Against Reflexivity

Looping Colors

Il existe énormément de travaux sur la réflexivité en sciences humaines et sociales et il est presque impossible d’en faire un compte rendu synthétique à peu près exhaustif. C’est un thème ancien en philosophie, issu en partie de la réflexion sur la pensée de Descartes, et traité par toute la philosophie à partir du 18e siècle : la réflexivité rejoint le problème fondamental de la conscience de soi. On a vu dans les précédents billets qu’elle est constitutive de la linguistique depuis sa constitution comme « science du langage », car il s’agit d’une propriété des langues naturelles. Mais les sciences sociales l’abordent différemment, et, aux alentours des années 1970-1980, émerge un courant très fécond autour de la réflexivité dans la méthodologie sociologique. Michael Lynch, figure importante des Science & Technology Studies, propose en 2000 une synthèse très complète des différentes conceptions de la réflexivité (donc certaines trouvent bien sûr des inspirations bien antérieures), synthèse qui a l’avantage d’être critique. Pour Lynch en effet, la réflexivité est trop souvent radicale, se construisant illusoirement dans une opposition binaire réflexif vs non réflexif ; elle est également trop théorique et sert même de légitimation à certaines méthodes. Sa critique est en cela un peu analogue à celle de Paul Ricœur qui, lui aussi, est d’une certaine façon « against reflexivity », comme il l’explique dans cet entretien avec Éric Plouvier de 1988 :

P.R. : Je refuse donc de couper les sciences de l’homme, les sciences en général, de l’herméneutique, de l’interprétation. D’où ma devise : « expliquer plus pour comprendre mieux ».

E.P. : C’est remettre la philosophie dans le monde ?

P.R : Oui et en ce sens je m’éloigne beaucoup de Heidegger, qui coupe complètement la philosophie des sciences de l’homme, ce qui, selon moi, a eu ce redoutable effet que la philosophie, s’étant exilée, n’est plus interrogée par personne. Personne n’attend plus rien des philosophes parce qu’eux mêmes s’étant coupés des sciences en général et des sciences de l’homme en particulier s’interrogent indéfiniment sur 1’existence ou la mort de la philosophie etc … donc une espèce de réflexivité sans fin qui me parait être la maladie professionnelle de la philosophie actuelle. Si la philosophie perd son contact avec les sciences, elle n’a plus d’autre objet qu’elle-même, s’il est vrai que ses objets lui sont donnés par les autres, que ce soit le langage, la vie, l’action. Il ne faut pas que la philosophie soit texte sur le texte, espèce d’écriture permanente dans la marge des autres textes.

La proposition de Lynch consiste en une « réflexivité ubiquitaire », qui, dans le cadre de l’ethnométhodologie, annulerait l’opposition binaire reflexivity vs unreflexivity. Je propose ici des extraits de son texte, disponible en pdf ici qui est également en ligne ici.

Michael Lynch, 2000, « Against Reflexivity as an Academic Virtue and Source of Privileged Knowledge », Theory Culture Society 17 : 26-54.

Début de l’introduction

Typologie. Voici un résumé de la typologie de Michael Lynch, avec quelques très brefs extraits et des références de travaux.

The reflexivities

[Un inventaire qui s’inspire d’inventaires précédents, en particulier ceux de Ashmore 1989, Woolgar 1988]

1. Mechanical reflexivity (« a kind of recursive process that involves feedback » ; « recursive model […] deployed in mechanical explanations of social and natural processes »)

1a. Knee-jerk reflexivity (« habitual, thoughtless or instantaneous response » ; « in behaviourist psychology […] the image of a reflex arc »)

1b. Cybernetic loopiness (« circular, recursive process or pattern involving feedbakc loops » ; Bateson, Goffman, Hacking)

1c. Reflections ad infinitum (« The iteration of recursive patterns is sometimes captured with popular icons like the hall of mirrors, the Moebius strip, and Escher’s hand drawing itself » ; Hofstadter)

2. Substantive Reflexivity (« a real phenomenon in the social world at large » ; « a fundamental property of human communicative action »)

2a. Systemic reflexivity (Giddens, Beck, Lash, Ezrahi : reflexivity as « an organizing principle in the late modernity » ; « reflexive monitoring takes the predominant form of cost-benefit and risk-benefit analysis, environnemental impact statements, economic forecast and opinion pollings. These modes of social inquiry rely upon expert knowledge… »)

2b. Reflexive social construction (Weber, G.H. Mead, Schutz : « humans are self-reflective beings » ; « tangible consequences […] for the agents whose motivated actions and interpretations constitute social orders » ; Berger & Luckmann, Searle : « These socially constructed facts are real […] but their reality depends upon […] reflexive subscription to that very reality »)

3. Methodological Reflexivity

3a. Philosophical self-reflection (Descartes : « philosophical introspection, [and] an inward‐looking, sometimes confessional […] examination of one’s own beliefs and assumptions »)

3b. Methodological self-consciousness (« to be conscious of [our] own assumptions and prejudices, and to focus upon uncertainties, possible source of bias, and problems of access and reactivity »)

3c. Methodological self-criticism (Van Maanen ; Popper, Merton ; « self-criticism is constructive in the sens that in the long run, it is believed to enhance rather then undermine the positive status of the knowledge that survives such criticism »)

3d. Methodological self-congratulation (Merton, Bloor ; « a reflexive sociology of science could become ‘scientific‘ »)

4. Meta­theoretical Reflexivity (Berger : « ‘stepping back from full engagement in cultural activity » ; « ironic detachment » ; Simmel, Schutz, Mannheim).

4a. Reflective objectivation (Bourdieu : « Bourdieu identifies the reflexivity with an objectivation of the social field »)

4b. Standpoint reflexivity (Harding, Bloor : « emphasis » on « gendered, racial and cultural ‘stanpoints‘ that provide existential conditions for reflexive critiques of dominant discourses »)

4c. Breaking frame (Goffman : « theatrical framing to encompass mundane situations of everyday ife » ; « frames and situations are locally ordered and highly flexible »)

5. Interpretative Reflexivity (« a style of interpretation that imagines and identifies non-obvious alternatives to habitual ways of thinking and acting »).

5a. Hermeneutic reflexivity (Giddens ; « ordinary interpretations are said often to be unreflexive » ; « the sociologist’s interpretations are claimed or presumed to be reflexive » ; « division between reflexive and unreflexive understandings »)

5b. Radical referential reflexivity (« interpretations establish the meaning and very existence of the social world » ; Woolgar ; « in short, it is sceptical of any representation that refers to, or presupposes, a world independant of the local means of its representation »))

6. Ethnomethodological Reflexivity (Garfinkel : ‘ubiquitous’, ‘unremarkable’, ‘essential’, ‘uninteresting’ reflexivity ; « The reflexivity of accounts implies interpretation – expressing, indicating or recognizing meaning – but, more than that, it alludes to the embodied practices through which persons singly and together, retrospectively and prospectively, produce account­able states of affairs » ; Latour).

 

Résumé de la synthèse

Michael Lynch dresse ensuite une critique de la notion de réflexivité et de sa promotion par les différents auteurs cités : la réflexivité est relative, on ne sait pas très bien ce que fait la réflexivité, une conception de la réflexivité radicale à la Woolgar n’est pas tenable, ce qui est problématisé par la pratique de la réflexivité n’est pas toujours identifiable, il y a une confusion entre constructionnisme et critique, etc. Les critiques sont nombreuses et longuement argumentées, et j’y renvoie le lecteur. Fondamentalement, Michael Lynch est en désaccord avec l’idée que la notion de construction de la réalité serait à comprendre en opposition avec celles de réalité ou d’objectivité. Il plaide pour une réflexivité de type 6 et va même plus loin, dans la dernière section de son article intitulée « How to be unreflexive ». Il résume sa position dans la conclusion :

Pour poursuivre : Une critique de la critique

En 2008, Joseph Webster, dans un article intitulé « Establishing the ‘Truth’ of the Matter: Confessional Reflexivity as Introspection and Avowal », répond à Michael Lynch en élaborant en quelque sorte la critique de la critique de la réflexivité : il trouve la solution de Lynch trop essentialiste, et fait lui-même une proposition à partir de Foucault (lire son texte ici). Voici le résumé de sa position :

The conceptualisation of reflexivity commonly found in social anthropology deploys the term as if it were both a ‘virtuous’ mechanism of self‐reflection and an ethical technique of truth telling, with reflexivity frequently deployed as an moral practice of introspection and avowal. Further, because reflexivity is used as a methodology for constructing the authority of ethnographic accounts, reflexivity in anthropology has come to closely resemble Foucault’s descriptions of confession. By discussing Lynch’s (2000) critical analysis of reflexivity as an ‘academic virtue’, I consider his argument through the lens of my own concept of ‘confessional reflexivity’. While supporting Lynch’s diagnosis of the ‘problem of reflexivity’, I attempt to critique his ethnomethodological cure as essentialist, I conclude that a way forward might be found by blending Foucault’s (1976, 1993) theory of confession with Bourdieu’s (1992) theory of ‘epistemic reflexivity’.

Informations sur Michael Lynch

Professor in the Department of Science & Technology Studies at Cornell University. He has a background in the sociology, and specializes in studies of the organization of day-to-day laboratory practices. He has also studied the organization of courtroom testimony, and is currently studying the intersection of law and science in criminal investigations involving DNA profiling. His publications include, Scientific Practice and Ordinary Action (Cambridge University Press, 1993), which reviews and critically examines social constructionism in social studies of science, and (with David Bogen), The Spectacle of History: Speech, Text, and Memory at the Iran-Contra Hearings (Duke University Press, 1996).

Références

  • Ashmore M., 1989, The Reflexive Thesis : Wrighting the Sociology of Scientific Knowledge, Chicago, University of Chicago Press.
  • Lynch M., 1993, Scientific Practice and Ordinary Action: Ethnomethodology and Social Studies of Science, New York, Cambridge University Press.
  • Lynch M., 1998, ‘The Discursive Production of Uncertainty: The O.J. Simpson ‘Dream Team’ and the Sociology of Knowledge Machine’, Social Studies of Science 28 (5/6): 829-68.
  • Ricœur P. 1988, « Paul Ricœur. Agir, dit-il », entretien avec Eric Plouvier publié dans la revue Politis, 7 octobre 1988, fichier pdf en ligne sur le site du Fonds Ricœur.
  • Webster J., 2008, « Establishing the ‘Truth’ of the Matter: Confessional Reflexivity as Introspection and Avowal », Psychology & Society, Vol. 1 (1), 65 -76
  • Woolgar S., 1988, « Reflexivity is the Ethnographer of the Text », in S. Woolgar (ed.), Knowledge and Reflexivity. New frontiers in the Sociology of Knowledge, London, Sage : 14-34.

Crédits : « Looping Colors », 2005, galerie de Randy Son Of Robert sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30/07/2012

    […] de ces deux philosophes – déjà évoqués dans de précédents billets de la villa réflexive  ici et là – il s’explique du côté de Ricoeur par mon travail de recherche en cours sur les […]

  2. 27/08/2012

    […] et surtout Anthony Giddens, que j’avais abordé dans un autre contexte sur les Espaces réflexifs. Michel Foucault commence à aborder cette notion au début des années 1980 (1982, 1983, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *