Donner du mou – Ce que l’écoute fait à la recherche (2)

Encore dans l’atelier de la Villa réflexive, après avoir fait des noeuds d’écoute, je ne sais pas encore tout à fait quoi faire de ces nouages et dénouages, ni comment m’en servir pour penser ce que l’écoute fait à la recherche, puisque c’est à cette thématique que cette série de trois textes est dédiée.

Avant tout, je veux rester dans l’élan provoqué par l’atelier. De la répétition du geste du « faire noeud », il me reste du ressort auquel je compte recourir pour déplacer, déclasser, revoir et faire bouger ce qui serait déjà « en place » sur la relation entre écoute, recherche et chercheuse. Alors que je viens d’écrire ces mots, il me vient à l’esprit que tout ce qui s’est passé jusqu’ici dans cette série relève de l’ethos punk, tel que présenté par le sociologue David Beer dans Punk Sociology.

Part of the punk sensibility is to look to cross-boundaries and barriers and to escape the restrictions of normalizing categories and labels (Beer, 2014, p. 21).

Très punk encore pour le goût du « faire » qui a prédominé l’atelier de noeuds d’écoute :

Punk seeks to break down and transcend boundaries and obstacles and to erode the lines between the performer and the audience (Ibid. p. 28).

Ajuter deux cordes de diamètres différents ? Punk. Créer une « complication »1 pour passer d’une corde à l’autre, pour lier ou encore pour traverser ? Punk encore. Écrire dans cette complication, trouver les mots de cette complication, travailler sur et avec elle ? Punk également.

J’écris. Le noeud d’écoute et l’expérience que j’en ai faite influencent mes choix de mots (garder, ou laisser filer), l’organisation des paragraphes (resserrer sur tel point, relâcher sur un autre), l’orientation de la pensée (cheminer avec telle idée, faire vaciller une certitude, tourner, reculer, nouer une idée avec une autre, tirer un cordage entre plusieurs éléments, donner un angle d’incidence au texte). Je choisis de me laisser aller dans le desserrement.

La phrase que je viens d’écrire résume le programme d’aujourd’hui : se poser là, dans ce laisser aller. Est-ce inconfortable ? Risqué ? Pour me rassurer, je m’accroche à l’écoute. En soi le noeud d’écoute ne peut pas casser ; c’est une assurance, un filet de sécurité sur lequel je peux m’appuyer. Même si l’atelier est fini, le noeud et le « faire noeud » continuent de m’accompagner dans l’écriture : la forme, la complication, le courant, l’angle d’incidence, la portance2.

Laisser aller ; commencer à défaire le noeud d’écoute. C’est le geste qui nous occupe : desserrer le noeud d’écoute, un petit peu3. Le rendre lâche, juste ce qu’il faut. Pour cette étape, je sors de la pièce qui me sert d’atelier dans la Villa. Dans la cuisine, je me fais un café, puis je m’assoie sur la terrasse. Je regarde la mer et ce noeud desserré, posé devant moi.

Être en mou

Au Québec, « être (habillé) en mou » veut dire s’habiller confortablement, avec des vêtements souples. Par extension, cela signifie « être relax, prendre les choses tranquillement ». À partir de mars 2020, dans le contexte de la pandémie de COVID-19, de nombreux médias ont commencé à évoquer le sort des télétravailleurs, contraints de travailler à la maison, mais (les chanceux) « habillés en mou ». Entendez : les travailleurs à distance ne risquent-ils pas de se laisser aller ? De relâcher leur attention ? De passer leur journée en pyjama ? En somme, de travailler moins longtemps et moins efficacement ? Quelques semaines après, lorsque la perspective du déconfinement est apparue, on a vu ça et là une nouvelle préoccupation sanitaire : le relâchement. Comment déconfiner, tout en maintenant la population sous tension dans la lutte contre le virus ?

Le mou est également un terme de marine : une « absence de tension sur un cordage » .

Cela me fait bizarre de parler de « mou » et de « mollesse » en science ; même le mot et sa sonnance semblent inappropriés, voire gênants, en contexte de recherche. Donner du mou à sa recherche, n’est-ce pas risquer qu’elle se défasse ? Qu’elle ne « tienne plus », ou qu’elle perde sa crédibilité ?

Relâchement ? Laisser aller ?
Fragilités ? Doutes ?
Risques ?
Incertitudes ?
Dureté ? Ligne dure ?
Sciences molles ?
Indifférence ? Désintéressement ?
Désancrage ?
Faiblesses ?
Fuite ? Détachement ?
Inattentions ?
Anécoute4 ?

C’est un moment fascinant que celui du défaisage lent, quelque part entre relâchement et tension. Par exemple, juste après le dépôt d’une thèse, la fin de l’écriture d’un livre ou de tel projet de recherche, que faut-il continuer à « tenir » ? Que peut-on délester ? Comment choisir ce qui compte et ce qui ne compte pas pour continuer à « faire de la recherche » ? Qu’est-il éthiquement tolérable dans ce mou du juste-après ? La mollesse est-elle envisageable, pour la chercheuse et pour l’institution universitaire5 ?

La mollesse, l’écoute et la chercheuse

Je regarde à nouveau le noeud d’écoute desserré posé sur la table de la terrasse. Conséquence de la liste de mots que j’ai dressée à l’instant, je ressens un inconfort. Alors, je m’accroche à l’écoute6.

Au moment même de défaire le noeud, s’accrocher à l’écoute, retourner dans le mot, se mettre à nouveau « dedans », observer ce qui le compose : l’auscultare (l’ouïe, l’oreille, l’auris), ainsi que la tension, l’intention et l’attention. Puis, regarder ce qui se passe : des variations d’intensités dans la tension, l’intention et l’attention. On ressent parfaitement ces boutons d’intensités à déplacer (un peu comme on le ferait sur une console de son), encore plus lorsque l’on prend connaissance de la définition complète que propose Jean-Luc Nancy :

un organe sensoriel, (l’ouïe, l’oreille, auris, mot qui donne la première partie du verbe auscultare, « prêter l’oreille », « écouter attentivement », d’où provient « écouter ») et une tension, une intention et une attention que marque la seconde partie du terme […]. Écouter, c’est tendre l’oreille — expression qui évoque une mobilité singulière, parmi les appareils sensoriels, du pavillon de l’oreille —, c’est une intensification et un souci, une curiosité ou une inquiétude » (Nancy, 2002, p. 17-18, je souligne).

Voici là où je veux en venir : mollesse, détente, mou, relâchement, desserrement font fonctionner l’écoute. Tous les mots de la liste que j’ai constituée plus haut (inattentions, désintéressement, laisser aller, etc.) sont l’écoute.

Dans le texte précédent, j’ai évoqué l’écoute médiévale, cette personne dont le métier est d’ « être écoute », de tendre l’oreille, d’ouvrir l’oeil et de découvrir ce qui se passe. Comme chercheuse et chercheur, nous pouvons nous sentir en harmonie avec cette personne-écoute : nous sommes alertes, sentinelles, toujours à l’affût de ce qui survient dans notre domaine de recherche, prompts à faire un tour de garde pour recueillir des données, observer, interviewer.

Lorsque des fins de projets de recherche se profilent, que la tension retombe, apparaît alors une écoute dont les variations d’intensités sont moindres, ou différentes. Nous nous mettons à flâner et à musarder. Dans l’ouverture au monde et dans la détente, nous ouvrons l’oeil les mains dans les poches, sans être pour autant dans l’inattention. Nous regardons les choses sans nous impliquer directement, un peu lurker7, à badauder là où il y a de la recherche à faire.

L’écoute, comme personne.
Revenir au métier.
Faire de la recherche, comme faire l’écoute.

Vers l’écoutement en recherche ?

Peut-être est-ce surtout dans les moments d’expression, de présentation, d’exposition de projets de recherche que les variations d’intensités en l’écoute surviennent ? Pour ma soutenance, on m’a demandé de ne pas résumer ma thèse, mais bien de faire de nouveaux noeuds (je « traduis » ce qui m’a été dit) pour la suite des choses. La préparation de l’exposé de soutenance a été pour moi du pur bonheur.

Pour la série de textes destinés à la Villa réflexive, je suis allée revoir ce que j’avais écrit dans la période précédant la soutenance. J’ai été frappée de l’écriture de ces brouillons, remplis et nourris de noeuds variés et riches, de cordages et de fils tendus et détendus vers de futures recherches. Surprise aussi d’une écriture presque parlée, manifestement concoctée pour être écoutée, compliquée plus qu’explicative (pour faire à nouveau référence au gazouillis de Mélodie Faury plus haut), relâchée sans l’être totalement.

Je repense à l’instant à un texte de Mélodie évoquant la pensée de Baudouin Jurdant : les mots de ces premiers jets d’une soutenance à venir semblent « activés ». Ce n’est pas pour rien, puisque l’exposé de soutenance est écrit pour être dit. Lorsqu’il s’est agit d’écrire pour la Villa, c’est donc dans ce réservoir de textes-brouillons que si je suis allée lire et penser, parce que l’écriture de type blogue me rappelle l’écoute dans laquelle j’étais (ou, plus exactement, me rappelle l’écoute que j’étais) au moment d’écrire mon exposé de soutenance, quelque part entre attention et inattention, entre détente et inquiétude, entre souci et détachement.

C’est peut-être pour ces raisons qu’en revenant de vacances (reposée, voire détachée) après le dépôt initial de la thèse (donc avant la soutenance), je suis tombée pour la première fois sur ce mot8 : écoutement.

Entrée « Escoutement » dans le Thresor de la langue francoyse (1606)

Si le mot est évidemment vieilli, il me semble qu’il y a quelque chose en lui qui exprime ce que l’écoute fait à la recherche. Voir où je suis, voir où j’en suis, puis bouger. Puis, lire sur la page, autour de l’écoutement : Être aux écoutes pour rapporter, être aux écoutes par la ville. Recourir à l’auscultatio et embrasser l’écoutement attentif, cet intentio qui contient en lui toute la notion d’intensité, de tension et d’attention, de souci, d’inquiétude.

Le verbe Intendo signifie tendre vers, tourner, se tourner, se diriger vers, orienter sa marche. Peut-être est-ce cela, ce que l’écoute fait à la recherche : s’orienter dans l’inattention, se désorienter dans l’attention. Être escouteur.

Aux écoutes par la ville (Beyrouth)

Manere in vigilia urbis.

Fin 2010 ou début 2011, je veux me diriger vers la Bibliothèque orientale de la rue de l’Université Saint-Joseph. Je suis attirée par les « meubles de savoirs » dont on (quelqu’un qui connaît bien mes goûts !) m’avait parlé : des tiroirs à fiches et du mobilier dédié à la présentation de documents d’archives et d’ouvrages. Cela correspond au moment où j’écris mon projet de thèse, je planifie donc une visite avec l’intention de m’installer de la salle de consultation pour quelques séances d’écriture.

C’est mon premier séjour à Beyrouth et je dois pouvoir me rendre à pied à la bibliothèque. Est-ce à ce moment-là que j’ai acheté ces deux livres ? Probablement. Beyroutes, un livre qui désoriente Beyrouth. Zawarib, qui rassemble des plans détaillés de la ville. Des livres orientateurs, qui m’accompagnent alors que je suis à Beyrouth à écrire mon projet de thèse et que la question de l’orientation est plus présente que jamais dans mes préoccupations de thèse. Je cherche une direction pour mon projet ; j’ai l’impression de ne faire que des détours et de la marche arrière.

Beyroutes : se désorienter vers la bibliothèque (Studio Beirut, 2010, p. 17)
Le Zawarib. Photos E. Sonntag9

Rumorum aucupes.

Dans les locaux de la Bibliothèque orientale, je ne suis pas déçue par les « outils d’orientation de la pensée » qui m’entourent10. Les tables de la salle de consultation, épaisses et lourdes, ont une forme magnifique. Depuis celle où je suis assise, je prends une photo surexposée en direction des fenêtres. La salle est traversée par un énorme meuble tout en longueur, des vitres de part et d’autre. C’est superbe.

À la Bibliothèque orientale, à Beyrouth en 2011. Photos E. Sonntag11

J’écris. C’est difficile. Je suis désorientée par mon sujet, je cherche un chemin et tente d’orienter ma marche. Rappelez vous l’angle d’incidence sur le voilier : l’écoute est une orientation. Là, à Beyrouth, dans cette Bibliothèque orientale12, je suis écoute.

À la sortie de la salle, dans le couloir, beaucoup de tiroirs à fiches. Je veux déplacer les catégories et les classements.

Je rentre ensuite à pied par les petites rues13, mon Zawarib à la main.

S’orienter, c’est avant tout se savoir et s’éprouver désorienté, et en tirer, en pratique, toutes les conclusions, en ne craignant pas de s’emmêler dans ses pensées (…) (Macherey, 2017, p. 111).

Sur mon meuble de savoirs

  • À la fin du précédent billet de blogue, je vous avais dit que je m’en allais chercher « le » Macherey à la bibliothèque. Le voici, dans une bien-nommée collection « Bifurcations ». Pour penser ce que l’écoute vous fait, comme chercheuse et chercheur, je vous suggère d’aller là et vers là. J’ai découvert Pierre Macherey par le biais des travaux de Nicolas Auray, et je veux absolument vous parler de ces deux chercheurs dans le troisième et dernier texte de cette série.
  • The Art of Listening, aussi, sur le rôle de l’écoute, sur l’écoute sociologique (« Sociological Listening ») ou encore l’attention sociologique, le rôle de l’écoute dans les études, dans la thèse et de nombreux conseils sur l’être-en-thèse.
  • Le sociologue David Beer, avec Punk Sociology, pour pratiquer en recherche la traverse, la décatégorisation, le détour ou encore la dérivation.
  • Last but not least, Beyroutes. A guide to Beyrouth, livre magnifique vers lequel je retourne souvent pour des tentatives d’orientations et de désorientations.

Références

Auray, N. (2016). L’Alerte ou l’Enquête. Une sociologie pragmatique du numérique. Paris : Presses des Mines.

Back, L. (2007). The Art of Listening. Oxford, New York : Berg Publishers.

Beer, D. (2014). Punk Sociology. Basingstoke : Palgrave Macmillan. https://doi.org/10.1057/9781137371218

Citton, Y. (2012). Traiter les données : entre économie de l’attention et mycélium de la signification. Multitudes, 49(2), 143‑149. https://doi.org/10.3917/mult.049.0143

Collectif Les Glénans. (2010). Le cours des Glénans (7e édition). Paris : Éditions du Seuil.

Ghubril, B. (2010). Zawarib Beirut & Beyond: Road Atlas of Greater Beirut Plus 75 Municipalities from Tabarja to Choueifat. Beirut : Zawarib SARL.

Macherey, P. (2017). S’orienter. Paris : Éditions Kimé.

Nancy, J.-L. (2002). À l’écoute. Paris : Galilée.

Studio Beirut. (2010). Beyroutes : A Guide To Beirut. Amsterdam : Archis.

  1. Terme technique issu du monde des noeuds. []
  2. Le Cours des Glénans rappelle que le terme vient de l’aéronautique : la portance soutient l’avion « en altitude et lui permet de voler ». Sur un voilier, la portance est « la composante qui est perpendiculaire à la direction du fluide » (Collectif Les Glénans, 2010, p. 343), directement liée à l’angle d’incidence, lequel est réglé grâce à l’écoute. En d’autres termes, la portance fait avancer le bateau []
  3. Surtout ne pas le défaire complètement, ce sera pour le troisième billet de la série. []
  4. J’invente le mot. []
  5. Je précise, au cas où cela serait d’intérêt, que j’écris ce billet de blogue habillée en mou, mais pas en pyjama pour autant. []
  6. S’accrocher à l’écoute, accrocher l’écoute. Yves Citton, dans un article consacré à l’économie de l’attention, demande : « comment accrocher l’écoute ou le regard, comment simplifier, décanter, présenter les données afin de frapper l’esprit pour qu’il reste attentif et pour que le message s’imprime en lui ? » (Citton, 2012, p. 144). Ce qui renvoie à la notion d’écoute sociale (Social Listening), abondamment utilisée dans le domaine du marketing numérique. Dans le monde de la recherche, cela pose la question de la nécessité, ou de l’exigence, de se faire écouter []
  7. Un terme français, peut-être ? []
  8. Je cherchais en ligne des textes de règlements de monastères mentionnant la fonction de soeur écoute []
  9. Un papillon adhésif est resté là, témoin de mon marcher la ville, sur le plan 35-36. Il me mène directement à la Bibliothèque orientale, rue de l’Université Saint-Joseph. La dernière fois que je suis allée dans ce secteur, c’était pour la toute petite et adorable bibliothèque Monot, située en dessous de la Bibliothèque orientale, à hauteur de la rue. On peut en savoir plus sur l’étendue des dégâts suite aux explosions du 4 août 2020, et sur les façons de soutenir la reconstruction des bibliothèques publiques de Beyrouth. []
  10. Pierre Macherey rappelle cette référence à Kant []
  11. Depuis mes photos, la bibliothèque a fait l’objet de rénovations. Pour des détails suite aux explosions du 4 août, voir la page Facebook de la Bibliothèque orientale. []
  12. Le mot « Orient », si invitant dans le verbe « s’orienter » []
  13. Zawarib veut dire « petites rues », ou « ruelles » []

Emmanuelle Sonntag

Documentaliste et sociologue.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26/08/2020

    […] Donner du mou – Ce que l’écoute fait à la recherche (2) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search