Ecouter toutes les voix ou les interpréter? (deuxième partie)

II. Analyser et légitimer les mots énoncés

Pour poursuivre la réflexion entamée dans mon premier billet, il me semble intéressant de mettre en regard du projet Psyphonie une tout autre expérience survenue au cours du projet interdisciplinaire “Musique en chambres de soins intensifs”, dans lequel je suis impliquée depuis quelques années. Pour cette recherche, nous avons développé et installé, dans les chambres d’isolement de plusieurs hôpitaux psychiatriques de Suisse romande et de France, un dispositif technique proposant une vingtaine de morceaux de musique instrumentale aux styles variés, dispositif directement piloté par les « patient⋅e⋅s » hospitalisé⋅e⋅s dans ces chambres. Afin de connaître le vécu des personnes ayant bénéficié du dispositif, ce qui inclut les patient⋅e⋅s (je garderai l’usage de ce terme dans ce billet, car c’est ainsi que les personnes hospitalisées en hôpital psychiatrique sont désignées dans le cadre de cette recherche) mais aussi les soignant⋅e⋅s impliqués dans la prise en soin, un des sociologues de notre équipe de recherche a mené une quarantaine d’entretiens compréhensifs au sein-même des différentes institutions concernées. Les personnes qui ont accepté l’entretien étaient encore toutes hospitalisées, mais leur « séjour» en chambre d’isolement venait de s’achever au moment de l’entretien. 

Dans la plupart des entretiens, les patient⋅e⋅s ont évoqué avec une extrême précision l’ensemble du mobilier des chambres d’isolement ainsi que la difficulté d’occuper cet espace et le temps qui s’y écoule. Le dispositif technique et les morceaux proposés ont également fait l’objet d’une analyse détaillée de la part des patient⋅e⋅s, qui « profitaient » d’avoir un membre de l’équipe de recherche face à eux/elles pour lui poser moult questions sur le choix des morceaux et les réflexions qui avaient mené à l’élaboration d’un tel outil. Généralement, une grande partie de l’entretien était l’occasion de revenir non seulement sur les raisons de leur hospitalisation, mais aussi sur leur vécu de la chambre d’isolement, vécu très fréquemment marqué par de la colère teintée de sentiments d’injustice et d’abandon.

Au cours des colloques mensuels de notre équipe de recherche (dont font partie des psychologues, des infirmier⋅e⋅s en psychiatrie, des musicien⋅ne⋅s, des ingénieurs, des sociologues), nous avons parfois analysé certains passages retranscrits des entretiens menés auprès des personnes hospitalisées en chambre d’isolement. S’en sont alors ensuivi quelques débats animés parmi nous : pour certain⋅e⋅s membres de notre équipe, les impressions d’abandon ou de colère exprimées par les patient⋅e⋅s faisaient partie des symptômes presque systématiques manifestés par une personne ayant fait l’expérience de la chambre d’isolement, et il était nécessaire alors de considérer que les propos puissent être l’expression d’un état mental « altéré ». Alors que pour d’autres, il était essentiel de penser qu’un vécu reste authentique, indépendamment de la médication et de l’altération de l’état psychique: il fallait donc comprendre les propos des patient⋅e⋅s “tels quels”, sans supposer que leur récit puisse être remis en question pour des raisons relatives à leur médication ou à leur diagnostic. 

Entre nous, nous n’avons jamais réussi à trancher ce genre de débat. Indéniablement, les membres de notre équipe n’ayant jamais exercé une « clinique psychiatrique » continuent à être convaincu⋅e⋅s que lorsqu’une personne met des mots sur un vécu, ce dernier est tout aussi légitime que les vécus des autres interlocuteurs-trices, et que, d’ailleurs, jamais on ne mettra en doute les propos d’un⋅e soignant⋅e, même si celui ou celle-ci passe par une mauvaise phase ou prend chaque soir des antidépresseurs… Alors pourquoi mettre en doute les propos des patient⋅e⋅s? Une autre partie de notre équipe reste persuadée que si la clinique psychiatrique est nécessaire, c’est notamment pour percevoir que dans les propos d’un⋅e patient⋅e « en crise » se logent des signes et des appels qu’il s’agit de prendre en considération pour accompagner la personne au mieux. Et dans cette «crise», les sentiments de colère, d’injustice, d’abandon sont comme des passages obligés ; interpréter des propos de patient⋅e⋅s peut par conséquent favoriser un mieux-être, accompagner l’autre dans « l’après » de la crise.

Personnellement, je campe sur ma position : selon moi, tout vécu devrait être entendu ou analysé comme tel (du moins s’il s’agit d’une recherche). Je ne crois pas que la parole des personnes hospitalisées en psychiatrie soit « autre », quel que soit le moment où cette parole est transmise : après un séjour en chambre d’isolement, lors d’une hospitalisation volontaire ou d’un PLAFA [Placement à des fins d’assistance : en Suisse, il s’agit d’une mesure de placement contraint en institution, notamment en hospitalisation psychiatrique]… Pourquoi distinguer cette parole de celle d’une personne s’exprimant avec « recul et lucidité » des années après son hospitalisation, à l’instar des témoignant⋅e⋅s de Psyphonie, des “ patient⋅e⋅s conférenciers-ères” dans les colloques ou des pairs praticien⋅ne.s  ?  Si l’on distingue la parole des personnes hospitalisées en psychiatrie de celles qui sont devenues « expertes » de leur expérience, à quel moment s’est opérée la validation de leur parole ? Et qui a décidé que cette expérience devenait sensée et non plus “délirante” ? 

Mais : je dois reconnaître que si j’éprouve autant d’intérêt et de satisfaction à travailler avec des clinicien⋅ne⋅s, ce n’est pas pour autant que je me verrais échanger ma place avec une implication quotidienne dans la réalité des soins psychiatriques. Dès lors, je ne désire ni faire mienne la parole des clinicien⋅ne⋅s (car j’ai choisi de ne pas exercer une profession clinique et de m’en distinguer), ni tergiverser sur nos différences de points de vue (car je ne souhaite en aucun cas faire partie des sociologues qui pensent avoir davantage compris les entrailles d’une profession que celles et ceux qui les exercent).

Est-ce que ma posture serait alors, finalement, d’accepter, voire de revendiquer, nos désaccords sans chercher à décider qui a raison ? Eh bien, oui… Et je crois que, sur ce point, toute notre équipe est d’accord. C’est d’ailleurs afin de suivre cet argument que l’ensemble de notre groupe de recherche a finalement décidé d’analyser, chacun⋅e à son tour, les propos d’un⋅e même patient⋅e pour les besoins d’une conférence dans le milieu du théâtre. Et, somme toute, loin de nos zones respectives de confort, aucune de nos analyses n’a été pareille à l’autre, quelles que soient nos professions et nos postures, et ça nous a fait du bien.

Au sein de notre équipe « interdisciplinaire », nous n’avons rien résolu de ce qui relèverait d’une posture « adéquate » dans l’analyse des propos des personnes hospitalisées avec lesquelles nous avons mené des entretiens. En fait, et heureusement… Ce n’est pas à nous de trancher. Mais sociologues comme clinicien⋅ne⋅s, nous gardons, pour l’instant, le « pouvoir». Nous ne nous demandons toujours pas pourquoi se pose, dans ce champ, la question de savoir à partir de quand un propos de patient⋅e est valide / validé ? Et pourquoi n’incluons-nous pratiquement pas de “patient⋅e⋅s”, de “personnes diagnostiquées”, d’“usagers-ères”, de “ bénéficiaires”, de “personnes rétablies” ou encore de “pairs praticien.ne.s” dans cette réflexion afin de s’accorder sur la nécessité, ou non, d’un moment de « validation » ? 

 Et, au fond, pour quelle raison, en tant que sociologues, devons-nous publier des articles qui analysent la manière dont on analyse les propos des patient⋅e⋅s en psychiatrie? Pour poursuivre cette dernière réflexion, je vous invite à consulter le billet d’Audrey.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search