Le scribe et la caméra. Quand la réflexivité se donne à voir

La réflexivité est un « mot compliqué », me disait un sociologue. Si ce n’était qu’un mot, il suffirait de le définir, de le modifier, de trouver un synonyme… C’est un mot, certes, mais surtout un ensemble de signifiés multiples et de référents pluriels, le tout étant fortement situé dans des contextes de pensée divers. Un concept plurivoque. Et si on le donnait à voir, cet insaisissable concept ? C’est ce que font ces trois petits films.

« La curiosité du scribe »

Extrait d’une conférence diffusée sur le site de l’Université de tous les savoirs : « Le passé est-il vraiment derrière nous ? aux origines de l’archéologie » par Alain Schnapp. Il présente un petit objet « réflexif », qui porte la trace écrite, sous forme de message et de signature, de son inventeur.

Extrait : « Dans ce petit objet, vous avez la curiosité personnelle d’un individu qui n’a pas peur de s’exprimer ».

 

« Regards tchadiens », documentaire de Moïse Marcoux-Chabot, 2007 (plateforme Blip)

Texte d’accompagnement :

Tourné au Tchad à l’été 2007 lors d’un terrain de recherche en anthropologie visuelle, ce film est un essai visuel sur la représentation de l’autre et de soi. À travers quatre regards distincts, le spectateur est amené à réfléchir sur l’utilisation du médium cinématographique et sur la relation entre observateur et observé. Le premier regard déstabilise, le second remet en contexte, le troisième laisse l’observation et les sens prendre le dessus et le dernier appelle à la réflexivité et à l’échange de points de vue. Les regards tchadiens sont avant tout ceux d’êtres humains s’étant prêtés au jeu de la caméra et de l’auto mise en scène, dans une démarche d’anthropologie partagée.

Collaborateurs : Atchenemou Samuel, Mbaississem Mississipi, Mondodjo Bruno, Éric Belsou, Dane Eynem, Ouganda Tangue et Pierre Yoguerna.

 

« N’être au monde », court métrage de Gaspard Mesnil, 2009 (You Tube)

Texte d’accompagnement :

« C’est l’histoire d’un film impossible. L’histoire d’un film qu’on évoque au conditionnel. Pourquoi cet échec ? Deux voix, venues de nulle part, tentent d’y répondre. » Hommage à Jean-Luc Godard.

Le film met en miroir deux régimes de discours : le régime réflexif et le régime fictionnel. Est-ce de la réflexivité ou de la fiction que peut naître une vérité de et sur l’image? Le film pose ces questions, sans jamais se résoudre à leur donner une réponse claire. La visée globale est donc, en opposition aux discours politiques et autres actualités télévisées, de créer un espace de dialogue, un intervalle ou une plate-forme polyphonique qui confronte sans affronter, et qui reforme sans déformer.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. ALiCe__M dit :

    Ah ! le temps, le temps et la mémoire, nous sommes faits de l’étoffe du temps. Je « rebondis » à mon tour (comme une lumière réfléchie sur le miroir ?) sur une phrase de Stéphanie » c’est sûrement dans l’avenir que se cache le mieux l’imaginaire ». Je me souviens d’un reportage (quel reportage, qui parlait ? je ne sais plus ! ma mémoire s’enfuit !) où un scientifique disait que peut-être, peut-être, ce qui nous distingue des animaux est notre conscience du temps. Et ce même scientifique d’expliquer qu’un jour, alors qu’il était dans la forêt, il a vu le ciel se couvrir de gros nuages noirs. Il a vu les gorilles se précipiter, arracher de grosses feuilles, les placer dans des endroits creux, puis se mettre eux-mêmes à l’abri. Après l’orage, les gorilles sont retournés auprès de leurs feuilles, pleines d’eau, pour boire goulûment ! les gorilles avaient donc l’idée du futur, ou d’un futur assez proche, tout comme nous.
    (si cette histoire de gorille détonne avec ces lieux réflexifs, effacez-la je vous prie)

  2. Stéphanie Messal dit :

    Bonsoir.
    Je rebondis rapidement sur cet article et notamment sur ces notions de temps. Comme dirait le chapelier fou d’Alice de Walt Disney : « Le temps, le temps mais qu’est-ce que le temps ? »
    Ce matin, j’ai assisté au séminaire out of culture : Frédéric Joulian nous a parlé de l’animalité et notamment des grands singes. Il a soulevé un point important : la notion de temps. Il a retrouvé un « outil » qu’avait en main une femelle singe et cet « outil » (sorte de pierre « minérale » jaune, ocre) avait traversé les âges… Il surgissait au présent de la nuit des temps. C’est alors que F. Joulian a appuyé ma vision à propos de la temporalité. Le temps ne doit pas se penser uniquement de façon linéaire : il peut être plié ou froissé comme cette feuille de papier sur laquelle il dessine une ligne et d’un coup, des points de la ligne se rencontrent à des moments inattendus. Le temps qui se croise ou la croisée des temps est une question récurrente (en tout cas en ce qui me concerne).
    Ce fossile découvert avec ses écritures hiéroglyphiques me fascinent. Combien de temps transporte-t-il et combien d’autre suivront encore ? J’ai beaucoup aimé le dernier film proche de la poésie… Où se place l’imaginaire dans le temps de la réalité ? L’imaginaire est omniprésent / omniabsent : sa fugacité et ses jeux de cache-cache le place hors et dans le temps et l’espace. Il est partout et nulle part… Je repense encore au livre de Laurent Olivier : « Le sombre abîme du temps ». L’archéologie et l’anthropologie (et peut-être toutes les sciences en quelque sorte), ne peuvent se penser uniquement dans le présent. Elles relisent le passé au présent et projettent un avenir certes incertain… C’est sûrement dans l’avenir que se cache le mieux l’imaginaire.
    Je continue d’arpenter les rues des villes et les sentiers des campagnes, et je continue de toucher la pierre, l’écorce… Je traverse des années, des centaines d’années, je marche sur une Terre qui a des milliers d’année. L’écho du passé se projette dans le présent de mes pas qui déjà m’entraînent plus loin, vers un là-bas qui s’écrit… Des traces… encore et toujours… des traces…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ton commentaire – cette pierre est très intéressante en effet, parce que le scribe a pu en transmettre l’histoire tout n étant lui-même absent – c’est l’objet qui parle, parce qu’il porte explicitement sa propre histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *