine (à qui appartient-elle ?) dans le générique de Concordance des temps : « le coup d’œil sur l’histoire, le recul vers une période passée ou, comme aurait dit racine, vers un pays éloigné, vous donne des perspectives sur votre époque, et vous permet d’y penser davantage, de voir davantage… », et ce quand bien meme la comparaison semble déraissonnable.

Quelques pistes pour une comparaison qui construit progressivement ses raisons :

* ubiquités et utopies. Allons voir ailleurs si nous y sommes.

* anachronismes. La diachronie instrument de compréhension du présent.

* juxtapositions. Les dissemblables sont-ils des incomparables?

Gayatri Spivak, dans la conférence qu’elle donnait le 20 juillet dernier au congrès de l’association internationale de littérature comparée, disait, si je me souviens bien, qu’il ne faut pas céder à la tentation de la collection de données (data), que tout n’est pas quantifiable.

Mais peut-être est-ce là l’intérêt du comparatisme comme approche critique, comme instrument de réflexivité : les incommensurables ne peuvent peut-être être comparés selon le mode de l’analogie, qui ne peut en donner raison, mais ils peuvent être le lieu d’une rencontre, qui n’aura pas pour but de réduire l’autre au même, mais qui créera du sens.

 L’illustration de la bannière est un collage de deux photos, semblables et dissemblables, prises par Marie-Anne Paveau (photo de gauche) et moi (photo de droite) lors de la balade « Saparis d’en haut » faite ensemble pour le blog « Regards unis vers »


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie M dit :

    C’est Marguerite Yourcenar qui cause dans le générique de l’émission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.