Plus tard je serai grammairienne…

coquillages réflexifsOui, j’avais été appelée par la Grammaire et aurais œuvré sous ses ordres si… Si j’avais été  orientée différemment, si je n’avais pas vécu un décalage scolaire entre France et Polynésie, si j’avais été capable de suivre un cursus universitaire classique, si quelque chose en moi ne s’était pas rebellé contre la voie tracée.  Je tutoyais les relatives, je taquinais  les épithètes. Les clivées avaient beau faire, elles ne m’impressionnaient pas. Aujourd’hui encore, lorsque je m’essaye à une langue étrangère, j’en comprends les rouages grammaticaux sans effort cognitif alors que les longues listes de vocabulaire épuisent ma mémoire. Ainsi j’admets sans peine qu’en russe, le datif bouscule le sujet dans les questions de la nomination, et que là où le français dira « je m’appelle Catherine », le russe préférera « A moi on a donné le prénom de Catherine ».  Mon chemin vers la Grammaire a été entravé, et heureusement. Il a d’abord été détourné vers la littérature puis vers l’apprentissage des langues, de l’anglais. C’est ainsi que de Nanterre à Rouen j’ai pu croiser la linguistique et enfin, l’analyse du discours. Éblouie par la lexicologie qui comme la grammaire voulait m’enfermer dans un système rassurant, j’ai failli ne pas « la » voir. Mais lorsqu’enfin je l’ai trouvée, j’ai su que c’était la discipline que je convoitais depuis longtemps. Je sais bien moi que c’est un mot qui est à l’origine du Big Bang, et que la question de la nomination rejoint celle de la création du monde. Je sais bien que JE ne m’appelle pas Catherine, mais que l’ON m’appelle Catherine.

J’aime l’analyse du discours car  son champ embrasse la philosophie, la psychologie ou la politique, dépasse celui de la littérature ou de la syntaxe. Elle déjoue les manipulations, dévoile l’implicite, démasque les présupposés. Boucle réflexive Impitoyable mais bienfaisante, elle m’amène à me réapproprier les questions obsédantes de la vie et de la mort. En tant que journaliste culinaire, une part de moi travaille sur la vie et sur l’impérieuse nécessité de se nourrir. En tant que linguiste, une autre part de moi travaille sur la mort et sur l’impérieuse nécessité de dire. Je ne peux vivre sans réfléchir sur la mort qui à son tour réfléchit  d’autres notions, séparation, refus, déni, attachement. Je veux comprendre comment s’expriment ces souffrances, dans quelle mesure les mots aident à vivre et à accepter. Le sujet de ma thèse unit les contraires, la vie et la mort, la maternité et la mortalité. Mon sujet n’est pas facile à formuler, il est trop à l’étroit pour l’instant dans un titre fonctionnel. Son titre viendra, mais pour l’heure, je  dirai simplement que je travaille sur l’expression de la souffrance dans les discours sur la maternité et la mortalité.

Pour citer ce billet.

Ruchon C., 6 avril 2014, « Plus tard je serai grammairienne… », Espaces réflexifs [Carnet de recherche], http://reflexivites.hypotheses.org/4399, consulté le…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.