Situer les savoirs : la recherche communautaire comme tentative

S’attacher à situer la production de connaissance implique de penser la cohabitation des savoirs et les hiérarchies plus ou moins subtiles qui structurent cette coexistence, à plus forte raison dans le domaine de la santé. Cohabitation(s) dont les modalités et les formes varient : au sein de la même discipline, du même département universitaire, ou du même champ de recherche, les savoirs produits sont pluriels. En sciences sociales, la différenciation (réductrice) entre « approche qualitative » et « approche quantitative » en constitue par exemple une bonne illustration. Plus largement, les connaissances produites varient selon la méthode, les présupposés théoriques, les aléas du terrain, ou encore la sensibilité du ou de la chercheur-e. N’en déplaise aux défenseurs de « l’objectivité » scientifique à tout prix, la perspective du chercheur et les conditions de la recherche teinte en grande partie le savoir produit.

Une fois cette base de discussion établie (on est à la Villa réflexive, n’est-ce pas ?), tout reste à discuter. Car les hiérarchies de savoirs se jouent et s’organisent de bien d’autres manières que les oppositions classiques quantitatif/qualitatif, ou sciences dures/sciences humaines. La frontière symbolique entre les savoirs académiques et les savoirs citoyens / profanes / populaires / communautaires – selon la manière dont on les nomme – le démontre. Cette différenciation est balisée et opérée par un ensemble de règles propres à la recherche académique : rigueur méthodologique, évaluation par les pairs, reconnaissance du diplôme (en particulier le doctorat), etc. En partie pour de bonnes raisons : c’est ce qui distingue les sciences sociales de simples opinions.

La découverte de la recherche communautaire

Mais, ce faisant, la production académique du savoir en sciences sociales tend à mettre à distance ou à dévaloriser des processus alternatifs d’élaboration et de validation des connaissances. Pour ma part, mon approche s’est transformée au contact et par la pratique de la recherche communautaire, d’abord en France puis au Québec. Dans les grandes lignes, il s’agit d’un courant de la recherche participative, développé en Amérique du nord depuis les années 1960, à partir de fondements théoriques divers – organisation communautaire, « pédagogie de l’opprimé » de Paolo Freire, entre autres. Dans la galaxie des recherches participatives, la recherche communautaire se différencie par l’accent mis sur la participation démocratique et active des communautés concernées, à toutes les étapes. Autrement dit, de l’élaboration d’une problématique à la collecte des données, des analyses à la publication d’articles, le travail est conjoint. Toutes les décisions procèdent de discussions, et le cas échéant de négociations, entre les acteurs communautaires et les chercheurs.

S’impliquer dans une recherche communautaire nécessite d’accepter deux dimensions essentielles :

  • Pour les chercheur-e-s, il faut être capable d’expliciter à des non spécialistes le langage (concepts) et les procédures (méthodologie, normes de publication) scientifiques. Inversement, ce travail de traduction vaut aussi pour l’explicitation des savoirs et des vécus issus de la communauté concernée par la recherche. L’apprentissage est donc mutuel.
  • L’autre dimension concerne la gestion du temps. Discuter, (s’)expliquer, se mettre d’accord, se former mutuellement, faire des allers-retours de validation, gérer les incompréhensions et les frustrations éventuelles, etc. : tout cela prend beaucoup de temps ! On est donc résolument plutôt du côté de la slow science – même si, lorsque les partenariats recherche-communautés sont solides, ça peut aller plus vite.

La recherche communautaire soulève de nombreux défis méthodologiques et politiques, et elle n’est clairement pas adaptée à tous les terrains ou objets. Cette approche présente cependant le grand mérite de créer un espace partagé où peuvent s’exercer le regard critique et la contribution des personnes concernées par la recherche. C’est un exercice de transparence et de co-construction riche d’enseignement pour développer des projets de recherche auprès (et avec) des communautés ou des groupes défavorisés.

Le terme même de « recherche communautaire » soulève de nombreuses questions. J’en retiendrai ici deux, dont les implications scientifiques et politiques m’apparaissent particulièrement importantes.

De quelle « communauté » parle-t-on ?

Il s’agit sans doute de l’un des principaux facteurs d’incompréhension autour de la recherche communautaire. Il y a évidemment là un enjeu de contexte : en Amérique du nord, d’où la recherche communautaire est issue, la notion de communauté est chargée d’une valeur positive. C’est loin d’être aussi simple en France, par exemple !

Mais au-delà de ces différences culturelles et politiques d’appréciation, la référence au terme communauté soulève de nombreux points de discussion. Par qui est-elle définie ? Quels sont ses contours ? Et quels sont ces modalités de représentations démocratiques – autrement dit, comment ses membres font-ils valoir leurs intérêts dans le processus de recherche ?

Cette tension inhérente constitue, selon moi, tout l’intérêt de la démarche de recherche communautaire. Elle navigue entre deux écueils stérilisants : 1) l’essentialisation de « la communauté », qui figerait des groupes, sans considération de leur hétérogénéité et des rapports de pouvoir qui les traversent. Et 2) à l’inverse la négation des appartenances collectives, dont découle un aveuglement face aux potentialités d’auto-organisation des groupes minorisés. Dans ce contexte, la recherche communautaire implique un partenariat entre des chercheur.e.s et une ou des communautés mobilisées pour leurs propres intérêts. Ce partenariat est donc fragile, circonstanciel et sujets à des évolutions. 

L’un des angles morts fréquents d’une telle approche réside dès lors dans la capacité des acteurs  à prendre en compte les configurations variables des formes de représentations de la (ou des) communauté(s). Qui sont les porte-paroles ? Comment se prennent les décisions ? Par souci d’efficacité, dans les projets où je me suis impliqué dans le domaine du VIH/sida, la représentation communautaire est passée le plus souvent par la médiation d’organismes ou d’associations regroupant des personnes concernées. C’est souvent indispensable, mais pas toujours suffisant pour saisir les attentes et les besoins d’un groupe donné – qu’il se définisse par des expériences partagées, une condition minoritaire ou une/des oppression/s vécue/s. Autrement dit, la dimension communautaire de ce processus de recherche est indissociable d’une réflexivité critique sur ses conditions de possibilité.

Quid des rapports de pouvoir entre chercheurs et non-chercheurs ?

La construction d’un partenariat de recherche égalitaire entre chercheur-e-s et communautés concernées est un horizon souhaitable… mais pas toujours facile à atteindre. Avec toutes les meilleures intentions du monde, les différences de statut, de rétribution ou de positions jouent un rôle majeur. Le capital symbolique associé au savoir académique, et ses manifestations (publication, titre de « docteur », autorité intellectuelle, etc.), ne sont évidemment pas neutres dans ce genre de processus. Les positions et la reconnaissance dont jouissent les chercheurs est indéniable dans nos sociétés, malgré la précarisation accrue des statuts des universitaires.  

Le meilleur contrepoids à ses inégalités réside dans le rapport de force que les acteurs communautaires sont capables d’instaurer avec les chercheur-e-s, qui permet de maintenir un équilibre des pouvoirs.

Mais les enjeux de pouvoirs sont évidemment plus subtils et complexes. Pour l’avoir observé de près, la recherche communautaire transforme les organismes communautaires pour le meilleur et parfois pour le moins bon. Pour le meilleur : l’augmentation des compétences, des capacités d’agir et du recul critique des communautés vis-à-vis du savoir scientifique traditionnel. Pour le moins bon, avec la spécialisation qui s’installe souvent à bas bruit, et qui peut conduire à de nouvelles hiérarchies entre des « initié-e-s » à la recherche, et les autres militants ou acteurs communautaires.

Finalement, comme tout processus à visée d’émancipation, la recherche communautaire porte en elle-même ses propres limites. Une vigilance accrue s’impose donc, pour ne pas reproduire encore et toujours les frontières entre les savoirs…

Pour aller plus loin

  • L’excellent dossier de la revue Sociologies et sociétés sur les injustices épistémiques
  • Le guide de la recherche communautaire dans le domaine du VIH (en libre accès)
  • Un ouvrage aux Presses de l’Université du Québec sur la recherche communautaire

 

Gabriel


Image : adrian


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.