Rechercher au filet – Ce que l’écoute fait à la recherche (3)

We are hanging by a thread. Let me spin you a tale.
Karen Trask (2019)

Mots, vagues, filets

En avril et mai 2019, l’artiste montréalaise Karen Trask présente son plus récent projet au centre d’art OBORO à Montréal. L’exposition s’intitule Nœuds d’écoute Listening Knots. Il y a là des installations textuelles, une projection vidéo et une performance continue. Elles font toutes référence au noeud d’écoute et à son usage dans la fabrication de filets de pêche.

Attirée par le titre de l’exposition, qui fait écho de façon surprenante à la forme de ma thèse de doctorat, je visite donc l’exposition et découvre la démarche artistique de cette artiste montréalaise. Arrivée dans les locaux de la rue Berri, je vois des noeuds d’écoute partout, des filets de pêche, des corps attachés ou liés à des filets. Je me souviens notamment de l’installation vidéo qui montre un filet de pêche dérivant en mer. Juste à côté, un rectangle est taillé dans le mur, au pied duquel se trouve un grand tas de fils.

Image issue du site de Karen Trask
Image issue du site de Karen Trask

Je suis un peu sous le choc. Disons qu’avec ces milliers de noeuds d’écoute dans ce centre d’art, il y a de l’écho, comme si j’avais tiré sur la corde pendant plusieurs semaines et que tout d’un coup, à cause de l’élasticité, ma recherche doctorale revenait à moi. Un ressac de thèse : c’est l’impression que j’ai ce jour-là.

L’exposition est dense, assez conceptuelle, et sur place les liens entre les différentes installations m’échappent. Je ne sais rien de Karen Trask et le pamphlet que j’ai dans les mains ne m’aide pas vraiment, même si je repère avec intérêt des mots tels que « mer », « vagues », « liant entre les idées et les choses », « chaîne de liens entre les gens et les choses », « récits », « mots », « dictionnaires », « langage », « écriture », « artisanat », « papier », « filage » ou encore « tressage ». Il y a quelque chose de réconfortant ; je retrouve ce qui m’a préoccupée et occupée pendant la thèse. J’ai envie de me rouler dans le grand filet de pêche qui est devant moi. Je voudrais le toucher, passer mes doigts sur les noeuds. Il y a aussi des fils par terre, qui passent dans différentes éditions d’un même livre : Les vagues, de Virginia Woolf : « a complete anthology of her writing spun into a paper thread », écrit en légende Karen Trask.

Image issue du site de Karen Trask

À ce moment-là, ma soutenance a eu lieu à peine quatre mois plus tôt. J’ai eu le temps de procéder au dépôt final de ma thèse et de retourner (encore) à Djibouti, d’où j’ai contemplé la marche du monde dans la plus grande langueur.

Vagues, à Djibouti en 2018. Photo E. Sonntag

De retour à Montréal, je suis entre le juste-après et l’après de ma recherche doctorale. Détachée mais attentionnée, ouverte à la nouveauté qui pourrait survenir sans la solliciter pour autant. Je me déplace dans Montréal, un peu « lâche » par rapport à ce qui m’entoure, mollement sur mes gardes. Je regarde les choses avec de la distance, tout en étant prête à accueillir ce qui se présente.

C’est dans ce contexte que je prends connaissance de l’exposition de Karen Trask. Et je suis sidérée. Non pas parce qu’une artiste, à Montréal de surcroît, s’intéresse au noeud d’écoute. Non, c’est plutôt le titre de l’exposition qui me surprend: Nœuds d’écoute Listening Knots. En anglais, il n’y a pas de Listening Knot. Sur un voilier, l’angle inférieur de la voile qui correspond dans la langue française à « l’écoute » est appelé sheet et le point d’écoute, clew. Le noeud d’écoute (celui qui nous occupe depuis le premier texte de ma résidence) est le Sheet Bend, ou Weaver’s Knot (c’est le deuxième nom en français de ce noeud, le noeud de tisserand). Lorsque je découvre le titre de l’exposition de Karen Trask, je comprends donc qu’elle a travaillé avec l’expression « noeud d’écoute » et sa signification commune (l’écoute, en tant que porter attention à ce qui parvient à nos oreilles), comme je l’ai fait dans ma thèse. Je suis très surprise et je veux en savoir plus.

Heureusement, presque tout le matériel de l’exposition est en ligne. L’écriture du présent texte est l’occasion de refaire le tour des oeuvres exposées et de découvrir la démarche artistique de Karen Trask :

La manipulation de la structure des livres, des textes et des formes narratifs me permettent d’aborder les thèmes de l’absence, la mémoire et du temps. Le sens est créé par le toucher, le geste, la répétition et les actes de transformation.

Imprégnée d’un savoir en lithographie et surtout en moulage et fabrication de papier, l’artiste file le papier selon la technique japonaise du shifu. Cela veut dire qu’elle fait des fils à tisser à partir de papier sur lesquels se trouvent des mots :

J’utilise souvent l’art ancestral japonais de filer le papier pour en faire un fil de papier, aussi appelé shifu, pour créer des œuvres sculpturales. Au cœur du projet Nœuds d’écoute Listening Knots, se trouvait la fabrication d’un filet de pêche à l’aide d’un fil de papier filé à partir des pages de quatre dictionnaires pertinents pour le sud-est du Nouveau-Brunswick : Le Glossaire acadien, Le petit larousse illustré, le Silus Tertias Rand’s English to Mi’kmaq et le Webster’s Ninth New Collegiate (issu du site de Karen Trask).

Une des vidéos la montre à la galerie OBORO, pendant une performance qu’elle appelle Écouter avec les doigts – Listening with my fingers filer à partir de pages où l’on voit des mots. Ici, ce sont six éditions du« poème-jeu » Les vagues.

Écouter avec les doigts – Listening with my fingers (issu du site de Karen Trask).

Accompagnée de cette présence artistique, je suis le fil de ces mots tissés et me dirige vers la fin de la résidence à la Villa réflexive.

Désorientations (Montréal)

S’orienter soi-même au sortir de la thèse, alors qu’inévitablement on est un peu sonné, et qu’en même temps on résonne1. S’orienter face et par rapport aux autres, s’orienter pour et par son objet. Dans cette phase sensible, je n’aurais pas pu rêver mieux que d’être accompagnée par S’orienter, de Pierre Macherey. Ceci je le dois à mes lectures de certains travaux du sociologue Nicolas Auray dans la dernière étape de ma thèse. Je pense notamment à quelques lignes dans L’alerte ou l’enquête (p. 23), où Auray mentionne le travail de recension de Macherey sur l’anthropologie des lignes de Tim Ingold2.

S’orienter, c’est de cela dont il s’agit à l’étape du juste après la thèse : regarder où on est, observer, veiller pour voir ce qui là, se passe, évaluer, repartir. S’arrêter encore, à un autre endroit, regarder où on est et où on pourrait aller. C’est la stratégie de l’animal qu’est le suricate. Ainsi avance-t-il, à la manière du célèbre « on avance et puis on voit » attribué à Bonaparte (Macherey, 2017, p. 20). À chaque étape, le suricate se redresse, évalue, fait une vigie rapide, puis va là où il vient de décider d’aller. Et ainsi de suite. Son espace se modifie à mesure que. S’orienter, « c’est impulser un mouvement qui, à mesure qu’on continue sur sa lancée, reconfigure peu à peu sa cible qui paraît naître de son effort propre » (Ibid. p. 20).

Sable, juste après que la mer se soit retirée, à Djibouti en 2018. Photo E. Sonntag

Dans cette configuration, s’orienter, c’est « s’éprouver désorienté » (Ibid. p. 111). Il n’y a pas d’avancement, parce qu’il n’y a pas de dos de choses ; ce n’est pas du déplacement à la boussole. Mais alors, comment « finir » ? Comment sortir d’un projet de recherche, comment exprimer des résultats, alors que l’élan de notre recherche nous pousse encore ? Comment éviter le danger de l’errance, d’une mobilité qui serait excessive, d’une vigie qui serait trop intense et absorberait à l’excès et à l’infini ce qui se passe ?

Désorienter. Penser l’écoute comme une personne et un métier et revoir la signification du thème même de cette résidence à la Villa : ce que l’écoute fait à la recherche. Aller, peut-être, vers d’autres mots pour dire l’écoute : « l’écouter », ou « l’écoutement » et « l’écouteur »3. Accueillir cette désorientation « à travers un espace dont on découvre au fur et à mesure la complexité et la mobilité » (Ibid., p. 36).

Sans doute est-ce puissamment cela, ce que l’écoute fait à la recherche : l’injonction de renégocier les virages à chaque étape, de changer de milieu et de changer son milieu (Ibid. p. 16). De monter sur la grand’hune4. Puis, de là, être écoute.

Filatures

Je veux toucher les mots; je veux toucher à l’espace entre les mots.
Karen Trask, 2019

Je dois maintenant quitter la Villa réflexive, son atelier et sa terrasse avec vue sur la mer. J’ai laissé quelques cordes dans le débarras ainsi que quelques exemplaires de noeuds d’écoute, au cas où il y aurait de l’intérêt pour de futurs nouages et dénouages chez d’autres résident.e.s. Le vieux filet de pêche est toujours dans un coin de la pièce.

Écrire dans ce blogue a eu pour effet pour moi ce que Karen Trask décrit comme étant « the writing spun into a paper thread » : tous ces mots écrits au digital, paradoxalement, me semblent aujourd’hui palpables. Je les vois comme une série de fils de papier épissés, dont je n’ai qu’une envie : toucher leurs complications.

Et puis, j’ai un désir : imprimer ma thèse ( je ne l’ai jamais fait pour moi !), prendre tout ce papier et tous ces mots, et… les filer. Shifu. Accepter la « manipulation de la structure des livres, des textes et des formes narratifs » et la « nature éphémère et transitoire des mots ». Écouter le papier. Mettre ma thèse en filature.

Rechercher, au filet.

Playpoem, Fifth Verse (issu du site de Karen Trask).

Références

Auray, N. (2016). L’Alerte ou l’Enquête. Une sociologie pragmatique du numérique. Paris : Presses des Mines.

Simon, C. (2019). Nœuds d’écoute Listening Knots. Karen Trask du 13 avril au 18 mai 2019 [pamphlet d’exposition]. Récupéré de http://www.oboro.net/sites/www.oboro.net/files/pdf/opuscules/opuscule-karen-trask-web-fr.pdf

Macherey, P. (2017). S’orienter. Paris : Éditions Kimé.

Trask, K. (2019). Home – Karen Trask[site Web]. Récupéré de https://karentrask.com

Trask, K. (13 avril-18 mai 2019). Nœuds d’écoute Listening Knots. Galerie OBORO. Montréal [exposition]. Récupéré de http://www.oboro.net/fr/activite/noeuds-d-ecoute-listening-knots

Ajouts de deux références non utilisées directement dans ce billet de blogue :

À cause du papier manipulé par Karen Trask : Gitelman, L. (2014). Paper knowledge: toward a media history of documents. Durham et London : Duke University Press.

Parce que Nicolas Auray et en sa mémoire : Furnout, O. (2017). Lanceurs d’histoires. Dans D. Pasquier (dir.), Explorations numériques. Hommages aux travaux de Nicolas Auray (p. 193‑209). Paris : Presses des mines.

  1. J’aurais même tendance à dire qu’on émet, au sens de broadcast []
  2. Ce à quoi il faudrait ajouter, pour lier correctement les choses, que j’ai découvert Nicolas Auray par le biais de Francis Chateauraynaud, alors que je faisais des recherches sur la notion d’alerte. []
  3. Au lieu de « l’auditeur », qui tend à limiter à l’oreille ce que l’écoute fait à la recherche. []
  4. Merci à Anthony Pecqueux pour cette sublime référence à Moby Dick et à un texte de Jérémy Damian, en réaction à mon premier texte de la résidence. Cela me fait penser aussi à l’écoute flottante et à la curiosité évoquées par Nicolas Auray ; le ressac y invite. []

Emmanuelle Sonntag

Documentaliste et sociologue.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Emmanuelle pour ce très beau billet, très sensible, très réflexif, très « écouteur »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search