L’écoute comme politique de l’enquête: 5/ Écoute acousmatique, ou: Le nez dans le carnet ou dans le guidon?

Partie 1: Revenir à tâtons et à nouveaux frais sur un vieux problème

Partie 2: With whoose knowledge were… ?

Partie 3: Carol, Donna, Anna et les autres

Partie 4: En silence!

On l’a vu, Freud recommandait aux analystes de noter le moins possible dans leur carnet afin de pratiquer au mieux l’écoute flottante; il va de soi que les manuels d’ethnographie ne disent rien de tel1. Peu importe au fond ce que disent les manuels. Au Parlons-En ça fait feu de tout bois pendant deux heures: si l’on veut prétendre y comprendre quelque chose et en rendre compte, il vaut mieux noter, et de préférence abondamment… « Levons le voile » sur ce titre étrange: l’écoute acousmatique renvoie étymologiquement aux disciples de Pythagore qui l’écoutaient discourir des heures sans le voir car placés derrière un voile; depuis, elle désigne le fait d’entendre des sons sans en voir la source. Généralement, j’utilise ce terme pour désigner une situation où des personnes sont amenées à enquêter pour identifier l’origine d’un son (par exemple, comprendre le coup de klaxon qui survient dans son dos). L’expérience de la prise de notes « frénétique » pendant un Parlons-En m’amène à en détourner un peu le sens pour désigner une partie de ma posture d’écoute, une partie de mon mode de présence aux situations que je cherche à documenter.

Mes 5 carnets d’enquête au Parlons-En: 5 styles différents…
© Anthony Pecqueux

Deux remarques préalables et / ou annexes: 1/ l’enquête initialement devait porter sur la Piscine, un atelier de bricolage participatif, car il nous intéressait de comprendre des formes de participation sans le discours, de l’ordre d’un faire; ce n’est que la fermeture de la Piscine au moment de débuter l’enquête qui nous a amené-e dans l’instance qui en était à l’origine, une instance de parole que nous avons donc dû écouter. 2/ Le carnet de notes est ici une médiation différenciante, comme les habits et plus généralement les apparences sensibles: les odeurs, les techniques du corps, les ustensiles comme les agendas, les lunettes… C’est à peine caricatural: la présence ou l’absence d’un couple papier / stylo recouvre souvent la partition aidant-es / aidé-es, que le Parlons-En est précisément censé faire disparaître.

Il me faut expliquer ce soudain recours à « nous »: j’ai déjà évoqué un collectif, mais je n’ai pas encore précisé que tout le début de l’enquête ethnographique a été réalisé en duo avec ma collègue architecte Laure Brayer. Cette présence à deux a été d’une richesse incroyable pour de multiples raisons, mais aussi précisément par rapport à la dimension « feu de tout bois », et c’est pourquoi très vite nous nous sommes partagés les rôles pour rendre nos notes plus riches: je me concentrais sur les échanges de paroles tandis que Laure notait tous les gestes, déplacements, apartés, tout ce qui sortait et débordait du cadre de l’activité principale, tout ce qui nous semblait si important aussi.

Enquêteur le nez dans son carnet
© Pierre Mahey

Je me suis rendu compte à quel point ma prise de note s’apparentait à une forme d’écoute acousmatique le jour où nous avons pour la première fois échangé les rôles ethnographiques lors du 66ème Parlons-En de mai 2016 consacré aux maraudes : à Laure la prise de note des propos échangés, à moi celle des gestes, mouvements, déplacements… A la fin de cette séance, je m’aperçois que j’ai passé le plus clair de mon temps le nez et les yeux en l’air, à guetter ces mouvements, alors que d’habitude je suis le nez dans mon carnet à essayer de noter au maximum ce qui s’échange. Je m’aperçois également que nous ne sommes pas nombreux-ses dans ce cas : il n’y a guère que Claire, qui ce jour est en charge de l’animation (c’est-à-dire faire tourner le micro aux personnes qui demandent la parole, ce qui signifie guetter les demandes de prise de parole), et C., une habitante de la rue qui réalise bien souvent le travail invisible de care et de maintenance de l’assemblée (remettre à passer une cafetière quand elle est vide, aller chercher une chaise et agrandir le cercle pour la nouvelle ou le nouveau venu-e, etc.). Tout-es les autres participant-es sont plongé-es dans les échanges – d’où l’intérêt évoqué dans le dernier billet pour cette forme d’organisation de l’attention collective.

 

S’engager dans la pratique et / ou dans l’enquête?

En somme, je ne mets évidemment pas un voile ou ma veste devant mes yeux mais la quantité de paroles échangées me met littéralement le nez dans le carnet – chaque moment de répit étant consacré à noter ce que je n’ai pas eu le temps de noter en direct. Cette prise de notes frénétique est tout sauf innocente: à notre arrivée au Parlons-En, nous notions très peu… Ce n’est qu’au fur et à mesure que nous avons pu nous autoriser à le faire, ou plutôt qu’on (les participant-es) nous a autorisé à le faire. Se dessine alors une équation à trois inconnues, impliquant la réalisation de l’enquête, notre engagement dans la pratique (et non dans l’enquête, même si cet engagement n’est pas « détaché » de l’enquête) et les difficultés du Parlons-En lui-même (du fait que les organisateurs, arpenteurs, étaient en train de fermer). En gros2, ce sont les difficultés d’arpenteurs et donc la mise en question de la pérennité du Parlons-En qui nous ont poussé à nous engager dans le Parlons-En et son organisation, ce qui a autorisé la prise de notes la plus exhaustive possible. Et d’autant plus que parfois engagement et prise de notes se recouvraient puisque pendant deux ans nous sommes devenu-es les « scribes » du Parlons-En, les personnes en charge de réaliser le compte-rendu et désignées comme telles dans le cercle. 

Parfois, l’enquêteur n’est pas seul à écrire; ici également l’animatrice, en vue de recueillir des traces en direct de ce qui se dit
© Pierre Mahey

D’où ce jeu de mots un peu facile du titre, qui ne dessine pas une alternative (ou le nez dans le carnet, ou le nez dans le guidon) mais bien un lien fort (ce qui ne l’empêche pas d’être ambigu): c’est dans le mouvement où nous nous sommes engagé-es que l’enquête a pu se réaliser dans ces conditions, que nous avons pu noter autant. C’est aussi une manière de revenir sur la notion de passibilité de Louis Quéré, présentée dans le dernier billet, à savoir ce qui fait de l’expérience « une traversée dans laquelle celui à qui l’événement arrive s’expose, court des risques, voire des dangers, met en jeu son self ». Cette définition souligne combien l’écoute au Parlons-En n’est ni passive ni innocente, mais bien une pratique risquée3 et ce pour tout le monde, et ce d’autant plus sans doute pour le chercheur qui ne peut venir que « prendre », dont le mode de présence ne peut être celui d’un « cueilleur » ou « collecteur » de « données ». 

Une écriture de gaucher… et surtout une superposition de couleurs indiquant ce qui est noté en direct d’une part (noir) et ce qui est repris / complété plus tard d’autre part (bleu)
© Anthony Pecqueux

Jour où je note les mouvements, gestes…
Dans la marge gauche, je note qui parle et sur quel sujet, afin de pouvoir croiser avec Laure plus tard
© Anthony Pecqueux

Même type de notes
© Anthony Pecqueux

Après ce détour visuel par les cuisines de l’enquête, retour final à cet entrelacement entre engagement dans la pratique et réalisation de l’enquête, ce qui pourrait être une des manières de dé- ou re-composer l’observation participante4. Ce n’est évidemment pas une recette magique, valant partout et tout le temps; il s’agit tout au plus de la recette locale que nous avons bricolée, Laure, les participant-es et moi, et surtout ce à partir de quoi nous avons expérimenté une relation ensemble, qui n’est pas totalement finie5 et dont il me reste à tirer de nombreux fils.

 

Recherche participative?

Dès lors, cette recherche est-elle ou doit-elle devenir participative ? J’y réponds par la négative, à partir de trois arguments différents mais entremêlés.

1/ Sur un plan très général: les participant-es au Parlons-En ont eu besoin que je prenne part, que je m’engage, mais l’inverse ne s’est jamais exprimé: que certain-es aient le besoin / envie etc. d’en passer par la recherche. Il me semble que faire tenir le Parlons-En mois après mois, années après années est en soi une forme de recherche. C’est une expérimentation, avec sa propre réflexivité, ses essais et erreurs, etc., et je n’en suis que le « témoin modeste », celui d’aujourd’hui: « dans l’action, fini et sale – et non transcendant et propre », selon les mots de Donna Haraway6.

2/ Sur un plan plus strictement éthique, en repartant du très beau texte de Florence Piron sur son enquête de thèse avec des jeunes montréalais-es, texte que j’ai connu grâce à un billet de Marie-Anne Paveau ici7, notamment ce passage:

Retravailler les expériences qui m’avaient été narrées pour les écrire dans un texte scientifique risquant sans cesse d’objectiver la rencontre et l’altérité dans une forme figée et monologique, n’était-ce pas prendre le risque de détruire la dimension éthique de mes rencontres? Le caractère longuement réfléchi de mon commentaire analytique n’était-il pas l’antithèse de la réponse « spontanée » et non calculée qui est, selon Lévinas et Bauman, la marque de la responsabilité pour autrui? (p. 18)

La manière dont je cherche à hériter de tels questionnements serait de les actualiser à chaque ligne écrite (pendant l’écriture), de faire en sorte que chacune de ces lignes pourrait être lue par les personnes impliquées – idéalement: de leur faire lire chaque ligne et de pouvoir en parler avec elles. C’est un peu comme s’il y avait des formes de participation à la recherche, à même l’écriture de mon point de vue, et de manière plus dialogique dans la réception.

3/ Enfin, sur un plan qui me semble ouvrir vers une politique de l’enquête ou de la relation, en repartant d’une formulation des savoirs situés, à savoir celle de Vinciane Despret et Isabelle Stengers dans Les faiseuses d’histoires (La découverte, 2011), par exemple quand elles commentent la biologiste Barbara McClintock et :

sa décision de ne plus se servir du maïs pour élucider les énigmes de la génétique, mais d’apprendre ‘avec lui’, de comprendre son fonctionnement, au sens le plus intime du terme, de l’interroger en passant par ses propres et exigeantes conditions (p. 41)

Comme si, d’avoir appris avec ou de lui, permettait de

pouvoir sentir et dire ensemble: ‘Ceci importe’. Pouvoir en faire toute une histoire (p. 60)

J’en comprends que si une enquête ethnographique engage tant les savoirs du sociologue que ceux des personnes impliquées, si elle nécessite d’apprendre d’elles, l’intervention du sociologue en est une également, à part entière, et qu’à ce moment le sociologue aussi, modestement toujours, en apprend un peu aux personnes sur leurs pratiques, au moins au sens où il produit des effets. Encore une conclusion qui pose plus de questions et de problèmes qu’elle n’en résout, mais c’est une autre histoire.

 

  1. Quoique? Un travail sur la fluctuation dans le temps des recommandations de ce type ne serait pas inintéressant; s’y dessineraient sans doute des figures du savant/sachant bien disparates à travers cette matérialité de son intervention. []
  2. Je fais vite car j’aurais BEAUCOUP à en dire… []
  3. Et on en revient aux savoirs situés, au commentaire de D. Haraway par B. Zitouni []
  4. Je rappelle en passant le texte lumineux de Jeanne Favret-Saada, « Être affecté« , montrant que le plus souvent les ethnographes ne participent formellement à rien et se contentent d’observer… []
  5. Si pour de multiples raisons, je ne réalise plus formellement d’enquête ethnographique au Parlons-En, je reste connecté, attaché; et ce présent me semble aussi dessiner l’avenir de cette relation: je n’ai rien à et ne veux rien clore ici []
  6. « Le témoin modeste : diffractions féministes dans l’étude des sciences », Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, Anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils éditeur, 2007, p. 309-333 []
  7. Merci à @infusoir, pardon Mélodie Faury de me l’avoir signalé – et la boucle est presque bouclée! []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search