Ecouter toutes les voix ou les interpréter ? Partie I. Psyphonie: laisser les paroles agir

I. Psyphonie: laisser les paroles agir

“Redonner la voix aux usagers et usagères de la psychiatrie”. Cette invitation, voire même cette injonction, sous-tend de nombreuses initiatives actuelles, telles que les conférences données par des personnes ayant elles-mêmes côtoyé comme patientes l’univers psychiatrique, les formations de pairs-praticien⋅ne⋅s ou encore l’implication de personnes concernées par les troubles psychiques dans l’émergence du modèle de rétablissement. En tant que partisane d’une posture de connaissance située, j’ai été sincèrement touchée de constater, ces dernières années, que l’on accordait une telle place à l’expérience des personnes ayant vécu une ou plusieurs hospitalisations en psychiatrie. Émue face à la capacité de nombreuses d’entre elles de mettre des mots avec tant de lucidité sur des parcours, des souffrances, des symptômes, des relations de pouvoir; confiante que ces nouvelles voix puissent potentiellement amorcer des changements durables, dans la manière de percevoir les “maladies mentales”, mais aussi les individus qui les vivent, ou encore dans une réflexion globale sur la pertinence des traitements mobilisés. 

Pourtant, généralement, lorsque j’assiste à des congrès locaux en psychiatrie, les questions amenées par des “patient⋅e⋅s” (j’utilise ce terme intentionnellement car c’est ainsi qu’ils et elles sont désignés par la plupart des professionnel⋅le⋅s participant aux congrès) sont encore fréquemment suivies d’un silence gêné du public et d’une réponse bafouillée par un⋅e intervenant⋅e mal à l’aise, tâchant de répondre, si possible de manière bienveillante, et au plus vite, pour passer à la prochaine question. 

On peut alors se demander à partir de quand, au fond, ces voix de “personnes concernées” sont susceptibles d’être entendues et validées? Et qui leur attribue le “mérite” d’être reconnues comme influentes?  A vrai dire, je n’ai pas de réponses claires à ces interrogations, qui demeurent ainsi en filigrane des différentes recherches que je mène dans le champ de la santé mentale. Il me semble toutefois intéressant d’amener quelques-unes de mes propres expériences pour alimenter la réflexion, à défaut de trouver des réponses. 

Nous avons co-réalisé à quatre (Fazia Benhadj, Alexia Stantzos, Isabelle Zampiero et Emilie Bovet) le projet “Psyphonie”, plateforme audiovisuelle accessible sur internet (www.psyphonie.ch), sur laquelle figurent près de soixante-dix vidéos où s’expriment des personnes ayant côtoyé la psychiatrie, de différentes manières. Le statut “précieux” de la parole (en référence au psychiatre suisse Jean-Claude Métraux[1]) est ce qui a animé dès le départ notre projet de proposer une polyphonie de récits liés au monde de la psychiatrie de Suisse romande. Accorder un statut précieux, donc unique, à tout type de parole s’est par exemple traduit par l’idée que les locuteurs et locutrices ne soient pas directement renvoyés à leur position sociale et professionnelle au moment où ils et elles s’expriment. Brouiller un peu les pistes : on peut être à la fois diagnostiqué au niveau psychiatrique et avoir un diplôme en psychologie ou exercer le métier d’animateur socioculturel. On peut être historienne et avoir vécu durant l’enfance les diverses hospitalisations d’une mère souffrant de dépression. On peut être une grande architecte et avouer qu’à plusieurs reprises, on s’est dit qu’un jour ou l’autre on serait susceptible d’être hospitalisée dans l’hôpital psychiatrique dont on a dessiné les plans. 

Un écho à ce texte par Audrey: « Brouiller les pistes. »

Nous avons choisi de réaliser des portraits filmés de personnes qui côtoyaient la psychiatrie de toutes ces manières, et de bien d’autres encore. Nous voulions que ces personnes parlent face à la caméra, comme si elles se racontaient à la spectatrice ou au spectateur dans une certaine forme d’intimité. C’est justement parce que chaque parole est unique et précieuse que nous avons voulu poser les mêmes questions à tout le monde, redonner à tous et toutes le droit de s’exprimer sur des sujets qui sont généralement la chasse-gardée des médecins. Nous souhaitions élargir, enrichir et complexifier. Dans ce projet, les noms et les professions des personnes interviewées n’apparaissent pas. Tout le monde est “logé à la même enseigne”, et répond à nos questions devant le même fond bleu roi. De notre côté, nous sommes quatre co-réalisatrices, avec des casquettes diverses, des questionnements qui se complètent et se contredisent parfois… Toutes avons notre propre expérience de la psychiatrie, un rapport plus ou moins conflictuel à ce champ. Notre envie était que le conflit puisse aussi apparaître dans les propos, que rien ne soit lisse. 

Dans Psyphonie, une partie des interlocuteurs et interlocutrices n’ayant pas vécu d’hospitalisations en psychiatrie, évoque ses propres souffrances psychiques, ce qui suscite parfois la confusion des spectateurs-trices: est-ce que cette personne est un.e professionnel⋅le, ou un.e patient⋅e? Et on ne peut s’empêcher de sourire, lorsque des professeur⋅e⋅s réputé⋅e⋅s sont identifié⋅e⋅s comme potentiels patient⋅e⋅s. A contrario, plusieurs interlocuteurs distinguent clairement, dans leurs propos, les patient⋅e⋅s des professionnel⋅le⋅s, le “eux” du “nous”. Même si cela peut paraître un raccourci facile, il est presque impossible de ne pas se questionner alors sur les conceptions des différent⋅e⋅s témoignant⋅e⋅s vis-à-vis du “normal” et du “pathologique”, ainsi que du continuum entre ces deux pôles. 

Le challenge d’un montage tel que celui de Psyphonie est de faire émerger un sens uniquement au travers des paroles énoncées par les personnes interrogées. Il n’y a en effet ni voix off, ni plan de coupe, car nous ne voulions fournir aucune interprétation a priori sur les propos des interlocuteurs et interlocutrices. Ainsi, chaque extrait retenu devait avoir un sens en tant que tel, qu’il soit très court ou qu’il dure plusieurs minutes.… Nous voulions par ailleurs absolument éviter que les extraits retenus soient “uniquement” une succession de propos diversifiés : chaque vidéo devait “dire quelque chose”, être perçue comme un objet cohérent mais non homogène. La construction d’une interprétation des paroles reviendrait ensuite à chaque spectateur ou spectatrice, avec la liberté de la confronter à ses réflexions et représentations, ou de ne retenir que certains propos. A cela s’ajoutait la nécessité de ne trahir ni la posture des personnes interviewées, ni notre propre positionnement vis-à-vis du champ psychiatrique. Il a fallu ainsi encourager une émergence de sens avec pour seul “guide” la manière dont sont montés les propos. A travers les choix opérés lors du montage, nous ne nous sommes pas effacées… nous avons juste laissé les voix opérer par elles-mêmes, dans leur préciosité. 

Lorsque j’utilise les vidéos de Psyphonie dans les formations aux (futur⋅e⋅s) soignant⋅e⋅s, presque inévitablement, ce sont les récits des personnes ayant été marquées par un diagnostic psychiatrique qui suscitent les plus nombreuses réactions de la part du “public”: sentiment de proximité, rires, empathie, malaise, interprétation, ou encore identification… j’ai (eu) moi-même tendance à me sentir plus fortement touchée et plus en accord avec les propos des personnes ayant vécu la psychiatrie en tant que patient⋅e⋅s, comme si le témoignage de leurs expériences me permettait de renforcer ma vision critique du champ psychiatrique. Le fait que les témoignant⋅e⋅s ne traversent pas une période de crise ou de décompensation au moment de l’entretien face à la caméra renforce le sentiment qu’ils et elles parlent d’une expérience “passée”, ce qui contribue peut-être à valider la cohérence de leur propos par le public soignant. Cependant, ces interlocuteurs-trices spécifiques restent avant tout considérés comme des (ancien⋅ne⋅s) patient⋅e⋅s, et il est très rare que les soignant⋅e⋅s mentionnent en premier lieu le statut professionnel de ces “interlocuteurs-trices diagnostiqués” (alors que l’ensemble des témoignant⋅e⋅s y fait allusion à un moment ou un autre). 

Si nous avons voulu que la voix des “personnes concernées” soit entendue et mise en regard d’autres paroles, nous devons accepter que la manière dont ces voix sont interprétées nous échappe. C’est ce qui fait la force du projet, mais cela peut être déroutant, car rien n’empêche que ces voix soient à nouveau instrumentalisées par les utilisateurs et utilisatrices de la plateforme, quelle que soit la forme de cette instrumentalisation. Il semblerait que, pour une majorité des spectateurs et spectatrices nous ayant fait un retour sur les vidéos, les “témoignages” des personnes diagnostiquées en psychiatrie “touchent”, dans la mesure où il s’en dégage sincérité, lucidité, humour et émotions. Est-ce que ce sont alors des “composantes” nécessaires pour qu’en plus d’être entendues, ces voix soient “validées” par des personnes n’ayant pas fait l’expérience de la psychiatrie de l’intérieur? La question reste ouverte…

[1] Ce psychothérapeute est spécialiste des questions relatives à la migration ainsi qu’à l’accompagnement thérapeutique des personnes migrantes. Dans ses ouvrages comme dans ses interventions, il développe l’idée que toutes les paroles sont précieuses et qu’elles sont comme des dons à l’autre. Selon lui, le don et le partage des paroles valent aussi en thérapie, ce qui signifie que le ou la thérapeute doit accepter d’offrir sa parole, et donc de se livrer un peu, pour que l’alliance se crée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search