Sur le chemin qui mène à la Villa: premiers échanges autour de la place et la posture des sociologues

Au début du mois d’avril 2020, Delphine a contacté Audrey par e-mail pour lui faire part d’un projet hors de nos chemins habituels : occuper la Villa pendant un mois pour y développer diverses réflexions autour de nos postures de sociologues qui travaillons dans le champ de la psychiatrie. Cette première prise de contact s’est vite transformée en un échange d’e-mails remplis de réflexions embryonnaires et d’exemples issus de nos terrains et de nos projets de recherches actuels ou passés. Certaines de ces réflexions ont donné lieu à des billets construits et aboutis; d’autres sont restées à un état embryonnaire, mais néanmoins pas dépourvues d’intérêt, nous semble-t-il. Dans ce billet, nous vous proposons donc une plongée dans les “coulisses”, dans les premières réflexions “brutes” – parfois trop rapides ou un peu maladroites – qui ont alimenté nos échanges par la suite.

Sur la route de la Villa

Salut Audrey,
Comment vas-tu ? 
Dis-moi, je me rappelle de cet échange que nous avions eu sur Twitter : les effets sur la recherche de notre position sur le terrain : où nous situons-nous, à la fois spatialement, mais aussi, aux côtés de qui (professionnels, lesquels ? Patients/usagers ? familles?), et dans quel cadre (financement, mission, etc.). J’aimerais bien creuser cela, et je trouverais ça intéressant de le faire avec toi ! Je pense à un espace « informel » pour faire ça : le carnet hypothèses de la Villa Réflexive.
Le format de ces billets est libre, tant dans la longueur que dans la forme, ce qui donne beaucoup de souplesse… 
Nous pourrions co-écrire quelque chose – qui peut avoir la forme d’un article +/-, d’un dialogue, d’échanges autour de situations de terrain… Je ne serais pas contre un format plus souple, qui nous permette de réfléchir ensemble sans trop de contrainte ! ça pourrait être un dialogue par mail, qui s’ajuste au temps dont nous disposons chacune… (bizarrement ou pas, avec le confinement, la charge de travail ne diminue pas…)
Au cas où ça te tente, pour lancer l’échange, je te joins des extraits de ma thèse où je discutais certaines questions de « positions »/points de vue [sur le positionnement du chercheur sur le terrain : à côté de qui ? Dans un terrain à l’hôpital, à côté des médecins, des infirmiers et aides-soignants, des patients ? Avec ou sans les clefs du service ? Des entretiens avec qui pour aborder quoi ?] – mais il y en aurait d’autres à aborder – par exemple sur la question du cadre de la recherche et de son financement.

(…) Pour en revenir à ta proposition, ce sont effectivement des thèmes qui m’intéressent; et c’est marrant que tu m’interpelles là-dessus parce que je suis dans une situation qui m’a amenée à me poser plein de questions à ce sujet, je te fais un rapide résumé:
En début d’année, j’ai été contactée pour co-animer puis rédiger le compte-rendu d’un atelier lors du colloque « De pairs à pairs: aujourd’hui et demain » (
https://www.afmsp.fr/videos-du-colloque-de-pairs-a-pairs/). En gros, l’objectif du colloque était de rassembler les pairs-aidants (pairs-émulateurs, médiateurs santé pairs, pairs-aidants bénévoles, etc.) afin d’avancer dans la création d’une organisation (fédération, association, syndicat ou autres) qui permettrait de regrouper ces différentes pratiques et ces différents praticiens, et de mieux défendre leurs intérêts.
Mon rôle était de co-animer avec un·e pair-aidant·e l’un des ateliers de l’après-midi, et je dois maintenant rédiger le compte rendu de cet atelier. Tous les ateliers étaient constitués ainsi: un·e pair-aidant·e qui anime le groupe, et un·e chercheur·euse qui observe et qui sera en charge de la rédaction du compte-rendu.
Au moment de participer comme au moment de rédiger le compte-rendu, ça m’a posé des questions sur le rôle des sociologues, et en particulier au contact de personnes dont le slogan – pour une grande partie d’entre eux en tout cas – est « rien sur nous sans nous ». Pourquoi confier la tâche du compte-rendu au sociologue? Ça pose aussi la question du rôle « traditionnel » des sociologues, comme « défenseurs des opprimés », mais est-ce que ça nous autorise à parler
pour ou au nom des « opprimés », et est-ce qu’on ne participe pas aussi à « l’oppression » quand on fait ça? Les termes sont un peu forts – et en réalité je ne suis pas très fan de ce terme d’opprimé – mais c’est pour faire vite, je pense que tu vois l’idée.

(…) J’ai moi aussi du mal avec le terme d’oppression – pas parce que les formes de domination ne sont pas multiples dans leur expérience (et d’avoir travaillé sur les formes de contrainte des plus explicites voire violentes aux plus discrètes ne me permet pas de l’ignorer), mais parce qu’il écrase l’expérience ou l’assimile à d’autres situations peut-être trop rapidement. Peut-être qu’ici je préfèrerais la notion de processus de « minorisation » – en s’inspirant de celle de « racisation », ou la « race » n’existe que par le traitement social qui la produit. 
« Minoritaire » ici par le nombre – personnes éprouvant des expériences (psychiques, cognitives, sensorielles) et de personnes faisant l’expérience d’institutions spécifiques (la psychiatrie avant tout ici, et d’autres institutions sociales ou médico-sociales), quoique ces expériences sont moins rares qu’on a tendance à le croire, mais sont entourées de beaucoup de silence ; mais surtout par effet de « minorité » indépendamment du nombre (comme pour les femmes par exemple). Il y a un effet de « minorisation », c’est-à-dire de disqualification, délégitimation : de la parole, du point de vue ; de dépossession de la capacité à donner soi-même le sens de ce qu’on fait (recouvert d’interprétations formulées et détenues par d’autres), dépossession de la capacité à décider pour soi dans une série de situations… 
Alors oui, il y a un risque à rendre compte de la parole de « minorisés » à leur place. D’où la nécessité de réfléchir aux dispositifs pour ne pas être dans la dépossession de la parole d’autrui, et le risque encore plus grand de rabattre la singularité des points de vue sur le déjà connu et le majoritaire, sur ce qui ne donne pas de place à la proposition – proposition au croisement de l’expérience minoritaire et de l’expérience de minorisé.

La question de la place de la parole des personnes concernées – et de leur point de vue, de leur articulation avec la parole des sociologues, est une question cruciale qui se pose à nous. Les personnes qui s’engagent dans des positions ou des professions où elles interviennent « en tant que » (personne avec des troubles psychiques et/ou (ex)usagères de la psychiatrie-psychiatrisées et/ou personnes avec des expériences minoritaires), « à partir de » leur expérience (même si pas forcément sur ce seul fondement), s’engagent également dans des prises de paroles, qui peuvent être diverses : depuis des contextes de face à face (dans une relation d’accompagnement par exemple), de collectif réduit (ex : équipe), à des expressions publiques. De notre côté, comme « sociologues », certaines de nos compétences peuvent être mobilisées (écriture, synthèse, et espérons capacité d’écoute des différentes positions voire une certaine connaissance des sujets abordés). Peut-être avoir une utilité, se mettre « au service de », nous donne une place qui donne une bonne raison d’être là (re-symétrisation de la relation), et nous permet de ne pas nous substituer à la parole à la première personne – sans pour autant nous permettre d’offrir les résultats de notre travail. 
Mais comme tu le soulignes très bien, un travail de synthèse n’est pas neutre – et en effet la demande est paradoxale ! Bon et du coup, comment t’es-tu sortie de ce compte-rendu ? L’as-tu fait/envoyé ?

Le questionnement s’est déjà posé au moment où l’on m’a proposé de participer à cette journée et expliqué le format. Je me suis demandé : est-ce que c’est ma place, en tant que sociologue ? Pourquoi ont-ils besoin d’une sociologue pour faire ça ? Mais  le format était déjà mis en place et il y avait déjà d’autres chercheurs et chercheuses qui s’étaient engagés à faire ce travail. En bref : soit j’acceptais et ça me donnait une chouette opportunité (d’aller à Paris, de participer à un colloque qui m’intéresse, de rencontrer des chercheur.ses et psychiatres qui travaillent sur des thématiques proches des miennes), soit je refusais parce que j’avais l’impression que ce n’était pas la place d’une sociologue et dans ce cas un·e autre sociologue l’aurait fait à ma place.
J’ai finalement rédigé et envoyé le compte-rendu. J’ai longtemps hésité à écrire quelque chose sur la place de la sociologie en introduction, mais je me suis résignée en me disant que ce n’était pas l’endroit pour le faire ; il y aurait alors eu ce paradoxe de « je me mets “au service de”, mais je monopolise l’espace pour parler d’enjeux sociologiques » (qui n’intéressent pas directement les pairs-aidants).
Tu parles de nos compétences, et en particulier notre capacité d’écoute des différentes positions, et après avoir assisté au colloque je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles ils ont fait appel aux chercheur·euses – et notamment à des sociologues – plutôt qu’à des pairs-aidant·es pour la synthèse des ateliers. Il existe une diversité de pratiques et de prises de positions parmi les pairs-aidants – notamment autour des questions de professionnalisation et de formation – et la rédaction du compte-rendu par une personne qui n’est pas concernée directement par ces enjeux permet peut-être de s’assurer que la diversité des positionnements soit représentée dans les comptes-rendus, sans que l’une des prises de position soit privilégiée par rapport à d’autres.

(…) Pour nous se pose la question de savoir quelle place nous donnons à la voix des personnes concernées et qui s’expriment en tant que telles, comment nous en tenons compte, mais sans doute plus fortement, comment nous lui donnons une place et en tenons compte sans l’écraser, sans y substituer notre voix aux leurs, sachant que nous avons affaire à des voix qui ont subi des formes de disqualification ou d’exotisation-altérisation, le recouvrement par des couches d’analyses d’« experts » divers. 
Le travail en direction des « recherches participatives » est certainement prometteur (cf. B. Godrie1 ), avec toute une série de questions – déjà classiques – sur la participation, place des personnes (dans le « design de la recherche », la méthodologie, dans les différentes étapes de la recherche, l’analyse, l’écriture, la publication), mode de recrutement, mode de rémunération… Certainement, en recherche comme ailleurs, la possibilité de dépasser la minorisation passera par la possibilité de chercheur.se.s elles-mêmes concerné.e.s – qui bien sûr existent déjà, mais sont minoritaires-minorisé.e.s : invisibles/invisibilisé.e.s comme personnes concernées, ou courant le risque d’être réduits à cette caractéristique. Risque de se voir imputer d’être source d’un « biais » dans la recherche, comme si la recherche menée par des personnes « « non-concernées » » n’était pas également source de biais – et ce « non-concernement » serait à explorer plus avant (à suivre peut-être pour chacune de nous ? Il m’est arrivé plusieurs fois qu’on me demande pourquoi je travaille sur ces sujets, de la part de psychiatres notamment, voire de psychiatres d’orientation psychanalytique). Il faut aussi parler de l’ « injonction à l’aveu » qui peut être associée à l’explicitation de la question de « d’où l’on parle » – injonction qui pèse davantage sur les personnes minorisées – il me semble. La question se retrouve autour du handicap en général et du validisme : tel travail d’étudiant (travail de qualité par ailleurs) qui cite Pierre Dufour et Zig Blanquer en mentionnant que ce sont des « auteurs handicapés » (ils évoquent « leurs handicaps » et l’injonction paradoxale au « courage » dans un de leurs textes2 ), mais sans pour autant caractériser les autres auteurs comme « valides » [ajout : ce qui n’est d’ailleurs pas sûr pour les autres auteurs. Mais « par défaut » dans le contexte validiste actuel, une personne dont on ne précise pas les caractéristiques est supposée « valide ». Il faudrait par ailleurs suivre la trace dans les discours de tout ce qui tend à opposer « les personnes handicapées et/ou malades » à un « nous » censé être « valide/en bonne santé » – ce qui pose la question de savoir comment, dans nos écrits, ne pas reconduire ce « nous » supposément valide/non concerné par telle question. Et de fait, si je pense que le fait que certain.e.s puissent s’exprimer « en tant que personne concernée (et à quel titre) » change des choses sur ce qui est dit et la manière dont c’est reçu, change la portée et peut-être la nature de ce qui est dit, il me semble important que cela ne se transforme pas en injonction à dire « ce que » l’on serait (valide/avec des troubles, avec une expérience des institutions/sans) – mais peut-être plutôt à s’interroger sur ce que l’on présuppose dans l’écriture et comment on se situe par rapport à ce dont on parle.]

Oui, cette question est cruciale, en particulier dans le domaine de la santé mentale où on ne peut a priori pas distinguer le chercheur concerné du chercheur « non-concerné » par les troubles psychiques. C’est la même question que chez les soignants d’ailleurs ; on parle de la « professionnalisation des pairs-aidants » comme si c’était entièrement nouveau, alors qu’on sait qu’un certain nombre de psychiatres, psychologues, infirmiers, le sont devenus après s’être rétablis de troubles psychiques. Il s’agit alors de choisir sa posture (est-ce que je le dis, ou est-ce que je ne le dis pas ? Est-ce que j’utilise ou non cette expérience en première personne dans mon travail ?), mais il y a encore, comme tu le dis, des rapports asymétriques entre les chercheurs ou les soignants « normaux » et les chercheurs ou les soignants « concernés » (qui seraient moins objectifs, moins professionnels, etc.).

Les échanges se sont ensuite poursuivis par téléphone/visio et sur un document partagé, puis Emilie nous a rapidement rejointes… La Villa se rapprochait…

  1. Godrie, Baptiste. « Rapports égalitaires dans la production des savoirs scientifiques. L’exemple des recherches participatives en santé mentale ». Vie sociale n° 20, no 4 (2017): 99‑116. https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-2017-4-page-99.htm. []
  2. Blanquer, Zig, et Pierre Dufour. « Les noces du courage et du handicap ». Sens-Dessous N° 8, no 1 (2011): 32‑38. https://www.cairn.info/revue-sens-dessous-2011-1-page-32.htm []

Audrey Linder

Doctorante en sociologie au laboratoire THEMA, institut des sciences sociales, Université de Lausanne; Adjointe scientifique à l'Unité de Recherche en Santé, Haute Ecole de Santé Vaud (HESAV), Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO); Chargée de recherche à l'Institut Universitaire de Psychothérapie, Département de Psychiatrie du CHUV

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.