Réflexivité et (non) schizophrénie. Activités multiples, identité protéiforme.

J’ai toujours du mal à dire, à écrire : « je suis traductrice ». D’abord, je ne suis pas exclusivement traductrice. D’un point de vue économique, je ne tire pour l’instant aucun revenu de la traduction. Pour autant j’ai autant de mal à me dire « enseignante-chercheuse ». Et puis, l’an prochain j’enseignerai dans le secondaire, ce sera en mon unique source de revenu, mais mon activité ne se limitera nullement aux cours et à leur préparation : je traduirai toujours, nourrirai les Langues de feu et participerai à des colloques, je contribuerai à la rédaction de l’Histoire des traductions en langue française. Du reste dans l’université la frontière entre activité professionnelle rémunérée et activité de recherche bénévole est assez mince. Enfin quoi qu’il en soit, la traduction si elle est au centre de ma réflexion n’est pas mon activité professionnelle première : tout au plus suis-je traductrice « entre autres ». (Et je ne dirais pas non plus que, parce que je ne suis pas rémunérée pour mes traductions pour l’instant, je suis « traductrice amateur ».)

La deuxième raison est plus profonde, et tient au lien complexe et parfois contradictoire entre activité et identité. Ce sont là des pistes qu’avait déjà creusées Mélodie Faury dans un billet, pour Enquêtes sur le monde vivant, qui m’avait beaucoup intéressée et avec lequel je souscris pleinement. Dans d’autres espaces numériques, Isabelle Pariente-Butterlin a publié récemment sur son blog Au bord des mondes un billet qui fait écho à cette question de l’identité définie par l’inscription des personnes dans des catégories, professionnelles, sexuelles (il s’agit, en l’occurrence, de déconstruire la catégorie de « ménagère »), ou autres. Pour ma part, j’ai le plus grand mal à me définir, ne serait-ce que partiellement, une identité fondée sur une activité, quand bien même ces activités seraient cumulables. Isabelle Pariente Butterlin écrit « La tâche accomplie volens nolens impose à la personne une classification. Or cette même personne a d’autres activités dont on voit mal pourquoi elles ne la catégorisent pas. Toute fonction ne donne pas lieu à une catégorie ontologique. » Voilà qui est mieux dit que je ne saurais le faire. Je paraphrase à ma sauce : je ne sais pas qui je suis, même si je sais, à peu près, ce que je fais.

Ce long préambule pour en venir ici : mes activités, autour de la traduction, sont multiples, et leur multiplicité même est une des conditions d’un éclairage réflexif réciproque. Pour reprendre l’image goethéenne du ginkgo, aux feuilles unes et doubles, qui me servira de fil conducteur d’un billet à l’autre, je crois de plus en plus que cette multiplicité n’est aucunement incompatible avec l’organicité d’une réflexion en construction.

(Non) schizophrénie des activités professionnelles

On utilise à mon sens un peu vite le mot « schizophrénie » pour qualifier la segmentation des activités. (Et ici d’ailleurs il faut que je songe à une auto-critique ou du moins à un recul réflexif, parce que dans la conversation il m’arrive de parler de mon emploi du temps schizophrène). Un peu vite parce que la schizophrénie est une pathologie autrement plus conséquente pour les « vrais » schizophrènes que la division de mes activités ; et que l’utilisation du mot dans un contexte polémique me semble souvent de ceux qui ferment la discussion sans appel. François Bon avait à ce sujet, ou en l’occurrence au sujet la distinction du blog et de la vie privée, écrit un texte dans Le Tiers Livre. Ensuite, parce que les frontières qui séparent, mettons, l’enseignement et la traduction ne sont pas hermétiques, même si le passage d’une activité à l’autre n’est pas toujours aisé.

Ces activités, je vais essayer d’en établir une description.

* Je traduis

Ce qui s’approcherait le plus d’un exercice professionnel de la traduction, c’est la traduction en cours des Tableaux de voyage (Reisebilder) de Heinrich Heine, pour les éditions Classiques Garnier. La publication papier d’une édition critique suppose en outre que la traduction soit réalisée sur un texte allemand choisi avec soin (puisque l’histoire l’édition allemande du texte est très complexe), et que les péritextes de la traduction soient soignés. Le travail de traduction s’accompagne ainsi d’un travail de recherche non négligeable. Ma pratique de la traduction ne se réduit pas pour autant à la préparation de ce livre. Je traduis des textes isolés pour le site Le Festin de Babel : des poèmes de Heine notamment, ici la préface du Gai savoir de Nietzsche. Ces traductions résultent essentiellement de l’envie, confinant à la pulsion, de traduire les textes qui comptent dans ma réflexion. Cette pulsion répond je crois à une nécessité contemporaine de peser tous les mots du texte étranger au prisme de la traduction, et dans le même temps, d’éprouver ma langue, le cas échéant en traduisant quelques lignes du français vers l’allemand, pour mieux mesurer les mots du français. Cette pratique épisodique de la traduction vers l’autre langue, à des fins de plus fine lecture du texte traduit et de plus grande conscience de ma langue, est quelque chose que je partage avec notamment Danielle Carlès, qui tient le blog Fonsbandusiae où elle publie d’admirables traductions, grâce entre autres à un système de mise en page interlinéaire. Il m’arrive aussi de traduire quelques lignes pour les envoyer à des amis, en général en les postant sur facebook, et je crois que c’est vraiment le seul cas où c’est au premier chef le fait de rendre accessible un texte étranger à des lecteurs français qui est ma motivation première.

Traduction instantanée - 7 lignes de Heine

* j’enseigne

J’ai pendant mon doctorat, et l’an dernier, enseigné au sein de l’UFR de Littérature française et comparée de l’université Paris-Sorbonne. Les premières années, j’ai enseigné uniquement la littérature comparée, avec des travaux dirigés en Licence 1 et des colles d’agrégation. Cet enseignement correspondait parfaitement à ma formation, mais assez peu à ma recherche en cours, puisque je consacrais ma thèse à une étude de cas en histoire de la traduction. L’an dernier, j’ai pris en charge cinq groupes de L1 en commentaire de traduction. Là, l’interaction entre recherche et enseignement, à quoi s’ajoute, dans mon cas, pratique de la traduction, a changé assez profondément. J’y reviens. Cette année, j’ai également fait passer des colles de culture générale en classe préparatoire aux écoles de commerce. J’ai assez volontiers donné des sujets portant sur des questions de langue (« le nom propre » ; « traduire, trahir ? » ; « l’ordre du discours »), mais aussi « les fantômes », « l’éternel féminin », « le détour ». J’ai à l’occasion proposé à des amis de me choisir mes sujets : les colles faisaient alors écho à la conversation (j’y arrive). J’ai placé l’enseignement en deuxième, mais en réalité il occupe pendant les semestres de cours la plupart de mon temps de travail, ne serait-ce qu’à cause des pléthoriques paquets de copies (j’avais 130 étudiants cette année).

* je cherche

Pendant longtemps, mon activité de recherche a été assez exclusivement liée à la préparation de ma thèse. J’ai participé à plusieurs colloques, toujours en lien avec ma thèse, dans le sens où prendre part à un colloque me servait à me définir un programme de lecture utile à la thèse, et à traiter sous la forme de bilan, ou d’étude de cas, un enjeu de la thèse. Les colloques étaient un peu le laboratoire de la thèse, comme le carnet Langues de feu est devenu le laboratoire de l’après-thèse. Je participe également depuis le tout début de ma thèse au projet collectif d’Histoire des traductions en langue française, en lien avec mon sujet de thèse puisque je m’occupe de l’histoire des traductions de l’Ancien Testament. C’est dans les deux cas une recherche en histoire de la traduction: j’essaye d’observer, à partir d’un corpus relativement restreint de textes traduits, éclairés par des lectures critiques diachroniques, l’évolution des théories et des pratiques de la traduction.

Ma recherche prend des directions nouvelles depuis que j’ai soutenu ma thèse, fin 2011. La traduction de Heine nécessite des recherches autour de cet auteur, de son contexte social, historique, religieux, de ses lectures, de l’histoire de son édition et de sa traduction. Par ailleurs j’ai ouvert le carnet Langues de feu qui me permet une réflexion plus libre sur la langue et la perception qu’en ont les traducteurs.

Dans tous les cas, mon activité de recherche est liée premièrement à la pensée de la traduction (que je n’appelle pas traductologie faute d’un ancrage disciplinaire plus systèmatique), et plus largement de l’histoire littéraire et de l’histoire des textes.

Voilà la triple polarité de mon activité « professionnelle ». Le panorama intellectuel n’y est pour entant pas tout entier contenu.

* je lis

La lecture, c’est la poule et l’œuf. Je suis venue aux études littéraires par amour des livres et de la lecture. Mon activité de traduction, d’enseignement et de recherche est liée à la lecture – toutes trois en procèdent. Toutes mes lectures ne s’y restreignent pas, encore qu’elles l’enrichissent. En voici une tentative de panorama (j’avais essayé de dessiner cette année une carte de Serendip, en y plaçant les livres rencontrés, et les circonstances de leur lecture; une feuille à deux dimensions n’a pas suffi).

Je lis pour la recherche. Articles et livres sur Heine; vieilles Bibles et traités de traduction, heureusement fréquemment numérisés (encore que je suis une fidèle habituée de la W77 à la BnF)

Je lis « pour le plaisir », « gratuitement », des choses très diverses. (Je mets des guillemets ici parce que la séparation n’est absolument pas hermétique entre la lecture sans finalité, même du plus anodin polar, et la lecture la plus finalisée du plus obscur traité sur la traduction). Cette année, j’ai beaucoup exploré les sciences humaines, et lu notamment Daniel Arasse, Carlo Ginzburg, lu plus superficiellement Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Walter Benjamin, Henri Meschonnic. Le fil rouge qui pour moi relie ces lectures est le fait que tous me permettent de penser le sujet, et les traces qu’il laisse dans l’histoire.

Je lis aussi de la littérature, encore que la aussi la frontière me paraît ténue parfois entre la littérature et les autres livres. Bref, je lis, entre autres : mes habituels humanistes, Montaigne, Rabelais ; mes allemands préférés, Goethe, Heine, Büchner ; les italiens (publiant chez Einaudi dans les années 1950: j’ai l’impression de fréquenter une bande de potes), Carlo Levi, Cesare Pavese, Italo Calvino, Pasolini, et puis Guido Ceronetti, Andrea Camilleri. J’ai eu une phase xviie siècle cette année, avec Pascal, La Fontaine, Racine en partie parce que je travaillais sur la traduction à Port-Royal, en partie par ce qu’une de mes meilleures amies est dix-septièmiste. J’ai découvert Pierre Bergounioux, Jean-Christophe Bailly, Vassili Golovanov, Pascal Quignard parce que j’en ai entendu dire du bien venant de personnes dont je me fie à l’opinion. J’ai lu entre autres des romans de Bernanos en même temps que l’autre locataire de la Villa. Quand je vais chez mes parents je lis les romans policiers que lit mon père, et dont j’oublie les auteurs. Un peu de poésie ici et là, surtout sur les conseils du lecteur de Bernanos : Wordsworth, Milton, Sereni, Leopardi ou parce que ce sont leurs traducteurs qui m’y ont amenée : Hölderlin (via Jaccottet), Pouchkine (via Markowicz).

Last but not least, je lis en ligne : des carnets de recherche ici même, des blogs, dont souvent j’ai fait numérique connaissance des auteurs. Je lis Marie-Anne Paveau, Mélodie Faury, Arnaud Maïsetti, François Bon, Isabelle Pariente-Butterlin, le Robinson en ville; je lisais le blog de Maxime Durisotti avant de le fréquenter davantage.

Le tout convergeant dans une sorte de grand vortex réflexif. J’ai lu Nietzsche parce que Goldschmidt disait a dit que c’est le plus grand styliste allemand avec Heine. J’ai lu Pouchkine parce que j’ai découvert par des dossiers en ligne les articles et entretiens sur le travail d’André Markowicz. J’ai lu Ginzburg parce que j’en ai entendu parler dans un post de blog que je consultais en cherchant des renseignements sur Foucault. Les innombrables liens des billets de Marie-Anne Paveau m’ont fait découvrir des linguistes et moult variae que je n’ai pas systématiquement explorés, mais dont je sais maintenant où les chercher. À ce titre; l’internet ne m’est absolument pas sclérosant. Il peut être le lieu de procrastination peu satisfaisante, mais c’est mon problème, pas celui de l’internet. Pour ma part, le champ de mes lectures s’est considérablement enrichi grâce à internet.

* je converse

« Le plus grand plaisir après la lecture c’est d’en parler », pour paraphraser Louise Labé.

Et de fait la conversation est le lieu où naît souvent le désir de la lecture, et où s’échangent impressions, débuts d’analyses, où se confrontent les intuitions.

La conversation peut avoir lieu en direct, en « présentiel » comme on dit pour les cours (je ne dirai pas in real life parce que l’échange numérique est tout aussi réel) ou par d’autres canaux. Et je récuse à ce titre absolument le cliché du chercheur dans sa tour d’ivoire : ma thèse n’aurait pas été ce qu’elle est sans les discussions en colloque avec les autres chercheurs, mais surtout à la BnF avec les autres thésards, qu’ils soient dans ma discipline ou non, autour de questions comme « faut-il avoir une thèse dans sa thèse ? ». Et puis la conversation peut être oblique, indirecte, retardée. Maxime Durisotti a publié le 2 août un billet partant de cette magnifique expression de John Donne, « translated into a better language ». Son billet fait écho à des conversations, sans en être aucunement une transcription; par ailleurs je vois dans son texte des passages dans tel ou tel de mes billets précédents (la question de la méthode, par exemple, ou le fait de traduire ou non « un texte »): son billet, sans y répondre frontalement, montre un contact des textes, qui s’infusent mutuellement sans que cette infusion soit quantifiable ou modélisable (elle pourrait l’être, mais quel serait l’intérêt?). Plus généralement, la nébuleuse de mes lectures, et l’écriture qui en procède, doivent immensément aux échanges, de vive voix comme numériques, avec les uns et les autres. Si bien que je finis par moments par ne plus savoir quelle idée j’ai pris où, et si je l’ai prise de la conversation, ou de la lecture, et de qui. J’ai écris ailleurs un texte sur ce sentiment de ne pas savoir rendre à César. Ce n’est sans doute pas une attitude très scientifique, mais c’est assurément une attitude littéraire. Je ne suis que la énième couche, et non la plus substantielle, d’un très ancien mille-feuille.

Echos et réflexions

J’essaye tout de même de systématiser un peu la pensée de l’interaction des différentes facettes de cette identité protéiforme, en repartant de la question de la traduction comme profession. André Markowicz dans un entretien avec Delphine Descaves revient brièvement sur le fait qu’il ne vit que de sa seule traduction.

Parvenez-vous à vivre de votre activité ?

J’ai la chance de pouvoir vivre de ma passion. Mais nous sommes très peu nombreux, environ 200 personnes je pense. Je parle de ceux qui n’ont aucun apport autre, comme l’enseignement par exemple. Moi j’ai essayé de passer l’agrégation de Lettres modernes pendant environ trois mois, ou plutôt, on m’a dit « passe l’agrégation » (sourire) et pour la première fois, j’ai fait quelque chose que je n’aimais pas. J’étais contre ce qu’on nous enseignait et la façon dont on nous l’enseignait.

 Markowicz évoque 200 personnes vivant uniquement de traduction littéraire. Le site de l’Association des Traducteurs Littéraires de France recense 790 adhérents dans son moteur de recherche, mais ce chiffre est sans doute très relatif : tous les traducteurs littéraires n’y figurent sans doute pas (notamment, pas Markowicz) ; tous les traducteurs de la liste ne sont pas uniquement traducteurs (y figure mon directeur de thèse, Jean-Yves Masson, par ailleurs de fait traducteur pléthorique de poésie)

André Markowicz semble très heureux de ne pas avoir à gagner sa vie autrement qu’en traduisant. Pour moi, je crois qu’à la réflexion, et pour le paraphraser (mais je n’en suis qu’au tout début de ce qu’on appelle la vie professionnelle) « j’ai la chance de ne pas pouvoir vivre de ma passion ». (J’ai la chance aussi de ne pas avoir une charge d’enseignement trop lourde pour que j’aie le sentiment de devoir à grand peine et au prix d’une vie ascétique, pour laquelle j’ai tout de même un peu de goût, voler des heures de traduction au travail pédagogique) Ces diverses activités, que j’ai classées, un peu arbitrairement, en cinq rubriques dont trois « professionnelles », ne sont en rien séparées hermétiquement. Elles se nourrissent et s’éclairent mutuellement, parfois se contredisent.

* l’enseignante au miroir des étudiants

L’exemple le plus frappant, peut-être parce qu’il est le plus récent, je le retire des cours de commentaire de traduction, qui ont été fondamentaux cette année, non tant à vrai dire en ce qu’ils auraient modifié ma façon de traduire, que parce qu’ils m’ont obligée à repenser mes présupposés.

J’enseignais à des étudiants de L1, qui n’avaient jamais suivi de formation en traduction. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils arrivaient vierges de tout présupposé sur la traduction, puisque dans l’enseignement secondaire ils avaient appris des langues vivantes, et donc du lexique, présenté sous la forme d’équivalences, bread = pain, etc. De plus il n’y a pas besoin d’avoir suivi une formation scolaire ou universitaire sur quelque chose pour s’en faire une représentation.

Pour ma part, j’arrivais avec une vision assez ferme et en même temps très confusément formulée de la façon dont je voulais traduire (traduire des textes, et non des langues ; traduire des systèmes poétiques et non des messages), tout en anticipant un recul à prendre. Nous allions commenter des traductions et non en faire de nouvelles ; il ne s’agissait pas de prêcher la bonne parole, ni de critiquer dans le sens d’une axiologie les traductions, mais de comprendre comment elles fonctionnaient. Donc je pensais que la principale difficulté allait être de trouver la bonne distance entre observation et axiologie.

Cette difficulté a été réelle, mais en fait ce n’est pas cela qui a posé le plus problème en cours. Le serpent de mer dans la théorie de la traduction, depuis Cicéron et Jérôme, c’est l’opposition entre traduction selon le sens et traduction mot-à-mot. On peut comme Meschonnic déplacer le problème et affirmer la cohérence du « fond » (le message, s’il y en a un) et de la forme. N’empêche qu’il me semblait assez intuitif que la traduction se meut à des degrés divers entre un mot à mot et une reformulation ; que toutes les reformulations ne sont pas équivalentes, que certaines s’imposent. C’est le fameux mot de Voltaire dans La Princesse de Babylone :

Après un quart-d’heure de silence il regarda un moment Amazan, et lui dit : How dye do, à la lettre, comment faites-vous faire ? et dans la langue du traducteur, comment vous portez-vous ? ce qui ne veut rien dire du tout en aucune langue.

Cette intuition n’était pas entièrement partagée par les étudiants, ou plutôt, elle l’était d’étrange manière. Lorsqu’il s’agissait de commenter scolairement les traductions, souvent, en classe et dans les copies, les remarques concernaient toutes les espèces de variations, souvent pour les déplorer. À la limite, on aurait presque pu lire des critiques de la traduction de How do you do par comment vous portez-vous, puisque littéralement, c’est « comment faites vous faire ? ». Il m’a été difficile, parce que je n’avais nullement anticipé cela, de trouver une façon d’introduire un nuancier dans la prise en compte des variations.

Réflexivité involontaire dans la copie

La minutie avec laquelle les étudiants cherchaient l’écart m’a ainsi forcée à :

* repenser la question de la différence des langues. Je répugne toujours à penser en terme de « génie des langues », qui à mon sens fait fi de l’historicité des langues, et au fait qu’il n’y a pas de langue sans un usage (oral, écrit) de la langue ; mais de fait, la diversité des langues est irréductible. J’ai en général un instinct relativement sûr qui me fait rapidement maîtriser les idiomatismes, si bien que ce qui relève de la différence réelle des langues m’est souvent instinctif, que je n’ai pas eu à m’en convaincre. Mais il me faut penser cet instinct qui n’est pas partagé par tout le monde.

* élaborer une façon de rendre perceptible à des étudiants de L1 (pour la plupart maîtrisant mal le vocabulaire grammatical, n’ayant pas une maîtrise courante des langues étudiées, n’ayant que très peu lu de textes littéraires en langue étrangère) la distinction entre problèmes linguistiques (l’usage des modaux et auxiliaires en anglais par exemple) et problèmes stylistiques (utilisation de répétitions par exemple)

* localiser et interroger mes propres présupposés sur ce qui va de soi en traduction. L’examen sans nuance des étudiants méritait d’être orienté, mais la critique « les étudiants ne hiérarchisent pas » doit attirer l’attention de l’enseignant (réflexif) sur : quelle est la hiérarchie que nous appelons de nos vœux ? Ne serait-il pas utile de la déconstruire, quitte à ensuite la reconstruire plus consciemment ?

* la traductrice au miroir de l’historiographie de la traduction

Je trouve un autre intérêt au cumul des activités, en l’occurrence à la pratique conjointe de la traduction et de la recherche en histoire des traductions. Je consacre mes travaux de recherche (hors carnets, et hors Heine) à l’édification collective d’une Histoire des traductions en langue française : outre que tout cela est très instructif, cela m’oblige à avoir conscience de ma propre insertion dans une histoire des traductions, et dans une histoire de la théorie sur la traduction.

L’histoire des traductions m’apprend d’abord que si le vocabulaire change, les théoriciens n’inventent pas grand chose. Je travaille en ce moment sur les discours théoriques qui accompagnent les traductions de la Bible aux xviie et xviiie siècles. Je lis les choses suivantes chez deux traducteurs contemporains de la Bible, tous deux protestants, les choses suivantes. Chez Charles Le Cène (1696) :

 …les Traductions ne doivent pas seulement servir à faire savoir qu’un auteur s’est servi de certains termes, mais sur-tout à faire comprendre ce qu’il a voulu dire, en parlant & écrivant de cette manière, il étoit permis & même nécessaire de se donner plus de liberté, & qu’il falloit principalement exprimer la pensée des Auteurs sacrez, sans faire passer dans une autre Langue des expressions & des façons de parler qui lui seroient barbares & inintelligible ; les Langues dont on se sert pour en exprimer une autre n’ayant pas toujours des termes qui répondent exactement à ceux que l’on traduit ou que l’on exprime.[1]

et chez Jean Le Clerc (1703)

La premiere c’est que l’on doit rendre mot pour mot les termes de l’Original, lors qu’on peut les souffrir & les entendre, dans nôtre Langue. Il est certain que ce n’est pas traduire, c’est-à-dire, faire entendre un Auteur, que de le traduire, en sorte que ceux, qui ne savent que la Lnague de la Version, n’y comprennent rien ; ou se trompent à tous momens, en donnant aux expressions de la Version un sens, qu’elles n’ont point. Mais quand on peut se faire entendre aux Lecteurs, en ne changeant rien, ou au moins en ne changeant que ce que la Langue, dont on se sert, demande nécessairement que l’on change ; on doit demeurer attaché aux expressions de l’Original. Cette maniere de traduire représente, en quelque sorte, l’Auteur à ceux qui ne peuvent pas recourir à la source ; & ils se font un plaisir de voir, dans leur Langue, les termes de celui qu’ils souhaitent d’entendre[2].

On croirait qu’ils ont plagié par anticipation Jean-René Ladmiral[3], le théoricien du « ciblisme », et Antoine Berman[4], qui fait de la traduction « l’auberge du lointain ». Ce que m’apprennent ces théoriciens, c’est avant tout que les débats actuels ne sont pas nouveaux, même si le lexique change, et même si de fait les traductions changent, puisqu’elles sont rédigées dans une langue qui évolue.

Et c’est là l’autre chose que m’apprend l’histoire des traductions : les traductions, aussi différentes qu’elles puissent être d’un traducteur à l’autre, sont de leur époque. Quand je traduis les poèmes de Heine en vers libres, je suis de mon époque autant que le traducteur du xixe siècle qui estime qu’il n’a de choix qu’entre vers réguliers et prose. Ce qui ne veut pas dire que mon époque me détermine entièrement, mais que la traduction entre en résonance avec l’état actuel de la langue et de la littérature, avec les débats théoriques, avec mes habitudes de pensées et mes conceptions sur le style, sur le langage, qui proviennent en bonne part de mes lectures, des conversations. Ce qui veut dire aussi que mes choix de traduction ne sont pas la vérité sur la traduction, mais des choix opérés par moi-ici-maintenant.

Envoi

Un point commun cependant, me dis-je après avoir rédigé ce long billet, à toutes ces activités qui ne sont pas des identités multiples, mais différentes facettes d’une même subjectivité : toutes sont des lectures qui entraînent des écritures, selon des modalités diverses. On y reviendra.


[1] Charles Le Cène : Projet d’une nouvelle Version  Françoise de la Bible. (…), Rotterdam, chez Pierre vander Slaart, 1696

[2] Jean Le Clerc, Le Nouveau testament de Nôtre Seigneur Jesus-Christ, traduit sur l’original grec, Avec des Remarques, où l’on explique le Texte, & où l’on rend raison de la Version, p Amsterdam, chez Jean Louis de Lorme, 1703.

[3] Jean-René Ladmiral, « Sourciers et ciblistes », dans Revue d’esthétique, 1986, n° 12.

[4] Voir notamment Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995, et « La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain », dans Les tours de Babel, Mavezin Trans-Europ-Repress 1985


Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Mélodie Faury dit :

    Merci Claire pour ce billet ramifié et foisonnant !
    Comme souvent, vos écritures dans la villa, et plus généralement sur les blogs, me donnent à penser dans de multiples directions, et il est toujours difficile de ne rebondir que sur l’une ou l’autre sans risquer de paraître l’y réduire. J’en viens même à hésiter à commenter ici pour donner forme aux échos dans d’autres espaces, numériques ou non. J’aurais aimé donc réagir et converser à plusieurs endroits de l’arborescence que tu dessines et je me limiterai à l’un d’entre eux, car il me pose particulièrement question au moment même où j’écris ce commentaire (c’est la rencontre de ma pensée avec l’un des tes ramifications, et l’une de celle d’Isabelle, qui fait que je la canalise dans ce sens ici).
    Je ne sais pas quel rôle joue pour les uns et les autres la conversation, dans l’élaboration de la pensée, ni si nous avons tous autant besoin de ce rapport à l’autre pour lui donner une forme partageable.
    Et j’en profite pour participer à l’échange avec Isabelle. Car l’image du vortex me « parle » plus que celle du coquillage, qui m’intrigue. Et à y réfléchir, il me semble que c’est de l’ordre de l’opposition d’un mouvement vers l’extérieur ou l’intérieur que j’y perçois. Et donc peut-être à la place du sujet dans un collectif. Je suis convaincue aussi que l’élaboration de liens, d’interactions, de confrontations sont le fait du sujet. Et j’ajouterai du fait de son parcours, de son vécu, de son contexte, au moment où il les fait. Je vois justement le collectif comme un élément qui peut nourrir ce contexte, ce vécu, et l’appartenance à des collectifs différents, le parcours, et le vécu toujours.
    C’est ce que je ressens en tout cas pour les contextes interdisciplinaires, dans ma pratique de recherche, et dans les contextes numériques, qui décloisonnent et rendent poreux, pour reprendre des mots qui me parlent en dehors même de cette étrange ou holographique « identité de chercheur.se ».
    J’ai donc l’impression que ces conversations, que tu décris, sont des lieux où la pensée peut s’inscrire, prendre forme, se canaliser. Un autre contexte, une autre conversation, et elle aurait pris une autre forme. Et tout cela alimente le mouvement, le vortex. Sans que le sujet ne disparaisse pour autant, je crois.

    • Mélodie Faury dit :

      Je me rends compte que peut-être le coquillage s’enroule vers l’extérieur !

      • Mélodie Faury dit :

        L’image du fil rouge que l’on tire, les multiples fils même, que l’on tire les uns et les autres, sans toujours les identifier au moment où les tire, et qui se rencontrent parfois à des intersections de la pelote, puis nous continuons plus loin, accompagnés ou non, et nous recroisant ou non, me parlerait assez, aussi
        J’ai du mal à imaginer le fil seul qui se tisse, en dehors de tous les autres fils (lectures, rencontres, évènements, etc.) qui se mêlent autour et qui jouent sur la tension du fil, sa direction, ses inflexions

        • Claire Placial dit :

          Il y a cette image du fil rouge dans Goethe, dans les Affinités justement (je n’en aurai jamais fini avec ce roman). L’image du fil rouge est pas mal, dans le sens où le fil rouge reste d’un bout à l’autre de la corde le fil rouge, mais il se tisse dans une corde. Encore que pour penser les dynamiques de réflexion, je trouve que quelque chose de plus nodal m’irait mieux, un truc avec des flux et des noeuds et des surgeons. Je connais mal Deleuze, je me demande si dans l’histoire des rhizomes il n’y aurait pas quelque chose de ce genre, mais là je m’avance sans savoir, juste à partir du mot, parce que quand je vois une plante à rhizome, ça me parle.

          Allez hop, je vous cite ledit passage, dans Goethe (deuxième partie, deuxième chapitre, c’est ma traduction, qu’il faudrait reprendre): « Nous avons entendu parler d’une particularité de la marine anglaise. L’ensemble des cordages de la flotte royale, des plus forts jusqu’aux plus faibles, est tressé de telle sorte qu’un fil rouge les traverse de bout en bout, que l’on ne peut pas enlever sans défaire l’ensemble, et grâce auquel on reconnaît même aux les plus petits morceaux qu’ils appartiennent à la couronne.
          De même un fil d’attraction et d’attachement parcourt le journal d’Ottilie, il le lie tout entier et caractérise l’ensemble. Pour cette raison ces remarques, observations, aphorismes détachés et tout ce que l’on peut encore y rencontrer sont propres à celles qui les a écrits et sont importants pour elle. »

      • Claire Placial dit :

        Oui, c’est comme ça que je prends le coquillage, puisqu’il grandit, il s’étend et se déroule, non?

        • Isabelle Pariente-Butterlin dit :

          Oui, je crois que l’image du coquillage et celle du vortex en fait se rejoignent. Ce n’était pas une critique d’ailleurs, simplement une question. Pour éclaircir un peu l’image du coquillage, disons que je la pensais non pas comme immobile mais comme la coquille en construction. C’est-à-dire l’interface de l’être et du monde en construction. Et comme elle est plus calme et moins incontrôlée que celle du vortex (mais je ne suis pas spécialiste de la physique des vortex et suis très imprécise sur la question), j’ai préféré celle du coquillage.
          Je conçois très bien cette magnifique image du fil rouge que tu livres ici. Elle rejoint d’ailleurs des conceptions très classiques sur le sujet, dont l’identité est constituée par la mémoire, par exemple chez Locke. Comme c’est un seul et même sujet qui a la mémoire de tout ce qu’il a fait, il peut procéder à une infinité de dédoublements et de déploiements sans pour autant tomber dans la schizophrénie que tu évoques et écartes si justement. Je dépose ici la citation de Locke à laquelle je pense et qui sans doute t’intéressera : « Après avoir posé ces prémisses pour trouver en quoi consiste l’identité personnelle, il faut examiner ce dont tient lieu le mot personne. Je crois qu’il tient lieu de l’expression un être pensant, intelligent, qui a raison et réflexion et qui peut se regarder soi-même comme soi-même, comme la même chose qui pense en différents temps et lieux. (…) C’est en elle seule que réside l’identité personnelle, c’est-à-dire le fait pour un être rationnel d’être toujours le même. Aussi loin que peut remonter la conscience dans ses pensées et dans ses actes passés, aussi loin s’étend l’identité personnelle » (J. Locke, Essai philosophique concernant l’entendement humain, trad. fr. J.-M. Vienne, Paris : Librairie Philosophique J. Vrin, 2001, II, 27, § 9).

          • Claire Placial dit :

            Merci beaucoup pour cette citation de Locke! ça me rappelle le billet de Mélodie, je crois qu’il est en lien ici, dans « Enquête sur l’homme vivant », sur mémoire et identité.

            Ce que j’aime bien dans le vortex et dans la sphère sans centre, c’est que ce sont des images abstraites, et comme ce sont des images mentales, pas du tout visuelles, ça me convient pour penser le mouvement foisonnant. C’est sûr qu’il y a aussi en sous-main une idée de rythme qui est différent du rythme du coquillage. C’est aussi sans doute qu’après une thèse-coquillage lentement assemblée, la frénésie de lectures qui a suivi m’inspire des images plus chaotiques – dont celle de la végétation proliférante, alors que j’avais l’image de l’arbre pour la thèse, j’en ai d’ailleurs parlé dans mon laius de soutenance!

            (et j’en connais un qui, quand il aura retrouvé une connexion digne de ce nom, aura bien de la lecture…)

  2. Isabelle Pariente-Butterlin dit :

    Chère Claire, d’abord te remercier de l’attention que tu accordes à mes écrits. Je suis toujours étonnée, quand ça arrive, je n’y peux rien, je crois que ça ne cessera jamais, je préférerais d’ailleurs ne jamais cesser de m’étonner. Je te pose une question qui me concerne peut-être très subjectivement, et qui n’est pas au centre de ton billet, par ailleurs central, tu me pardonneras, je l’espère. Tu parles de vortex. J’aime bien cette expression et cette image, évidemment, mais je ne peux pas m’empêcher de l’interroger et je t’avoue tout simplement que je ne la comprends pas entièrement. Je précise le point de cette incompréhension : qu’il y ait, entre les billets que nous lisons, les livres, numériques ou papier que nous lisons, les conversations, les entrecroisements, la communauté de discussion dans laquelle nous sommes, tout simplement, quelque chose qui soit de l’ordre du vortex, j’en conviens assez volontiers. Mais la question que je me pose est celle du sujet : j’ai l’impression, au fond, que quand tu décris ce vortex, il y a aussi et je dirais presque surtout le mouvement de ta pensée qui fait des liens, relies des interactions, les confronte. Je me demande dans quelle mesure nous ne sommes pas allés trop loin, dans le modèle de la communauté de discussion que nous tentons de penser sur internet, dans la critique du sujet. Je suis d’accord sur certains points : il y a une communauté scientifique, il y a des interactions, des influences, mais je n’arrive pas à renoncer à l’idée que le sujet est ce qui fait le lien, et donc en somme à une conception assez cartésienne du sujet (je l’avoue), du moins classique. Mais c’est un point très accessoire sur un très beau billet que tu nous donnes à lire, et qui aurait mérité de ma part des questions plus centrales.

    • Claire Placial dit :

      Je crois qu’il y a une incompréhension (parce que nous sommes des sujets justement, et que l’idiosyncrasie nous gagne) mais pas vraiment de désaccord, je ne sais pas si tu seras d’accord avec moi sur ce point, tu me diras. (Mélodie et Maxime ont amorcé une discussion sur la compréhension en commentaire du billet de Maxime, ça sera à suivre)
      Quand je parle de vortex, je le fais intuitivement, et sans à vrai dire m’être interrogée sur les différents sens donnés à ce mot. (Ce n’est assurément pas très scientifique, sur hypothèse au moins il faudrait sans doute que je fasse attention, pour ne pas entraîner d’incompréhensions évitables). Ici, je vais faire écho à une discussion commencée avec Mélodie. J’imagine un mouvement à la fois centripète, qui fait que je nourris ma pensée de ce que je trouve au dehors, a fortiori quand elle me semble faire écho à la mienne, et centrifuge, en ce que je produis des choses que je n’aurais pas produites sinon, ou du moins pas comme ça. Mais le vortex ne serait pas internet, le vortex serait moi comme sujet à la fois cohérent, et perméable. Et il côtoierait d’autres vortex qui seraient ceux des autres sujets. Evidemment c’est une analogie qui n’a pas valeur de vérité, qui m’aide à me représenter la chose. D’où mon autre image de la sphère sans centre, qui est pour moi une image de l’identité dans le sens où il y aurait une unité du sujet, mais pas d’identité comme définition par un attribut unique qui serait le centre. (et ça c’est central finalement dans le billet: mes différentes activités interagissent sans se compartimenter. Finalement, je connais très mal Descartes, et tiens je serais intéressée d’avoir l’avis de Maxime sur la question, puisqu’il s’y est davantage intéressé, mais il y a peut-être quelque chose de cartésien à réduire la définition de son identité à la conscience de son existence)
      Donc en fait, nous ne nous sommes pas comprises sur l’image, et nos représentations sont sans doutes différentes (encore heureux) mais je ne dirais pas qu’il faille « renoncer à l’idée que le sujet est ce qui fait le lien ». Il y a certes les liens que permettent de faire internet, la conversation, les livres, le processus sérendipitesque, mais il faut que je sois là où je suis et en cette minute pour que ces liens existent. D’ailleurs, la question du sujet en traduction était le grand truc sous-jacent à ma thèse (je voulais montrer que les déterminismes sociaux, confessionnels, historiques, qui étaient réels dans une eprspective statistique, échouaient à rendre de la part de libre-arbitre dans les choix faits par les traducteurs dans leurs traductions, une fois prises individuellement, et que chacune procédait d’un sujet, justement, perceptible dans les écarts, cf. Ginzburg, Arasse, la question du détail, de l’indice.). Donc en tout cas ce n’est pas un point accessoire pour moi (et je n’ai pas fini de ruminer sur le sujet).
      Merci en tout cas beaucoup de ta lecture et j’espère que les citations que j’ai faites ici ne te sont pas importunes.

  3. Marie-Anne Paveau dit :

    conversons, donc…
    bon, tu as commencé à rédiger ton HDR, c’est évident… cette petite épistémologie personnelle (c’est comme ça que j’avais baptisée la mienne) est bien réjouissante
    je suis d’accord avec toi sur l’emploi déplacé de « schizophrène » et j’ai la même réserve avec « autiste », je fais la rabat-joie « policière de la langue » quand j’entends ce terme en emploi « ordinaire », ça me fait mal pour les autistes et leur entourage
    je suis un peu effrayée par ta déclaration sur la « recherche bénévole » : mon dieu, non, surtout pas, un enseignant-chercheur doit la moitié de son salaire à son enseignement, et l’autre à sa recherche, et je trouve qu’il ne faut surtout pas favoriser cette tendance au bénévolat voire au sacrifice dans la recherche – dans certains pays les soutenances de thèse sont rémunérées, les conférences invitées aussi – en france, on est corvéable à merci et tout le monde se soumet parce que la reconnaissance symbolique l’exige et que notre foutue institution n’est pas assez professionnelle- résistons !
    j’adore ta description de la conversation et des textes qui « s’infusent mutuellement », l’analyse du discours s’est presque fondée sur ce phénomène d’interdiscours et de « mots voyageurs » (image de pêcheux), je trouve que c’est une des choses les plus intéressantes à regarder dans les textes, discours, échanges de toute sorte – et je trouve comme toi que identifier la source des dires, trouver les « premiers locuteurs », ou dire qui l’on est, s’identifier, c’est une affaire douanière, et non existentielle – mais quand même, il y a des lieux et des places et le risque du mélange et de la confusion nous guette : ne pas occuper de place ou ne plus savoir qui parle me semble aussi dangereux que s’en assigner une de force, comme bianca…

    • Claire Placial dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire Marie-Anne, qui comme souvent me pousse à repenser et à clarifier certaines choses.
      Sur la question du bénévolat d’abord. Je te rejoins sur la nécessité d’affirmer, de répéter, que l’enseignant-chercheur est payé pour enseigner et pour chercher. Le glissement qui t’effraie dans mon billet a suivi le chemin suivant – je vais encore partir de mon expérience. Pendant mes années de monitorat et d’ATER, j’ai été payée pour enseigner et chercher, et j’ai perçu mon allocation de thèse comme une rémunération, pour un travail, qui était: écrire une thèse. C’était pour moi très clair. Ce ne sera pas le cas l’an prochain, ce qui me pose tout un tas de questions. Enfin du coup, je me suis demandé de façon rétrospective ce qui était recherche et ce qui ne l’était pas, dans mon activité professionnelle passée. Quand je vais à un colloque, je ne suis pas payée en plus: je considère que cela fait partie de mon salaire de doctorante-chercheuse. Cela étonne néanmoins certains amis (quand je disais que j’étais fatiguée après un colloque, une fois, un ami m’a dit « enfin te plains pas, tu vas gagner de l’argent en plus »… Et il était étonné que nous ne soyons pas payés à la mission, mais forfaitairement, pour ainsi dire). A fortiori, quand j’ai lu « Ce que parler veut dire », je ne sais pas où finissent les loisirs et où commencent la recherche. Et l’an prochain, je ne serai pas rémunérée pour la recherche. Pour l’INSEE, mettons, je serai comptabilisée comme enseignante du secondaire. Je ne vais pas pour autant arrêter de chercher, parce que j’ai des choses sur le feu (l’HTLF par exemple, qui est un gros projet qui marche très bien, dans lequel se passe un travail collectif vraiment collectif et vraiment réussi), et parce que la recherche est importante dans ma vie intellectuelle, et pour me maintenir dans le monde universitaire. Ensuite, je suis embêtée au moment de qualifier le statut socio-économique de cette activité. Dire « bénévole » est en effet embêtant en ce que ça évoque les activités caritatives, et une posture de dévouement, de sacrifice en effet, que je trouve déplorable. Je ne trouve pas de terme qui me semble désigner cela de façon pertinente. J’en appelle ici aux divers passants de la villa, s’ils ont une solution pour penser cela.

      C’est intéressant que tu parles de Bianca, parce que je me suis dit en lisant : la posture opposée à celle de Bianca, celle qui ne veut pas de lieu, en est aussi un reflet en un sens. (Elle m’a donné à penser, Bianca, et Louis aussi, dont je crains d’être un peu cousine)

      Mais sinon, « identifier la source des dires », c’est quand même quelque chose vers lequel l’écriture scientifique doit tendre, sans présumer du reste de la discipline. J’ai beaucoup dit ici que je n’avais pas d’ancrage disciplinaire mais que j’avais un objet qui était la traduction (l’histoire et la théorie de la traduction); en fait, tu le remarquais dans ton billet sur les blogs linguistiques en disant que j’avais une approche littéraire, ça m’a fait réfléchir parce que je ne m’y reconnaissais pas complètement, et puis en fait en y repensant je crois que je suis assez à l’aise dans ma discipline de rattachement, la littérature comparée, précisément parce que l’approche comparatiste repose, dans ses différentes facettes, sur des croisements d’objets, de méthodes, etc. En tout cas je crois que si on ne définit pas une place dans un champ disciplinaire il faut du moins définir l’objet d’étude, et tenter d’avoir ce recul réflexif qui expose la façon dont on aborde l’objet, et pourquoi.

      Enfin tout de même je trouve très poreuse la frontière (et hop! sans faire gaffe j’ai piqué une formule à Isabelle) entre recherche et vie intellectuelle, c’est pourquoi l’image de la schizophrénie, en plus des problèmes éthiques, me semble inadéquate.

    • Claire Placial dit :

      Et: il a l’air bien ton Pêcheux!! à mettre dans le programme des prochaines semaines. Les « mots voyageurs », oui, c’est une bonne image! J’aime bien aussi l’image de la douane. (Il doit bien y avoir des douaniers existentiels?)

      • Marie-Anne Paveau dit :

        eh oui oui, « bénévole » ça ne va pas mais quel autre mot employer, tu as raison – je partage complètement bien sûr le fait qu’il n’y ait pas de frontière, pour nous, entre le travail et le loisir, puisque nous appartenons aux gens qui « ont fait de leur passion leur métier », comme on dit
        j’avais un point de vue plutôt tourné vers la multiplication de tâches que nous avons vécue à l’université ces cinq dernières années, et je pense que cette surcharge imposée, que pour ma part je vis de plus en plus mal, a été possible parce qu’il y a cette conception gratuite du travail intellectuel dans la culture française – du coup je suis assez réactive sur cette question !

        • Claire Placial dit :

          Oui, et ça c’est ce qui n’est pas listé dans le billet parce que j’y échappe encore: évaluations, maquettes, administration diverse et variée… Je suis d’accord avec sur le fait de continuer à questionner cette gratuité. Vive la réactivité!

          • Elena Azofra dit :

            Gratuité du travail intellectuel ? C’est pareil en Espagne. Parfois je suis aussi réactive sur cette question, mais parfois je pense que cela nous permet de travailler avec plus de liberté. En plus, je crois qu’il y a toujours, dans l’activité de recherche d’ un linguiste, une curiosité, une inquiétude personnelle, non professionnelle: doit-elle être payée ? Je ne suis pas sûre. Et pourtant j’aime bien ce travail « bénévole »…

            Je m’excuse de fautes; j’ espére quand-même que je me fairai comprendre mieux que le traducteur de Google… 🙂

  1. 18/08/2012

    […] l’occasion d’une discussion avec Claire Placial, initiée par la lecture de l’un de ses billets dans la Villa réflexive, nous est venue l’idée d’écrire, chacune à notre manière, sur la carte de Serendip de nos […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *