L’écoute comme politique de l’enquête: 4/ En silence!

Partie 1: Revenir à tâtons et à nouveaux frais sur un vieux problème

Partie 2: With whoose knowledge were… ?

Partie 3: Carol, Donna, Anna et les autres

Retournons au Parlons-En, ou plutôt entrons-y vraiment. Pour rappel, comme je le disais dans la partie 2, le Parlons-En est un espace non-institutionnel de parole instauré en 2009 à Grenoble, et qui vise à mettre en débat les sujets concernant les « grands précaires »: « un espace de débats et de projets par les habitant.e.s de la rue et de la ville » comme le précise le site internet. Concrètement, un cercle de chaises (de 20 à 50), une animatrice ou un animateur au centre et un micro / bâton de parole (relié à une sono tout de même) qui circule au gré des demandes.

Le cercle de parole
cc https://lieugrenoble.wordpress.com/images-et-sons/

Dans un article récent mais trop court, j’ai commencé à poser la question cruciale pour moi des modes d’attention impliqués dans un tel dispositif en partant d’un des derniers textes non traduits du sociologue Erving Goffman, Fun in Games. Il veut laisser de côté la question du play (le jeu selon ses règles, ses institutions…) pour se focaliser sur celle du game et le plaisir que nous y prenons. Goffman file la métaphore de la partie de poker, et plus largement des activités ludiques (game) en tant qu’elles sont des « activités bâtisseuses de monde » (p. 25, world-building activities), au-delà du seul jeu (play). De telles activités sont immersives dans la mesure où elles génèrent une forme d’ »inattention sans effort » vis-à-vis du monde environnant, une membrane se chargeant de faire le « tamis » entre le mini-monde de l’activité et le vaste monde du dehors. L’image de la partie de carte est effectivement très parlante pour saisir le propos plus théorique de Goffman.

Santons, Partie de cartes
© C.Chillio

 

Empowerment / passibilité

Je voudrais repartir d’une de mes « conclusions » dans ce texte, qui évidemment ne fermait rien mais au contraire visait à poser ou formuler de nouveaux problèmes. Au bout de ce parcours sur l’immersion dans un cercle de parole comme le Parlons-En, je constatais qu’elle se présente déjà comme un problème pratique pour les acteurs. Bon nombre des éléments du dispositif imaginés par les organisatrices et organisateurs et actionnés en cours de rencontre sont destinés à créer les conditions de l’apparition et du maintien de l’immersion, à partir de ce qu’Yves Citton appelle des « effets d’envoutement présentiel », par lesquels on donne toute son attention à celui ou celle qui parle. Il est évident qu’une initiative comme le Parlons-En vise l’empowerment, la capacitation de celles et ceux qui y participent1; mais je pense que définir les choses uniquement de cette manière met trop l’accent sur l’activité, l’activation, etc.

Par conséquent, en complément à une perspective qui qualifierait une telle situation d’empowerment, il pourrait être heuristique de partir du terme de « passibilité », antonyme à impassibilité, proposé dans plusieurs textes importants par Louis Quéré. À travers la passibilité, une expérience apparaît comme une « traversée dans laquelle celui à qui l’événement arrive s’expose, court des risques, voire des dangers, met en jeu son self ». Le Parlons-En et sa politique du sensible particulière ne peuvent aller sans la passibilité : on ne fait pas que prendre la parole, le plus souvent on se contente d’écouter, et sans rester impassible. Il me semble qu’avec cette notion de passibilité se trouve thématisé de manière originale le couple problématique parler / écouter, qui ne se réduit pas à activité / passivité : il y a bien des manières d’écouter, depuis la réception empathique des propos jusqu’à une réaction viscérale en rebond, corps et voix dressés pour exprimer son désaccord.

Le cercle permet la propagation des notes Autrice-auteur non connu-e

Formuler ainsi la singularité du Parlons-En permet de se montrer attentif d’une part à l’art délicat de la distribution du micro, et d’autre part à la capacité de rebond à un propos dans la mesure où elle fait progresser le débat général – ce à quoi peine une distribution de la parole dans le strict ordre chronologique2. Pour autant, s’il est essentiel de ménager une place au rebond,  Pierre (un des piliers du Parlons-En) pense qu’il doit être retardé au maximum, précisément pour des enjeux d’écoute, de qualité d’écoute, et donc bien l’enjeu d’une passibilité première. Pour que le rebond ne soit pas uniquement réaction viscérale (au sens où le rebond ne s’arrêterait que sur une partie des propos, et au sens donc où l’écoute n’aurait été que partielle), mais pour qu’il soit une réaction « informée » en quelque sorte par une passibilité, par une véritable écoute.

Le cercle & ses entours
Autrice – auteur non connu-e

Il me faut prendre le temps de resituer cet échange avec Pierre. C’est le 82ème Parlons-En (avec compte-rendu disponible), en décembre 2017, une séance un peu particulière puisqu’il s’agit d’une part de fêter l’obtention d’un budget participatif de la ville de Grenoble pour le Lîeu, et d’autre part de faire la troisième assemblée générale de l’association Parlons-En. En effet, mi-2015, le cabinet arpenteurs qui organisait les réunions depuis le début en 2009 ferme suite à des difficultés financières ; s’ensuit une période où Pierre et Claire, les deux derniers d’arpenteurs, mobilisent différents membres réguliers, notamment du côté des structures « amies », comme des accueils de jour de Grenoble (Point d’Eau, Le Fournil, Le Local des Femmes). Au Parlons-En de décembre 2015, une association de type collégial (c’est-à-dire sans dirigeant) est créée, et avec l’association un petit collectif mouvant, de cinq à quinze personnes, qui se dénomme précisément « la collégiale » et qui se réunit entre les Parlons-En pour organiser le-s suivant-s. Donc ce jour de décembre 2017, il n’y a pas de sujet précis de débat si ce n’est le Parlons-En lui-même: le présenter aux nouveaux venus, faire le « rapport moral » (et financier!) de l’année, élire la nouvelle collégiale… et quand même débattre du futur Lîeu, énoncer les grands principes qui le guideront. Comme souvent à cette époque, plusieurs membres sont dans la cuisine attenante à la salle, en train de préparer le repas pour tout le monde à partir de denrées glanées. Le compte-rendu montre quelques facettes de tout cela.  

 

Faciliter et le rebond et le silence: l’art délicat de l’animation

La séquence qui m’intéresse prend précisément place pendant le repas, le cercle de chaises ayant laissé place à des rectangles de tables pliables (le terme de salle polyvalente prend très concrètement sens). Nous venons de finir la soupe courge / lait de coco; nous passons à riz / poulet – oignons – champignons en sauces au choix (les repas sont confectionnés avec une alternative pour les végétarien-nes et une attention à ce qu’il n’y ait pas de porc). Pierre vient s’installer en face de moi, à la fois jovial (dans le ton de la fête collective) et un peu nostalgique: pour la première fois, il ne sera pas membre de la collégiale; Claire, l’autre pilier du Parlons-En issue d’arpenteurs non plus, comme si les deux s’autorisaient à passer la main en quelque sorte. Pierre se lance du coup dans une remémoration de celles et ceux qui ont fait le Parlons-En depuis 2009, accompagné par les commentaires de Zohra, ex-habitante de la rue et présente depuis le début. Cette conversation sur le Parlons-En me permet de poser quelques questions qui me tiennent à cœur:

Moi: Et comment t’est venue l’idée du cercle? Car à Charleroi [le Parlons-En originel, mais dont j’avais remarqué dans la vidéo réalisée par arpenteurs que la configuration de débat n’était pas un cercle mais des rangées de chaises] ce n’était pas du tout ça!

Pierre: En effet, j’étais en avance sur Charleroi, j’avais déjà une théorie de ça3. Ma référence majeure, c’est l’arbre à palabres. Même si ce que j’ai vu en Afrique ce sont surtout des déclamations: une personne prend la parole, on l’écoute, puis une autre sur un sujet souvent différent, etc.

Couverture d’un livre auquel Pierre a participé, 2004, Presses Universitaires de Louvain
Image non créditée

Moi: Ah d’accord, et pas les éco-féministes américaines comme Starhawk? [la question me brûlait, je sortais de la lecture de Rêver l’obscur et voyais un lien puissant entre le Parlons-En et sa « théorie-pratique » du cercle…]

Pierre: Non je ne connais pas. L’autre référence ce sont les trois cercles: dans le premier on parle, dans le deuxième on se préparer à parler et dans le troisième on écoute!

Moi: Ah oui, mais tout ça réduit quand même la capacité de rebond: quand tu es dans le cercle où tu te prépares à parler, tu as déjà ton sujet en tête et ce n’est pas forcément en lien avec ce que dit la personne qui parle…

Pierre: Bien sûr mais il faut la réduire au maximum cette capacité de rebond! Il faut sacraliser la parole! Mon exemple préféré c’est les députés à Bruxelles: à la fin de chaque intervention, c’est le silence car il faut attendre sa traduction dans de nombreuses langues!

Et voilà, patatras! Je commençais à avoir des « certitudes » sur cette enquête commencée en mars 2015, Pierre me chamboule tout! Il insiste sur cette « sacralisation de la parole » en répétant l’expression, en la mettant en lien avec le principe des « Silence on parle« , dont il projetait alors de faire une nouvelle performance / débat à Grenoble – mais à ce moment je dois m’éclipser de la table pour aller chercher de l’eau pour Zohra (le robinet se trouve dans le cuisine où ses deux chiens la suivraient si elle-même y allait…). Moi qui étais focalisé sur l’art de l’animation au Parlons-En, à savoir la capacité à débusquer les signes d’un rebond pour que le débat en soit réellement un, comme une tension du corps supplémentaire dans la demande de parole, je ne saisissais pas encore l’enjeu de retarder le rebond. Qu’une part de l’art de l’animation est de donner toute sa place à un interlocuteur que j’oubliais: le silence. Est-ce que la démarche un peu flegmatique de Pierre quand il anime, qu’il ne se presse pas particulièrement de passer le micro d’un-e membre à l’autre est une manière de faire place au silence, de faire résonner les propos qui viennent d’être proférés?

 

Écouter le silence

Évidemment, la séquence se poursuit, toujours aussi riche, mais je m’arrête ici pour cette fois. Sur cette pratique du silence dans la communication, il y a de nombreux fils à tisser, je vais en déplier deux avant de revenir sur un autre Parlons-En. Le premier est lié à l’écoute que Freud a décrite (sans vraiment la théoriser) comme devant être celle de l’analyste; il la caractérise comme flottante au lieu de demander à l’analyste une focalisation de tous les instants, et il la place sous le signe de la « suspension » et de la passivité. Le moins de notes possible afin de préserver cette écoute, recommande Freud4. L’analyste doit suspendre la « volonté de (…) de sélectionner l’essentiel en délaissant le superflu », et « laisser tous les mots et toutes les informations en égal suspens, même ceux qui paraissent secondaires à la première écoute » (idem). Cette absence de hiérarchie me semble intéressante, avec l’idée supplémentaire qu’au Parlons-En, contrairement à la séance d’analyse, la suspension serait aussi temporelle: c’est en laissant du silence entre les prises de paroles qu’on peut atteindre cette écoute non hiérarchisée.

Le deuxième fil que je veux tirer / tisser fait retour vers les pratiques militantes et leur réflexivité, à travers le riche livre de David Vercauteren aux Prairies Ordinaires, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives, surtout que Vercauteren a lu Starhawk et ne manque pas de le dire. Le chapitre « Silence » se termine par cette proposition faite aux groupes militants de:

« fabriquer une contrainte collective qui inviterait à ne pas rebondir sur la parole de quelqu’un sans avoir laissé un moment de silence. Ce moment peut devenir un espace que continue d’habiter la parole qui vient d’être prise, comme un prolongement de la pensée et de questionnement pour soi-même sur la ­pertinence de la réponse que l’on se sent prêt à lui apporter : est-ce que ce que je vais dire a finalement un intérêt quelconque? »

Ce qui est immédiatement suivi d’une note de bas de page qui cite Plutarque et son traité Sur le bavardage, où il préconise aussi de:

« s’habituer à faire halte, à créer un intervalle entre la question et la réponse pendant lequel l’interrogateur peut ajouter ce qu’il veut et soi-même penser à ce qu’on va répondre, afin de ne pas se ruer sur la question et ainsi l’ensevelir en déversant aussitôt avec abondance et excès de zèle une avalanche de réponses sur ceux qui sont encore en train de poser des questions »

Ces propos résonnent beaucoup avec ceux de Pierre, même si au Parlons-En une telle contrainte collective n’est d’une part pas du tout explicit(é)e, et d’autre part assez peu observable si ce n’est ces subtils ralentissements de la démarche de Pierre – si subtils que je ne les avais guère remarqués, mais je ne pense pas que l’enjeu soit de créer de larges « plages » de silence, car l’animation se doit aussi d’organiser une dynamique de la parole, sans quoi des participant-es ne resteraient sans doute pas5. Le silence m’a éclaté aux « yeux » deux mois plus tard, avec un autre animateur, Pierre Louis qui tenait ce rôle pour la première fois. Un très beau Parlons-En de 14 février, de Saint-Valentin, pour aborder le sujet difficile de « la vie sexuelle et affective à la rue » (le compte-rendu contient notamment le témoignage magnifique d’I.). Je n’en dirai pas plus pour me concentrer sur Pierre Louis et son style d’animation. Cela commence par un petit couac puisque pour susciter une première prise de parole après le tour du cercle, il « désigne » une personne – alors que l’animateur est plutôt là pour repérer les demandes de parole et les gérer. Ce sera le seul couac; pour le reste il remplit ce rôle avec beaucoup de dextérité, comme s’il l’avait toujours fait6.

Mais Pierre Louis fait plus que remplir un rôle, il le réinvente en inaugurant un nouveau geste, que je n’avais jamais vu jusqu’alors. En effet, il retourne systématiquement s’asseoir à sa chaise après avoir laissé le micro à un-e participant-e, et ce quelle que soit la distance à combler – alors que Pierre, ou Zohra, ou Claire, ou toutes les personnes que j’ai vu animer jusqu’à présent restent à proximité de celle ou celui qui parle, à côté ou derrière, ou s’assoient sur la chaise disponible la plus proche. Il faut saisir qu’un cercle d’une quarantaine de chaises comme ce jour fait de l’animation une activité très physique7. Pierre Louis a agi différemment et par ce geste inédit il a créé un vrai temps entre chaque prise de parole, un vrai silence. Il a mis en pleine pratique et en pleine visibilité / audibilité ce que Pierre disait deux mois plus tôt.

Pour conclure, cette séquence illustre quelques unes des boucles étranges évoquées dans les précédents billets: l’immersion dans une enquête qui fait que lectures (comme Starhawk) et empirie s’informent ou se plutôt se forment mutuellement; ou encore le fait que les savoirs se situent des deux côtés de la pratique scientifique, puisqu’ils sont ici au moins autant du côté de Pierre et Pierre Louis que du mien. Enfin, je voudrais souligner que cela n’a pas beaucoup d’intérêt pour moi de savoir si « réellement » (et / ou « consciemment ») Pierre ralentit ou non sa démarche pour distribuer le micro; ou si Pierre Louis est « conscient » d’inventer un geste en retournant s’asseoir sur sa chaise. Ces pratiques ont lieu, ont des effets, et j’essaye de rendre compte du Parlons-En qui advient du fait de ces pratiques.

 

 

  1. arpenteurs, le cabinet d’urbanisme participatif à l’origine du Parlons-En, est aussi fortement impliqué dans le réseau Capacitation citoyenne. Je ne souhaite pas ouvrir le débat ici mais mentionne en passant qu’Isabelle Stengers propose – à la suite de Marcelle Stroobants – de traduire empowerment par « habilitation », afin de souligner qu’il n’est pas question d’une « acquisition » mais plutôt d’une métamorphose. Ce passage est p. 17-18 de sa préface à Quel monde voulons-nous? de Starhawk []
  2. Cela permet d’éviter les « tours pour rien » qui minent souvent les débats de la démocratie participative, quand les propos se font en réaction à ce qu’a dit Untel il y a quinze minutes… Pour une perspective proche de la mienne, dans le cas des AG autonomes et anarchistes, je renvoie au très beau travail de Manon Him-Aquilli []
  3. Présente par exemple dans son livre de 2005, Pour une culture de la participation; cet architecte de formation a pensé l’espace de débat: « L’expérience montre qu’il suffit de casser l’ordonnancement de la salle de classe en disposant les sièges en rond, sans hiérarchie aucune, pour que le ton de la réunion change, que chaque intervention soit davantage constructive et responsable », p. 122-123 []
  4. Je m’appuie pour ce passage sur la lecture qu’en fait François Noudelmann dans Penser avec les oreilles, Max Milo Éditions, 2019, p. 229sqq []
  5. Art bien délicat décidément que celui de l’animation… []
  6. Et ce alors même que ses premiers pas dans le Parlons-En, contemporains des miens, étaient plutôt caractérisés par des prises de parole sanctionnées par l’animateur car trop longues, trop pleines de ces sigles et acronymes que beaucoup ne comprennent pas, etc. Il en est désormais un pilier []
  7. Au fil des deux heures, on voit le corps de l’animateur devenir systématiquement moins alerte qu’au début; parfois on assiste à des prises de relai à l’animation []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search