À l’université, un homme reste un homme

On trouve énormément de témoignages venant d’enseignantes-chercheuses qui dénoncent les comportements sexistes de collègues qui se trouvent en position de pouvoir vis-à-vis d’elles : elles sont non-titulaires et ils sont titulaires, elles sont doctorantes et ils sont directeurs de thèse ou en comité de suivi, elles sont MCF et ils sont PU. Le genre croise et produit alors de façon consubstantielle d’autres rapports de pouvoir, ce qui rend les phénomènes de domination d’autant plus brutaux et les manifestations de l’asymétrie particulièrement aiguës. Mais il existe une autre situation, loin d’être inintéressante. C’est lorsque l’enseignante-chercheuse se trouve dans une position de pouvoir vis-à-vis de l’homme qu’elle a en face d’elle, qui se trouve dans une situation plus précaire, moins installée, plus incertaine, etc. Il est doctorant, elle est docteure. Il est ATER, elle est MCF. Il est en début de thèse, elle est en fin de thèse. Et là, c’est éclairant d’observer ce que se « permettent » les hommes dans une situation où l’asymétrie statutaire est en leur défaveur, dans un milieu où écrire « cordialement » plutôt que « respectueusement » à la fin d’un courriel peut vous coûter un poste, dans un milieu où il ne faut pas craindre que les génuflexions finissent par vous mettre à genoux, dans un milieu où « ne pas faire preuve d’obséquiosité » peut vite être compris comme « manquer d’égard » ou « être indélicat ». L’autrice considère que cet habitus est délétère, elle exècre ce climat qui oblige les plus vulnérables à marcher sur des œufs alors qu’ils sont eux-mêmes malmenés et méprisés quotidiennement, elle ne souscrit pas à ces codes (implicites, bien sûr) qui font que les puissants finissent par prendre goût à la soumission de celles et ceux qui les entourent. Mais elle considère que l’impolitesse, le culot et l’indélicatesse de certains interlocuteurs masculins vis-à-vis desquels elle est pourtant en position de pouvoir en dit long sur les rapports de genre et en particulier sur le travail invisible sans contrepartie qu’on attend et qu’on considère exigible des femmes. Elle n’est pas victime d’un rapport d’exploitation, car elle a les ressources et le pouvoir pour refuser ces requêtes. En revanche, elle se dit que si ces hommes-là se sont comportés ainsi avec une femme relativement « puissante » ou « légitime » vis-à-vis d’eux, alors elle ne préfère pas imaginer la façon dont ils se comporteront un jour avec des étudiantes, doctorantes, collègues, etc. en position de moindre pouvoir.

Voici donc un échantillon ; l’autrice précise que ces sollicitations librement retranscrites proviennent toutes, sans exception, d’hommes, et qu’elle n’a pas retrouvé d’équivalent provenant de femmes dans ses souvenirs (en revanche, elle avait d’autres exemples masculins mais elle a choisi de s’arrêter à trois anecdotes).

  • « Peux-tu relire cet article sur un sujet que tu maîtrises (et moi beaucoup moins, mais j’essaie de me frayer une place dans ce champ, parce que je suis assez opportuniste), sachant que c’est urgent ? Par contre, c’est presque un brouillon que je te donne, même si je ne te préviens pas, tu verras qu’il y a des passages qui sont à peine rédigés. C’est très mauvais et tu vas devoir corriger énormément de choses et me donner énormément de références. Bon, j’ai dit que c’était « urgent » mais je te ferai un retour sur tes retours seulement trois mois après et parce que tu m’as relancé par mail, et je te demanderai alors sans honte de relire la V2. Tu refuseras gentiment, du coup je pillerai la bibliographie de ta thèse et bien sûr je ne te remercierai pas dans l’article finalement publié [soyons honnête, tu es soulagée, car tu ne veux pas voir ton nom associé au mien et surtout pas à un article aussi mauvais]. Par contre, quelques mois plus tard, j’enverrai une proposition en réponse à un appel à contributions de revue pour un dossier que tu codiriges, et là, ne t’inquiète pas, la bibliographie sera constituée pour moitié d’articles à toi, dans un appel du pied particulièrement subtil [pourtant ma proposition va être refusée, pas de chance…] »
  • « Tu es spécialiste du sujet Y, et je m’y suis mis il y a peu de temps moi aussi parce que c’est assez bankable et à la mode. J’organise un séminaire dans lequel j’invite un peu n’importe qui. Tu as beau être dans mon laboratoire et même dans mon axe, je ne t’ai jamais invitée [et ça t’arrange en réalité parce que j’y défends une conception de Y que tu considères théoriquement et politiquement très problématique, pour ne pas dire catastrophique]. Par contre je vais t’écrire pour te demander les coordonnées personnelles de cette chercheuse star sur le sujet, qui m’évite et ne répond pas à mes mails sur son adresse institutionnelle, alors que je cherche à l’inviter depuis des mois. Comme elle était dans ton jury de thèse, je me dis qu’il y a moyen que tu aies son adresse mail perso … [mais tu vas prétendre naïvement ne pas avoir d’autre adresse que son mail universitaire parce que tu considères que tu n’es pas un pigeon…voyageur]. »
  • « Je monte un dossier de demande de financement auprès d’un organisme pour lequel tu as déjà obtenu des aides. Je te demande des conseils. Enfin… des conseils… je te demande de m’envoyer tous tes documents, j’insiste pour que tu rejoignes le projet (dans lequel tu ne trouves aucun intérêt scientifique) pour que tu participes à l’élaboration du dossier (donc que tu travailles pour moi), et je ne suis pas foutu de faire une simple recherche Google pour trouver des coordonnées alors je te sollicite pour le moindre contact. Et dans un énième mail qui sera le dernier parce que vraiment tu en as marre, j’ai quand même le culot de commencer ma demande par : « Désolé de quémander tes conseils de mandarin(E???) une fois encore… ». Quand tu me répondras que le terme « mandarin(e) » est déplacé parce qu’il sous-entend des formes d’abus de pouvoir, je rétropédalerai piteusement en disant que « il s’agit d’une erreur de formulation ; je voulais dire que je m’adresse à toi en tant qu’exemple »… allez, ce n’est pas comme si les mots étaient mon matériau de travail [si !]… et puis j’ai quand même sorti l’italique, alors sois sympa stp… »
Illustration : La New Home [machine à coudre] : médaille d'or, Paris 1889 : [affiche] / [non identifié] sur Gallica 
La New Home [machine à coudre] : médaille d’or, Paris 1889 : [affiche] / [non identifié] sur Gallica 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. CV dit :

    Et les étudiants qui t’expliquent un concept sur lequel tu es spécialiste ou remettent en question l’intérêt d’apprendre telle notion (toujours des hommes !).
    Par exemple, un étudiant, aspirant enseignant d’histoire-géographie, qui me disait qu’il ne voit pas l’intérêt d’un CM sur la psychologie de l’enfant et l’adolescent….

  2. Pinton dit :

    Typique: mon ex, chercheur en physique théorique, tellement sûr d’être plus intelligent que moi, que quand je faisais mmon méoire de M2 en littérature anglais, sur un livre que je connais par coeur, prétendait me dicter ce que je devais en penser alors que lui-même n’avait jamais terminé ce livre…

  3. Stomy dit :

    Tellement courant et toujours aussi pénible… Pour ma part, toujours bluffée par ce collègue barbu du collège où j’enseignais qui m’expliqua avec le plus grand sérieux que je n’avais, selon lui, « pas saisi pleinement l’intérêt de tel auteur » alors que j’avais soutenu une thèse sur lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search