Se situer dans un monde (académique) en crise

Le monde académique est en crise. Au Canada, en France, comme dans une bonne partie de l’Europe et aux États-Unis, de brillant.e.s diplomé.e.s sont aujourd’hui à l’abandon, errant de petits contrats en petits contrats, ou songeant chaque jour à quitter ce monde auquel ils et elles ont pourtant consacré une large partie de leur existence. Il y a quelques jours, encore, un appel solennel était lancé par ces précaires de l’Hexagone et leurs soutiens pour dénoncer la profonde violence de cette situation et tenter de faire réagir les gouvernants. Car ce n’est pas la qualité des chercheur.e.s et enseignant.e.s qui est ici en cause, mais une politique et une gestion néolibérales de l’université. Les chercheur.e.s en question ont en effet souvent soutenu des thèses brillantes, publié des articles dans des revues de références, parfois même des monographies applaudies. Ils et elles ont donné des dizaines des conférences chez eux comme à l’international, organisé des colloques et directement contribué à l’avancée des savoirs. Mais voilà, les postes manquent. Et avec le temps, la fatigue se fait sentir. Ce n’est pas qu’ils et elles ne parviennent pas à obtenir de postes, c’est que les postes mêmes sont absents.

En France, alors que les recrutements à l’université sont depuis longtemps en chute libre (voir le tableau à droite), c’est au tour du CNRS de voir s’effriter ses opportunités d’embauche, et ce à tout niveau. Au Canada, si la situation semble moins dramatique, elle n’en est pas moins difficile pour les nombreux.ses docteur.e.s en attente de poste. Pourtant, les étudiant.e.s sont là, et même de plus en plus nombreux.ses, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique. Mais partout le temps est à l’austérité, à la réduction budgétaire (autrement appelé « équilibre »), à la libéralisation de la gestion, à la privatisation de la formation et à la précarisation des emplois. Bref, l’heure est au désengagement des gouvernements et à la néolibéralisation du domaine de la connaissance et de sa transmission, comme si la recherche et l’enseignement, notamment en sciences humaines, ne faisaient plus recette, ou plus exactement devaient nécessairement faire recette pour être considérés.   

La stratégie du choix

Dans ce contexte tendu, les choix de carrière peuvent apparaître cruciaux. Faut-il d’emblée choisir une thématique en vogue, voire une discipline porteuse ? Ou faut-il au contraire se laisser porter par la passion de la recherche et espérer que le momentum se présentera ? Cette question, que je ne m’étais à vrai dire jamais posée, m’est apparue récemment au cours d’une discussion avec un jeune futur doctorant en histoire qui se questionnait sur l’aspect «bankable» de l’histoire de la psychiatrie dans laquelle il entendait s’engager (et que je pratique depuis maintenant quelques années). Il semblait surpris qu’avec les travaux que j’ai réalisés dans ce domaine, apparemment porteur à ses yeux, je n’ai pas encore obtenu de poste permanent. Comme si le temps était à cette spécialisation en particulier et que l’adopter lui ouvrirait toutes les portes. J’ai bien essayé de lui faire comprendre que les choses étaient plus compliquées que cela, que les enjeux étaient ailleurs, et que, d’un point de vue purement utilitariste (qui semblait être le sien), faire au Canada francophone une thèse sur l’histoire de la psychiatrie française du XIXe siècle n’était pas nécessairement, en ce moment, le choix le plus stratégique. Reste que cette remarque aussi naïve que sincère de la part de ce chercheur en herbe m’a fait m’interroger sur le rapport que les universitaires, en formation ou en attente, entretiennent avec leur domaine de recherche.

Pour moi, il semble en effet inimaginable de choisir un domaine de recherche uniquement en fonction de son potentiel d’employabilité future. Outre le fait qu’il est assez difficile, voire proprement impossible, de prévoir ce qui intéressera tel ou tel département dans les 5 ou 6 années à venir (temps moyen de réalisation d’une thèse de doctorat en sciences humaines et sociales), cela témoigne d’un rapport utilitariste et donc nécessairement triste et désabusé du chercheur ou de la chercheuse à l’égard de son objet de recherche. Sans vouloir romantiser la profession, force est de constater que chacun s’engage dans un domaine de recherche et dans une spécialisation pour des raisons qui lui sont personnelles et qui vont de la fascination assumée à des enjeux psychanalytiques plus profonds. Mais tous ceux et celles qui ont un jour fini une thèse savent qu’il est impossible d’achever ce travail titanesque et très intime sans entretenir un rapport existentiel ténu avec son sujet de recherche. Dès lors, toute perspective stratégique pensée en termes de loterie (vaut-il mieux toujours jouer les mêmes chiffres ou au contraire tenter régulièrement sa chance avec des combinaisons variées ?) semble vaine, voire totalement déplacée. Reste que dans les conditions difficiles du marché de l’emploi universitaire d’aujourd’hui, la question de la fidélité à son sujet ou même sa discipline de thèse est posée avec une singulière sournoiserie.  

L’identité en question

L’allongement des délais qui séparent la soutenance de la thèse de l’obtention d’un poste permanent favorise en effet la diversification des projets de recherche et l’éparpillement ou la transformation des profils. Face au peu d’opportunités disponibles, les jeunes chercheur.e.s n’hésitent plus à soumettre leurs candidatures et surtout à accepter des postes temporaires dans des domaines de recherche ou des sujets plus éloignés de leur spécialisation d’origine. Souvent, ils et elles y trouvent de belles opportunités et de réelles occasions d’épanouissement intellectuel et personnel, mais la cohérence de leur CV ou l’unité même de leur programme de recherche s’en ressentent. D’autant qu’il est difficile de poursuivre un programme de recherche à soi lorsqu’on est engagé à plein temps dans un autre programme et que le reste du temps libre est consacré à remplir des candidatures pour essayer de continuer à travailler de manière non bénévole les années suivantes. Ainsi, les parcours se retrouvent parfois désarticulés, au point de ne plus permettre de mettre de l’avant une recherche unitaire et continue pour satisfaire aux conditions d’emploi des universités qui, si elles revendiquent souvent l’interdisciplinarité comme un atout, restent très disciplinaro-centrées lorsque vient le temps de recruter. Heureusement, ces parcours en zigzag peuvent aussi, parfois, être des sources d’épanouissement et d’opportunités nouvelles.

Je prendrais mon exemple. Formé à la philosophie en France, je me suis longtemps référé à cette discipline comme le cœur de ma démarche de recherche. Pourtant, mes travaux avaient sans conteste une dimension historique, mais celle-ci s’intégrait alors dans cette tradition de philosophie des sciences à laquelle j’avais été formée, cette tradition française qui veut qu’on ne puisse penser les sciences de manière philosophique sans se référer à leur histoire. Je faisais alors œuvre d’historien des sciences sans dissension cognitive avec la philosophie qui était ma maison mère. Pourtant, avec le temps, je me suis détourné de la philosophie, non en tant que corpus de connaissance ou que démarche réflexive, mais en tant que spécialité de recherche. Je me suis mis à trouver les philosophes inutilement abscons, détachés des enjeux du réel, se débattant vainement autour d’un objet sans jamais en saisir la concrète réalité. Au contraire, les historien.ne.s, que j’avais eu l’occasion de côtoyer au cours de ma thèse, me semblaient mener des recherches et des débats plus concrets, plus intéressants, plus riches de perspectives. Ma thèse fut le témoin de ce glissement alors inabouti. On y voit ma recherche muter tranquillement d’enjeux proprement et purement philosophiques vers des analyses de contenus et de corpus plus proprement historiennes. Les deux stages postdoctoraux que j’ai eu la chance d’effectuer ensuite aux côtés d’historiennes et d’historiens en Ontario et au Québec confirmèrent mon intérêt croissant pour la recherche historique. Plus encore, j’ai pu véritablement compléter ma formation au point que je me définis davantage aujourd’hui comme historien, au sens où je ne participe plus à des colloques philosophiques, je ne publie plus dans des revues philosophiques, mais suis au contraire pleinement immergé dans la recherche et le milieu historiens québécois et canadiens. Pourtant, la philosophie ne cesse de me rattraper. Outre le fait que c’est encore comme ça aussi que je gagne parfois ma vie (en enseignant périodiquement la philosophie au niveau collégial), c’est aussi souvent à ce titre qu’on me sollicite pour des entrevues, des articles ou des conférences. C’est également comme ça que mes collègues historiens m’identifient parfois publiquement, et ce bien qu’ils ou elles aient connaissance de mes travaux spécifiquement historiques. C’est en effet à cette étiquette que me renvoie invariablement mon doctorat, étiquette difficile à porter ou du moins nécessaire à justifier quand je candidate, comme c’est le cas en ce moment, sur des postes en histoire. Malgré six années d’immersion complète dans le domaine historique (aussi longtemps qu’un doctorat !), la publication de nombreux articles, l’organisation de colloques et de symposia ou la direction d’un volume collectif composé essentiellement d’historien.ne.s, ma thèse de doctorat en philosophie et histoire des sciences (que je renomme aisément doctorat en histoire et philosophie des sciences) reste porteuse, aux yeux des comités de sélection, de mon indéboulonnable identité disciplinaire. Pourtant, voilà bien longtemps que je n’ai pas publié dans une revue de philosophie, que je ne participe plus aux congrès et grand-messes de la discipline, bref, voilà longtemps que je ne fais plus vraiment de recherche en philosophie et que je n’ai donc plus le dossier pour candidater à un poste en philosophie. Ainsi, pour des raisons d’opportunités professionnelles autant que de préférence personnelle, je me retrouve désormais à cheval entre deux disciplines et dès lors à la marge de ces deux champs académiques.

Or cette situation, si elle peut être vue comme préjudiciable du point de vue d’un carriérisme universitaire traditionnel est également une chance (du moins c’est ainsi que je la vois). Ma double appartenance me permet en effet de jouer avec mes identités en fonction des occasions, des publics et des projets et ainsi d’aussi bien travailler comme historien de la santé (notamment mentale) que comme philosophe de la médecine (même si c’est plus rare). D’autant que, du point de vue de la recherche comme de l’enseignement, ces deux formations se complètent à merveille, à la fois dans leur dimension commune de recherche critique, mais aussi dans leur intention partagée de parler de l’être humain et de ses pratiques. Elles s’enrichissent donc l’une l’autre au profit d’un projet de recherche qui, de mon point de vue, est resté unitaire au cours de ses évolutions. En effet, même si l’accent philosophique y était plus marqué, les travaux que je mène actuellement sur l’histoire de la psychiatrie infantile en France, l’histoire des infirmières ou encore du Sida au Québec (clin d’œil appuyé à mon colocataire Gabriel) sont loin d’être sans lien avec ceux que j’ai menés pour ma maîtrise, mon master ou mon doctorat de philosophie. Au contraire, pour plusieurs, ils en approfondissent des aspects centraux en les regardant avec d’autres lunettes, sous d’autres angles, et parfois avec de nouvelles méthodes. D’autant plus que certains de mes travaux de recherche, en particulier ceux autour de l’histoire de la psychologie scientifique à la Belle-Époque, sont toujours en cours, dessinant par leur continuité un solide fil rouge dans mon parcours.  

La fin de la discipline

Ainsi, et avant que je ne m’égare totalement par rapport à ce qui était le sujet de ce billet, il me semble vain de vouloir tenter à tout prix de rentrer dans ce qui est soi-disant attendu de nous. La recherche n’est pas une activité passionnante et passionnée qui bien souvent dépasse le cadre des emplois que l’on obtient pour la réaliser et nous mène en dehors des plans établis. Il convient donc que les institutions de la recherche, en plus de recruter des titulaires, s’ouvrent, pas seulement en principe, à la singularité des parcours, à la richesse des interdisciplinarités et au potentiel des chercheur.e.s plus qu’à leur discipline de rattachement. C’est déjà un peu le cas au Canada et c’est un débat récurrent en France (qui se cristallise notamment autour de la fin de la qualification par le CNU). Cela nous obligerait en tout cas, nous aussi, à penser différemment, à sortir du cadre étriqué des disciplines pour affirmer l’originalité, la pertinence et la richesse des regards que nous portons sur nos sujets de recherche.

C’est dans cette perspective que j’ai créé, il y a plus de sept ans maintenant, le réseau Historiens de la santé, en vue de fédérer les chercheur.e.s de différents horizons travaillant sur un même domaine, un même champ de recherche. Le résultat, à ce jour, outre quatre colloques internationaux organisés, un premier livre publié (ainsi qu’une autre publication en préparation), et la mise en place d’outils de veille scientifique qui se sont imposés comme essentiels dans la communauté, c’est la mise en relation de chercheur.e.s qui sans ce réseau n’auraient probablement jamais eu l’opportunité de se rencontrer, ni même entendu parler de leurs recherches, et ce alors même qu’elles sont connexes et souvent complémentaires. En brisant les silos disciplinaires pour ouvrir la perspective à une recherche par objet ou domaine d’intérêt, ce réseau démontre tout l’intérêt qu’il y a à dédisciplinariser nos approches et à indiscipliner nos perspectives. Et peut-être que nous y trouverons alors des pistes de résistance, des voies de sortie (ne serait-ce que par le partage et le soutien qui sont au cœur de l’existence de ce type de communauté) à cette crise du monde académique dans laquelle nous sommes toutes et tous, à différents niveaux, profondément immergés.   

 

Alexandre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.