Réflexions en cour(ant)s sur la pratique du triathlon

Je m’étais dit que je commencerais mon occupation des lieux par un billet sur la fin de ma thèse et sa soutenance. J’en ai écrit le titre et je suis allée courir… Ce sont finalement ces quelques réflexions qui me sont venues à l’esprit alors que je courais. Je les partage ici, car elles s’intègrent dans une réflexion que j’ai sur ma pratique sportive et dans une réflexion plus large sur ce que peut être une vie bonne. Ce billet n’est que le début d’une réflexion où je pose pêle-mêle, ça et là des constats, des petites analyses peu poussées et surtout un ensemble de questions sur ce sport qu’est le triathlon. Il n’y a rien d’organisé, c’est la pensée en train de se faire, mais je pense qu’il marque les bases pour une réflexion plus large à venir. Wait and see…

Contextualisons tout cela dans un premier temps. J’ai repris la course à pied au mois de mars 2020, confinement oblige j’étais redevenue sédentaire, et pour des raisons de santé il fallait à tout prix l’éviter (normes médicales, normes sociales, critère d’excellence qui participe à déterminer ce qu’est une vie bonne, etc.). Habitant en Allemagne le sport n’était pas une « excuse » à noter sur le petit papier qui sert d’attestation, mais il m’a permis de garder la tête froide durant la phase finale de rédaction de ma thèse. Merci petites baskets. Vous voilà enfin sortie du placard, à faire honneur à vos comparses. Dès que les beaux jours et la chaleur ont pointé le bout de leur nez, j’ai également profité des nombreux See (lacs) des alentours pour reprendre la natation que j’avais mise de côté suite au confinement. See auxquels je me rendais à vélo. Les pièces se mettent en place. On fait régulièrement les trois sports, on commence à se chronométrer, à suivre la progression, et on nous fait remarquer qu’on a un peu l’esprit de compétition finalement. C’est décidé, en 2021 je ferais un triathlon (et même deux, et une cyclosportive, et peut-être même un semi-marathon, soyons fou). Les mois passent, la thèse se termine, et pour combler la peur du vide d’après-soutenance on se plonge à corps perdu dans la piscine, sur la selle du vélo et dans les baskets, avec cet objectif en tête. On pratique avec la même rigueur et la même méthode que ses recherches : on lit des ouvrages de référence, des articles, on regarde des vidéos YouTube de pratiquant.e.s expérimenté.e.s (il s’agit généralement d’hommes, du moins les plus connus, ce qui influence probablement ma vision et les réflexions qui suivent), on créé un compte Instagram en guise de journal de terrain, et on nage, pédale, court, nage, pédale, court. Je vis le triathlon comme une observation participante.

Un compte Instagram cela s’alimente avec de courts textes, mais surtout avec des photos et quelques hashtags bien sentis, ce qui permet de nous mettre en lien avec les personnes qui utilisent et/ou suivent les mêmes hashtags. En l’occurrence voici ceux que j’utilise sur la plupart de mes publications : #3athlonlife, #3athlon, #3athlete, #triathlontraining, #triathletelife, #triathletes, #triathlon, #triathlonfrance, #triatlon, #triathlete, #triathlondeutschland, #triathletesofinstagram, #triathlonmotivation, #triathlonworld, #triathletesofinsta, #triathlonlife, #swimbikerun, #objectiftriathlon, #goals. J’en suis un ou deux et me suis abonnée aux profils de quelques triathlètes aux physiques toujours avantageux. N’y a-t-il qu’elleux ? Parlons donc de ce corps du triathlète. Que représente-t-il ? Lui qui est toujours parfaitement mis en scène dans des positions athlétiques, les muscles apparents, toujours dynamique, jamais fatigué, même lorsqu’il est blessé sur le papier. L’image est toujours celle du corps performant.

La sociologie du corps est très loin d’être ma spécialité. Je ne m’y suis intéressée que de manière transversale lorsque j’ai abordé la question de la corporéité des robots humanoïdes (à travers mon sujet de recherche). Ainsi il ne s’agit nullement de faire une sociologie du corps du triathlète ou que sais-je encore. Bien que je vais tenter de me procurer prochainement l’ouvrage de Raphaël Verchère, Philosophie du triathlon, où il analyse cette pratique sportive en tant qu’étant lui-même pratiquant, et met en avant le fait que le triathlon apparaît comme un marqueur de la modernité. En attendant de pouvoir compléter tout cela, je propose tout de même quelques réflexions çà et là.

(Bien sûr c’est à ce moment que je m’arrête dans l’écriture, prise par le syndrome de l’imposteur, et que je vais me constituer une bibliographie que je vais lire pour tenter de me parer de scientificité, de légitimer mes propos, tout ça dans le but de lutter contre ce syndrome. Oubliant qu’il s’agit d’un billet sur une réflexion en cours et pas d’un article universitaire. Rien à voir avec le triathlon, mais j’écris là le processus qui me prend à chaque fois que j’écris, pour tenter de le désamorcer et réussir de continuer à écrire. Me désensorceler de ce doute qui nous habite nous plus que d’autres.)

Je constate donc, via les publications de nombreux triathlètes sur Instagram, cette mise en avant du corps, du corps musclé, du corps dynamique, mais aussi du corps genré. Car oui, si les épreuves sont souvent mixtes sur la ligne de départ (exemple), les corps qui sont mis en scène sont genrés. Je n’ai bien sûr pas réalisé une sociologie complète des triathlètes instagrammeurs.euses, peut-être cela aurait-il un intérêt pour une réflexion poussée sur le genre dans le milieu des sports mixtes, mais une première approche m’a permis de noter quelques éléments. On retrouve ainsi sur les profils attachés à des hommes : une mise en scène de la masculinité via la performance du corps, sa musculature ; l’activité en salle de sport avec des poids ; la présentation des temps de course ; la narration de la performance sportive ; la mise en scène du corps en souffrance pendant l’effort (ce qui permet de prouver le dépassement de soi puisque le corps est poussé à ses limites, mais le sportif termine tout de même toujours sa course, puisqu’il s’est dépassé) ; etc. Les profils portés par des femmes mettent en avant : un certain type de féminité, celui de la femme sportive, musclée, mais dont l’activité est contrôlée, mesurée pour que le sport ne transforme pas trop le corps en un corps « masculin » (je renvoie ici aux nombreuses polémiques autour du corps des femmes dans le sport, notamment de hauts niveaux, où le corps féminin est toujours jugé, contrôlé, pour s’assurer de sa féminité, les barrières du genre ne devant pas être transgressées [on pensera à la honteuse injonction de l’IAAF envers Caster Semenya]) ; le soin porté à l’alimentation, la nutrition, présent aussi chez les sportifs hommes, mais qui est mis en scène presque exclusivement par les sportives femmes ; pour certaines d’entre elles également un accent mis sur les vêtements et ce qu’elles taguent par le hastag #fashionsport, etc. À première vue, le type de photos publiées par les hommes et les femmes est assez différent, bien qu’il peut y avoir des mises en scène/en sport qui soient similaires. Il s’agit d’idéaux types, et il existe, bien sûr, de nombreuses variations autour de ces généralités, et je ne prétends pas à un échantillonnage représentatif puisqu’il ne s’agit que d’observations en passant et de réflexions en cours. Par ailleurs, le type de publication varie également selon le type de pratiques, les triathlètes aspirant à la professionnalisation ne publiant pas la même chose que les triathlètes amateurs, mettant d’autant plus l’accent sur la performance. Pour ces triathlètes quasi professionnels, les différences que j’ai pu constater dans les mises en scène du corps entre hommes et femmes sont moins présentes. On constate donc, comme le souligne Isabelle Queval (Queval, 2001, p.109), une forme d’exhibition et de revendication du dépassement de soi à travers ces mises en scène photographique sur Instagram. Dépassement de soi marqué sur un corps sculpter par la pratique sportive intensive (il s’agit de pratiquer minimum une fois par semaine les trois sports, en plus d’une préparation physique générale, l’intensité en termes de temps et de volume n’est donc pas négligeable). Tout cela mériterait une analyse plus poussée à partir des études de genre, voir comment cela s’inscrit dans les performances de genre et les pratiques plus générales sur les réseaux sociaux.

Le corps est donc au centre de l’attention du triathlète. Comment le rendre plus performant ? Comment éviter les blessures ? Les raisons de santé sont évoquées pour motiver cet évitement des blessures, mais c’est surtout le risque d’une perte de performance liée à l’absence d’entrainements le temps de la guérison qui est mobilisé pour argumenter cette lutte contre la blessure. Comment organiser ses entrainements pour aller toujours plus loin, plus vite, plus fort ? Voilà le genre de questions auxquelles s’attellent à répondre les vidéastes YouTube sur leur chaine dédiée à la pratique du triathlon. Là aussi le corps est au centre de l’attention (le matériel également, mais j’en parlerai plus tard), mais cette fois c’est l’aspect biomécanique qui semble être mis en avant. Si les photos Instagram insistaient sur le corps paré pour l’entrainement, en train de performer, ici les vidéastes présentent le corps comme une machine à améliorer. Le corps ici est un corps mécanique, potentiellement médicalisé ou paramédicalisé pour tenter d’éviter la blessure, avec des automassages, ou des moments de vulgarisation sur les effets des lactates sur le corps, le fonctionnement des fascias (notamment pour éviter la tendinite du fascia lata), mais aussi la manière dont le sportif peut mettre en place, de manière experte, avec l’aide de connaissances en médecine du sport, en nutrition, etc., des entrainements aux limites de la « bonne santé » dans l’optique d’améliorer ses performances (les ouvrages de référence à ce propos son nombreux et les titres évocateurs : Ultra performance : dépasser vos limites avec l’entrainement à glycogène bas, par le docteur Fabrice Kuhn). La performance rime avec la santé, permettant de discuter ces tensions qu’Isabelle Queval notait à propos d’une opposition possible entre sport-santé et sport-performance : « Ténu, ce qui sépare le bien-être du souci d’amélioration, la santé de la performance. Toute notre culture sportive, notre éducation au sport, est sous-tendue par ce glissement constant du sport-santé au sport-performance. » (Queval, 2001, p.113). Au sein de cette sphère de sportifs amateurs, sport-santé et sport-performance ne s’opposent pas et sont au contraire perçus comme allant de paire, la performance n’étant possible qu’avec un corps en bonne santé, même s’il est possible de flirter avec ses limites. Ces vidéos et ces comptes Instagram dédiés à la pratique du triathlon sont généralement tenus par des athlètes amateurs, mais pour qui la pratique du triathlon et la performance en compétition sont centrales. D’ailleurs, le triathlon semble tirer sa spécificité par le fait qu’il pousse ses pratiquants à leurs limites, que le but est justement d’aller jusqu’au bout, inscrivant dans l’« essence » même du triathlon la notion de dépassement de soi (Verchère, 2020). Les problématiques de dopage et de surentrainement semblent néanmoins minorées par rapport à ce qui peut exister dans le monde du sport professionnel, bien que la question du surentrainement reste très présente au vu du volume pratiqué. Les techniques du corps, mais aussi les types de corps – ce qui a pu être un temps appelé morphotypes – font l’objet de beaucoup d’attention de la part des vidéastes qui partagent présentations et discussions des avantages de posséder un certain type de corps pour tel ou tel pratique sportive. La génétique entre alors en jeu, la longueur des muscles et des tendons jouant un rôle déterminant dans les types de corps plus ou moins avantagés pour chaque discipline. Tous ces sportifs Youtubeurs insistent sur le fait que ces avantages génétiques importent finalement peu, l’entrainement étant ce qui permet réellement la progression. Appel au champ scientifique, expertise, technologisation globale du monde vécu, travail et performance. Le triathlon s’intègre parfaitement à la façon dont la vie est définie dans les sociétés occidentales contemporaines. L’interrogation d’Isabelle Queval résonne alors : « Pris en tension entre ces pôles, la norme de la santé et l’exigence de la performance, la quête du bien et celle du mieux, comment l’individu moderne perçoit-il son excellence et, conséquemment, son bonheur ? » (Queval, 2001, p.105). Je retrouve ici la fameuse question qui me taraude depuis un certain temps : qu’est-ce qu’une vie bonne ? En quoi la pratique du triathlon s’intégrerait-elle à la définition d’une vie bonne ? Je laisse ces questions en suspens, j’ai encore besoin d’y réfléchir. Je vais surement devoir retourner courir pour ça.

C’est donc un monde ultra-compétitif qui s’offre à nous lorsque l’on se met au triathlon un peu « sérieusement » (je suppose que beaucoup de monde réalise des compétitions de triathlon sans pour autant y dédié un temps d’entrainement très intense ou spécifique, mais ces pratiquant.e.s sont du coup moins visibles sur les réseaux sociaux en tant que triathlètes). Comme dans mon cas le triathlon est venu prendre la place laissée vacante par la thèse, j’y accorde beaucoup de temps et m’y attelle aussi sérieusement que je me suis attelée à la thèse, et c’est donc à ce monde ultra-compétitif que je me suis retrouvée confronté, et dans lequel j’ai foncé tête baissée. On découvre alors, non seulement, l’importance de la recherche de performance du corps, sa performance technique, mais également une « course à l’armement », si je peux me permettre, à travers l’acquisition de matériels derniers cris, entre vélos de contre-la-montre en carbone dernier cri, Home-Trainers connectés, capteurs de puissance pour le vélo et la course à pied, montre GPS, cardiofréquencemètre, chaussures de course à lame carbone, etc. Les sommes d’argent allouées au matériel sont loin d’être négligeables. Sans compter l’utilisation d’applications et de logiciels numériques dédiés au monitoring de l’entrainement (j’ai réappris à utiliser Excel dans ce cadre), afin de suivre la progression, d’organiser ses semaines et le volume dédié à chaque sport et de veiller à éviter le surentrainement. Le triathlon est un sport technique et technologique. D’ailleurs on se laisse vite emporter par l’envie d’acquérir soi-même tout un tas de matériel, avec la croyance justement que nous progresserons mieux et plus rapidement avec une montre GPS ou des capteurs de puissance. Peut-être… peut-être pour des triathlètes plus expérimentés qui souhaitent cibler précisément leur potentiel d’amélioration, éventuellement. Mais pour la majorité d’entre nous ? Les sportifs se font ainsi, plus ou moins malgré eux, les ambassadeurs d’une consommation de matériels sportifs, d’une certaine forme de consumérisme technologique (sans compter le commerce du sport, de la santé et du bien-être), propre à la forme de vie capitaliste dans laquelle nous vivons nous-mêmes, et à laquelle nous échappons très difficilement. Ma vieille montre chronomètre est bien suffisante. Difficile à admettre dans cette course aux matériels connectés, course à la performance, course en compétitions. Course dans laquelle on souhaite tout de même rester, ne serait-ce qu’un peu, car il faut bien admettre que — puisque nous vivons au sein de cette société occidentale contemporaine, dans cette forme de vie, que nous sommes bercées par ses normes et ses valeurs, et que pour survivre il nous faut parfois/souvent nous y astreindre — bien souvent nous participons à la reproduire par nos actes et qu’il nous arrive même de ressentir du plaisir à cette compétition, quand bien même elle peut être source de stress, voire de souffrances (émotionnelles, physiques, psychiques, etc.). Mon vélo d’occasion, ma vieille montre chronomètre et mes baskets d’il y a 3 saisons apparaissent finalement comme autant de résistances à cette dynamique et autant de contraintes, mais quoiqu’on en dise, quoi que je me dise, elles suffisent à rester dans la course.

Qu’il s’agisse d’I.Queval, de L.Robène ou encore de R.Verchère, tous mettent en avant le fait que le sport tel qu’il s’exerce aujourd’hui — la recherche de performances, le dépassement de soi — est intrinsèquement moderne. Il y domine une « croyance en un progrès infini de la performance humaine. » (Queval, 2001, p.105). En effet, une telle vision du corps, de la possibilité de se dépasser, n’est possible que dans une société qui conceptualise la nature comme quelque chose de dépassable (je vous renvoie en particulier à l’article d’Isabelle Queval à ce propos, où elle analyse la conception du sport contemporain en rapport à celle qui domine en Grèce antique, entre autres choses). « Le dépassement de soi, plutôt qu’une conséquence, est une essence de la pratique sportive, en tout cas une attitude dont la compréhension doit permettre de penser l’individu et la société qu’il reflète. » (Queval, 2001, p.109). Outre le fait que la pratique sportive telle qu’elle est réalisée aujourd’hui ne peut se conceptualiser que dans la modernité, Verchère note que le triathlon (le dépassement de soi étant la base même de cette discipline) renvoie à de nombreuses problématiques propres aux sociétés occidentales contemporaines et qui serait le marqueur d’un passage d’une certaine forme du capitalisme vers une autre : transhumanisme, rapport aux milieux naturels, culte de la performance, etc. En cela, comme je le soulignais précédemment, le triathlon serait représentatif de la forme de vie ultra-qualifiée qui se déploie ou est appelé à se déployer dans les sociétés occidentalisées contemporaines (où se mêlent performance, compétition, technologies de pointe, individualisme et en même temps précarité [du fait que pour que la vie puisse se maintenir comme vie qui vaut la peine d’être vécue, de nombreuses conditions sociales doivent être mises en place, et que jamais notre vie ne dépend de nous seuls, ce qui la rend toujours précaire, précarité qui, selon moi, augmente dans la forme de vie contemporaine, mais cela mérite un article en soi]).

Il me semble désormais essentiel de réfléchir en quoi le triathlon et les valeurs et compétences qui y sont associés s’inscrivent dans une certaine vision du monde, une certaine idée de ce que doit être la vie et participent à la reproduire et à l’amplifier (quitte à laisser derrière soi celles et ceux qui ne peuvent pas suivre/ne veulent pas suivre). Au fur et à mesure de ces réflexions, je constate que la pratique du triathlon, son gain récent en popularité, n’est pas anodine. Même mon choix de pratiquer le triathlon après la fin de la thèse s’intègre dans cette vision du monde et dans la conception que je me fais de la vie bonne (conception construite en partie par ce que la majorité des personnes estiment être la vie bonne dans les sociétés occidentales contemporaines, je ne peux pas m’en exclure, je suis socialisée à l’intérieur de et je vis dans) : ne pas ne rien faire, montrer ce dont je suis capable, dépasser ce que j’estimais être mes limites, etc. Tout cela doit faire l’objet d’une critique, critique qui passe également par une pratique réflexive, étant donné que je suis désormais pratiquante. Les triathlètes, notamment celles et ceux concourant sur de longues distances comme les Ironman (3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et un marathon, soit 42,195 km de course à pied, distance reine et originelle du triathlon), sont considérés comme des surhumains, et se construisent une identité de surhumain. Le slogan de l’Ironman est en lui-même significatif : « Nagez 3,8 km ! Roulez 180 km ! Courez 42 km ! Vantez-vous pour le reste de votre vie ! » Cette idée de pouvoir être un surhumain, de pouvoir se penser en tant que surhumain, doit nous amener à réfléchir sur ce qu’est la vie humaine aujourd’hui, comme s’échappant des limites imposées par corps, et la façon dont la vie qualifiée, la vie qui vaudrait la peine d’être vécue, est construite dans nos sociétés occidentales contemporaines. Il faut par ailleurs souligner une forme d’autoculpabilisation de celles et ceux qui n’arriveraient pas à suivre (« Vous pouvez abandonner si vous voulez, personne ne s’en souciera. Mais vous le saurez pour le reste de votre vie. », dixit John Collins, l’un des fondateurs de l’Ironman), mettant les individus face au risque de l’échec, mais surtout face au risque de l’exclusion (qui plus est une auto-exclusion, une culpabilisation intégrée par soi-même, dont il est encore plus complexe de se défaire et dont les effets sur l’individu et son identité peuvent être destructeur). Abandonner c’est potentiellement risquer la vie, la vie telle qu’elle vaudrait la peine d’être vécue, c’est potentiellement intégré le fait que nous n’en valons peut-être pas vraiment la peine. Il y a là quelque chose d’important sur lequel réfléchir (vie bonne, auto-exclusion, construction de l’identité, attentes, etc.). Comme le souligne I.Queval, « dépassement de soi et sens de la vie sont si étroitement imbriqués que l’analyse du dépassement de soi ne peut en rien se réduire à l’obtention d’une performance, » (Queval, 2001, p.120), ainsi, ce que je peux observer sur les profils Instagram des triathlètes, dans les vidéos de Youtubeurs, au sein de ma propre pratique, ne peut pas simplement s’analyser comme une recherche de performances, comme la pratique d’un sport pour rester/devenir sain, mais comme une pratique s’inscrivant dans une époque et un espace social particulier, comme une pratique participant à déterminer ce qu’est une vie bonne, éventuellement comme un « symptôme » (il n’y a là aucune connotation négative ou positive) de la manière dont la vie bonne est définie dans nos sociétés contemporaines. Et la manière dont cette conception de la vie exclue potentiellement beaucoup de gens.

Au final, je pose ici les bases d’une réflexion en cours plus large sur la pratique du triathlon, sur ma propre pratique (moments réflexifs), sur la façon dont le triathlon semble s’inscrire dans la forme de vie contemporaine des sociétés occidentales, potentiellement comme permettant de remplir les critères de ce qui définit une vie bonne. « Dans une société où la performance sociale et professionnelle prévaut, cela importe » (Queval, 2001, p.104). Par ailleurs, cela me permet d’écrire sur un sujet qui prends beaucoup de temps dans ma vie quotidienne en ce moment, de réfléchir, de mettre à distance ma pratique et de l’observer de manière plus réflexive afin de ne pas me laisser emporter par l’ensemble des normes qui régissent le triathlon amateur, d’y apporter une dimension critique. Et surtout, je m’autorise ainsi à écrire plus librement…

 

Courte bibliographie :

KUHN, Fabrice. Ultra performance : dépassez vos limites avec l’entraînement à glycogène bas : plus d’endurance et de vitesse moins de fatigue et de troubles digestifs : marathon, trail, triathlon, cyclisme, s.l., 2018.

LAZRI, Seghir. « L’essor du triathlon est un bon marqueur du passage d’un âge du capitalisme à un autre », 9 août 2020, 2020, https://www.liberation.fr/sports/2020/08/09/l-essor-du-triathlon-est-un-bon-marqueur-du-passage-d-un-age-du-capitalisme-a-un-autre_1796420.

QUEVAL, Isabelle. « Le dépassement de soi, figure du sport contemporain », Le Débat, vol. 114, no 2 (2001), p. 103.

ROBÈNE, Luc. « Technologies et techniques des sports : le regard de l’histoire et des sciences humaines et sociales », Movement & Sport Sciences – Science & Motricité, no 97 (2017), p. 1‑7.

VERCHÈRE, Raphaël. Philosophie du triathlon, Paris, Editions du Volcan, 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search