La nature intacte. Un écho au texte “La parole des personnes souffrant de troubles psychiques doit-elle (toujours) bénéficier d’un traitement spécifique?”

Ce court texte est un écho à « La parole des personnes souffrant de troubles psychiques doit-elle (toujours) bénéficier d’un traitement spécifique? » d’Audrey qui se trouve ici: https://reflexivites.hypotheses.org/12249‎

En lisant le billet d’Audrey, j’ai spontanément pensé aux propos d’une participante au projet Psyphonie, qui a vécu difficilement plusieurs hospitalisations en psychiatrie, les premières datant d’il y a plusieurs décennies:

“Je sais que j’essaie d’être moi-même. Je sens aussi que j’étais moi-même dans les moments où j’étais en délire. Je reprends cela en entier. C’était aussi une part de moi le délire. Quand je repense à ça, j’ai été “une” dans tout ça. Moi et mes délires, moi sans délires, moi Nelly. Les délires ont fait partie de moi. C’est mon histoire, je ne les renie pas du tout.”

(Vidéo « Les délires ont fait partie de moi »: http://psyphonie.ch/parole/les-delires/)

À plusieurs reprises dans d’autres parties de son récit, Nelly fait référence à ce qu’elle nomme “la nature intacte” de la personne traversant une crise aiguë:

“Même si on avait l’air complètement paumé, chaque fois qu’on me disait quelque chose, ça faisait son travail à l’intérieur de moi. C’est ça que je réclame, c’est qu’on nous prenne pour des personnes dignes de confiance et de récupération possible dès le début, même si on est en plein délire. C’est ce que j’appelle s’attacher, se référer à notre nature intacte, qui entend.”

(Vidéo « La crise »: http://psyphonie.ch/crise/)

Sociologues comme clinicien·ne·s, nous avons inévitablement une grille de lecture lorsque nous menons des entretiens (de recherche ou clinique) et les analysons. Parfois, comme le dit Audrey, nos thématiques d’analyses sont parsemées de notions héritées de nos collaborations régulières avec des soignant·e·s en psychiatrie, sans même que nous nous en rendions forcément compte. Dès lors, pour poursuivre notre travail avec humilité et sans tomber dans les écueils d’une surinterprétation, il me semble intéressant de garder à l’esprit les inspirantes paroles de Nelly.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search