Partageons le design, ça urge !

Allez, il est temps de s’y mettre ! Il est bientôt l’heure de quitter cette coloc’ (déjà !) et je n’ai même pas punaisé un dessin au mur… Faut voir aussi qu’on me propose d’emménager dans une coloc un brin bizarre alors que ma maison brûle (je ne parle pas de notre planète, du moins pas tout de suite…).

Ma maison, la maison du design, qui accueille mes pérégrinations depuis bientôt 20 ans a toujours été un joyeux foutoir. Le moins qu’on puisse dire est que ce n’est pas un bâtiment construit dans la sérénité, étapes par étapes, en suivant les plans. Il s’agit plutôt d’un abri construit à la hâte à chaque fois que quelques faiseurs (et au passage penseurs, mais toujours un minimum faiseurs) se sont retrouvés inquiétés par le devenir des choses.

Back to the future

Des livres comme le fameux (au moins pour les très nombreux étudiants en design qui l’ont eu dans les mains) « Histoire du design de 1940 à nos jours » de Raymond Guidot montrent à leur manière, sur un temps restreint mais dense, cette construction par à-coups, par écoles et mouvements successifs. Il s’agit là d’une forme d’histoire « héroïque ». Elle passe en effet sous silence l’énorme masse des productions quotidiennes, moins glorieuses et moins questionnantes, auxquelles les designers participent pleinement depuis que l’industrie a pris les rennes de notre monde. Mais elle témoigne tout de même de tentatives diverses et variées, maintes fois renouvelées, pour trouver des réponses formelles qui fassent sens.

En fait, l’histoire du design commence à mon sens il y a très très longtemps avec celui qui taille péniblement un premier outil et qui, au-delà des considérations pratiques de base, se donne le mal d’y graver un signe, un symbole, de lui donner une forme qui le fait sien. Ça rebondit pendant des siècles avec des constructeurs d’édifices qui tentent de s’élever à la hauteur des dieux. Ça prend un tournant notable avec celui qui voit arriver les machines et qui dessine à dessein des choses que seuls les meilleurs artisans pourront fabriquer. Ça se relance avec d’autres qui tentent de reprendre ces machines à leur compte et de voir ce qu’elles peuvent produire de meilleur en s’appuyant sur les savoir-faire de l’artiste et de l’artisan… Et ainsi de suite.

La maison du design est une sorte de refuge toujours construit en réaction à quelque chose qui l’a précédé. On a taillé un outil dans un morceau de pierre, puis on s’est demandé ce que cet outil représentait pour nous. On a développé la puissance industrielle puis on s’est demandé dans quel sens et sous quelles formes l’utiliser.

Propulseurs sculptés et gravés datant du néolithique.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

La maison du design est une utopie, un lieu imaginaire où, sans chercher à gommer illusoirement toutes les imperfections qui sont les nôtres, nous, êtres humains, réussissons finalement à mettre en cohérence le dessin et le dessein, à donner du sens aux formes qui nous entourent et à donner des formes à ce qui fait sens.

Là où ça coince

Mais alors, me direz-vous, qu’est-ce qui fait que cette maison brûle ? Surtout que vous pourriez tout aussi bien avoir l’impression, en en ayant aperçu les contours de loin, au travers de la publicité, des expositions ou bien des articles de journaux, que la maison du design est un magnifique édifice en passe d’être classé à l’Unesco.

Et bien justement.

La maison du design brûle d’être mal habitée et mal considérée par tous ceux qui cherchent à la classer plus qu’à la faire vivre. Alors qu’elle devrait accueillir, certains veulent la barricader. Alors qu’elle devrait être place publique, on veut en faire une chapelle. Alors qu’elle devrait être atelier, elle est faite vitrine. Alors qu’elle devrait recueillir les contributions, elle sert toutes formes d’exploitations. Alors qu’elle sera toujours un rêve à construire, certains prétendent s’y être installés.

Il y a les designers eux-mêmes – et je ne m’exclue pas – qui revendiquent leur titre de façon parfois très protectionniste. Nous avons pourtant tôt fait de produire ce qu’on nous demande de produire sans questionner autant que nous le devrions, autant que notre (in)discipline nous y engage. Et si nous avons des compétences (le dessin notamment) et une culture (artistique, créative, interdisciplinaire…) importantes pour « faire du design », depuis quand le faisons nous seuls ? Les nombreux métiers avec lesquels nous travaillons ne sont-ils pas bien souvent autant parties prenantes que nous ? À partir de quel pourcentage de participation à un acte de conception peut-on se dire designer de ce qui en ressort ?

Au passage, puisque nous sommes ici dans le cadre d’une résidence « designer-sociologue », je dois avouer qu’il m’est strictement impossible de dire ce qui, dans le travail sur différents projets communs que j’ai vu produire Elvire Bornand, sociologue de son état (et colocataire de cette villa réflexive), ne relèverait pas du design. Tout l’effort était en effet tourné vers la mise en cohérence du dessin et du dessein des dispositifs et organisations sur lesquels nous travaillions.

Et puis il y a les nombreux non-designers qui prétendent en faire et/ou y recourir. Il y a entre autre les cabinets de conseil, magiquement transformés par « la méthode design thinking » qui, s’ils ont réussi à se donner des atours plus vendeurs, ne se sont à ma connaissance pas transformés en profondeur et vendent finalement peu ou prou les mêmes heures de conseil que celles qui ont échoué depuis de nombreuses années à améliorer significativement la situation de notre monde.

De quel droit je me permets de parler de « non-designers » ? Car dans les cas qui me viennent à l’esprit, je pense qu’il n’y a pas de volonté profonde de mettre en cohérence le dessin et le dessein alors que cela est la base du design. Ou, si cette volonté est présente, alors elle passe largement après d’autres considérations plus financières, stratégiques, pratiques… Il devient en effet difficile aujourd’hui, lorsqu’on a chevillée au corps la recherche de cohérence dont je parle, de répondre à des cahiers des charges catégorisés « design » où le fait de remettre au centre des préoccupations les utilisateurs n’est en fait que le tout dernier point parmi une petite dizaine d’enjeux. Pourtant ces projets trouvent preneurs.

Pendant ce temps, la maison du design fait, depuis quelques années, l’objet d’un important travail de recherche. On tente d’en solidifier les fondations tout autant que l’objet. Dans la vision la plus optimiste, il est proposé et souvent admis que le design a pour but « la conservation, voire l’amélioration de l’habitabilité du monde » (Findeli, 2010)1. Me concernant, j’aime à y croire mais j’en doute parfois. D’abord, il y a quelque dissonances avec ce que je vis au quotidien. Et puis, après tout, je suis quelque part assez disposé à ce que quelqu’un m’annonce et me montre à quel point le chemin que nous sommes collectivement en train de prendre est aussi une forme de cohérence entre un dessein humain qui serait celui de profiter des ressources à sa disposition sans se soucier de durabilité et un dessin sous la forme, peu ou prou, de notre monde moderne.

Soyons clairs et travaillons les bons sujets

J’aimerai seulement que cela soit clair. J’aimerai qu’on affirme clairement et qu’on assume enfin que le design est une activité partagée qui, dans une vision démocratique, doit être partagée par tous (et ça ne veut pas dire que tout le monde doit tout faire, mais tout le monde doit pouvoir s’y intéresser, comprendre, participer). J’aimerai, en designer-dessinateur que je suis, que différentes formes d’avenir possibles puissent être dessinées, présentées et comparées. Qu’elles puissent être discutées. Pas juste en petit comité, pas avec une pré-sélection qui met de côté la version qui n’arrange pas un tel ou un tel, pas de façon uniquement théorique ou pratique. J’aimerai que notre façon de voir le monde, qui revient généralement à penser qu’on peut sans problème associer abondance et liberté puisse être retravaillée à l’aune de la crise écologique. J’aimerai que toutes les bonnes volontés (les designers attitrés qui s’y collent et ceux non-attitrés qui le font tout autant) qui œuvrent aujourd’hui à designer des rustines pour un monde à deux doigts de crever, puissent être mises à profit pour les défis qui comptent. Il ne s’agit plus de designer une nouvelle appli qui va sauver le monde, il s’agit de re-designer le système. Évidemment, cela ne peut être fait d’un coup. Il va bien falloir découper un peu le problème en morceaux appréhendables. Mais en gardant toujours à l’esprit la participation à un objectif commun.

La maison du design est une Tour de Babel. Sauf qu’il ne s’agit pas d’atteindre un paradis mais de tenter d’en construire un là où on vit.

“Babel Tower” par Shirin Abedinirad

1 – Alain Findeli, 2010, « Searching For Design Research Questions : Some Conceptual Clarifications » dans Questions, Hypotheses & Conjectures : discussions on projects by early stage and senior design researchers, éditions iUniverse, pp. 286-303.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search