Se situer au temps de la catastrophe

Malgré la volonté programmatique de mon premier billet, il y a une situation, pourtant évidente, pressante, dramatique, dont je n’ai pas fait mention. Je pourrais dire a posteriori qu’elle était si importante que je souhaitais lui consacrer un billet propre, mais à vrai dire, lors de l’écriture intermittente de mon premier billet, séparée entre Vancouver et Montréal, je l’ai simplement oubliée. Comme si cela faisait partie d’une autre dimension de ma vie, d’un autre champ d’existence, plus privé que professionnel. Pourtant, les enjeux de territoire géographique, disciplinaire et épistémologique dont j’ai fait mon programme pour ce mois de résidence ne peuvent être pensés indépendamment des enjeux globaux et urgents que sont les enjeux climatiques. Nous vivons en effet aux portes de la catastrophe, voire, pour les plus pessimistes ou les plus précaires, au temps de la catastrophe. Et il convient donc aussi, en tant qu’universitaire et que chercheur, de se situer vis-à-vis de cette problématique.

 

***

 

Dans une récente tribune parue dans le quotidien montréalais Le Devoir, l’auteure et chroniqueuse Aurélie Lanctôt rappelait que l’écologie, au-delà des gestes que nous pouvons individuellement poser, reste un enjeu avant tout politique. On peut bien s’interdire d’utiliser des pailles, recycler avec assiduité ses déchets ou, comme nous sommes de plus en plus nombreux.ses à le faire, adopter un style de vie majoritairement zéro déchet, la réponse à la crise climatique qui nous guette, à la catastrophe qui est à nos portes se doit d’être globale et collective. Or, comme le constate très justement Lanctôt, les « sensibilités écologiques ont [aujourd’hui] tendance à déserter le terrain politique pour s’installer sur celui de la morale ». J’en suis le parfait exemple. Je suis le premier à sermonner mes proches quand ils achètent un aliment inutilement suremballé, à rappeler dès que je le peux l’absurdité des bouteilles d’eau, à me faire l’écho des statistiques alarmantes de production de plastique et de son déversement dans les océans au d’augmentation des gaz à effets de serre. Sans compter que je m’applique à moi-même cette morale contraignante, surveillant avec une orthodoxie presque pathologique mon comportement de consommateur pour ne pas contribuer davantage au naufrage écologique de notre civilisation (Chacun gère son écoanxiété à sa façon !). Une chose est sûre, je travaille fort pour que ma vie privée s’ajuste autant que possible à mes valeurs écologiques. Mais qu’en est-il de ma vie professionnelle ? Comment puis-je participer en tant qu’universitaire à cette transition écologique nécessaire ? Ou, pour le dire autrement, est-il possible d’être un universitaire véritablement écolo ?

À première vue, dans mon cas, la réponse est non ou pas tant que ça. Je reviens juste de Vancouver où je ne suis aller en avion de Montréal pour ne parler que 20 minutes de mes recherches devant quelques collègues. J’ai récemment organisé un colloque international dont la majorité des intervenant.e.s venaient d’Europe. Je reçois, produis et stocke un nombre si important de courriels et de recherche internet que la température locale de la Californie doit probablement s’en ressentir. Je commande et lit des livres qui très souvent traversent l’Atlantique à haut frais carbone, pour quelques jours de lecture (et parfois seulement quelques rares instants de plaisir). Plus encore, je travaille pour des universités qui œuvrent, mais peinent encore à réduire définitivement leur investissement dans les énergies fossiles. Bref, je vis une vie professionnelle en apparente contradiction avec mes engagements et idéaux personnels en matière d’écologie. Certes, je favorise les transports en commun, le co-voiturage ou la location de voitures électriques quand vient le temps de me déplacer pour des conférences, des enseignements ou des réunions hors de Montréal. Je rachète scrupuleusement chaque tonne de CO2 dépensée pour mes voyages professionnels (comme personnels). Je travaille même à sensibiliser mon université en soumettant avec mes remboursements de frais les factures des arbres plantés à titre de compensation carbone (du moins l’ai-je fait pour mon dernier voyage à Vancouver, reste à voir si mon université va accepter ce type de dépense !). Je tends aussi à faire des évènements que j’organise des manifestations zéro déchet. Mais, je suis encore loin du compte. Car, là aussi, la solution ne peut qu’être globale. Quand je pense que chaque année, des milliers d’universitaires canadiens et internationaux se déplacent, majoritairement en avion, pour rejoindre la ville où se tient le congrès de la Fédération des sciences humaines, et que ce n’est souvent qu’un des déplacements professionnels de leur année, force est de constater qu’il y a encore du travail à faire.  

Heureusement, partout à travers le monde, les consciences tendent à s’éveiller. Certaines universités commencent à s’en soucier, en instaurant des taxes carbone et en agissant pour réduire leurs productions de gaz à effet de serre. Un peu partout des universitaires refusent carrément de se déplacer pour réduire leur empreinte carbone, favorisant à la place les visioconférences ou les échanges écrits. Un mouvement No Fly Climate Sci s’est même organisé qui rassemble chaque année davantage de membres (même si on peut déplorer qu’aucune institution n’ait encore adhéré à ce principe). Des réflexions voient également le jour pour que les universités refusent de rembourser les trajets en avion qui pourraient se faire en train. Il est en effet nécessaire que les universitaires montrent l’exemple, et en particulier les professeurs titulaires. Mais nous sommes encore très loin d’une culture académique écologique tant les colloques internationaux restent des moments d’échanges scientifiques importants et des lignes de CV nécessaires (sans parler des bouteilles d’eau en plastique et des cafés à emporter qui sont les accessoires habituels de ces grands-messes).

Il faut dire aussi que ces rencontres sont des moments importants de la vie universitaire, des espaces de communion, de retrouvailles, où la solitude habituelle de la recherche se brise pour quelques jours, et où la vie scientifique s’incarne alors dans le rire et la convivialité. En plus d’assurer le brassage des idées, ce sont ces évènements qui donnent en effet à la recherche cette chair dont elle parait souvent si dépourvue dans les rapports officiels, les publications savantes ou les présentations formelles. Comme le rappelle Françoise Waquet dans son récent ouvrage, la science se fait aussi au travers d’émotions, de sentiments et d’une vie sensible ; et c’est ce qui fait de ces rencontres physiques des moments cruciaux pour la recherche et les chercheur.e.s. C’est là qu’on revoit ces collègues devenus avec le temps des amis, que l’on échange sur le ton de la rigolade, et que l’on construit autour d’une bière ou d’un bon repas tant des liens d’affection que des nouveaux projets de recherche. Bref, tout ce qui fait la richesse de ces rencontres est proprement inaccessible par visioconférence, et ce même si la mobilité des connexions et des webcams montées sur roue nous promet aujourd’hui d’être là sans réellement y être. Il y a une vie charnelle de la science qui impose de réduire régulièrement la distance physique entre ses acteurs. 

Que faire alors ? Comment se situer entre cette nécessaire injonction de réduction de notre empreinte carbone et cette nécessité de se rencontrer pour faire avancer et donner corps à notre recherche ? S’il est difficile de formuler ici une réponse claire et définitive à cette question, une chose est certaine : il n’est plus possible de se situer, en tant qu’intellectuel.le, que savant.e, qu’universitaire, sans prendre en compte la situation climatique critique qui est la nôtre. Penser sa situation de manière inclusive nécessite de penser et de vivre sa situation d’allié à un niveau non seulement micro, sociologique et épistémologique, mais aussi macro, d’un point de vue terrestre et écologique, car les luttes contre les inégalités, de sexe, de genre, ou de race sont aujourd’hui indissociables des luttes contre les inégalités climatiques. L’alliance qu’il nous faut tisser, et dont j’entends me revendiquer, est aussi une alliance planétaire pour la sauvegarde de notre environnement, pour l’adoption d’une situation respectueuse de la différence sociologique certes, mais aussi de la différence écologique, c’est-à-dire celle des différents règnes d’êtres vivants. Or dans ce domaine, notre posture d’universitaire reste encore pour beaucoup à penser.    

 

Alexandre

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.