L’écoute comme politique de l’enquête: 3/ Carol, Donna, Anna et les autres

Partie 1: Revenir à tâtons et à nouveaux frais sur un vieux problème

Partie 2: With whoose knowledge were… ?

Ce billet se veut une simple déambulation parmi les autrices qui ont donné une place importante à cette question de l’écoute, n’en faisant jamais qu’une métaphore1. J’ai découvert ces lectures pendant mon enquête sur le Parlons-En; lectures et enquête s’informent donc mutuellement, forment ensemble l’univers dans lequel je suis immergé depuis quelques années. C’est pourquoi je choisis de laisser toute la place ou presque aux autrices, ne commentant que pour rendre intelligible; c’est aussi le choix de laisser la lectrice ou le lecteur réaliser sa propre déambulation, sa propre compréhension de ces citations.

Téléphone mural
Autrice – auteur non connu-e

 

Carol

Pour commencer, les toutes premières lignes de l’ouvrage fondateur s’il en est des théories du care: Une voix différente. Pour une éthique du care (1982, Flammarion, traduction en 1986 par Annick Kwiatek, revue en 2008 par Vanessa Nurock) de Carol Gilligan:

Voici dix ans que je suis à l’écoute des gens: je les écoute parler de morale et d’eux-mêmes. Il y a cinq ans, j’ai commencé à percevoir des différences entre toutes ces voix, à discerner deux façons de parler de morale et de décrire les rapports entre l’autre et soi. Les différences que les écrits de psychologie identifient comme des étapes progressives du développement de l’identité et de la conscience morale se révélèrent tout à coup plutôt comme les notes d’un contrepoint musical intimement mêlé au cycle de vie et dont la mélodie se fait entendre, avec toutes ses variations, à travers les jugements, les fantasmes et les pensées des êtres. (…)

La voix différente que je décris n’est pas caractérisée par son genre mais par son thème. (…)

Summer in the City, Edward Hopper, 1950

Ce qui m’intéresse, c’est l’influence réciproque de l’expérience et de la pensée, les différences entre les voix et les dialogues qu’elles engendrent, la manière dont nous nous écoutons et dont nous écoutons autrui, et ce que nous racontons sur nos propres vies. (…)

La façon dont les êtres humains parlent de leur vie a son importance, le langage qu’ils emploient et les connexions qu’ils établissent révèlent le monde qu’ils voient et dans lequel ils évoluent et agissent.

Parler de sa vie et (le plus souvent) écouter les autres (le faire); voilà une définition très pratique du Parlons-En! J’aime me faire la remarque que deux textes ultérieurs de Gilligan (parus en français) sur Une Voix différente reprennent le motif de l’écoute. Déjà, « Un regard prospectif à partir du passé » (in Vanessa Nurock (dir.), Carol Gilligan et l’éthique du care, PUF, 2010, traduit par Patricia Paperman):

La voix différente est une voix de résistance à ces dualités et hiérarchies, et l’éthique du care, avec son attention à la voix (à ce que chacun ait une voix et soit écouté et entendu) et aux relations, est l’éthique d’une société démocratique (p. 20)

Il est impossible d’écouter réellement les femmes et de continuer à vivre dans un régime patriarcal. (p. 36)

Ou encore « Résister à l’injustice: une éthique féministe du care » (in Contre l’indifférence des privilégiés. A quoi sert le care?, édité par Patricia Paperman et Pascale Molinier, Payot, 2013, traduit par Marlène Jouan), où après s’être présentée comme musicienne, et plus particulièrement pianiste (et grande amatrice à ce titre de Bach et des contrepoints), Gilligan précise:

Quand j’ai commencé ma propre recherche, j’ai écouté comment les gens parlaient d’eux-mêmes et des autres, les histoires qu’ils racontaient sur leurs propres vies. J’ai été frappée par une disparité entre la voix de la théorie et les voix entendues sur le terrain. Le mot ‘voix’ fut un choix évident pour restituer ce que j’entendais. Il évoquait les questions suivantes: Qui parle et à qui? Dans quel corps? En racontant quelles histoires à propos des relations? Dans quels cadres sociétaux et culturels? (p. 40)

 

Donna

Donna Haraway a-t-elle lu Gilligan en écrivant les « Savoirs situés »2, à la manière dont Ursula K Le Guin annote en 1989 certains de ses essais écrits avant sa découverte de Gilligan en disant en substance: j’aurais écrit les choses différemment si j’avais déjà lu In a Different Voice3? Alors qu’elle travaille depuis le début du texte la thématique des « visions », brusque changement sensoriel, de plus sur un sujet précis (la « responsabilité féministe »); et, comme chez Gilligan, on retrouve le motif de l’écoute « véritable » qui éloigne des pensées binaires, dichotomiques.

La responsabilité féministe requiert un savoir à l’écoute des résonances, pas de la dichotomie (p. 125)

Couverture de l’anthologie: groupe de gorilles, salle africaine, American Museum of Natural History, cc: Wurts Brothers

Contre les visions fixes ou d’en haut, Donna Haraway plaide pour une vision encorporée, depuis un corps (cf. « dans quel corps? » de Gilligan4)

Nous ne recherchons pas les savoirs réglés par le phallogocentrisme (nostalgie de la présence du Monde vrai unique) et une vision désincarnée, mais ceux qui sont réglés par une vue partielle et une voix limitée (p. 127)

Elle parle encore de « voix hésitantes » juste après (p. 128).

 

Anna

L’anthropologue Anna Tsing est une autre autrice pour qui la question de l’écoute est déterminante – et dans un cadre général où « prêter attention » est son credo méthodologique, sa façon de définir l’art de l’ethnographe comme un « art d’observer ». Dans Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme (La découverte, 2017, traduit par Philippe Pignarre et Fleur Courtois-l’Heureux) , elle introduit l’écoute une première fois au moment de caractériser sa façon d’entendre le concept d’agencement, avec l’adjonction du qualificatif « polyphonique », pour l’entrelacement de « mélodies autonomes » qu’il suggère – et c’est alors un lien entre Carol & Anna qui se tisse par l’entremise musicale. L’enjeu est pour elle de « faire attention à des mélodies séparées et simultanées et écouter les moments d’harmonie et de dissonance qui se créaient entre elles » (p. 61). Ce qu’elle reprend plus loin (p. 238) pour situer la « pratique d’écoute attentive » qu’elle cherche à mettre en évidence.

L’écoute revient à la fin du livre, différemment de prime abord, à savoir en hommage à l’activiste Beverly Brown et à sa méthode d’empowerment, l’écoute politique, selon laquelle:

Tout rassemblement contient de nombreux possibles politiques inachevés et que le travail politique consiste à aider certains d’entre eux à venir à l’existence. L’indétermination n’est pas la fin de l’histoire mais bien plutôt un noeud dans lequel de nombreux commencements sont en attente. Mener une écoute politique, c’est détecter les traces de programmes communs en devenir d’articulation (p. 369)

Matsutake mushroom, Fotolia

 

Et les autres

Starhawk (Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique, Paris, Éditions Cambourakis, 2015, traduit par Morbic), au moment de décrire les modalités concrètes de fonctionnement de ses groupes d’affinité, fait également de l’écoute une valeur cardinale, à la fois pour soi et pour le groupe.

Celles qui écoutent bien pourraient être plus estimées que celles qui parlent fort (p. 84-85)

Marche autour du siège de Boeing, Kent, État de Washington, 1er août 1983

Quand nous faisons des tours de rôle [ce passage de main en main de la crécelle dans le cercle de parole des Natifs-Américains], la qualité de notre écoute est aussi importante que celle de notre parole (p. 164)

Elle propose alors un « exercice d’écoute active », afin que chacune sente ce que cela fait d’écouter et d’être écoutée.

Pour finir, je vous propose la compagnie de l’écologie de la perception déployée par David Abram (Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens, La découverte / « Les empêcheurs de tourner en rond », traduction par Didier Demorcy et Isabelle Stengers, 2014). Si la terre s’est tue, c’est uniquement car nous ne prenons plus la peine (le plaisir) de l’entendre; il est donc possible de modifier ses modes d’attention pour redevenir à l’écoute, ré-entendre la terre.

Lorsque nous portons attention à notre expérience, non comme des esprits intangibles mais comme des corps résonnant et parlant, nous commençons à sentir que nous sommes entendus, et même écoutés, par les nombreux autres corps qui nous entourent. Nos corps sentant répondent à l’éloquence de certains bâtiments, de certains rochers, ou aux mouvements si bien articulés des libellules. Nous nous découvrons vivants dans un monde qui écoute et qui parle (p. 118-119)

George Disario, Corbis

En niant que les oiseaux et les autres animaux aient leurs propres styles de discours, en affirmant que la rivière n’a pas de véritable voix et que le sol lui-même est muet, nous étouffons notre expérience directe. Nous nous coupons des significations profondes de nos mots, séparant nos paroles de ce qui les porte et les nourrit (p. 335)

 

 

 

  1. Impossible de toutes les citer, je renvoie néanmoins d’emblée à cet article fascinant de Patricia Paperman qui mériterait à lui seul un billet complet: « L’éthique du care et les voix différentes de l’enquête ». Recherches féministes 28, no 1 (2015) : 29–44. https://doi.org/10.7202/1030992ar []
  2. Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », in Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, Anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils éditeur, 2007, p. 107-142 []
  3. Voir Ursula K Le Guin, Danser au bord du monde. Mots, femmes, territoires, 2020, L’éclat, traduit par Hélène Collon []
  4. et là on peut retourner la question: la Carol Gilligan des années 2000 qui pose cette question a-t-elle lu à son tour Haraway? []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Ce qui me rappelle, toujours d’Emily Dickinson, #891 (traduction Charlotte Mélançon)

    To my quick ear the Leaves – conferred –
    The Bushes – they were Bells –
    I could not find a Privacy
    From Nature’s sentinels –
    In cave if I presumed to hide
    The Walls – begun to tell –
    Creation seemed a mighty Crack –
    To make me visible –

    A mon oreille fine les feuilles – conféraient
    Les journées – eux – étaient des cloches –
    Je ne pouvais me protéger
    Des sentinelles de la nature –
    Si dans une cave je pensais me cacher,
    Les murs – commençaient à parler –
    La création semblait une fissure immense
    Pour me rendre visite –

  2. Anthony Pecqueux dit :

    En complément, un cadeau de Marc Jahjah, ce poème d’Emily Dickinson:

    He was my host – he was my guest,
    I never to this day
    If I invited him could tell,
    Or he invited me.

    So infinite our intercourse
    So intimate, indeed,
    Analysis as capsule seemed
    To keeper of the seed.

    Il était mon hôte – il était mon invité,
    Je ne pourrais dire à ce jour
    Si je l’invitai,
    Ou s’il m’invita.

    Si infini notre entretien
    Si intime, vraiment,
    Semblable à l’analyse de l’épi
    Par un grainetier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.