Ephémères V. Apprendre par corps

Dernier billet de cette résidence dans la Villa Réflexive pour parler du corps. Evoquer la poésiepourrait laisser croire que nous cherchons à partir des mots. Or, notre action est d’abord sensorielle, fondée sur ce que la vie, des relations, de la domination, des arbres, des objets et même des mots – font à nos désirs et nos émotions.

J’ai toujours aimé cet extrait des Méditations pascaliennes de Pierre Bourdieu :

« La reconnaissance pratique par laquelle les dominés contribuent, souvent à leur insu, parfois contre leur gré, à leur propre domination, en acceptant tacitement, par anticipation, les limites imposées prend souvent la forme de l’émotion corporelle (honte, timidité, anxiété, culpabilité) (…). Elles se trahit dans des manifestations visibles, comme le rougissement, l’embarras verbal, la maladresse, le tremblement, autant de manières de se soumettre, fût ce malgré soi et à son corps défendant , au jugement dominant, autant de façons d’éprouver le conflit intérieur et le « clivage du moi , la complicité souterraine qu’un corps qui se dérobe aux directives de la conscience et de la volonté entretiens avec la violence des censures inhérentes aux structures sociales1 »

Ce passage m’indique où l’on cherche à agir. Nous cherchons à déplacer politiquement ces frontières intérieures qui nous emmurent. Sans psychologiser. Mais sans non plus nier la dimension personnelle et subjective de ce vécu.

Comment fait-on ? En écoutant nos propres émotions d’abord. Celles-qui résonnent à l’intérieur et nous traversent : la colère face à la violence et l’humiliation d’une personne à qui on refuse ses droits, la peur de se tromper et de blesser quand une parole à du mal à se dire, la joie d’une heureuse nouvelle, la honte de ne pas être à la hauteur mais aussi la lassitude, la ferveur, la surprise et le dégoût, l’amertume ou l’admiration. Tout ce qui nous rend humain et nous indique qu’il se passe quelque chose.

Ensuite, nous nous appuyons sur les jeux du théâtre de l’opprimé développé par Augusto Boal et tout particulièrement l’un d’entre eux nommé le théâtre image2. On cherche une position du corps qui évoque la situation de domination vécue par la personne. Imaginons une scène avec deux personnes debout comme si elles allaient se battre, un bras en l’air dirigé l’une vers l’autre, le regard agressif, une troisième personne assise la tête dans les bras comme en pleurs à leur côté (mimant un enfant) et une quatrième démunie, les bras ballants à trois mètres d’elles.

Cette dernière a raconté cette scène vécue : une baston entre deux jeunes en bas de chez elle devant les enfants. Le petit groupe a aidé à modeler l’image correspondante en dix minutes. Ils présentent cette « image » devant le reste du groupe et on va chercher à changer la scène ensemble.

Seulement, il y a des contraintes : premièrement, on ne peut pas changer les « oppresseurs ». On ne peut pas changer les deux personnes qui se battent. La puissance est en soi dans une situation donnée et il ne faut pas enlever des éléments déterminants de la complexité de la scène. On ne change pas non plus l’enfant qui pleure. On ne peut pas les faire disparaître d’un claquement de doigt. Ils sont là. Avec leurs corps.

Deuxièmement, on ne parle pas de la scène avant d’agir avec son corps et prendre une pause. Quand une personne a une proposition, elle vient « sur scène ». Ceux qui donnent des conseils sans vouloir prendre le risque de bouger de leur chaise ne s’expriment pas. Très souvent, cela donne la parole à d’autres membres du groupe que ceux qui la prennent habituellement.

Troisièmement, je suis très attentif à demander aux personnes qui jouent les « oppresseurs » comment elles ressentent chaque nouvelle proposition. Une interposition physique ? Une personne qui s’occupe de l’enfant ? Un appel au secours ? Une personne qui les prend par l’épaule ? Ensuite, je laisse les personnes qui ont fait les propositions expliquer et je les remercie toujours tout en notant si la proposition a eu de un effet. Ce qui est très étonnant – et que je ne m’explique pas tout à fait – c’est que le ressenti des « oppresseurs » est souvent très parlant pour un certain nombre de situations et pour la compréhension de la situation pour la personne qui est « opprimée3 ». Dans l’exemple évoqué, ceux-ci continuaient à avoir envie de se battre sauf quand quelqu’un a proposé de s’assoir par terre en les regardant, geste pacifique mais confrontant.

A jouer en théâtre image des situations connues (un rendez-vous à Pôle Emploi, l’isolement, un contrôle au faciès…), on peut monter en gamme : ajouter la parole, répéter des situations de négociations, faire des marches collectives, aller occuper un hall d’entrée… Le réel n’est qu’un continuum. La domination pouvant tout aussi bien être vécue dans le groupe (entre hommes et femmes dans la prise de parole par exemple) qu’à l’extérieur de celui-ci.

Le théâtre n’est pas une baguette magique. Il y a aussi besoin d’analyse de la conjoncture politique ou de recherche poétique. Mais l’apprentissage par corps vient directement puiser aux sources de la puissance, pour s’affirmer et créer des situations plus justes et plus douces.

1 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Points, 2015, p.203

2Nous nous sommes formés il y a plusieurs années auprès de la Compagnie NAJE http://www.compagnie-naje.fr/

3Je mets des guillemets à « oppresseur » et « opprimée » car il l’oppression est dans le rapport social plus que chez les personnes. Il s’agit d’un élément de la situation vécue et non d’un trait essentialisant des personnalités.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.