L’historien situé

Quand nous avons vu l’appel à résidence de la Villa, Caroline Muller était en train de monter un dossier pour que je viennes comme professeur invité à Rennes 2 en septembre 2019. Une bonne idée m’avait semblé être de proposer à Caroline d’y participer, justement, pendant ce mois rennais. Comme vous le constatez… ce fut une particulièrement mauvaise idée de ma part, puisque nous n’avons pu contribuer à la Villa comme nous l’aurions souhaité.

Je vais tenter de remédier un peu à la chose – l’idée était la mienne après tout – et de cerner toutefois quelques idées sur le savoir situé de l’historien. Ce mot, je le garde ici au masculin à dessein: je vais parler de moi (ah, ce fléau qu’est l’égohistoire) ou du moins de moi comme déclinaison de l’idéal-type de l’historien (mâle) blanc entre deux âges (qui regroupe une très grande partie des troupes de chercheurs et chercheuses en histoire).

Cette question de l’histoire comme savoir situé peut être glissante, surtout si l’on a en tête un certain nombre de clichés sur notre discipline et, en premier lieu, celui sur l’«histoire comme récit des vainqueurs». Cliché particulièrement dépassé car, surprise!, les méthodologies historiennes on un peu évolué depuis Thucydide et Xénophon.

La réflexion, qui sera ici malheureusement brève, remonte à quelques temps et je ne crois pas être tout-à-fait le seul à la mener. Je l’ai exprimée pour la première fois à la conférence du réseau Tensions of Europe qui s’est déroulée à l’Université du Luxembourg en juin et juillet derniers (organisée par ma collègue Valérie Schafer).

Invité pour une table ronde autour du thème Coding Europe, Decoding its History (qui d’ailleurs va très bien avec le thème de la Villa), je me suis interrogé sur ce que signifiait d’étudier les traces de la Grande Guerre sur Twitter. Il n’est pas si facile de faire la sociodémographie de Twitter. Il existe des études (par exemple par le Pew Research Center), mais elles sont globales et, donc, pas nécessairement utilisables telles quelles pour une recherche précise. Ma démarche méthodologique est inspirée de celles du Big Data, par la pratique de la lecture distante. Je demande ainsi à mon ordinateur de lire mes sources, 7 millions de tweets, pour moi. Ces 7 millions de tweets ont été produits par 1,5 millions d’utilisateurs. Il n’est pas possible simplement de savoir qui ces utilisateurs sont (des institutions, des individus, des bots…) et, lorsque ce sont des individus, qui sont-ils effectivement. Du côté, donc, de la sociologie de ces utilisateurs, je suis dans la brume.

La question n’est pas anodine. Est-ce que, finalement, je ne suis pas en train de m’étudier moi-même ou, du moins, dans ma version anglo-saxonne? Sont-ce les traces de la Grande Guerre sur Twitter ou les traces laissées par les hommes blancs quarantenaires anglais (surtout) et français (un peu moins) autour de la Grande Guerre que j’étudie? Le projet de recherche touche à sa fin et je n’aurais probablement pas la réponse. Cette question aurait dû être intégrée dans cette recherche dès le départ. Et la réponse n’est en aucun cas évidente. Pour cette raison, je rappelle toujours que l’objet de mon étude ne sont pas les utilisateurs, mais les modes de circulation de l’information.

Mon prochain sujet de recherche portant sur les newsgroups francophones devra néanmoins faire l’objet d’un tel questionnement. Au vu de ses enjeux, il faudrait mettre en place aussi une procédure plus small data me permettant de regarder de plus près qui sont les personnes dont j’étudie les messages.

La même question s’est également posée pendant ce mois rennais. Pour une intervention devant les étudiants en histoire de Rennes organisée par leur association Histoire Deux, je me suis intéressé, rapidement, aux mèmes et à leur histoire ainsi qu’au phénomène des trolls. Je me suis beaucoup amusé à préparer cette intervention. Mais, connecté à internet depuis 1996, ancien utilisateur, ou du moins lecteurs, des newsgroups (notamment fr.soc.politique), j’ai eu cette impression d’être en train de m’étudier moi-même.

Cette impression a une justification: je m’intéresse à ces sujets notamments parce que j’ai vécu une partie de cette histoire. Pour certains ou certaines collègues, d’ailleurs, ce serait une raison de ne pas mener ce type de recherche. Pour moi, non: j’ai toujours pensé, au risque de me faire qualifier de l’infâmant “présentiste”, que nous posions des questions sur le passé en fonction de nos parcours personnels.

Toutefois, et s’il est probable que nous ne pourrons jamais nous défaire de notre situation et des biais qui y sont liés, en être conscient et essayer de les formuler est un premier pas pour améliorer une recherche.


Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l'Université du Luxembourg.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.