Une sociologue découvrant le design : une aventure en Technicolor

Une sociologue, c’est moi, hein, Elvire Bornand, mais je me suis dit que si je titrais “Elvire découvre le design”, ça allait avoir l’air de ça :

Pour surmonter la lecture de ce billet il faut un état d’esprit particulier. (Fondu au noir) On est samedi, il est 19H30, vous venez de déposer le dernier carton sur le sol de la Villa réflexive. Vous vous étiez dit “non mais cette fois je me moque de l’état dans lequel on finit, on règle le déménagement dans la journée, je veux pas de cartons trainant pendant des jours.” Mais voilà, y’en a marre. Y’en a aussi partout. Mais en négociant bien on peut transformer certains cartons en tabouret et enjamber ce qui traine pour atteindre la cuisine où on a laissé l’apéro pour quand-ce-sera-tout-fini.

Vous y êtes ?

Tant mieux parce que du désordre il va y en avoir dans l’histoire que je vais essayer de vous raconter. MAIS il se peut qu’il y ait aussi de l’apéro.

Comme on m’a dit de faire comme chez moi, je mets la musique.

Nous sommes, je pense, en 2013 et je travaille depuis quelques mois pour la Ville de Nantes et la communauté urbaine de Nantes Métropole sur une mission d’observation sociale. Ce n’est pas un poste pérenne. C’est une opportunité qui m’a été offerte sur quelques mois par Aurélie Guinness, sur le remplacement de son congé maternité, pour prolonger les travaux sur le non-recours aux droits et aux services que j’avais menés dans le cadre d’un post-doc à la Maison des Sciences de l’Homme.

Ça se passe plutôt bien. Voire très bien. Je suis toute guillerette. Je kiffe faire de la socio au sein d’une collectivité territoriale bien plus que ce que j’ai jamais aimé participer à un projet de recherche à l’université.

Et là j’entre dans un bureau.

Et c’est le drame.

2013 : je prends sur moi

Face à moi, étalé gigantesquetiquement sur le mur, y’a un poster qui explique de manière extrêmement parlante A/ que la première année de vie à Nantes de quelqu’un qui arrive de l’étranger ben c’est pas qu’un peu compliqué ; B/ que ces nouveaux arrivants ne priorisent pas forcément leurs besoins de la manière dont l’a pensé, prévu et organisé la puissance publique.

État des lieux graphique “La 1ère année pour les citoyens étrangers à Nantes ” – Cahier retraçant le projet à télécharger ici

Comme je vous le disais je travaille sur le non-recours, c’est-à-dire sur des trajectoires de personnes éligibles à des droits qui n’y ont pas effectivement accès. En format A4 orienté Portrait, j’explique par des textes pourquoi, comment et avec quelles conséquences. Et si je m’épanouis autant à faire de la socio dans une collectivité, c’est parce que j’ai enfin l’opportunité de porter directement mes résultats à la connaissance des personnes, élus et techniciens, qui ont le pouvoir et la compétence pour utiliser les données scientifiques pour améliorer l’action publique. Diffuser et permettre l’appropriation des données est aussi difficile qu’essentiel et là sous mon nez (enfin en face pour être précise) y’a quelqu’un qui l’a fait tranquillou bilou.

Je sais pas si vous comprenez ce que j’ai ressenti maintenant que vous avez vous aussi ce travail sous les yeux, mais c’est tellement puissant. Montrez-le de loin et immédiatement vous suscitez chez vos interlocuteurs cette impression de trop plein, d’incertitude, d’incompréhension et en même temps d’urgence qui ressort dans les entretiens quand les migrants décrivent leur arrivée et leurs premiers mois en France. Montre-le de près et vous pouvez engager la discussion sur les catégories d’action publique, la non-connaissance ou la non-demande de droits sociaux. Et ce, que vous vous adressiez aux personnes directement concernées par ses parcours d’installation, aux acteurs publics et associatifs ou aux chercheurs.

Donc évidemment, j’ai immédiatement demandé qui avait réalisé ce travail, je l’ai contacté et c’est comme ça que j’ai commencé à travailler avec Jacky Foucher, mon colocataire à la villa réflexive pour ce mois de février.

Ou bien… Je me suis dans l’immédiat contentée de m’étouffer de jalousie. Puis je suis retournée dans mon propre bureau et j’ai décidé de changer deux, trois trucs. Ça m’a pris du temps. D’abord, parce que mes parents qui m’ont appelé Elvire avaient des ambitions scolaires pour moi qui passaient plus par l’écriture et la lecture que par le dessin. J’ai donc intériorisé très tôt que certaines de mes activités étaient vraiment super et d’autres beaucoup moins importantes. Et le regard des adultes comptait vraiment beaucoup pour moi. Ensuite, bien plus tard, parce qu’un jour dans un échange entre doctorants où on parlait des grands théoriciens de la socio, j’ai dit que je pensais que la production d’une théorie impliquait une part de créativité. Ne faites jamais ça chez vous si votre chez vous est construit selon une architecture déterminisme et fonctionne sur le principe de la rupture épistémologique. Je me suis fait assassiner verbalement.

Et donc un jour de 2013 je me suis dit après avoir vu une illustration affichée sur un mur qu’il n’était jamais trop tard pour un peu d’introspection et je me suis débarrassée de certaines certitudes que je n’avais plus envie de déménager avec moi.

2014 : je jette le bébé mais pas l’eau du bain

La jalousie m’ayant étouffée avant que je ne me renseigne sur l’auteur de l’illustration, je ne savais pas qu’elle avait été produite par un designer. J’ai donc officiellement découvert le design par un MOOC en 2014.


Learning Hub BBS mis en ligne le 4 mai 2014

En allant à la recherche de cette vidéo sur You Tube, j’ai réalisé que j’avais un souvenir très déformé de ma découverte de la théorie slash méthode du Design Thinking. Je ne me souvenais pas de ce champ lexical de l’innovation, aujourd’hui omniprésent dans l’action publique.

J’en ai conservé un cahier d’accompagnement (ci-dessus) dont je me suis inspirée pour mon enseignement d’initiation à la recherche et d’accompagnement des travaux de mémoire. Je trouve que la manière dont le design présente l’intérêt de l’immersion sur le terrain est très parlante lorsqu’il s’agit d’accompagner des étudiants non formés à la sociologie qui doivent entreprendre un travail de recherche, pour la première fois… en utilisant les Sciences Humaines et Sociales, pour la première fois. Parler d’immersion plutôt que d’enquête et commencer par familiariser les étudiants avec un raisonnement inductif plutôt que déductif rend moins brutal la découverte de la démarche scientifique et du travail de mémoire.

Ça ne m’a, par contre, même pas effleuré l’esprit d’utiliser ce que j’avais appris dans ce MOOC dans mon travail en collectivité. Je n’y ai vu et je ne continue à y voir qu’un moyen d’améliorer ma pratique pédagogique. Et j’ai fait zéro lien avec la désormais fameuse d’illustration ou son auteur.

J’ai continué mon petit bonhomme de chemin de sociologue embarquée au sein d’une collectivité jusqu’en 2015. Mon enthousiasme était alors descendu de plusieurs crans. C’est une expérience qui m’a beaucoup appris, qui m’a défini professionnellement mais j’arrivais au bout de ce que je pouvais faire, de l’intérieur, par une science critique, pour une organisation ayant des objectifs politico-administratifs à respecter dans un contexte économique tendu. Lorsque mon contrat est arrivé à son terme, j’ai décidé de monter ma propre activité (les cartons de la crise existentielle qui a accompagné ce choix ne sont toujours pas déballés).

2015 : je trouve que j’ai bien raison de porter des converses

Le premier jour suivant la fin de mon contrat était le 1er avril 2015. J’avais reçu pour ce jour-là une invitation d’Olivier Ryckewaert, alors directeur de l’association Design In pour participer à un atelier dont j’ai complètement oublié l’intitulé mais qui selon moi avait pour thème le changement dans l’action publique accompagné par le design. L’invitation n’était adressée qu’à des agents du service public, mes collègues à un jour près. Si on n’avait pas été le 1er avril, je n’y serais pas allée, mais dans cette période de grands changements pour moi j’ai considéré que la vie me faisait une blague.

Me voilà donc avec mes anciens collègues autour de tables en U. Dans l’espace laissé libre par la configuration en U, un paperboard, sur nos tables des post-it, au centre du U, un designer. Il nous donne pour consigne de noter sur le principe d’une idée un post-it, tout ce qui nous semble pousser ou entraver l’émergence de projets innovants dans l’action publique. Il répète ensuite plusieurs fois, qu’il ne faut pas hésiter “à y aller franchement“.

C’est un designer en baskets.

Je vous perds ?

N’oubliez pas qu’on est dans ma tête et qu’elle est pleine de cartons. Dans l’un d’entre eux, format carton-dressing, y’a Pierre Bourdieu. Je trouve qu’on a tendance dans ma profession à trop le déballer, notamment cette phrase trop souvent répétée “la sociologie est un sport de combat“.

Le designer en baskets n’est pas dans un U, il est sur un ring. Quand il nous donne la consigne, il le fait aussi avec son corps. Il vient au contact, il bouge d’une table à l’autre. Sa posture me donne confiance dans le fait que si j’assume ce statut d’informateur dont parle Bourdieu dans l’extrait ci-dessous, il ira au combat. Il ne mettra pas sous le tapis ce que chacun sait que l’autre sait mais dont on ne parle qu’entre agents devant un café, la pression du temps, des moyens, des plans d’action, d’une certaine vision du management public, qui fait que l’innovation c’est un mot charmant et une réalité complexe.

Le designer sportif gère le premier post-it que je lui tends puis pendant le reste de l’animation improvise un aller-retour entre mes autres post-it et ceux du reste de mes collègues. C’est vraiment difficile de gérer un temps de coproduction quand quelqu’un se met à utiliser cet espace pour faire cavalier seul mais il le fait. Pour quel résultat au final ? J’en sais rien car je dois partir avant la fin, je donne un cours en début d’après-midi. Je m’éclipse sans interrompre la séance, Olivier me rattrape dans le couloir en me disant qu’il faut absolument qu’il me présente Jacky, le designer sportif de l’atelier car d’après lui on gagnerait vraiment à se connaitre. Jacky suspend l’animation pour venir se présenter. On échange à peine quelques mots, le temps de se dire que je lui ai compliqué la vie, qu’il a géré et que c’était bien cool.

Quelques mois plus tard, j’ai lancé mon activité en libéral. Olivier, toujours lui (c’est une sorte de Tinder pour professionnels de l’action publique) a monté dans le cadre de Design In un projet de design de services publics avec une commune de l’agglomération nantaise et figurez vous qu’il y a de la place prévue pour de la socio et que le projet est géré par Jacky Foucher. En grand professionnel Jacky réunit autour d’une bière dans un bar notre équipe de 3 designers ( featuring Julie Labbé et Bastien Kaspien) et 1 sociologue (featuring moi) et quelques temps plus tard le projet est lancé.

On passe ensemble plusieurs semaines au sein du service démocratie locale d’une commune. Tout au long de ces semaines on travaille non seulement en immersion au sein de l’institution mais également en coproduction avec les agents qui auront à mettre en place les préconisations auxquelles nous aboutirons au terme du travail.

Plus qu’un projet, c’est une dynamique qui se met en place. On travaille ensemble mais chacun a sa place particulière sur le ring. J’y monte pour décrire et interpréter des données recueillies auprès des usagers. Jacky met en mouvement les participants, leur permet de s’approprier les résultats et de comprendre progressivement ce qu’ils pourraient en faire dans une démarche itérative n’hésitant pas à les renvoyer à leurs propres contradictions.

Le design et la socio s’avèrent marcher très bien ensemble parce qu’on a une commune appartenance au monde du BTP. On passe notre temps à construire, déconstruire, reconstruire. Nos outils sont différents mais nos métiers reposent sur des travaux manuels. Le design prend comme la socio ses racines dans le XIX° siècle industriel.

Ceci dit le sociologue se voit sans cesse adresser une question que l’on pose moins souvent et plus calmement au designer : “au fait, sinon à quoi vous servez?

2016 : vers l’infini et au-delà

Quand je me suis formée à la socio, mes profs m’ont appris à me défendre. Tout au long de ma formation, j’ai appris que la socio n’avait pas la reconnaissance qu’elle mérite, que les professionnels qui la fabriquent étaient attaqués encore plus que leurs résultats, qui eux provoquaient une forme de répulsion chez les personnes concernées car il est difficile de reconnaître, en soi et pour soi, que les structures de la société nous forment et nous conforment. J’ai intériorisé en même temps une forme de certitude théorique de la légitimité scientifique de ma future profession et d’impossibilité pratique de prouver à autrui la nécessité de faire appel aux sciences sociales en dehors du monde académique. S’il était maintenant pas loin de minuit et qu’on avait vraiment passé plusieurs heures assis ensemble sur des cartons à boire des coups, j’irais jusqu’à vous avouer que j’ai même progressivement intériorisé qu’un sociologue trop diffusé et mobilisé par les personnes dont il fait son objet d’études devait être suspecté de ne pas avoir assez bien fait son travail.

Mon titre était mensonger, j’ai jamais vraiment découvert le design puisque la seule fois où j’ai abordé “le design” c’était par un MOOC que j’ai instrumentalisé pour améliorer ma pédagogie. J’ai commencé par découvrir ce que parviennent à produire des designers puis la manière dont ils travaillent. Et parce que j’ai fait tout ça les pieds dans la boue de chantier, j’ai avant tout redécouvert à quel point la sociologie était un travail manuel. Mes pieds et mes mains m’ont permis de prendre l’offensive quand ma tête m’inclinait à me défendre. Le design sait occuper le terrain. C’est ce qu’il m’a appris.

Si j’étais morte d’une jalousie aussi productive que passagère quand j’ai découvert la cartographie de la première année des migrants à Nantes, ce n’est pas parce que je voulais apprendre à me servir d’Illustrator, c’est parce que cette planche devance la question “mais au fait à quoi vous servez?“. Elle affirme aux agents du service public :” vous avez besoin de gens comme moi pour vous dire des trucs comme ça“.


Si vous avez survécu jusqu’ici je vous dois vraiment l’apéro que je vous ai promis en introduction. Je me dois également de conclure sur une pensée profonde qui vous donne à la fois une idée de mon intelligence et de ce que je retiens de mes collaborations désormais nombreuses avec Jacky.

Ma réponse : la bière de fin de chantier.

Le dernier jour de notre collaboration sur le projet de démocratie locale, un vendredi en fin d’après-midi, on est descendu dans les jardins de la mairie et on a bu…. évidemment ce qu’on a le droit de boire à cette heure et dans ces circonstances. Le design est une démarche orientée vers une production. Quand on commence on sait qu’on va finir, quand on finit on considère vraiment qu’on a produit, réalisé, quelque chose. C’est pas grave si c’est pas propre, ça s’appelle la bière de fin de chantier et non le nectar de la Révélation.

Vous êtes toujours là et vous faites du design ? Vous pouvez partir. On va finir cette longue soirée entre personnes qui font des SHS.

Maintenant qu’on est entre nous, dites moi ça fait combien de temps que vous n’avez pas pris conscience que vous veniez de mener à bien un projet et pris le temps de fêter ce que vous avez accompli ? Oui je sais. Eh ben ça craint.

On peut pas construire nos vies professionnelles et notre perception de nos accomplissements juste autour du pot de thèse. D’autant plus qu’aucun de nous ne s’en souvient vraiment vu qu’on était crevés, hébétés et qu’on avait peur de se réveiller en se rendant compte avoir encore une fois rêvé de la soutenance.

#my2cents, y’aurait moins de syndrome de l’imposteur s’il y avait plus de fêtes de fin de chantier. N’attendez pas d’avoir le sentiment du travail accompli. Voyez ce que vous avez fait de vos mains plutôt que de vous mettre la pression sur ce que vous aimeriez faire de plus dans vos têtes.

Regardez je viens de vous expliquer que j’ai passé les sept dernières années à aller quelque part sans jamais savoir vraiment ce que je faisais. Et encore je vous ai pas raconté comment en juin 2017 je me suis retrouvée côté passager dans le break de Frédérique Letourneux, sociologue de son état, et qu’elle m’a dit : “ça t’intéresse d’enseigner à l’Ecole de design ?“.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.