« Politique du travail domestique » par Pat Mainardi

Traduction par Vanina Mozziconacci[1] de :
Mainardi, Pat « The Politics of Housework » in Robin Morgan (ed.) Sisterhood is powerful, New York : Vintage Books, 1970, pp.447-454.

Note de la traductrice :

L’autrice, Pat Mainardi, nous a donné gracieusement les droits pour traduire et publier sur le carnet Villa Réflexive son texte écrit en 1968, à condition qu’il s’agisse de la version qui apparaît dans le volume de Robin Morgan intitulé Sisterhood is Powerful (car il a depuis été republié sans sa permission avec des ajouts et des suppressions non autorisées). Le texte original contient un quiz à la fin dont la traduction n’a pas été considérée comme obligatoire par l’autrice (et que j’ai donc laissé de côté). Cet octroi d’un droit de publication est unique, il ne permet aucune reproduction, qu’elle soit digitale ou papier.

J’ai fait le choix de l’écriture inclusive pour certains termes (comme « opprimé·e·s ») qui ne sont pas genrés dans la langue originale (anglais). J’ai par ailleurs ajouté deux notes de bas de page pour apporter un éclairage contextualisant et critique sur certains termes ou analogies.

Je tiens à remercier Yosra Ghliss, Mélodie Faury et Léna Dormeau de m’avoir laissé une place dans la Villa pour la publication de ce texte.

Je remercie également Charlie Brousseau, Léa Védie et Corinne Manchio pour leurs relectures.

Merci, enfin, à Pat Mainardi, pour ce texte, pour son autorisation de traduction et de publication et pour son soutien.

En cette période de confinement, qui rend davantage visible le travail domestique et son inégal partage, ce papier, à la fois drôle, incisif et pratique, me semble particulièrement salutaire.


Politique du travail domestique

Pat Mainardi

« Mais si les femmes ne se plaignent pas du pouvoir des maris, chacune se plaint de son mari, ou du mari de ses amies. Il en est de même dans toutes les autres servitudes, au moins au début du mouvement d’émancipation. Les serfs ne se plaignirent pas d’abord du pouvoir de leurs seigneurs, mais seulement de leur tyrannie. »

John Stuart Mill – De l’assujettissement des Femmes[2]

Les femmes libérées… rien à voir avec le Mouvement de libération des femmes ! Les premières évoquent un tas de petits cadeaux, pour réchauffer le cœur (sans parler du reste) des hommes les plus radicaux. L’autre évoque… LE TRAVAIL DOMESTIQUE. Les premières offrent du sexe en dehors du mariage, du sexe avant le mariage, des petits arrangements ménagers confortables (« Je vis avec cette nana, tu vois… ») et la satisfaction de savoir qu’on n’est pas le genre d’homme qui cherche un paillasson plutôt qu’une femme. Cela arrivera plus tard. Après tout, qui a encore envie du vieux modèle, la Ménagère Américaine, avec mari, foyer et enfants ? Le Nouveau Modèle, la Femme Libérée, couche beaucoup et a une Carrière, de préférence quelque chose de compatible avec les tâches domestiques, comme la danse, la poterie ou la peinture. 

De l’autre côté, on a le mouvement de libération des femmes, et le travail domestique. Quoi ? Vous vous dites que tout ça, c’est trivial ? Merveilleux ! C’est ce que je pensais aussi. Cela paraissait tout à fait raisonnable. Nous avions une carrière tous les deux, chacun de nous devait travailler environ deux jours par semaine pour gagner de quoi vivre, donc pourquoi ne pas partager le travail domestique ? C’est pour cela que je l’ai proposé à mon compagnon, et il était d’accord : la plupart des hommes sont trop modernes pour vous envoyer paître.  « Tu as raison », a-t-il dit, « Ce n’est que justice ».

C’est alors qu’une chose intéressante s’est produite. La seule explication que j’ai, c’est que nous, les femmes, avons subi un lavage de cerveau encore pire que ce qu’on peut imaginer. C’est probablement les trop nombreuses années passées à voir à la télévision des femmes en extase devant leur plancher brillant ciré ou piquant des crises de nerfs face à des cols de chemise sales. Les hommes ne sont pas conditionnés comme ça. Depuis le tout début, ils savent la chose la plus importante à propos du travail domestique. C’est que c’est nul. Voici ma liste de sales corvées : faire les courses, les rapporter à la maison et les ranger, préparer des repas et laver la vaisselle, faire la lessive, ranger la maison quand il y a trop de désordre, laver le sol. La liste pourrait continuer mais les nécessités de base sont déjà assez pénibles. Tout le monde doit faire ces choses-là ou trouver quelqu’un d’autre pour les faire à sa place. Plus mon mari envisageait ces corvées, plus il devenait réticent, et alors se produisit la transformation d’un doux et attentionné Docteur Jekyll en un Mister Hyde rusé qui ne reculerait devant rien pour éviter les horreurs du …travail domestique. Alors qu’il se sentait dos au mur, un mur de vaisselle sale, de balais, de serpillières et de déchets puants, ses dents de devant devinrent plus longues et pointues, ses ongles crochus et ses yeux sauvages. Trivial, le travail domestique ? Pas dans votre vie ! Essayez un peu de partager le fardeau.

S’ensuivit un dialogue qui continue depuis plusieurs années. En voici quelques points culminants :

« Ça ne me dérange pas qu’on partage le travail domestique, mais je ne le fais pas très bien. Chacun devrait faire les choses pour lesquelles il est le plus doué. »

Traduction : Malheureusement je ne suis pas doué pour faire des choses comme laver la vaisselle ou cuisiner. Ce que je fais le mieux, c’est la petite menuiserie, remplacer les ampoules, changer les meubles de place (à quelle fréquence change-t-on les meubles de place ?).

Autre traduction : Historiquement, les classes les plus défavorisées (les hommes noirs et nous) ont fait l’expérience de travaux subalternes pendant des centaines d’années. Ce serait un gâchis de main d’œuvre de former quelqu’un d’autre à les faire à présent.

Autre traduction : Je n’aime pas les travaux ennuyeux et sans intérêt, donc tu devrais les faire toi.

« Ça ne me dérange pas qu’on partage le travail, mais il va falloir que tu me montres comment faire. »

Traduction : Je vais poser plein de questions et tu devras me montrer comment faire chaque chose à chaque fois que je la ferai parce que je ne m’en souviens pas bien. Et aussi, n’essaie pas de t’asseoir et de lire pendant que je fais ma partie du travail, parce que je vais t’agacer à mort jusqu’à ce que ce soit plus simple que tu le fasses toi-même. 

« Nous étions si heureux auparavant ! » (dit à chaque fois que c’est son tour de faire quelque chose)

Traduction : J’étais si heureux auparavant.

Traduction : La vie sans travail domestique, c’est le bonheur. (Pas de débat ici. Parfaitement d’accord.)

« Nous avons des exigences différentes, alors pourquoi je devrais faire le travail selon tes exigences ? Ce n’est pas juste. »

Traduction : Si je commence à être dérangé par la crasse et le bordel je dirai « Cet endroit est vraiment une porcherie » ou « Comment peut-on vivre dans un endroit pareil ? » et j’attendrai ta réaction. Je sais que toutes les femmes ont un point faible appelé « Se sentir coupable d’avoir une maison en désordre » ou « Le travail ménager est ma responsabilité en dernier ressort ». Je sais que les hommes sont la cause de ce point faible ; si quelqu’un nous rend visite et que la maison est une porcherie, ils ne diront pas en partant « C’est vraiment un mauvais maître de maison ». C’est toi qui prendras le blâme quoiqu’il arrive. Je peux t’avoir à l’usure.

Autre traduction : Je peux provoquer un nombre incalculable de scènes au sujet du travail domestique. Finalement, faire tout le travail domestique toi-même sera moins pénible que d’essayer de m’en faire faire la moitié. Ou alors je proposerai qu’on prenne une femme de ménage. Elle fera ma part du travail. Tu feras la tienne. C’est un travail de femmes.

« Je n’ai rien contre le fait de partager le travail domestique, mais tu ne peux pas m’imposer de le faire à ton rythme. »

Traduction : Résistance passive. Je le ferai bien quand ça me chante, si je le fais un jour. Si mon travail c’est de faire la vaisselle, je le ferai une fois par semaine. Si c’est d’aller à la laverie, une fois par mois. Si c’est de laver par terre, une fois par an. Si ça ne te plaît pas, fais-le toi-même plus souvent, et alors je ne le ferai pas du tout.

« Je déteste ça plus que toi. Toi, ça ne te dérange pas tant que ça. »

Traduction : Le travail domestique c’est un travail merdique. C’est le travail le plus pourri que j’ai jamais fait. C’est dégradant et humiliant de le faire pour quelqu’un de mon intelligence.  Mais pour quelqu’un de ton intelligence… 

« Le travail domestique est trop insignifiant pour qu’on en parle. »

Traduction : C’est encore plus insignifiant à faire. Je vaux mieux que le travail domestique. Mon but dans la vie c’est de m’occuper d’affaires importantes. Le tien c’est de t’occuper d’affaires insignifiantes. Tu devrais faire le travail domestique.

« Ce problème de travail domestique n’est pas un problème homme/femme ! Dans n’importe quelle relation entre deux personnes, l’une des deux devra avoir une personnalité plus forte et dominer. »

Traduction : La personne qui domine, ça a plutôt intérêt à être moi.

« Dans les sociétés animales, chez les loups par exemple, le dominant est généralement un mâle, même s’il n’est pas choisi pour sa force brute mais sur la base de sa ruse et de son intelligence. C’est intéressant, non ? »

Traduction : J’ai des justifications historiques, psychologiques, anthropologiques et biologiques pour continuer à te soumettre. Comment peux-tu demander au loup dominant d’être ton égal ?

« Le mouvement de libération des femmes n’est pas réellement un mouvement politique. »

Traduction : La Révolution s’approche trop près de chez moi.

Autre traduction : Je ne m’intéresse qu’à la façon dont je suis opprimé, pas à la façon dont j’opprime les autres. Par conséquent la guerre, la conscription et l’université sont politiques. La libération des femmes ne l’est pas.

« Depuis toujours, les réalisations des hommes dépendent de l’aide d’autres personnes, des femmes pour la plupart. Quel grand homme pourrait avoir fait ce qu’il a fait s’il avait dû s’occuper de son propre travail domestique ? »

Traduction : L’oppression est construite à l’intérieur du Système, et moi, en tant qu’homme blanc américain, je bénéficie de ce Système. Je ne veux pas m’en priver.

Post-scriptum

La démocratie participative, ça commence à la maison. Si vous avez l’intention de mettre en application vos convictions politiques, il y a certaines choses à retenir.

  1. Il est effectivement en train de le sentir passer plus que vous. Il perd du temps libre et vous en gagnez. La mesure de votre oppression correspond à celle de sa résistance.
  2. Une grande partie des hommes américains ne sont pas habitués à faire des tâches monotones et répétitives qui ne conduisent jamais à un accomplissement durable ou important. C’est pour cela qu’ils préfèreraient réparer un placard plutôt que de laver la vaisselle. Si les comportements humains étaient mis sous forme de pyramide avec les accomplissements les plus hauts des hommes mis au sommet, le fait de se maintenir en vie serait tout en bas. Les hommes ont toujours eu des personnes pour les servir (nous), pour prendre en charge cette strate inférieure de la vie pendant qu’ils consacraient leurs efforts aux rarissimes régions supérieures. C’est donc ironique lorsqu’ils demandent aux femmes : où sont vos grandes peintres, femmes d’État, etc. ? Mme Matisse gérait un magasin de chapeaux pour qu’il puisse peindre. Mme Martin Luther King s’occupait de la maison et élevait les bébés de Monsieur.
  3. C’est une expérience traumatisante pour quelqu’un qui s’est toujours imaginé être contre toute oppression ou exploitation d’être humain de se rendre compte que dans sa vie quotidienne il a accepté, mis en œuvre (et bénéficié de) l’exploitation ; que sa justification est similaire à celle du raciste qui dit « les Noirs ne sentent pas la douleur » (ça ne dérange pas les femmes de faire le sale boulot[3]) ; et que la plus ancienne forme d’oppression dans l’histoire a été l’oppression de 50% de la population par les 50% restant.
  4. Armez-vous de connaissances sur la psychologie des opprimé·e·s partout dans le monde et de quelques faits concernant le royaume animal. Je reconnais que jouer au loup dominant ou à savoir qui commande chez les gorilles est idiot mais les hommes finissent toujours par ressortir ça. Parlez des abeilles. Si vous vous sentez vraiment hostile, mentionnez la vie sexuelle des araignées. Elles copulent. La femelle arrache la tête du mâle d’une morsure. La psychologie des opprimé·e·s n’est pas quelque chose d’idiot. Les Juifs/ves, les immigré·e·s, les hommes noirs, et toutes les femmes ont usé des mêmes mécanismes psychologiques pour survivre : admirer l’oppresseur, glorifier l’oppresseur, vouloir être comme l’oppresseur, vouloir que l’oppresseur les aime, et ce, surtout parce que l’oppresseur détenait tout le pouvoir.
  1. En un sens, tous les hommes, partout, sont légèrement schizoïdes[4] – coupés de la réalité du maintien de la vie. Cela fait qu’il est plus facile pour eux d’en faire un jeu. C’est presque un cliché d’affirmer que les femmes ressentent plus de chagrin lorsqu’elles envoient ou perdent un fils à la guerre parce qu’elles l’ont porté, allaité et élevé. Les hommes qui fomentent ces guerres n’ont fait aucune de ces choses et estiment la valeur de la vie humaine d’une façon plus superficielle. Une heure par jour c’est une estimation basse de la quantité de temps à consacrer à « garder » quelqu’un. En déléguant cela à d’autres, l’homme gagne sept heures par semaine – un jour ouvré de plus pour s’occuper de son esprit et non de ses besoins humains. Au fil des générations, il est facile de voir d’où vient l’horrifiante abstraction de la vie moderne.
  2. Avec la fin de chaque forme d’oppression, la vie change et de nouvelles formes évoluent. Les aristocrates anglais du tournant du siècle étaient horrifiés à l’idée d’affranchir les travailleurs – ils étaient convaincus que cela annonçait la fin de la civilisation et le retour de la barbarie. Certains travailleurs furent même dupés par cette théorie. De même au sujet du salaire minimum, de l’abolition de l’esclavage et du suffrage féminin. La vie change mais continue. Ne vous laissez pas avoir par une théorie qui avance que c’est la fin de tout si les hommes se mettent à faire la vaisselle. Ils vont insinuer que vous empêchez la Révolution (leur Révolution). Alors que vous la faites progresser (votre Révolution).
  3. Continuez à vérifier. Régulièrement, demandez-vous qui se charge effectivement les tâches. Il y a une tendance à la rechute dans ce genre de choses, à tel point qu’un an plus tard, c’est encore la femme qui fait tout. Au bout d’un an, faites une liste des tâches que l’homme n’a pratiquement jamais faites. Vous verrez que nettoyer les casseroles, les toilettes, le réfrigérateur et le four sont tout en haut de la liste. Utilisez des tableaux de tâches si nécessaire. Il vous accusera d’être mesquine. Il est au-dessus de tout ça (le travail domestique). Gardez à l’esprit quelles sont les pires tâches, à savoir celles qui doivent être faites chaque jour ou plusieurs fois par jour. Celles qui sont sales, aussi : c’est plus agréable d’aller chercher des livres, les journaux, etc. que de laver la vaisselle. Alternez pour les sales boulots. Ce sont les boulots répétitifs au quotidien qui vous font déprimer. Faites aussi en sorte que vous n’ayez pas la responsabilité du travail domestique avec une aide occasionnelle de sa part. « Je vais préparer le dîner ce soir » implique qu’en réalité c’est votre travail, et n’est-il pas un chic type de le faire pour vous ?
  4. La plupart des hommes ont eu une vie de célibataire riche et gratifiante pendant laquelle ils ne sont pas morts de faim, n’ont pas fini recouverts de crasse ou enterrés sous les ordures. Il y a un tabou qui consiste à dire qu’il ne faut pas que les femmes fassent d’efforts lorsqu’il y a des hommes : on transporte 20 kilos de courses si nécessaire mais on n’a pas le droit d’ouvrir un pot s’il y a quelqu’un dans les parages pour le faire à notre place. Le revers de la médaille, c’est que les hommes ne sont pas censés être capables de prendre soin d’eux-mêmes sans une femme. Ce sont à chaque fois des excuses pour que les femmes fassent le travail domestique.
  5. Attention à la double peine. Il n’aura plus les petites attentions qu’il a toujours eues pour vous parce que maintenant, vous êtes une « Femme Libérée », pas vrai ? Mais, bien sûr, il ne fera rien d’autre à la place…

J’étais justement en train de finir d’écrire ceci quand mon mari est rentré et m’a demandé ce que je faisais. Un papier sur le travail domestique. Le travail domestique, dit-il, LE TRAVAIL DOMESTIQUE ? Mon dieu ce que tu peux être triviale parfois. Un papier sur le travail domestique.


[1] Vanina Mozziconacci est philosophe, maîtresse de conférences à l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Son travail porte principalement sur les théorisations féministes de l’éducation. Elle est cofondatrice du projet FELiCiTE (Féminismes En Ligne : Circulations, Traductions, Editions) : https://felicite.hypotheses.org/

[2] Note de la traductrice : cet extrait est issu de la traduction produite par Émile Cazelles (1869).

[3] Note de la traductrice : l’utilisation de l’analogie entre sexisme et racisme dans les années 1970 a permis une dénaturalisation des rapports sociaux de sexe et de race ; toutefois, ce parallèle présentait certaines limites. Pour une réflexion sur ces limites, voir notamment : Bentouhami-Molino, Hourya, et Nacira Guénif-Souilamas. « Avec Colette Guillaumin : penser les rapports de sexe, race, classe. Les paradoxes de l’analogie », Cahiers du Genre, vol. 63, no. 2, 2017, pp. 205-219.

[4]Note de la traductrice : Le terme renvoie ici à l’idée que les hommes seraient "déconnectés de la réalité" ou "détachés des relations humaines". L’emploi de termes psychiatriques ou renvoyant à des maladies mentales pour désigner certains phénomènes sociaux a été critiqué, non seulement du fait de son caractère éventuellement dépolitisant (par la pathologisation de comportements qui résultent en réalité de dynamiques structurelles), mais également parce que ce geste serait validiste ou psychophobe (car il reconduit la hiérarchie morale dénigrant les personnes handicapées). On peut prendre pour exemple l’usage du terme "schizophrène" en lieu et place de "dualité paradoxale/contradictoire" ou encore du terme "autiste"pour désigner des phénomènes de renfermement.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 06/05/2020

    […] L’article (super) de Pat Mainardi : « Politique du travail domestique » […]

  2. 09/09/2020

    […] Séminaire : Vanina Mozziconacci & Corinne Manchio Traduire Ancora dalla parte delle bambine – Discutantes : Armelle Girinon & Stéphanie Lanfranchi Atelier : Vanina Mozziconacci sur The Politics of Housework de Pat Mainardi (traduction ici) […]

  3. 11/10/2020

    […] Vanina Mozziconacci sur The Politics of Housework (1970) de Pat Mainardi (traduction ici et texte original […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search