« Brouiller les pistes ». Un écho au texte « Psyphonie: laisser les paroles agir »

Ce court texte est un écho à Psyphonie: laisser les paroles agir d’Emilie 

Régulièrement, j’assiste aux séminaires de recherche de la section de psychiatrie sociale et communautaire du département de psychiatrie du CHUV. Ces séminaires sont ouverts à tou·tes et certain·es patient·es et ancien·nes patient·es du service sont également invités à y participer. Le fait que les séminaires soient ouverts a comme conséquences qu’il y a souvent de nouveaux venus, et que tout le monde ne se connait pas toujours. Il est donc fréquent que le séminaire commence par un tour de table afin que chacun se présente. La forme des présentations est assez classique: je m’appelle XY, je suis psychiatre / psychologue / infirmier / sociologue / chargé de recherche, je travaille à [nom de l’institution, de l’institut et/ou du laboratoire].

Pour les patients qui ont un statut institutionnel, qui sont là “en tant que” pairs-praticiens en santé mentale [ndlr: l’équivalent suisse des médiateurs santé pairs en France], chargé de recherche ou encore représentant de telle ou telle association, ce mode de présentation ne pose que peu de problème. Par contre, pour celles et ceux à qui un·e psychiatre, psychologue ou infirmier·e a proposé de participer aux séminaires sans qu’ils aient de statuts particuliers, cela est plus problématique. Récemment, une patiente qui venait pour la première fois a dû se présenter lors d’un tour de table, ce qui a donné quelque chose comme ça:

Euh, bonjour, je m’appelle XY et euh… je ne travaille pas [rire gêné] euh… Je suis à l’AI… Voilà.

[ndlr: l’AI – pour Assurance Invalidité – est l’équivalent de l’AAH en France]

À côté d’elle, une autre patiente, habituée des séminaires, prend ensuite la parole:

Bonjour, je m’appelle XY, je suis chargée de recherche et je suis aussi patiente

La première reprend la parole: “ah oui, moi aussi je suis patiente!”

Ici, l’engagement des psychiatres, psychologues et infirmier·es est un engagement fort : il s’agit de faire participer certain·es patient·es aux séminaires de recherche, au même titre que tout autre membre du service. Les points de vue exprimés par les patient·es lors de ces séminaires nous obligent à porter un autre regard sur les recherches telles qu’elles sont pensées et menées, ainsi que sur les différentes conceptions qui leur sont sous-jacentes et qui sont souvent, pour reprendre la célèbre formule de H. Garfinkel, « seen but unnoticed ». Toutefois, « donner une voix aux patient·es » tend à se traduire par une forme de réduction de l’identité de la personne à son statut de « patient·e ». Cette réduction semble difficilement évitable dans ce contexte : c’est bien parce que ces personnes ont une expérience « en tant que patient·e » de la psychiatrie que leur point de vue est pertinent et complémentaire à celui des soignant·es présents, et c’est leur point de vue de « patient·e » – et non de comptable, d’enseignant ou d’employé de commerce, par exemple – qui nous intéresse ici. Toutefois, cette réduction, comme le montre l’anecdote ci-dessus, n’est pas évidente à adopter pour la personne concernée. Qui plus est, il n’est pas improbable que, parmi les personnes qui prennent la parole « en tant que » soignant·e ou chercheur·e, certain·es aient une expérience de la psychiatrie et/ou de troubles psychiques en tant que patient·e ou proche, qu’ils choisissent toutefois de ne pas dévoiler. En somme, c’est précisément la possibilité de « brouiller les pistes » – comme le dit si justement Emilie – qui manque ici, « avoir une voix » lorsqu’on a des troubles psychiques allant nécessairement de pair, dans le contexte évoqué, avec le fait de se présenter « en tant que patient·e ».


Audrey Linder

Doctorante en sociologie au laboratoire THEMA, institut des sciences sociales, Université de Lausanne; Adjointe scientifique à l'Unité de Recherche en Santé, Haute Ecole de Santé Vaud (HESAV), Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO); Chargée de recherche à l'Institut Universitaire de Psychothérapie, Département de Psychiatrie du CHUV

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search