Boucles réflexives et performatives. Quand l’énonciation s’énonce elle-même

Dans le billet précédent, j’ai décrit rapidement cette réflexivité spécifique aux langues naturelles : on ne parle pas toujours du monde (contrairement à la vision pré-saussurienne, encore prégnante dans le sens commun, de la langue « reflet du monde »), mais on parle aussi de la parole, et on utilise le langage pour parler du langage : c’est le « méta ». Dans ce billet je voudrais montrer que cette dimension méta touche l’énonciation, et donne à certains énoncés des dimensions particulières.

Le métalangage

La linguiste Josette Rey-Debove a fourni en 1978 une synthèse extrêmement complète de la notion de métalangage et elle y explique qu’il existe deux métalangages, celui, conscient et à objectif scientifique ou d’enseignement, que le linguiste utilise pour décrire et analyser le système de la langue et ses productions ; celui, beaucoup plus spontané et souvent peu conscient, de l’usager d’une langue en situation ordinaire, qu’il soit ministre ou ouvrier, qui commente les manières de parler, la sienne et celle des autres. Un de mes énoncés fétiches (les linguistes ont parfois une sorte de petite encyclopédie personnelle, une liste d’« énoncés mémorables ») est celui que j’ai recueilli et précieusement noté un dimanche de brocante rue de la Chine en 2008 : à son voisin qui s’était adressée à elle en feignant par humour une politesse exagérée, une brocanteuse répond : « Ah, mais arrête de m’appeler madame, ça m’énerve ! Ah, y dit pas les mots qui m’sonnent, y dit qu’les mots qui m’énervent ». Extraordinaire énoncé métalinguistique, petit morceau de linguistique perceptive profane, qui se rangerait selon J. Rey-Debove dans la catégorie du « métalangage courant » :

Sur le mode scientifique-didactique, le métalangage correspond au discours du linguiste (la linguistique) et de celui qui apprend, enseigne une langue, ou pense s’y intéresser en spécialiste. Il est naturel ou partiellement formalisé ou symbolisé, ou encore entièrement axiomatisé et formalisé.

Sur le mode courant, il correspond au discours de l’usager d’une langue, discours souvent confus où l’énonciation fait preuve, à la fois d’une conscience métalinguistique moindre, au plan du contenu et de l’expression, et d’une liberté plus grande, puisque les énoncés produits ne ressortissent plus au discours scientifique sur la langue (Rey-Debove 1978 : 22).

La langue elle-même dispose d’un stock d’expressions métalinguistiques qui nous servent à parler de nos mots incessamment : « à mots couverts », « à demi-mot », « ne pas mâcher ses mots », « appeler un chat un chat », « avoir un bœuf sur la langue », « se payer » ou « ne pas se payer de mots », etc.

L’énonciation réflexive : François Recanati et la performativité

Quand la langue est en action, c’est-à-dire en énonciation, il arrive aux locuteurs de commenter leur énonciation, c’est-à-dire l’attitude qu’ils adoptent par rapport à leurs énoncés : c’est la méta-énonciation. En 1979, François Recanati publie La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, qui contribue à introduire en France les travaux de John Austin, et en particulier le concept de performativité.

La deuxième partie de cet ouvrage s’appelle « La réflexivité de l’énonciation » et commence par une section intitulée « Performativité et réflexivité » ? Mais en quoi la performativité est-elle concernée par la réflexivité ? François Recanati l’explique :

[…] on distinguera plutôt deux fonctions du langage : une fonction cognitive, qui caractérise les énoncés utilisés pour exprimer des propositions vraies ou fausses, c’est-à-dire pour représenter des faits, et une fonction instrumentale ou non cognitive, qui caractérise l’utilisation des énoncés comme vecteurs des relations intersubjectives du locuteur et de l’auditeur : avec un ordre ou une question, le locuteur manifeste son désir ou sa volonté et influence l’auditeur, en l’incitant à agir de telle ou telle façon. Les énoncés non cognitifs, on le voit, n’ont pas de sens à proprement parler : ils sont des outils et non des tableaux, ils sont utilisés mais ne représentent pas des faits (p. 92).

La réflexivité réside donc dans le fait d’émettre d’énoncé qui ne concernerait pas un « objet » (le monde, mais plutôt le « sujet » même de l’énonciation lui-même, qui accomplirait donc une sorte de boucle en décrivant ses propres intentions. L’exemple bien connu du serment permet d’illustrer ce phénomène, et de revenir à Benveniste, qui, avant d’avoir connaissance des travaux d’Austin, propose ce type d’analyse dans le célèbre article de 1958, « De la subjectivité dans le langage » :

« L’énonciation “je jure” est l’acte même qui m’engage et non la description de l’acte que j’accomplis » (1). Un énoncé de ce type, dira-t-il plus tard, a « une propriété singulière, celle d’être sui-référentiel, de référer à une réalité qu’il constitue lui-même ». La réflexivité ainsi introduite interdit qu’on fasse de ces énoncés des énoncés descriptifs ; en effet, pour qu’il y ait description ou représentation, il faut qu’il y ait une diférence entre le représentant et le représenté […] (p. 98).

Les boucles méta-énonciatives : Jacqueline Authier-Revuz et l’autonymie

J. Authier-Revuz caractérise la méta-énonciation comme « du métalinguistique 1) produit spontanément par l’énonciateur et non pas en réponse à une sollicitation extérieure […], 2) au sujet de ­ c’est-à-dire renvoyant à ­ son propre dire et non pas sur la langue comme système […] non plus que sur tel autre discours singulier (énoncé, par exemple, portant sur le sens d’un mot) […] c’est-à-dire [comme] relevant de l’autoreprésentation du dire en train de se faire » (1995 : 18).

Se situant également dans cette perspective des énoncés non descriptifs, J. Authier-Revuz prend comme objet l’autonymie, c’est-à-dire la capacité que les mots possèdent de parler d’eux-mêmes. Elle parle de « modalisation autonymique », et la définit comme « un mode dédoublé opacifiant du dire, où le dire s’effectue, en parlant des choses avec des mots, se représente en train de se faire, se présente, via l’autonymie, dans sa forme même » (Authier-Revuz 1995 : 33). La modalisation autonymique rassemble dans un même énoncé l’usage et la mention du mot ou de l’expression : le mot désigne une chose mais fait en même temps retour sur lui-même. Le locuteur commente ses manières de dire, le plus souvent spontanément. Cette pratique méta-énonciative possède plusieurs fonctions : 

  1. S’autocorriger ou corriger l’autre : j’aurais dû dire, plus exactement, tu aurais dû dire
  2. Marquer l’inadéquation de certains mots : si l’on peut dire, en quelque sorte
  3. Éliminer à l’avance une erreur d’interprétation : au sens propre, métaphoriquement, à tous les sens du mot (du terme)
  4. S’excuser : passez-moi l’expression, si je peux me permettre
  5. Reformuler le propos : autrement dit, en d’autres termes

La classification de J. Authier-Revuz : les boucles énonciatives

J. Authier-Revuz explique que les boucles énonciatives signalent toujours une non-coïncidence, une faille ressentie par le locuteur dans son utilisation du langage. Elle propose une classification des énoncé autonymiques selon la nature de cette non-coincidence, illustrée de nombreux exemples dont je présente ici une sélection (exemples recueillis dans les années 1980 et 1990).

1. Non-coïncidence du discours à lui-même

La méta-énonciation concerne ici les phénomènes de discours rapporté, de citation ou de style d’autrui. Quand un énoncé extérieur est rapporté ou cité dans un autre énoncé, alors les deux énoncés ne coïncident plus car ils n’ont pas le même énonciateur. On trouvera alors des expressions du type comme dit, pour parler comme :

  • Mais la Résistance s’est confortée, ayant des assises maintenant suffisantes pour n’être plus ce “désordre des courages” dont a parlé André Malraux (Le Monde, 07.05.1987).
  • Il est question ici d’affect pour parler français, enfin pour parler Freud (débat avec J.F. Lyotard, Maison des Sciences de l’Homme, mai 1984)
  • La conversation avait été “épaisse”, comme on dit aujourd’hui à Matignon (Le Canard enchaîné, 11.12.1985)
  • On s’est fait avoir comme des bleus, si vous me permettez de parler de cette façon, euh, de cette façon… militaire ? enfin peu importe (Oral, réunion syndicale, février 1980)

2. Non-coïncidence entre mots et choses

C’est une question ancienne : le langage dit-il le monde, peut-il le signifier exactement et avec vérité ? La réponse est évidemment négative et nous passons notre temps à le dire au moyen d’expressions comme ce qu’il faut appeler, on pourrait dire, comment dire, j’allais dire X ou plutôt Y, pour ainsi dire :

  • Ce type, il était fou à lier, je dis : fou à lier (conversation, corpus Authier)
  • Toute autre stratégie serait suicidaire et je pèse mes mots ! (Rocard 1991, corpus Authier)
  • Pendant le cours, rien ne nous était enseigné, c’est pourquoi j’hésite à l’appeler cours (Pontalis 1986, corpus Authier)
  • On peut dire qu’on est un peu voisins comme qui dirait (dialogue western, corpus Authier)
  • S’il est quelque chose, ce serait plutôt pervers, s’il faut vraiment mettre un nom dessus (convers. Corpus Authier)

3. Non-Coïncidence des mots à eux-mêmes

Nous nous interrogeons aussi beaucoup sur le sens des mots, surtout quand nous les utilisons dans un sens un peu dérivé de leur sens « premier » ou ressenti comme tel (en fait, si l’on accepte l’idée que le sens des mots est surtout activé en usage, alors la notion de sens premier redevient relative : est premier le sens activé au moment de l’énonciation). C’est ce que disent des expressions comme au sens premier, à tous les sens du mot, littéralement, si j’ose dire :

  • La plus criante des contradictions évidemment touche à l’émigration sur laquelle, on le sait, Le Pen « fait son beurre », si l’on ose dire (Domenach 1987)
  • La météo ne s’est pas, si j’ose dire, mouillée (commentaire match tennis)
  • A : Donner des sentiments à un ordinateur, c’est tout un programme ! – B : C’est le cas de le dire (convers.)
  • Le général Massu, lui, a utilisé un argument plus… frappant (Le Monde 1985)

4. Non-coïncidence interlocutive

Enfin nous sommes souvent pris dans l’incompréhension et le malentendu car le langage est un « mauvais outil », comme le dit le titre de l’ouvrage de Paul Henry qui a été fondateur à la fin des années 1970 pour défaire l’idée d’une perfection du langage. Ce n’est pas ce que j’ai dit, vous me faites dire ce que je ne dis pas, tu joues sur les mots, autant d’expressions courantes qui rythment nos ajustements permanents dans l’inter(in)compréhension : 

  • Journaliste : Pour résumer, vous niez avoir vous-même torturé mais il y avait des tortures et vous les approuviez ? – J.M. Le Pen : Non ! Je n’accepte pas le terme que vous employez. Je dis qu’il avait des hommes qui détenaient des réseaux bombes. L’armée française a été chargée de faire échec à cette offensive terroriste (Libération, 13.02.1985)
  • Mon affaire, c’est de réussir chaque mois le “cocktail journalistico-littraire” (passez-moi l’expression) qui fait de Lire le magazine de 520.103 Français friands de livres et des idées de notre temps (publicité abonnement Lire, mars 1984).

Tout notre discours, toute notre utilisation du langage sont donc rythmés par ces boucles énonciatives et ces spirales réflexives qui nous font revenir constamment sur ce que nous disons. Cela pourrait paraître épuisant ; mais la plupart du temps, les boucles sont spontanées et inconscientes, issues de cette division du sujet qui nous rend également, et symétriquement, « méconnaissants » de nos propres dires. Si les boucles réflexives nous rendent conscients de ce que nous disons à certains moments de notre énonciation, notre inconscient nous empêche tout autant, à d’autres moments, de « voir nos yeux », c’est-à-dire de savoir ce que nous disons.

Notes

(1) Benveniste É., 1966 [1958], « De la subjectivité dans le langage », dans Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, p. 265.

(2) Benveniste É., 1966 [1963], « La philosophie analytique et le langage », dans Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, p. 273-274.

Références

  • Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 2 tomes.
  • Authier-Revuz, J., 2004, « Musiques méta-énonciatives : le dire pris à ses mots », in Marges Linguistiques 7, M.L.M.S, p. 85-99.
  • Benveniste É., 1966, Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard.
  • Recanati F. 1979, La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, Paris, Seuil.
  • Rey-Debove J., 1978, Le métalangage. Étude linguistique du discours sur le langage, Paris, Le Robert.

Crédits : « Boucle« , Telomi, 2009, galerie de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Stéphanie Messal dit :

    Oh mais dites donc !

    Je me rends compte que j’utilise souvent « 3. Non-Coïncidence des mots à eux-mêmes », surtout avec mon ami Poulet. La dernière en date était : « Mais si, viens à la maison, on travaillerait ensemble sur nos thèses, ce serait très stimulant. Et puis si tu as un petit coup de mou, je te ferai du thé parce que la science… infuse ! » Est-ce que les jeux de mots de ce type rentre dans cette catégorie ? Je le ressens comme cela mais peut-être que je me trompe.

    Et dans les dernières coquilles, une fin de mail (Mélodie s’en souvient bien) : « prends soi de toi ! » Je ne l’ai même pas remarqué à l’envoi. Et même à la relecture j’ai eu du mal à le percevoir. C’est par le mail-retour de Mélodie que je l’ai vu, parce qu’elle avait ré-écrit (copier-coller) la phrase en me précisant l’anecdote. Retour réflexif donc et prise de conscience du poids des mots. Que dit-on à propos des lapsus ?

    Merci. :^)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ton commentaire stéphanie – oui je crois que tous les jeux de mots reposent sur des non-coïncidences, et en particulier des mots à eux-mêmes – ils jouent souvent sur la polysémie, mais comme le montre bien ton exemple il faut un contexte et une sorte de savoir partagé, autrement la compréhension ne peut fonctionner – les coquilles et les lapsus, c’est plus difficile à traiter je trouve parce que c’est inconscient – soit le scripteur ou le locuteur le remarque lui-même, soit, comme dans le cas que tu cites, on le lui fait remarquer – et alors, une fois conscient, alors oui on est en pleine réflexivité – mais à l’état inconscient cela ne me semble pas le cas : c’est ce qui distingue clairement à mon avis la réflexivité de la psychanalyse, alors qu’elle y est souvent ramenée, souvent dans un but critique d’ailleurs – en linguistique, irène fenoglio a beaucoup écrit sur les lapsus, dans une approche purement linguistique, i.e. sans prise en compte de l’inconscient – ici un article sur les lapsus auto-corrigés : « l’autonymie dans les rectifications de lapsus » : http://www.item.ens.fr/index.php?id=13726

  1. 09/03/2012

    […] background-position: 50% 0px; background-color:#060e0b; background-repeat : repeat; } reflexivites.hypotheses.org – Today, 11:08 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *