La réflexivité ne suffit pas #1 – Préambule

… si elle ne nous relie qu’à nous-mêmes.

Comprendre que l’on n’avait pas compris, parce que l’on n’avait pas pris le risque de « prendre avec soi »

« je suis de plus en plus convaincue que les savoirs situés n’ont de sens que pour celles et ceux qui sentent le besoin — pour pouvoir penser et agir dans et pour un monde — de reconfigurer les repères, de redistribuer/relancer les cartes, de faire bouger les fronts et d’expérimenter des positions, des connexions, des perspectives décalées, dans et pour ces réalités ambivalentes. », Benedikte Zitouni, 2017

Ces billets reviennent sur ce que je ne percevais pas lorsque je parlais de réflexivité en 2012 dans ces lieux. Merci à Clémentine pour son attention, avec qui j’ai parlé ces textes pour pouvoir les écrire et les partager. Merci à Maxime qui vit le regard comme un contact, un tact, un toucher, et m’apprend. Merci à Léna, Yosra et Marc qui ouvrent des lieux d’êtres. Merci à Benedikte Zitouni et María Puig della Bellacasa d’être semeuses de vigilance et d’attention pour ce qui importe et ce dont il s’agit de prendre soin.

La réflexivité se présente souvent aux chercheur.es comme une exigence épistémologique dont il faudrait « s’acquitter » par un paragraphe d’introduction, de discussion, ou dans une habilitation à diriger des recherches, retraçant un parcours intellectuel. Ainsi, la réflexivité s’instaure petit à petit dans nos pratiques comme une compétence, une vertu (Thoreau et Despret, 2014) conférée à soi-même – et de préférences en regard des autres – avant de parler et afin de donner plus de poids, voire plus de scientificité – au sens de plus d’objectivité (strong objectivity) aux recherches présentées, à la méthode déployée. Or sa portée me paraît bien plus grande, dans ce que la réflexivité engage, nécessairement dans un contact, dans un toucher. Les nombreux quiproquos avec les collègues qui la renvoient et la réduisent à un « ego-trip », à un exercice impudique, à de la symétrie laissent penser que l’exercice concerne l’individu, qu’il s’agirait d’une compétence intellectuelle de l’individu, développant une analyse critique et toujours à distance, dans la posture d’observation, de son terrain – voire de lui/elle-même.

« Ce que je cherchais à montrer dans ce billet c’est qu’une certaine posture de « localisation » est parfois adoptée (chez les militant.e.s/universitaires) sans beaucoup d’examen critique, sans réflexivité, sans questionnement sur sa nature. « Se situer » me semble alors devenir une chose que l’on pioche dans la boîte à outil du militant.e.-chercheur.se alors que c’est une démarche complexe et qui à mon avis ne peut-être adoptée comme une évidence.
Et il me semblait intéressant de soulever cet écueil – pour justement essayer de rendre justice aux savoirs situés ». »

Noémie Marignier, « Un point de vue sur les savoirs situés » https://reflexivites.hypotheses.org/5952#comment-32665

En entendant les appels à la vigilance – nous appelant à redoubler d’attention – écoutant notamment la proposition dense de Benedikte Zitouni à propos d’Haraway, nous invitant à revisiter les savoirs situés (2017), je ressens combien le milieu académique par lequel nous pensons appauvrit la portée des savoirs situés – comme celle de la réflexivité – en éclipsant la question du tact et des contacts, des relations et alliances tissées, des engagements, des risques qu’ils nous appellent à prendre, des matters of concern (Latour, 2004) mais surtout matters of care (Bellacasa, 2017), pour ne se focaliser que sur la question de la « perspective », du « point de vue »- traduction faible du « standpoint » dans standpoint epistemology (sources standpoint et question de la traduction) – et sur la description de la situation.

« Nous faisons le choix que standpoint feminism soit traduit par ‘féminisme du positionnement’, plutôt que du ‘point de vue’, alors que cette dernière expression est la plus courante en français et que le terme standpoint est, en anglais, synonyme de viewpoint. Mais le ‘point de vue’, ou encore la ‘perspective’, exposeraient notre propos à des interprétations perspectivistes voire relativistes, contraires à notre intention et à celle des auteures dont nous présentons les écrits. ‘Point de vue’ ou ‘perspective’ auraient aussi l’inconvénient de diluer l’intensité contenue dans le terme standpoint qui suggère la résistance, l’opposition, l’adoption d’une attitude, la prise de position. La traduction par ‘positionnement’ permet dès lors d’insister sur le caractère politique, actif et construit du standpoint. Pour plus de détails à ce sujet, lire María Puig de la Bellacasa (2012, p. 170-72). [Note des auteures, suite à la traduction] »

Sarah Bracke et María Puig de la Bellacasa, « Le féminisme du positionnement. Héritages et perspectives contemporaines », Cahiers du genre, 54, 2013 [2009], p. 45-66 et en particulier p. 48 [trad. fr.]).

Ce n’est pas tant de la mauvaise volonté, que le fait de ne pas réussir à entendre ce qui nous est proposé, car le pli est profondément pris et notre tentation de l’innocence (Despret, 2012 – en dialogue avec Isabelle Stengers et Vinciane Despret ; référence vivre avec le trouble) est grande1.

« comment ne pas me laisser prendre au piège de la façon dont ma tradition formule les problèmes ? »

Vinciane Despret, 15 janvier 2020

Les plis des sciences en quête de scientificité par la maîtrise, la gestion, la neutralisation des biais, la prétention à l’objectivité et à la neutralité, entretiennent cette tentation du point de vue « de nulle part » et de l’innocence comme le dit Haraway. Mais la recherche scientifique peut-elle être neutre ? La recherche scientifique peut-elle se prétendre hors du monde, détachée du monde ? Et quels mondes – quels imaginaires et avec les voix de quels êtres – construisent les savoirs – qui ne se savent pas situés – que la recherche scientifique produit ?

« L’œil cannibale et innocent.  Il faut cesser de le considérer comme invisible ; toute vision est encorporée. C’est ce qu’Haraway appelle le God’s Trick, le truc divin, de nulle part, omnipotent et omniscient. Haraway interprète cette histoire de l’œil comme une histoire perverse de prédation et de la domination sur les corps et la « nature » (une science raciste, militariste, colonialiste, capitaliste, sexiste). L’attitude de la prédation éloigne le sujet connaissant du réel afin de jouir d’un pouvoir sans entrave. La mise à distance crée la prédation et la désincarnation. »

Nathalie Grandjean, Alain Loute (dir.), Valeurs de l’attention. Perspectives éthiques, politiques et épistémologiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Philosophie », 2019, p.213

Accompagnée de l’efficace des écrits/mots/voix de Benedikte Zitouni, María Puig de la Bellacasa, Vinciane Despret et Donna Haraway, Isabelle Stengers, David Abram, Didier Debaise,… je parcourrai dans ces billets l’idée que la « réflexivité » (et ce qu’elle amène à l’esprit, le geste qu’elle recouvre) ne suffit pas s’il ne s’agit de parler en fin de compte que de soi, coupé-détaché du monde que l’on questionne (ses êtres et leurs voix, ses agencements, ses invisibles,…)

La réflexivité ne suffit pas

… si elle reste coincée dans la métaphore de la vision

… si elle entretient l’auto-suffisance, si elle ne nous relie pas, au sens de faire alliance

… si elle ne dit rien des nœuds de pouvoir

… si elle ne nous met pas en risque, si elle n’active pas de nouveaux possibles

NB : Ces textes sont des témoignages de l’efficace de lectures et de propositions sur des manières d’être à la recherche, le partage d’une expérience, d’un cheminement, pour si possible et modestement contribuer au chœur de voix qui activent de nouvelles manières de faire de la recherche et de mettre la recherche au contact des mondes à faire et des possibles qui insistent.

Ces textes ne s’adressent pas à celles et ceux qui croient encore que la science et ses productions sont neutres, ou qui pensent qu’ils n’y a pas d’alternatives à la manière actuelle de faire de la recherche. Si c’est votre cas, vous pouvez revenir après avoir exploré une cinquantaine d’années de recherche en études de sciences et plus récemment le livre collectif en libre accès « Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre? » sous la direction de Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron ou encore le texte de Lissell Quiroz  « Le leurre de l’objectivité scientifique. Lieu d’énonciation et colonialité du savoir » et « Les faiseuses d’histoires – Ce que les femmes font à la pensée » coordonné par Isabelle Stengers et Vinciane Despret.

La pensée joyeuse de Donna J. Haraway – dont le dernier livre « Vivre avec le trouble »  traduit en français par Vivien Garcia vient de sortir aux éditions Les mondes à faire – est une pensée qui intrigue tout autant qu’elle peut appeler. En ce qui me concerne, j’ai été interpelée par elle de manière indirecte, par ce qui m’en parvenait d’abord par Isabelle Stengers, puis par la bande, et puis j’ai choisi de l’aborder par celles et ceux qui pensaient avec elle, avec au fond la sensation que je ne pourrai pas en saisir la portée si je ne trouvais pas d’abord la bonne manière de franchir le seuil du monde qu’elle active, et le bon état – de disponibilité, d’écoute – pour entendre ce qu’elle propose.

Ainsi, je suis restée pendant des années (depuis ma thèse amorcée en 2008) à composer avec toute l’ampleur de la transformation qu’a induit chez moi le mouvement réflexif – que l’on pourrait qualifier de « critique » (Zitouni, 2017 ; Thoreau et Despret, 2014). Je n’ai pris avec moi ou plutôt senti seulement très récemment à quel point cette approche « critique » de la réflexivité me laissait pourtant dans le pli, et même entretenait le pli d’une science toute occidentale et dualiste (raison/émotion ; nature/culture ; hommes/femme, etc.), toujours tentée par des formes contemporaines de positivisme et l’innocence d’un prétendu détachement, milieu dans lequel j’ai été formée en tant que biologiste ; et le pli ou l’envoûtement (Stengers et Pignarre, 2005) d’une fast science capitaliste et productiviste (Stengers, 2013), milieu à partir duquel j’engageais mon souffle, mon rythme et mon contact avec le monde sans jamais pouvoir tout à fait m’en défaire – dans le cadre de mes recherches doctorales puis de la direction d’un service universitaire.

« un pli particulier d’une culture, et non plus comme ce qui a le pouvoir de s’imposer en toutes circonstances » Vinciane Despret, 2006

Je composais donc avec cette réflexivité critique, que j’associais progressivement avec ce qui me parlais concrètement dans les propositions de savoirs situés de Donna Haraway, dans son Manifeste cyborg et de Sandra Harding (strong obectivity, strong reflexivity) – rencontres  qui résonnaient pour moi avec l’idée de situation de communication telle que travaillée par Joëlle Le Marec en sciences de l’information et de la communication (2002) et vécue tout au long de mon expérience de thèse.

Et il a fallu que j’accepte enfin de me mettre en risque, il a fallu que je quitte la tentation de l’innocence pour percevoir, sentir tout l’ampleur de ce que la proposition de Donna Haraway nous faisait – ce « nous » constitué dès lors que nous répondons (response-ability ; Haraway, 2016) à cette proposition, faisait à la science ; et toute la réduction à laquelle nous sommes tentés de succomber dans nos pratiques académiques françaises.

« se saisir de ce que recouvrent ces savoirs situés, non pas à partir de la tradition littéraire qui affecte des concepts à des auteurs, comme des propriétés ou des marques, mais à partir d’un « nous »[1] possible auxquels ils ouvrent »

Joëlle Le Marec, dans la Villa réflexive en 2019

En disant « d’où l’on parle », « depuis quelle situations » on (le « bon » chercheur) renforcerait ce que l’on dit ou l’on éclairerait la manière dont il faut considérer les travaux partagés. Mais est-ce si simple, et est-ce suffisant ? Raconter « qui nous sommes » ou « d’où nous venons » peut tout autant devenir un exercice de construction d’une autorité scientifique ou universitaire « dans l’absolu », plutôt que la fabulation d’un contact, d’un rapport au monde, « comment nous nous situons vis-à-vis de notre terrain de recherche, dans la situation de recherche » et même encore plus : comment nous relions-nous, comment héritons-nous, comment nous engageons-nous, comment faisons-nous alliance, comment nous mettons-nous en risque, comment nous remembrons-nous en faisant mémoire (re-member), comment fabriquons-nous en racontant ?

Références

Sarah Bracke et María Puig de la Bellacasa, « Le féminisme du positionnement. Héritages et perspectives contemporaines », Cahiers du genre, 54, 2013 [2009], p. 45-66 et en particulier p. 48 [trad. fr.]).

Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin, Florence Piron (dir.), Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ?, Québec, Science et bien commun, 2019, 527 p., ISBN : 9782924661529. En libre accès : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/neutralite/

Florence Caeymaex, Vinciane Despret et Julien Pieron, « Postface – L’effet Haraway », In Caeymaex, Florence, Despret Vinciane et Pieron, Julien (dirs.). 2019. Habiter le trouble avec Donna Haraway, Paris, éditions Dehors, pp. 321-353.

Isabelle Clair , « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, 2016/3 (N° 213), p. 66-83. DOI : 10.3917/arss.213.0066. URL : https://www-cairn-info.scd-rproxy.u-strasbg.fr/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2016-3-page-66.htm

Vinciane Despret, « Les plis du secret », conférence prononcée au colloque La psychothérapie à l’épreuve de ses usagers, 2006, Paris. En ligne : http://www.ethnopsychiatrie.net/vincianeusagers.htm

Vinciane Despret et Isabelle Stengers (dirs), Les faiseuses d’histoires: que font les femmes à la pensée ?, 2011, Paris, Éditions La découverte.

Vinciane Despret, « En finir avec l’innocence – Dialogue avec Isabelle Stengers et Donna Haraway » – In Dorlin, Elsa et Rodriguez, Eva (dirs). 2012. Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 23-45.

Vinciane Despret, « La tentation de l’innocence – Conversation avec Isabelle Stengers et Donna Haraway », In Caeymaex, Florence, Despret Vinciane et Pieron, Julien (dirs.). 2019. Habiter le trouble avec Donna Haraway, Paris, éditions Dehors, pp. 321-353.

Vinciane Despret, Intervention à l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille dans le cadre de l’ARC Fantômes, janvier 2020. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=S_nqGnf-A1M Consulté le 26 juin 2020.

Elsa Dorlin, et Eva Rodriguez (dirs), Penser avec Donna Haraway, 2012. Paris, Presses Universitaires de France.

Nathalie Grandjean, Alain Loute (dir.), Valeurs de l’attention. Perspectives éthiques, politiques et épistémologiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Philosophie », 2019, 252 p., ISBN : 978-2-7574-2858-0.

Donna J. Haraway , « Situated Knowledges. The Science Question in Feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies 14, 1988/3, p. 575-599.

Donna J. Haraway, Manifeste cyborg et autres essais: sciences, fictions, féminismes, 2007. (L. Allard, D. Gardey, & N. Magnan, Éd.) France: Exils Ed.

Donna J. Haraway, Staying with the trouble: Making kin in the Chthulucene, 2016. Durham, Duke University Press. 

Sandra G. Harding « Rethinking standpoint epistemology : what is « strong objectivity ? », The Centennial Review Vol. 36, No. 3 (Fall 1992), pp. 437-470.

Sandra G. Harding, Whose science? Whose knowledge?: thinking from women’s lives, 1991, Etats-Unis: Cornell University Press.

Bruno Latour, « Why Has Critique Run Out of Steam ? From Matters of Fact to Matters of Concern » In Critical Inquiry – Special issue on the Future of Critique. Vol 30 n° 2 pp.25-248, Winter 2004. [Republished in Harper’s Magazine April 2004. pp.15-20. Republication reprinted in Bill Brown (editor) Things, Chicago : The University of Chicago Press, pp.151-174]

Joëlle Le Marec, Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Habilitation à diriger des recherches. 2002, Paris, Université Paris 7.

Joëlle Le Marec, « Situer les savoirs », Les espaces réflexifs [carnet de recherche], 27 mai 2019. En ligne : https://reflexivites.hypotheses.org/10697. Consulté le 26 juin 2020.

Noémie Marignier, « Un point de vue sur les savoirs situés », Les espaces réflexifs [carnet de recherche], 20 avril 2014. En ligne : https://reflexivites.hypotheses.org/5952 Consulté le 26 juin 2020.

Philippe Pignarre et Isabelle Stengers, La sorcellerie capitaliste – Pratiques de désenvoûtement. 2005, Paris, Éditions La découverte.

María Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs. Penser nous devons !, 2012, Paris, L’Harmattan.

Maria Puig de la BellacasaMatters of Care. Speculative Ethics in More Than Human Worlds, 2017, Londres, University of Minnesota Press, 265 p., ISBN : 9781517900656.

Lissell Quiroz, «Le leurre de l’objectivité scientifique. Lieu d’énonciation et colonialité du savoir», Perspectives décoloniales d’Abya Yala, 18/02/20, En ligne: https://decolonial.hypotheses.org/1630. Consulté le 26 juin 2020.

Isabelle Stengers, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, 2013, Paris, Éditions La Découverte.

Isabelle Stengers,“L’insistance du possible”, in Debaise, D. et Stengers, I. (dirs). 2015. Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel, pp.5-22.

François Thoreau et Vinciane Despret, « La réflexivité. De la vertu épistémologique aux versions mises en rapports, en passant par les incidents diplomatiques », Revue d’anthropologie des connaissances, 2014/2 (Vol. 8, n° 2), p. 391-424. En ligne : https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2014-2-page-391.htm. Consulté le 20 juin 2020.

Benedikte Zitouni, Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote .Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture prochaine du Musée du même nom à Liège, organisé par l’ULg. (13/11/2017). En ligne : http://hdl.handle.net/2078

Photographie : « Tu vas au bal ? »par Bruno Malfondet, licence CC-BY-ND

  1. cette question forte chez Donna Haraway, Vinciane Despret et Isabelle Stengers fera l’objet de l’un des prochains billets []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Oui, écris à ton rythme, on veut juste cette qualité!!
    Y compris dans la réponse: la lignée… Superbe!
    ça me rappelle le « remembrer / remember »: de quoi on hérite & comment on recompose?
    Sur le sol qui se dérobe et/ou le sol suffisamment assuré, je ne te suis pas directement – mais j’ai le temps, j’attendrai ton billet
    Je pense à William James & à sa conception « saltatrice » du savoir (http://leslaboratoires.org/article/pragmatisme-et-mondes-en-train-de-se-faire-thierry-drumm), mais pas sûr que ça soit ton influence ici…

  2. Merci Anthony d’être revenu ici pour engager la discussion et pour ton écoute fine (n’est-ce pas ce dont nous manquons dans notre métier et de nouveau ce à quoi la slow science pourrait être un des antidotes ?). Je te suis pleinement dans l’idée que ce n’est jamais « gagné » et sur cette idée que le mouvement est à refaire continuellement. Je le relis en ce moment à la question des lignes et des lignées (qui reviendra sûrement dans la suite de la série de billets, que je vais écrire lentement :)) – le fait de chercher (à )s’aligner/sa lignée – ce qui revient à s’arracher et à renouveler ce qui est soi tout autant que nos attachements, ce qui revient à cultiver l’intranquillité et demande par ailleurs que le sol soit suffisamment assuré pour se lancer – or nos pratiques de recherche voient leur sol se dérober sans arrêt (je remercie en passant Caroline M. pour la piste précieuse qu’elle m’a donnée sur ces questions)

  3. Anthony Pecqueux dit :

    Quel préambule – merci beaucoup Mélodie! ça laisse augurer de sacrés billets à venir (puisque la tentation de l’innocence est annoncée en note de bas de page!)
    Simple question: je me demande dans quelle mesure le parcours que tu décris comme tien n’est pas très largement partagé? (manière de dire que je m’y reconnais pleinement) C’est-à-dire que ce serait tellement commode de s’en tenir à une version faible (rassurante) de la réflexivité & co, qu’on a toutes et tous souhaité « s’en tenir là »? Il y a un coût de lecture, et un coût d’appropriation dans ces lectures… (habilitantes?)
    Question complémentaire, qui va sans doute resurgir avec la tentation de l’innocence: je me demande aussi dans quelle mesure nous ne refaisons pas ce parcours continuellement? Dans quelle mesure on peut vraiment se prémunir de la tentation de la facilité et de la tentation de l’innocence…?
    (Quand on leur dit que la slow science n’est pas de la fainéantise mais la condition même de la pratique scientifique, d’une pratique scientifique qui ne cède pas aux tentations…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.