Le sens de la transparence

[ Version originale : « El sentido de la transparencia » (9/9/2012). Traduit de l’espagnol par : Aboubekeur Zineddine ]

J’ai préparé mon séjour à la Villa au moment et à l’endroit parfait : vacances, mer, repos… J’ai beaucoup réfléchi à la manière de laquelle je voudrais commencer à écrire, à quels échos je voulais que ces premiers mots répercutent. Cependant, je ne sais toujours pas encore comment orienter cette série de réflexions qui seront marquées par le fil conducteur « Langue et transparences ». Le mieux serait peut-être d’expliquer quels sont les liens qui permettent de faire une telle association et quel est le sens de la transparence que je veux explorer.

Transparence à la nature. Galerie de Ronald Zúñiga. Flickr CC

Transparence en réseau

Tout d’abord, je pense que je suis ici parce que je suis un peu transparente, parce que je permets à l’espace virtuel de refléter ce qui me touche (et parfois aussi ce qui m’émeut …). Des messages courts de 140 caractères sur Twitter m’ont rapproché de plusieurs habitants de ces Espaces Réflexifs et j’ai l’impression que ce qui a créé un lien spécial entre nous était le fait de partager une façon « transparente » d’être sur le réseau, une façon généreuse de mettre en commun notre expérience professionnelle, nos inquiétudes, nos pensées, nos regards … La métaphore de la villa est parfaite pour ce projet collectif qui est enrichi par la discussion ouverte et les contributions de tous, mais aussi avec le contact plus humain et expressif que permet le micro-blogging. Le texte de Mélodie Faury en Juillet est particulièrement significatif, et ce depuis son intitulé: « Une villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ». Et je partage l’enthousiasme que transmettent les paroles de Marie-Anne Paveau dans le premier article de la série en Mars: « Pourquoi je vois pas mes yeux? »

Pour le moment, cette expérience de carnet collectif est l’une des plus passionnantes de ma vie numérique de chercheuse et confirme la richesse tout à fait spécifique de la recherche en ligne: rencontres, dialogues, croisements, liens, collaborations.

Transparence dans la langue

Réflexivité. Pour un linguiste, comme ma collègue l’a très bien expliqué dans la présentation de sa série du mois de mars, l’image naturelle associée à la réflexivité est celle d’une boucle: on parle de formes réflexives pour celles qui font retourner la référence d’un élément de la proposition sur le sujet, qui font une boucle qui renvoie à ce moment-là de l’énoncé. Cependant, l’image de la transparence n’a aucun rapport direct avec le concept de réflexivité dans le langage, et n’a pas non plus un soutien cognitif de façon à rendre évident son interprétation (n’est pas associée à la réflexivité d’une façon naturelle). J’essaierai d’expliquer le rapport que je trouve et qui est étroitement liée à la façon dont je pose mon travail.

La matière de la langue est le patrimoine de tous ses locuteurs, mais ce n’est pas la conscience de son fonctionnement, ce qui nécessite un travail de réflexion volontaire, un travail d’introspection, de regard conscient sur soi-même et sur sa compétence naturelle (celle que possède chaque locuteur natif). Réfléchir sur la langue demande également une connaissance préalable du système par lequel elle est régie, dans le cas contraire l’objet serait opaque: seul un regard expert peut comprendre les possibilités qui s’offrent aux locuteurs pour que la langue ne soit pas simplement l’instrument utilisé dans la communication de base ; en d’autres termes, elle est transparente uniquement pour un «expert».

La transparence est d’autant plus grande pour ceux qui connaissent non seulement le fonctionnement de la langue, mais qui sont conscients aussi de sa formation et de son évolution, c’est-à-dire, ceux qui ont étudié les changements linguistiques. En effet, c’est la réflexion sur les mécanismes de changement  –grammatical, lexical, pragmatique … –  qui nous permet souvent de voir la langue comme un objet transparent: la langue est souvent mieux comprise lorsque les clefs de son évolution sont maîtrisées. Je n’avais jamais entendu parler de l’analogie, des lois phonétiques, des néogrammairiens, ni du comparatisme du XIXe siècle, la première fois que j’ai pu profiter de la magie du changement de langue. A quatorze ans, lors de la première séance d’un nouveau cours. Catulle était dans l’air de la pièce et je me suis retrouvée dans le charme de la langue latine au son du poème VIVAMUS, MEA LESBIA, ATQUE AMEMUS …1 En fait, ce qui me fascinait était la transparence de la langue mère : dans ses vers, je pouvais deviner les signes distinctifs des langues romanes auxquelles elle s’est divisée par la suite … Tout a commencé avec la lecture d’un texte en latin. Ce qui devrait en principe être opaque rendit transparente ma propre langue à mes yeux. Ce n’était pas un cours de phonétique historique, la discipline dans laquelle je me suis spécialisée par la suite, mais un exercice de l’intuition et d’analyse qui m’a permis de regarder ma langue à partir de ce jour-là avec de nouveaux yeux : les yeux d’une personne curieuse qui commence à cultiver sa sensibilité linguistique.

Sensibilité linguistique : avec cette expression, je veux évoquer le penchant soigneusement cultivé, le goût de comprendre les rouages de la langue et de son fonctionnement interne, l’attention consciente de tout ce qui la concerne. Il ne s’agit pas d’utiliser la langue pour parler d’elle mais pour lancer un regard analytique qui nous permet de mieux comprendre le mouvement de ses composants et les possibilités qu’ils présentent. Je ne parle pas, pour autant, d’un regard méta-linguistique, mais plutôt trans- ou intra-linguistique. Je pense que pour réaliser ce travail, il est nécessaire d’être formé à l’utilisation du système, le connaître et le re-connaître, être capable d’analyser ses créations et re-créations. Tout cela ne se jaillit pas spontanément mais nécessite une formation, une éducation, un travail conscient et initialement guidé.

Je vis et travaille sur la langue, en essayant de la rendre plus transparente aux yeux de mes élèves, aux yeux de mes lecteurs … Quand je cherche, je savoure chaque découverte, chaque nouveau rayon de lumière qui illumine le cours de l’évolution de l’espagnol, chaque analyse qui me permet de mieux expliquer le fonctionnement des rouages de la langue. En somme, j’aime la transparence de la langue qui s’accroît chaque fois qu’on y réflechit conscientement.

___________________________________________________________

Crédits de l’image : « Transparencia en la naturaleza ». Galerie de Ronald Zúñiga. Fickr CC (certains droits réservés).

  1. Le texte intégral peut être lu ici. J’ai déjà parlé de cette expérience sur Nosolodeyod, un blog sur l’Histoire de la langue espagnole que je lis il y a longtemps. []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/10/2012

    […] “El sentido de la transparencia” / “Le sens de la transparence” (traducción de A. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *