Savoir (se) situer

Moment toujours intimidant que de se lancer dans l’écriture d’un texte sur les savoirs situés, avec les dévoilements de soi que cela implique… dans un espace dans lequel on n’a pas encore ses habitudes ! Heureusement, mes premiers pas dans la Villa Réflexive s’attachent à un domaine de réflexion inspirant et sur lequel j’ai déjà un peu planché par le passé. Ajoutons qu’une colocation avec Alexandre Klein contribue à me faire me sentir un peu plus à l’aise !

« Placer en un lieu, établir, assigner »

« Situer ». Le verbe, et l’exigence qui l’accompagne, constitue certainement l’un des fils conducteurs de mon parcours des quinze dernières années. D’abord comme militant, puis comme chercheur militant (ou militant chercheur), puis enfin comme professionnel à la frontière des mondes de la recherche et de la santé publique.

« D’où tu parles ? ». L’interpellation est fréquente dans les milieux militants, elle constitue de plus en plus fréquemment une précision attendue dans certaines sphères des sciences humaines et sociales. C’est une question éminemment relationnelle, tant elle est indissociable du statut et des caractéristiques sociales de ceux ou celles qui la posent. Qu’elle vienne d’un activiste séropositif, d’un-e médecin ou d’un-e collègue enseignant-e/chercheur-e, elle n’appellera évidemment pas les mêmes éléments de réponse (et de preuve). 

Pour avoir navigué (et posé l’ancre) entre différents univers sociaux (associations, recherche, santé publique, etc.), j’ai souvent ressenti le besoin, et parfois la nécessité, de me situer. Dans le monde militant, et en particulier la lutte contre le sida que je connais bien, se situer c’est d’abord expliciter son appartenance, la sincérité de son engagement et par là aussi la légitimité de sa parole. Dans le milieu universitaire, le travail de « situation » reflète davantage des enjeux méthodologiques et épistémologiques, liés à la capacité à objectiver sa position de chercheur, mais aussi parfois (encore trop souvent) à justifier l’objectivité de la démarche scientifique. Dans les deux cas, l’exigence de se situer soulève indissociablement des enjeux de subjectivité et de redevabilité.

Imposteur ?

J’ai souvent fait le choix de me situer au cours de mon parcours universitaire, répondant en cela à ce que je percevais comme une contrainte externe (le souci d’objectiver ma position) et une exigence éthique et politique. Chacun-e habite « le sentiment d’imposteur » à sa façon, la mienne aura été durablement de me sentir illégitime dans le milieu académique en raison de ma proximité avec mes objets/sujets de recherche. Je suis un homme gai, et ma thèse et mes travaux ultérieurs ont largement porté sur les réalités vécues par les homosexuels masculins. J’ai été très impliqué comme militant dans une association de lutte contre le sida (AIDES) très présente dans mon domaine d’étude.

Chercheur militant, engagé ou impliqué ? Ou militant venu à la recherche ? Cet « entre-deux-mondes » m’a beaucoup questionné durant la thèse. Bien sûr, et heureusement, toute une littérature en sciences sociales, mais aussi des collègues bienveillant-e-s (une pensée émue pour Marie Ménoret !) permet de se rappeler qu’on n’est ni le seul, ni le premier à se poser ce genre de question ! Cependant, les réactions de certains chercheurs sont parfois moins aidants. Combien de fois ai-je été confronté aux inusables « tu es trop proche de ton objet », « ça va nuire à ta carrière de dire que tu es gai (et/ou militant) », etc. Bien souvent, ces rappels à l’ordre (symbolique) du milieu universitaire se sont voulus bien intentionnés… Ils ont toutefois eu pour effet de consolider en moi le sentiment d’imposture et d’illégitimité scientifique.

Il n’y a évidemment pas de résolution simple à ces questionnements – qui reviennent d’ailleurs cycliquement. À l’époque, j’ai trouvé du réconfort et des arguments en participant activement (en 2008-2009) à une journée d’étude et un séminaire sur la réflexivité des jeunes chercheurs en sciences sociales travaillant sur le VIH/sida. La qualité des réflexions partagées a été plus qu’utile. Elles se sont prolongées dans les discussions avec les collègues du réseau santé société de la MSH. J’ai ainsi pu bénéficier d’espaces collectifs de réflexivité inestimables (un ouvrage, accessible en ligne, rend d’ailleurs compte de ces échanges).  

Au risque de s’enfarger dans les fleurs du tapis ?

Se situer en milieu universitaire, c’est un apprentissage et ça se travaille – intellectuellement et stratégiquement. Au départ, mon positionnement tournait beaucoup autour des deux caractéristiques qui me paraissaient les plus problématiques (en terme « d’objectivité »…) : être gai et être militant. Je me suis par la suite aussi régulièrement situé au regard de mon statut sérologique – une donnée de santé qui peut avoir son importance lorsque l’on travaille sur un sujet lié au VIH. Gai, militant et séronégatif. Des caractéristiques qui disent beaucoup, et à la fois pas grand-chose (Quid de mes origines sociales, de ma couleur de peau, par exemple ?).

Au fil du « terrain », j’ai progressivement pris conscience d’autres facettes de ma « situation » finalement plus pertinentes pour saisir mon rapport aux données et aux savoirs expérientiels collectés. Ainsi, la différence d’âge (ou de génération) entre enquêteur et participant à la recherche a constitué un élément non négligeable de la dynamique d’enquête, surtout lorsqu’on attend des seconds un récit de vie mêlant le vécu de l’homosexualité et l’expérience du VIH…

Autre objet d’étonnement à l’époque : mon orientation sexuelle n’a jamais été un sujet discuté avec les participants – elle paraissait souvent aller de soi, j’imagine (vigilance accrue dès lors sur les effets de connivence et les implicites). C’est en fait un autre sujet qui a souvent constitué l’éléphant dans la pièce : la question du risque et de la prise de risque sexuel. Travaillant sur le rapport des gais à la prévention du VIH, j’étais pris malgré moi dans une position normative. Autrement dit, j’apparaissais souvent comme le porteur d’une norme de santé publique (utiliser le préservatif), alors que je m’intéressais à la complexité des univers moraux de la prévention dans la sexualité gaie. Finalement, apprendre à me situer par rapport au risque VIH et aux normes qui l’entourent aura été plus intéressant dans bien des cas ! Déjouant mes appréhensions initiales sur ma trop grande proximité avec les participants, l’expérience du terrain m’a conduit vers de nouveaux questionnements. Elle a accompagné le passage d’une réflexivité un peu nombriliste (et inquiète) à un mouvement heuristique de décentrement, tout en assumant un lien sensible avec le terrain.

Derniers éléments de retour critique sur mon parcours situé, sous forme de deux questions : pourquoi dans le milieu universitaire attend-on toujours des minoritaires qu’ils se positionnent ? Et pourquoi, comme minoritaires, nous plions nous si volontiers à cette demande ? J’ai évidemment éclairé plusieurs réponses à ces questions précédemment : l’exigence d’objectivité scientifique dont on ne se défait pas si facilement… mais aussi la richesse du travail réflexif, qui donne envie de creuser le sujet ! Soulignons évidemment le rôle central des rapports de pouvoir qui structurent l’université dans ces démarches de dévoilement de soi. Cela dit, je serais vraiment très intéressé d’entendre plus de collègues « non minoritaires » parler de ces enjeux.

À suivre…

Gabriel


Crédit photo: Jordan Madrid | Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.