Mettre le dedans dehors, faire circuler l’air

Je pousse la porte du jardin de la Villa réflexive numérique1 avec joie et émotions, mon métier à tisser sur le dos, que je vais installer sous le gingko vieux de huit ans. J’aimerais prendre le temps dans les semaines qui viennent de raconter, fabuler, conter, tisser avec les mots des chants de fils, créer des motifs, des patterns, des agencements. Du désir. Du désir épistémologique.

« comment ne pas me laisser prendre au piège de la façon dont ma tradition formule les problèmes ? » Vinciane Despret, 15 janvier 2020

« une tentative de maintenir ouverte une porte vers d’autres avenirs possibles » Emilie Hache, 2015

Je sais que je vais y retrouver dans quelques temps Delphine Moreau, avec qui j’ai déjà eu le plaisir de cohabiter lors d’une résidence d’écriture. J’ai le plaisir d’y croiser quelques jours Anthony Pecqueux dont les livres empilés dans les pièces communes sont de belles rencontres, et que j’écoute élaborer ses billets avec attention. De la joie, accompagnée par les conversations et les voix des précédent.es habitant.es et des échanges sur Twitter. Accompagnée par les ami.es2.

« Quelqu’un qui émet des signes, on les reçoit, on ne les reçoit pas, mais toutes les amitiés ont ces bases là. Être sensible aux signes émis par quelqu’un. » Gilles Deleuze, dans l’abécédaire 1988

De la joie dans une période bien obscure, étouffante. Avec la sensation de l’urgence à retrouver collectivement de l’air.

Je suis de plus en plus convainque que de vouloir susciter et fabuler des mondes décalés n’a de sens que pour ceux et celles qui suffoquent d’être constamment assaillis par ce qu’Isabelle Stengers et Philippe Pignarre ont appelé « les alternatives infernales » (…) Non, nous le refusons… Même les choix sont minés. » Benedikte Zitouni, 2017

« Les questions que l’on ne doit pas poser lorsque l’on est chercheur, tous sexes confondus, ce sont celles qui vous feraient ralentir, qui pourraient vous démobiliser, vous faire hésiter. Aujourd’hui, j’associe l’image du somnambule à ce qui m’avait été inculqué, ce qui a fait que je me suis considérée comme « perdue pour la recherche » parce que j’avais envie de réfléchir à la manière dont les problèmes sont posés, à leur histoire, aux choix qu’ils font prévaloir. Le somnambule, que l’on décrit toujours marchant sur le faîte d’un toit, n’a pas le vertige parce qu’il ne se rend pas compte qu’il risque de tomber. Il ne faut surtout pas le réveiller. De même, pour être un vrai chercheur, pour avoir l’étoffe du chercheur, il ne faut pas douter. Tout chercheur qui ralentit, qui se pose la question de ce qu’il fait, qui ne se consacre pas entièrement à ce qu’on appelle l’avancée des connaissances de sa communauté, « tombera », c’est-à-dire perdra sa créativité. » Isabelle Stengers, 2014

J’écris parce que je suis appelée à la vigilance, à l’exigence et au positionnement. Je suis interpellée par ce qui a lieu et ce qui n’a pas lieu. Je suis interpellée par des textes qui m’accompagnent, que je lis, relis et qui me disent que je n’ai pas encore entendu. Que je n’ai pas encore assez déplié pour entendre. Que je croyais avoir compris, mais qu’alors je n’avais pas ressenti. Il y a friction. Que je ne m’étais pas encore déprotégée assez pour entendre, que je ne me suis pas encore assez reliée.

J’ouvre les fenêtres

Je choisis de rester dehors

J’écoute les bruits, les sons

Je me souviens de l’air

A quoi prêtons-nous attention ?

L’air, le souffle, la respiration, l’atmosphère nous importent.

J’écris parce que quelque chose résiste et qu’il est bon qu’elle résiste à la réduction. Un langage, une posture, une voix, un contact que je peine à entretenir depuis le milieu universitaire dans lequel j’évolue. Je sens que ce contact s’intensifie, s’ancre à chaque nouvelle lecture, à chaque nouvelle alliance avec d’autres voix qui dénotent, d’autres gestes qui déplient, mais qu’il peut être remis aussi à distance lorsque le rythme re-submerge, que les résistances s’érodent et que la pensée se débat, et parfois s’étiole.

« Pensons, disait-elle (Virginia Woolf), « dans les bureaux, les autobus, les mariages, les baptêmes, et les funérailles ». Universitaires ou pas, « ne cessons jamais de penser ce qu’est cette « civilisation » dans laquelle nous nous trouvons ». Woolf pensait alors que les femmes étaient loin de l’accès aux chaires et qu’elles continueraient de penser comme elles l’ont toujours fait « tandis qu’elles touillaient dans la casserole, tandis qu’elles balanc=çaient le berceau ». Penser dans le secret pour interroger ce que sont ces « professions » auxquelles nous voulons avoir accès et pourquoi nous devrions faire de l’argent en les exerçant, penser pour questionner vers où nous mène la procession des hommes cultivés

Interroger où va cette civilisation, à l’aide des pratiques dites scientifiques, demeure d’actualité. Cependant, penser est une activité éminemment située.» Maria Puig de la Bellacasa, 2012, p.25-26

« Quelles pensées pensent les pensées cela importe » Donna Haraway, 2015

C’est dans ces moments où la pensée s’échappe qu’il faudrait pouvoir écrire, échanger mais que parfois matériellement c’est impossible, quand l’idée-sensation diffuse, n’ayant pas encore trouvé sa forme, émerge, que l’on sent qu’elle est là mais que les unités d’empiètement surgissent, qu’il faut traverser le quotidien, touiller les casseroles, accepter les tunnels et les comptes à rendre des semestres à boucler – et l’idée s’enfuie, pas moyen de la retrouver, comme un rêve évaporé au réveil. Ce moment où l’on sent toute la lucidité qui nous a frôlée.

Comme il y a un jardin dans cette maison numérique, j’en profite

Pourquoi écrire ? Parce que je désire hériter, je désire ancrer et tendre vers, je désire me relier, sentir-penser avec, je désire trouver des noues et reconstituer des milieux et des contre-poisons pour que ces pensées-sensations me quittent moins, pour que des espaces et des possibles s’ouvrent pour répondre à leurs insistances, pour que les gestes collectifs se déploient dans de nouveaux milieux.

Je me sens interpellée depuis ma thèse – il y a déjà dix ans – par ce que tentent les féministes dans la « standpoint epistemology » ou « féminisme du positionnement » (standpoint feminism) et je sens que certains plis m’échappent encore – et nous sommes appelées à l’exigence et à la vigilance -, captive que je suis de ma formation en sciences modernes occidentales et capturée que je suis, dès lors, par une science universitaire emmêlée dans ses logiques et ses enjeux de pouvoir.

Je vais tenter donc de déplier ici, pour entendre ce que nous disent les politiques féministes de construction du savoir. Car depuis mes premières approches en tant qu’apprentie chercheuse – c’est-à-dire mes premières tentatives de me mettre en contact avec ces pensées-, il y a eu le vécu de l’assignation en tant que femme à l’université, le vécu infra-ordinaire des enjeux politiques de la recherche et de l’université, de la « gestion » de la recherche, la nécessité de me positionner dans mes précédentes fonctions de « cadre de l’université », de faire alliance pour dire ce qui importe, ce qui fait le sens et le désir de nos pratiques de recherche et d’enseignement se sont fait impératifs pour pouvoir seulement continuer de faire ce métier, le vécu de l’intenable et la nécessité pourtant de tenir dans un milieu dont la violence ordinaire du pouvoir sur est normalisée, et se même repaît dans un milieu qui se structure avec elle. Il y a eu l’expérience vécue et le temps de « retrouver le contact avec l’expérience, et trouver une voix pour son expression » (Laugier, 2009) et le tissage ou le détricotage, jamais fini, de l’aspect systémique de ce vécu particulier, au contact d’autres expériences. Et ce sont ces expériences qui m’aident à entrer dans les plis. Se positionner (to stand) à partir de ses expériences, à partir de situations, est un choix actif qui engage3.

« dans cette reconstruction de l’expérience, le politique signifie rapport, mais pas uniquement de pouvoir, rapport au sens de mise en relation. »

Maria Puig de la Bellacasa, 2012, p.41

Alors pendant les prochaines semaines passées ici, je mettrai le dedans dehors (Abram, 2013).

Pourquoi l’image du métier à tisser ? Parce que les motifs textiles sont les chants, les histoires du monde, parce que des origines proximales lyonnaises, parce que lorsque j’écris je ne cesse de faire des aller-retour avec les lectures, à l’endroit, puis sous le fil, un fils sur deux en réalité, fils de chaine entre les fils de trame, reprendre mille fois sur l’ouvrage les mêmes fils enchevêtrés autrement et que parfois je ne m’y retrouve plus. Heureusement que les navettes que j’ai préparées avant le geste me guident à chaque fois que je me perds un peu.

Image trompeuse car j’ai pris une version portative

Je viens donc avec mes enchevêtrements. J’aimerais aboutir une trame, une surface de contact. Voilà ce sur quoi je souhaite écrire et échanger, dans un ordre qui émergera d’une écriture entremêlée d’un billet avec l’autre (l’écriture linéaire constitue une contrainte étrange) :

La réflexivité ne suffit pas

 Se situer, oui mais comment ? Ingrédients joyeux

 Du souffle dans nos mots – fabuler les possibles qui insistent

 Etre ou ne pas être concerné.es ?

 Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique

 Et puis peut-être, en interludes « Les féministes, Deleuze et la permaculture – ? Agencements et désir » et « Bifurcations pour sentir-penser »

Ressources

Abram, David. 2013 [1996]. Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Trad. Didier Demorcy et Isabelle Stengers, Paris, Éditions La découverte.

Debaise, Didier et Stengers, Isabelle. 2015. Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel.

Haraway, Donna, « Sympoièse, sf, embrouilles multispécifiques », in Debaise, Didier et Stengers, Isabelle. 2015. Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel, pp. 42-72.

Hache, Emilie, « The Futures Men Don’t See », in Debaise, Didier et Stengers, Isabelle. 2015. Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel, pp. 121-134.

Laugier Sandra, « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, 2009/2 (n° 37-38), p. 80-88. DOI : 10.3917/mult.037.0080. URL : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2009-2-page-80.htm

Pignarre, Philippe et Stengers, Isabelle. 2005. La sorcellerie capitaliste – Pratiques de désenvoûtement. Paris, Éditions La découverte

Puig de la Bellacasa, María, Politiques féministes et construction des savoirs. Penser nous devons !, Paris, L’Harmattan, 2012.

Quiroz, Lissell , « Le leurre de l’objectivité scientifique. Lieu d’énonciation et colonialité du savoir ». La production du savoir : formes, légitimations, enjeux et rapport au monde, Sep 2019, Nice, France. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02422696/

Stengers, Isabelle, « Ralentir les sciences, c’est réveiller le chercheur somnambule », Écologie & politique, 2014/1 (N°48), p. 61-74. DOI : 10.3917/ecopo.048.0061. URL : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2014-1-page-61.htm

Zitouni, Benedikte. Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote .Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture prochaine du Musée du même nom à Liège, organisé par l’ULg. (13/11/2017).

Crédit du bandeau : Jeanne Tripier

Images d’illustration du billet :

  • Image personnelle d’un petit métier à tisser
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Permaculture#/media/Fichier:Jardin_en_permaculture.jpg
  • Métier à tisser lyonnais : https://www.atelierdesoierie.com/historique-de-la-panne-de-velours/
  1. le nom de « Villa réflexive » est celui que nous avons donné à ce carnet Les Espaces réflexifs dans ses premières années (2012-2013), la métaphore de l’espace de cohabitation et d’écriture partagée s’est installée et a perduré au fil du temps : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/espacesreflexifs/part/preface-une-villa-reflexive-pour-une-grande-cuisine/ []
  2. je pense ici en particulier à l’importance de l’entourage de Yosra Ghliss, Léna Dormeau, Marc Jahjah, Caroline Muller et Delphine Moreau []
  3. je reviendrai dans les prochains billets sur ces questions : se situer, se positionner, se mettre en risque []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search