Le chemin de la Villa

 

 

 

La Villa réflexive ressemble à ces bâtisses devant lesquelles les promeneurs passent : imposante mais discrète, dans son hameau numérique, on fait un détour pour admirer sa façade et jeter un coup d’œil au jardin. Privée de flâneries pendant une année de concours, j’ai découvert la Villa un jour de juillet, alors que j’observais les nouveaux lotissements du web : d’autres promeneurs en recommandaient l’adresse en cent quarante caractères. Je me suis approchée un peu, le lieu m’a plu : les grandes fenêtres laissaient passer le regard, les miroirs agrandissaient la réflexion, et les locataires semblaient chaleureux. J’ai pris l’habitude de m’asseoir sur le banc du jardin, et d’observer les allées et venues des habitants. Et le détour est devenu retour. J’ai commencé à prendre des photos et à les glisser dans mes albums souvenirs numériques.

Prendre le chemin de la Villa réflexive n’est pourtant pas évident pour un jeune chercheur en histoire : je suis peu habituée à m’interroger sur mes pratiques scientifiques. Plus exactement, je n’osais pas m’interroger, car cela impliquait de parler de moi. Or, parler de soi quand on parle de « science », c’est prendre le risque du « soupçon de la subjectivité » ! Les questionnements des locataires ont légitimé mes propres interrogations, ma propre envie d’en savoir plus sur ce qui passe de nous, de notre quotidien, lorsque nous tentons de construire un discours scientifique. Un peu plus tard, un texte de Christophe Prochasson, rencontré au hasard d’une lecture de thèse, a achevé de me convaincre sur la pertinence de cette démarche de la réflexivité : « Au reste, cette subjectivité s’impose à chaque instant. Elle agit souvent obscurément. La mettre au jour est s’éviter bien des périls (…) Si les historiens analysaient davantage leur propre relation au monde et nous en rendaient compte de temps à autre, peut être nous donneraient ils de celui ci une image moins opaque » [1]

Rendre du monde une image moins opaque : voilà ce à quoi je m’exerce, depuis mon petit coin de banc, en m’inspirant de ceux qui y posent leurs valises mois après mois.  Passant quelquefois devant mon petit appartement numérique, les propriétaires ont remarqué que la question m’intéressait : je les remercie aujourd’hui d’être venues me chercher dans le jardin et de me donner les clefs de la maison pour le mois de février.

En attendant le premier billet, je vous invite à vous mettre à l’aise: prenez donc une tasse de thé en musique !

[1]  Christophe Prochasson, « Les jeux du ‘je’ de l’historien » dans Philippe Artières et Dominique Kalifa, Histoire et archives de soi, Paris, CREDHESS, coll. « Sociétés et représentations », n˚ 13, 2002, p. 226.


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *