« Nous situer activement, sur un mode fabulatoire »

En ce 1er mai, j’emménage dans la villa, mais c’est avant tout un 1er mai et ce 1er mai : la première fois où nous ne pouvons être dans la rue et fêter le travail, râler sur le non-travail ou le trop plein de travail, sur les mauvaises conditions de travail, sur la perte de sens parfois du travail, etc. Beaucoup de modalités inédites s’inventent pour ce 1er mai inédit – mais comme la villa est à la campagne, impossible de ne pas ressentir un peu de solitude en ce jour habituel de foule, de partage, de joie et de colère…

Je voulais du coup profiter de ce double contexte (cette villa & ce 1er mai) pour partager quelques éléments sur le fait qu’une perspective profondément située peut aussi alimenter nos réflexions syndicales et/ou politiques. Afin, d’une part, de ne pas nous en tenir aux seules recettes du passé; mais aussi, d’autre part, afin de renouveler nos répertoires d’action sans en passer par la table rase: de chercher à renouveler tout en sachant hériter.

 

Les faiseuses d'histoires

Les faiseuses d’histoires

Dans Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ? (La découverte, 2011), Vinciane Despret et Isabelle Stengers cherchent précisément à hériter des 3 guinées de Virginia Woolf, et notamment hériter du cri « Penser nous devons ! » qu’elle adressait aux femmes de son époque (afin qu’elles ne se contentent pas de vouloir imiter leurs homologues masculins, afin qu’elles inventent leurs modes d’apparition).

« Que le personnel soit politique ne devrait jamais se dire en général. Car il ne s’agit pas d’une plainte mais d’une réappropriation du passé, sur le mode de l’après-coup que rend possible une relation active d’expérimentation, c’est-à-dire aussi de fabulation. Les généralités, ici, ne débouchent pas sur grand-chose, si ce n’est l’impuissance et le ressentiment. Nous situer activement, sur un mode fabulatoire, c’est faire exister les ressources qui rendent capable de ne pas dévaler cette pente de la plainte impuissante » (p. 58; je souligne)

C’est peut-être bien ce qu’il nous reste en ce 1er mai, « nous situer activement, sur un mode fabulatoire » ; ou du moins, c’est peut-être bien ce que ce 1er mai rend criant d’urgence – tant certaines de nos pratiques semblent ankylosées depuis un moment… A condition qu’il ne s’agisse pas d’une fabulation individuelle mais bien d’une fabulation à enjeu collectif, à savoir l’enjeu d’une mise en commun :

pouvoir sentir et dire ensemble : « Ceci importe ». Pouvoir en faire toute une histoire (p. 60)

Cette mise en commun ne signifie pas recréer un « mythe unique » (ou un « récit unique »…). L’horizon reste pour elles celui d’un pluralisme radical – comme dans leur titre: le pluriel non seulement des faiseuses mais aussi des histoireS. Ce pluralisme radical se manifeste par exemple en faisant proliférer les versions1

Une version renvoie toujours à l’existence des autres, celles qui ne racontent pas la même histoire, ou qui la font varier (p. 71)

Faire proliférer les versions, comme prolifèrent les couleurs des fleurs dans les prairies et talus de mai

 

Orchidées sauvages, Vercors, France, avril 2020. Crédit: Anthony Pecqueux

Dans un tel cadre, la seule leçon est l’absence de leçon – une gageure pour nos pratiques militantes, qui précisément gagneraient à re-devenir risquées car réellement engageantes / engagées.

Bon 1er mai – vivant, inspirant & créatif

  1. Il va sans dire que Vinciane et Isabelle héritent elles-mêmes d’autres et multiples versions, et pas seulement celle de Virginia; il y a aussi la version d’Isabelle et Philippe quelques années auparavant dans La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoutement, version qui décrit le capitalisme comme un « système sorcier sans sorciers qui se pensent tels », ce qui explique à la fois notre absence de protection et notre vulnérabilité au capitalisme. C’est pourquoi Isabelle et Philippe y célèbrent les « noces du devenir et de la critique : savoir que l’on ne critique pas au nom de quoi que ce soit, mais dans le mouvement même où l’on devient capable de penser et sentir autrement » []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search